: Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario de 2010

Introduction

Monsieur le Président, je prends la parole aujourd’hui pour présenter le document Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario de 2010.

Monsieur le Président, de 2003 à 2008, l’Ontario a tiré avantage de la création d’emplois et de la croissance économique.

Grâce à cette croissance économique et aux investissements que nous avons effectués, nos enfants profitent d’un système d’éducation renforcé et de plus petites classes.

Nos parents profitent de l’attention renouvelée portée à leur système de santé.

L’économie de l’Ontario semblait aller à fond de train et nous avions confiance en notre capacité de rivaliser à l’échelle mondiale.

Puis, en 2008, le monde a connu de grands bouleversements et une récession mondiale s’est installée.

Le système financier mondial s’est presque effondré.

Les grandes marques internationales, y compris certains géants industriels, ont vacillé. Partout dans le monde, des usines ont fermé et des personnes ont perdu leur emploi.

Nous avons mis en oeuvre notre plan Ontario ouvert sur le monde pour renforcer l’économie, créer une nouvelle industrie de l’énergie propre, protéger les progrès accomplis dans les écoles et les hôpitaux, et alléger le fardeau fiscal des familles et des entreprises.

Grâce aux changements que nous avons apportés, neuf contribuables sur 10 paient aujourd’hui moins d’impôt sur le revenu qu’il y a un an.

Grâce à ces changements, plus de 180 000 emplois ont été créés dans la province depuis la fin de la récession.

Monsieur le Président, notre gouvernement a été élu pour changer les choses en Ontario et mettre fin aux années de négligence dont ont souffert les écoles, le système de santé, le réseau électrique et les services publics sur lesquels comptent nos familles.

Nous avons agi et nous entendons faire plus.

Perspectives économiques

Monsieur le Président, la bonne nouvelle, c’est que l’économie de la province sort graduellement de la récession mondiale.

Des indicateurs économiques clés se sont améliorés, même si un grand nombre d’entre eux ne sont pas encore retournés à leurs niveaux d’avant la récession.

Après quatre trimestres consécutifs de déclin, notre produit intérieur brut (PIB) réel a affiché une croissance pendant quatre trimestres de suite.

C’est une bonne nouvelle pour l’Ontario.

En nous fondant sur les meilleurs avis reçus, nous prévoyons que la croissance du PIB de la province atteindra 3,2 pour 100 en 2010, ce qui est supérieur à ce que nous avions prévu dans le budget de 2010.

L’économie prend de l’expansion.

Le PIB réel a recouvré 71 pour 100 de ce qu’il a perdu durant la récession, ce qui favorise la création d’emplois.

L’Ontario a récupéré 75 pour 100 des emplois perdus en raison du ralentissement économique. Aux États-Unis, ce pourcentage n’est que de 10 pour 100.

C’est bon signe, même si notre travail n’est jamais fini lorsqu’il s’agit de renforcer notre économie et de créer des emplois.

La croissance économique sera toutefois plus lente durant les prochaines années, en raison surtout de la faible reprise de l’économie américaine.

Nous nous attendons à une hausse du PIB réel de 2,2 pour 100 en 2011 et de 2,5 pour 100 en 2012. Nos hypothèses de planification sont inférieures aux prévisions moyennes du secteur privé.

La province sort de la récession, certes, mais les familles veulent savoir qu’elles n’ont pas à se préoccuper de leur avenir économique.

Partout au pays, dans le monde entier et dans nos propres collectivités, les gens ressentent encore les contrecoups de la récession. Les temps sont difficiles et les gens ont peu de marge de manoeuvre.

C’est pourquoi notre gouvernement agit.

Aide aux familles Ontariennes

Dans notre province, les gouvernements de toutes les allégeances politiques ont négligé de faire les investissements essentiels dans l’infrastructure nécessaire pour fournir et transporter l’électricité.

En 2003, la population de l’Ontario ne savait pas si elle aurait assez d’électricité à sa disposition.

