: Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario de 2013

Avant-propos

Le gouvernement de l’Ontario propose un nouveau plan en trois volets pour stimuler l’économie et favoriser la création d’emplois. Ce plan investit dans les gens, investit dans l’édification d’une infrastructure moderne et favorise un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation.

Nous prenons ces mesures au moment où la reprise, qui fait suite à la récession mondiale, demeure incertaine et crée un sentiment d’insécurité chez bien des familles face à leur emploi et à leur avenir financier. Nous devons nous employer à accroître les possibilités pour les familles ontariennes et, pour ce faire, nous devons réorienter nos choix et nos décisions.

La première ministre Kathleen Wynne et notre équipe ont créé un nouveau plan pour activer la croissance, créer des emplois et consolider les services qui aident les familles.

Ce plan comporte trois grandes priorités :

  • investir dans les gens;
  • investir dans l’édification d’une infrastructure moderne;
  • favoriser un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation.

Le plan du gouvernement est ciblé et stratégique.

En investissant dans les Ontariennes et Ontariens, nous les préparons à évoluer dans l’économie d’aujourd’hui et de demain. En investissant dans la modernisation de notre infrastructure, nous créons des emplois dans le présent et accroissons notre compétitivité à long terme. Et en favorisant un climat d’affaires dynamique, nous aidons les petites et moyennes entreprises à se développer et nous encourageons les sociétés de plus grande envergure à investir et à créer de bons emplois dans la province.

Et cette croissance nous procurera les revenus nécessaires pour équilibrer notre budget.

Grâce à leur ardeur au travail et à leur discipline, les familles ontariennes aident notre province à sortir de la récession qui a sévi à l’échelle mondiale. Or, des incertitudes demeurent, tant pour les particuliers que les entreprises. Nous devons maintenant prendre des décisions importantes sur notre avenir qui mettront à l’épreuve nos priorités et nos valeurs.

D’un côté, il y a ceux qui croient que nous devons faire d’importantes compressions, au risque de freiner la croissance et de nuire aux services publics essentiels, afin d’éliminer le déficit encore plus rapidement que prévu. De l’autre côté, il y a ceux qui augmenteraient les impôts et les taxes de façon irresponsable, ce qui aurait pour effet de desservir les entreprises créatrices d’emplois et les familles de l’Ontario. Aucune de ces approches n’est sensée. Toutes deux nuiraient aux entreprises et compromettraient les services publics sur lesquels les familles ontariennes comptent.

Notre plan préconise une approche équitable et responsable.

Il propose de nouveaux investissements stratégiques pour stimuler la croissance, créer des emplois, consolider les services et aider les familles. Nous demeurons en voie d’équilibrer le budget d’ici 2017-2018.

Toutefois, si la conjoncture économique mondiale devait chanceler, entraînant une croissance encore plus faible des revenus, notre priorité est claire : le gouvernement continuera à protéger les investissements dans les emplois, la croissance et les familles avant de s’attaquer à des objectifs à court terme.

La consolidation de la croissance et la création d’emplois sont les moyens les plus sûrs et les plus équitables d’accroître les revenus et d’équilibrer le budget.

Notre plan en trois volets sera véritablement déterminant pour stimuler la création d’emplois et la croissance nécessaires afin de soutenir les familles de l’Ontario et de générer les revenus qui nous permettront d’éliminer le déficit.

Gérer de façon responsable

L’incertitude qui persiste dans l’économie mondiale ralentit la croissance en Ontario et réduit les revenus. En raison de ces forces externes, depuis le budget de 2010, les revenus ont été inférieurs de 5 milliards de dollars à ceux qui avaient été prévus.

Le gouvernement a toutefois pris des mesures décisives et efficaces pour réduire la croissance des dépenses, ce qui a permis de dépasser les objectifs de réduction du déficit pendant quatre années de suite, ce qu’aucun autre gouvernement au Canada n’est parvenu à accomplir.

Le gouvernement continuera à faire des investissements stratégiques pour stimuler l’économie en vue d’éliminer le déficit et de protéger les services publics sur lesquels comptent les Ontariennes et Ontariens.

Il s’agit d’une approche équilibrée, financièrement responsable et équitable pour les familles de l’Ontario.

Stimuler l’économie et réformer les services publics

Soucieux de faire preuve d’équité et de discipline budgétaire, le gouvernement de l’Ontario a entrepris d’importantes réformes pour maîtriser les dépenses tout en maintenant, voire en améliorant, la qualité des services publics. L’Ontario a les dépenses de programmes par habitant les plus basses au Canada. Depuis deux années consécutives, la croissance des dépenses de programmes a été contenue dans l’ensemble à moins de 1 %. Et l’année dernière, les dépenses totales du gouvernement ont diminué pour la première fois depuis plus d’une décennie.

Forts de cette discipline, nous devons envisager d’autres réformes des services publics en portant une attention particulière aux répercussions que cela pourrait avoir sur les familles ontariennes. Nous continuerons à contenir fermement les dépenses. Par contre, vu l’importance capitale que revêtent les services publics pour le bien-être des familles de l’Ontario, la réduction du financement de la santé et de l’éducation – comme cela s’est fait par le passé et comme cela est de nouveau proposé par certains – compromettraient les écoles, les hôpitaux et les emplois dans la province.

Nous maintiendrons plutôt une approche rigoureuse pour contenir les dépenses de programmes pour réduire le rapport dette nette-PIB de l’Ontario et le ramener à son niveau d’avant la récession, soit 27 %.

Pour ce faire, nous mettons en oeuvre 60 % des recommandations de la Commission de réforme des services publics de l’Ontario, notamment en vue d’accroître le recours aux infirmières et infirmiers praticiens, d’offrir le renouvellement du permis de conduire en ligne et d’accroître l’accès des jeunes à des consultations en santé mentale par l’entremise de services de vidéoconférence. La prochaine étape consistera à analyser toutes les autres recommandations, sauf celles qui ont été rejetées parce qu’elles ne concordaient pas avec les priorités des familles de l’Ontario.

Investir dans les gens

Le plan du gouvernement de l’Ontario accordera tout d’abord la priorité aux nouveaux investissements dans les gens. Dans une conjoncture économique difficile comme celle que nous connaissons, le rôle du gouvernement est de fournir aux familles la possibilité de réaliser leur plein potentiel et de veiller à ce qu’elles aient accès aux services publics essentiels. Une population hautement instruite et en santé est porteuse d’une économie plus solide.

L’éducation et la santé seront donc les premiers secteurs visés par ces investissements. Nous continuerons à investir dans l’apprentissage des jeunes enfants afin de leur donner le meilleur départ qui soit. Nos écoles doivent être sûres et bien équipées. Nos hôpitaux et soins à domicile doivent être efficaces et répondre aux besoins des patients, plus particulièrement ceux des aînés et des personnes les plus vulnérables.

Le gouvernement continue à améliorer les soins prodigués dans les hôpitaux de la province. Plus de cent projets hospitaliers ont été achevés ou sont en cours de réalisation en Ontario, notamment à Thunder Bay, London et Cornwall. Afin de faciliter la transition critique de l’hôpital à la maison, nous faisons également des investissements substantiels dans les soins communautaires et à domicile, et plus particulièrement ceux destinés aux personnes âgées.

Le gouvernement aide les personnes âgées à rester actives, en bonne santé et en contact avec la collectivité. À cette fin, nous créons le tout premier programme de subventions en Ontario qui vise spécialement les personnes âgées et les aidera à participer à un plus grand nombre d’activités communautaires et à poursuivre leur apprentissage dans des domaines comme la technologie et la littératie financière.

Régime de pensions du Canada

La sécurité du revenu au moment de la retraite, en particulier celle de la classe moyenne, est une priorité pour le gouvernement. Les placements et les économies à long terme jouent un rôle crucial. Les gouvernements doivent donc veiller à ce qu’il y ait un système de revenu de retraite fiable et responsable, qui évolue et s’adapte aux réalités de notre époque.

Le Régime de pensions du Canada (RPC) est le fondement du système de revenu de retraite au pays. Ce régime a bien servi des générations d’Ontariennes et d’Ontariens. Depuis près d’un demi-siècle, le RPC réunit les gouvernements fédéral et provinciaux dans le but commun de soutenir nos personnes âgées. Pour qu’il puisse mieux répondre aux besoins des Ontariennes et des Ontariens, et plus particulièrement ceux de la classe moyenne, nous devons y apporter des améliorations maintenant.