Environ 25 pour 100 de l’électricité de l’Ontario provenait alors de centrales au charbon polluantes.

En 2003, il n’y avait pas de programme de conservation ni de plan d’approvisionnement permettant de suivre l’évolution de la demande.

En 2003, les lignes qui transportent l’électricité vers les foyers étaient en fort mauvais état.

À cette époque, alors même que la demande augmentait, la capacité de production du réseau a affiché une diminution de 1 800 mégawatts. Cela équivaut à l’arrêt de la production d’électricité aux chutes Niagara.

En outre, en 2003, l’Ontario devait importer de l’électricité générée par des centrales au charbon situées aux États-Unis pour répondre à ses besoins.

Le gouvernement alors au pouvoir avait même dû installer des génératrices d’urgence parce qu’il craignait des pannes d’électricité localisées.

En 2002, une brève expérience de déréglementation du marché de l’électricité s’est traduite par une hausse des prix de l’électricité de plus de 30 pour 100 en sept mois.

Il nous faut pouvoir compter sur des sources d’électricité propres et fiables pour vaquer à nos activités quotidiennes – aucun compromis n’est possible quand il s’agit de la qualité de l’air et de l’approvisionnement fiable en électricité.

En 2003, il fallait agir pour sortir l’Ontario de cette impasse, et notre gouvernement est passé à l’action.

Grâce aux changements que nous avons apportés, notre capacité de production d’électricité de sources propres a augmenté suffisamment pour approvisionner environ deux millions de domiciles, et un cinquième de cette électricité provient de sources renouvelables comme l’énergie éolienne et solaire.

Grâce aux changements que nous avons apportés, 5 000 kilomètres de lignes de transport ont été améliorées.

Grâce aux changements que nous avons apportés, les programmes de conservation sont de nouveau mis en oeuvre et permettent aux familles d’économiser.

Nous sommes en bonne voie de fermer les centrales au charbon polluantes de l’Ontario, ce qui équivaut à retirer sept millions de voitures de la circulation.

Toutes ces mesures font de l’Ontario un chef de file dans la production d’énergie propre. Elles attirent également de nouveaux investissements en Ontario et favorisent la création d’emplois. Par exemple :

  • le projet d’installation de panneaux solaires à Sarnia, le plus grand projet du genre au monde, qui a créé 800 emplois à l’étape de la construction;

  • en partenariat avec la Première nation crie de Moose Factory, la centrale Lower Mattagami, le plus vaste projet hydroélectrique réalisé dans le Nord en 40 ans, qui emploiera 600 personnes à l’étape de la construction.

Et la liste se poursuit.

Des centrales de production d’énergie propre s’ouvrent dans des collectivités comme Guelph et Windsor pour approvisionner le marché ontarien et pour exporter des panneaux solaires et des éoliennes fabriqués en Ontario.

Le gouvernement précédent nous a légué la pollution des centrales au charbon. Nous les éliminons entièrement et nous assainissons l’air.

Il nous a laissé dix éoliennes. Nous sommes fiers d’en compter aujourd’hui 700.

De tels investissements exigent des sommes considérables.

Nous devions investir. Ces coûts étaient absolument nécessaires et impossibles à éviter.

Aujourd’hui, nous devons tous payer pour des décennies de négligence de la part des gouvernements de toutes les allégeances politiques.

Aux quatre coins du monde, les consommateurs résidentiels et commerciaux ressentent les effets de la hausse des prix de l’électricité.

Et s’il y a des gens qui vous disent qu’ils peuvent assurer un approvisionnement fiable d’électricité propre à moindre prix, méfiez-vous.

La population veut de l’air pur et un réseau fiable d’électricité, mais elle veut également un peu d’aide pour payer une portion des frais supplémentaires à assumer en attendant que les prix se stabilisent.

C’est pourquoi nous proposons aujourd’hui la prestation ontarienne pour l’énergie propre.