Cependant, le gouvernement fédéral résiste aux demandes d’amélioration des provinces, de notre première ministre, Kathleen Wynne, et d’experts indépendants.

Le gouvernement trace la voie et tente de conclure une nouvelle entente avec les autres provinces, les territoires et le gouvernement fédéral pour bonifier le RPC et accroître les prestations qu’il fournit. Si aucune entente ne peut être conclue, nous entreprendrons des démarches pour trouver une solution propre à l’Ontario.

Les efforts du gouvernement pour assurer un revenu de retraite ne s’arrêtent pas à la réforme du RPC. Nous sommes conscients que pour mettre en place un système de revenu de retraite solide et stable, il nous faut recourir à une stratégie exhaustive à long terme et à un éventail d’outils. Nous continuerons à travailler en concertation avec les Ontariennes et Ontariens pour leur offrir un plus grand nombre d’options d’épargne-retraite, telles que les régimes de pension agréés collectifs (RPAC). Nous nous emploierons également à aider les personnes qui participent à un régime de retraite d’employeur pour assurer la viabilité et la fiabilité de ces régimes à long terme. En outre, nous nous montrerons vigilants dans nos efforts pour réduire les coûts associés à l’investissement pour les personnes qui épargnent pour leur retraite par leurs propres moyens, et nous envisagerons d’autres options, dont l’amélioration de la surveillance des conseillers financiers.

Aider nos jeunes

Pour que notre économie demeure vigoureuse et qu’elle soit concurrentielle à l’échelle mondiale, nous devons continuer à appuyer les efforts déployés par nos jeunes pour obtenir l’éducation dont ils ont besoin, les compétences qu’ils recherchent et les possibilités qu’ils méritent. Un tel appui bénéficiera à toutes les familles ontariennes à court et à long terme. Le gouvernement prend des mesures particulières pour apporter son soutien aux jeunes.

Ensemble, nous aidons les familles ontariennes à assumer les coûts des études postsecondaires. De nombreuses familles travaillent sans relâche pour que leurs enfants puissent fréquenter le collège ou l’université. Le programme de la Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario aide les familles à assumer ces coûts et aide les jeunes à poursuivre des études qui leur assureront un avenir meilleur. Chaque année plus de 200 000 étudiants reçoivent cette subvention pour payer leurs études.

De plus, dans le cadre du plan du gouvernement pour créer des emplois et stimuler l’économie, nous avons annoncé, dans le budget de 2013, une Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes afin d’aider les jeunes à se tailler une place sur le marché du travail. Au cours des deux prochaines années, cette stratégie profitera à 30 000 jeunes en leur offrant une formation en milieu de travail, en établissant des contacts avec des employeurs et en leur assurant un début prometteur dans leur carrière future.

Une société juste

L’économie de l’Ontario est renforcée lorsque tous les citoyens ont la possibilité de réaliser tout leur potentiel. Des investissements stratégiques dans les secteurs de l’éducation, de la santé et du soutien du revenu contribuent à réduire le recours aux services sociaux, à bâtir la main-d’oeuvre et à renforcer l’économie de l’Ontario. En 2003, le salaire minimum n’avait pas augmenté depuis 9 ans. Depuis, le gouvernement l’a augmenté de 50 %, le faisant passer à 10,25 $ l’heure. Nous attendons actuellement des recommandations sur le moment opportun et le montant préconisé des prochaines augmentations du salaire minimum. Le gouvernement aidera également les Ontariennes et Ontariens à retourner sur le marché du travail en éliminant les obstacles auxquels font face les bénéficiaires des programmes d’aide sociale.

Le gouvernement a récemment élargi l’accès aux programmes et services d’éducation postsecondaire en français pour aider les étudiants ontariens à se préparer aux emplois de l’avenir.

De plus, pour réduire les coûts pour les consommateurs, le gouvernement envisagera de modifier le programme Air pur Ontario pour en assurer la neutralité financière pour toute sa durée.

Investissement dans une infrastructure moderne

Le deuxième volet de notre plan consiste à construire une infrastructure plus moderne favorable à la prospérité et à la croissance économique. Une telle approche attire les investissements du secteur privé et stimule la création de bons emplois en Ontario.