Cette prestation offrirait aux familles, aux fermes et aux petites entreprises de la province une prestation équivalant à 10 pour 100 de leurs factures d’électricité pendant cinq ans.

Ce serait donc une remise de 10 pour 100 de votre facture d’électricité, tous les mois, à compter du 1er janvier 2011.

Cette mesure viendrait en aide aux familles, appuierait le travail acharné des petits entrepreneurs et contribuerait à la réussite des fermes ontariennes.

Le gouvernement McGuinty propose cette mesure pour soutenir les Ontariennes et Ontariens qui se sentent financièrement serrés en raison de l’augmentation du coût de la vie et, en particulier, de l’augmentation des prix de l’électricité.

Quand les temps sont difficiles, toute aide est la bienvenue.

Création d’emplois

Monsieur le Président, les Ontariennes et Ontariens méritent des emplois plus nombreux et mieux payés.

Depuis mai 2009, l’économie de l’Ontario a créé plus de 180 000 emplois.

Il est encourageant de constater que les statistiques provinciales sur l’emploi s’améliorent, mais ces chiffres offrent peu de réconfort aux personnes au chômage. En outre, une période de six à douze mois sans emploi peut avoir de lourdes répercussions sur les finances de la famille.

C’est pourquoi notre gouvernement forme plus d’un million de personnes par année en leur fournissant de l’aide et des services de formation professionnelle par l’entremise d’Emploi Ontario.

Grâce à notre programme Deuxième carrière, plus de 36 000 travailleurs mis à pied ont pu suivre une formation. Plus de 60 pour 100 des participants à ce programme décrochent un emploi dans les trois mois suivant la fin de leur formation.

Monsieur le Président, tout comme nous avons dû offrir des programmes de recyclage aux travailleurs et rebâtir notre réseau d’électricité, nous avons dû moderniser notre régime fiscal, car il pénalisait les entreprises qui investissent dans la création d’emplois.

Le Plan fiscal de l’Ontario pour stimuler la création d’emplois et la croissance réduit les impôts sur le revenu des particuliers et des entreprises et dote la province d’un régime fiscal adapté aux réalités du XXIe siècle.

Grâce aux modifications que nous avons apportées jusqu’à maintenant, près de 600 000 emplois seront créés dans la province en 10 ans.

Par l’entremise du plan Ontario ouvert sur le monde, nous avons mis en oeuvre une série d’allégements fiscaux s’adressant aux familles afin de les aider à payer notamment les coûts d’énergie, les impôts fonciers et les frais d’inscription à des activités pour enfants.

Grâce aux changements que nous avons apportés, neuf contribuables sur 10 paient moins d’impôt sur leur revenu comparativement à ce qu’ils payaient il y a un an.

Assurer l’avenir de notre système de retraite

Monsieur le Président, partout où je vais des gens me disent qu’ils n’ont pas pu économiser assez pour leur retraite et que cela les inquiète.

Les futurs retraités devraient être soulagés de savoir que nous prenons des mesures concrètes pour leur assurer un revenu de retraite adéquat.

Nous avons déposé deux projets de loi sur la réforme des régimes de retraite. Il s’agit de la plus vaste réforme du cadre législatif régissant les régimes de retraite en l’espace d’une génération.

Le gouvernement McGuinty continuera de se battre pour que des améliorations abordables soient apportées au Régime de pensions du Canada, ce dont bénéficierait la population de l’Ontario et du reste du Canada.

Gestion responsable : Mise à jour financière

Monsieur le Président, dès le début de la récession nous avons décidé de protéger les emplois et de soutenir les écoles, les hôpitaux et les services publics essentiels.

Notre gouvernement réduit le déficit chaque année.

À mesure que la croissance économique reprend, les gouvernements doivent rétablir l’équilibre budgétaire. C’est ce que fait notre gouvernement.

Nous avons un plan responsable pour éliminer le déficit.

Je suis heureux d’annoncer que le déficit prévu pour 2010-2011 a été réduit de près de 25 pour 100 par rapport au montant prévu il y a un an pour 2009-2010.

Nous prévoyons actuellement que le déficit de 2010-2011 sera de 18,7 milliards de dollars.

Cette diminution est attribuable à deux facteurs : une croissance économique plus forte et une gestion responsable.

Nous demeurerons des gestionnaires prudents et efficaces et continuerons d’investir les deniers publics de façon judicieuse.

Nous avons agi afin de réduire notre plus important poste de dépenses : la rémunération.

Près de la moitié des ententes négociées depuis la publication du budget de 2010 ne prévoient pas de hausse de la rémunération pendant deux ans.

Aux syndicats et aux employeurs qui ont acquiescé à notre demande d’aide, nous disons merci.

Monsieur le Président, je ferai le point régulièrement sur les choix que nous faisons pour assurer une gestion responsable et mettre l’accent sur les priorités des familles ontariennes.

Nous prenons cette responsabilité très au sérieux.

Le gouvernement précédent a vendu à rabais des biens construits en Ontario comme l’autoroute 407. Nous avons opté pour une approche sensée et responsable. Nous négocions actuellement les modalités d’un accord visant à poursuivre notre partenariat de longue date en matière d’enregistrement immobilier électronique.

Nous proposons de renouveler les permis de Teranet, qui l’autorisent à dispenser des services d’enregistrement immobilier électronique et liés aux brefs, tout en gardant le contrôle des droits exigés. L’accord proposé prévoit un paiement de 1 milliard de dollars, que nous utiliserions pour réduire la dette de la province. Ce faisant, nous économiserions jusqu’à 50 millions de dollars par année en frais d’intérêt. Cet accord générerait également des redevances d’environ 50 millions de dollars par année à compter de 2017.

Cela signifie que, en tenant compte de la réduction de 1 milliard de dollars du déficit, nous emprunterons 2 milliards de dollars de moins que prévu.

Conclusion

Monsieur le Président, notre tâche consiste à favoriser la compétitivité de l’économie afin de créer des emplois, à réduire le déficit et la dette de la province et à venir en aide aux familles ontariennes.

Nous ne pouvons pas revenir à un régime fiscal désuet qui décourage les investissements et nuit aux emplois, et nous ne le ferons pas.

Nous continuerons de mettre en oeuvre notre plan pour faire de l’Ontario un endroit plus propice aux investissements afin qu’on y crée des emplois pour nos familles.

Nous ne pouvons pas revenir à l’époque des centrales au charbon polluantes, et nous ne le ferons pas.

Grâce aux changements que nous avons apportés, nous serons des chefs de file en matière d’assainissement de l’air et d’énergie propre.

Nous ne reviendrons pas à l’époque des écoles en piteux état et des hôpitaux qui fermaient leurs portes.

Nous allons plutôt continuer d’instaurer la maternelle à temps plein et d’éduquer les élèves et les étudiants afin qu’ils aient les compétences nécessaires pour trouver un bon emploi.

Nous ne laisserons pas notre remarquable province revenir en arrière.

Nous avons pris note de ce que les gens ont dit au sujet de la hausse des coûts d’électricité.

Nous prendrons les mesures nécessaires pour assainir l’air et assurer un approvisionnement en énergie propre, et accorderons une prestation pour l’énergie propre de 10 pour 100 applicable aux prix de l’électricité.

Les Ontariennes et Ontariens nous ont demandé de les aider à trouver un emploi. Nous agissons.

Les Ontariennes et Ontariens nous ont demandé de les aider à améliorer l’état de leurs finances personnelles. Nous agissons.

Les Ontariennes et Ontariens nous ont demandé de protéger les écoles et les services de santé. Nous agissons.

Monsieur le Président, nous continuerons de faire des investissements qui stimulent la croissance de l’économie et créent des emplois. Nous continuerons de faire progresser l’Ontario.

La population de l’Ontario ne mérite rien de moins.

Merci, Monsieur le Président.