En investissant dans les routes, les ponts et les réseaux de transport en commun, nous contribuons à accroître la sécurité, la compétitivité et la productivité de la province. Qui plus est, nous améliorons la qualité de vie dont peuvent jouir les familles lorsqu’elles passent moins de temps immobilisées dans des embouteillages.

Nous devons investir l’argent nécessaire pour aider les gens à intégrer le marché du travail et pour moderniser les transports en commun, les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux de la province ainsi que d’autres éléments importants de l’infrastructure.

Pour orienter de telles initiatives, le gouvernement entend créer un fonds spécial destiné à appuyer les projets d’infrastructure les plus pressants et les plus importants. Le Fonds Trillium de l’Ontario recevrait les gains provenant de la vente d’actifs, comme la vente de nos intérêts dans les actions de GM, et mettrait cet argent à contribution pour créer des emplois et édifier un Ontario encore plus vigoureux.

L’aménagement de transports en commun constitue une priorité économique, puisque nous savons que la congestion routière coûte 6 milliards de dollars à l’économie ontarienne chaque année. Cet élément de l’infrastructure mérite donc une attention particulière et constitue déjà une pierre angulaire du plan du gouvernement pour créer des emplois et stimuler la croissance économique. Cependant, il nous faut envisager des approches novatrices pour faire face à de nouveaux défis.

En plus des travaux accomplis par Metrolinx pour constituer de nouveaux instruments de financement, l’Ontario serait la première province canadienne à créer et à vendre des « obligations vertes ». Les produits de ces instruments financiers seraient investis directement dans les projets d’infrastructure aux quatre coins de la province – dans des collectivités de toute sorte et de toute taille. En outre, cette initiative offrirait aux Ontariennes et aux Ontariens une façon novatrice de contribuer à l’avenir de la province tout en faisant fructifier leur argent. Ces nouvelles obligations miseraient sur la capacité de la province d’obtenir des capitaux à des taux d’intérêt concurrentiels et constitueraient un outil servant à répondre à des besoins essentiels d’infrastructure, à créer des emplois et à renforcer l’économie.

Le gouvernement investira également plus de 35 milliards de dollars au cours des trois prochaines années dans des projets d’immobilisations qui amélioreront la compétitivité et la productivité de l’Ontario. Ces investissements aideront à créer et à maintenir plus de 100 000 emplois et à raffermir l’économie de l’Ontario pendant de nombreuses années.

Partout dans la province, des collectivités bénéficieront des travaux de construction et d’amélioration des routes, des ponts et des réseaux de transports en commun ainsi que des écoles et des hôpitaux. Elles auront ainsi des installations modernes construites et aménagées en tenant compte des réalités futures comme le changement climatique et les conditions météorologiques exceptionnelles.

Toutes les régions tireront des avantages de la priorité accordée à la modernisation de l’infrastructure. Un fonds spécial a été instauré pour continuer à répondre aux besoins particuliers des petites municipalités rurales et du Nord. Le gouvernement examine actuellement les modalités d’un fonds permanent.

Le gouvernement travaillera également à faire en sorte que ces projets d’infrastructure soient ciblés et achevés dans les délais et les limites budgétaires prévus. Grâce à la diversification des modes de financement et de l’approvisionnement (DMFA), Infrastructure Ontario a déjà aidé à réduire les coûts et les risques pour l’Ontario dans le cadre de nombreux grands projets. Parmi les nouveaux projets qui seront entrepris suivant le modèle DMFA, mentionnons le projet de transport en commun rapide d’Eglinton Crosstown, l’Hôpital Joseph Brant de Burlington, l’Hôpital Memorial de Cambridge et l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Ce modèle a porté des fruits. Nous miserons désormais sur ses points forts et l’améliorerons en adoptant des mesures pour accroître le nombre d’entreprises ontariennes qui peuvent participer à la réalisation de projets suivant le modèle DMFA.

Au cours des huit dernières années, les compagnies ontariennes ont acquis une expertise de calibre mondial à l’égard de la DMFA. De plus en plus de pays reconnaissant les mérites d’une telle approche, Infrastructure Ontario entend collaborer avec les bureaux ontariens de commerce international partout dans le monde pour exporter l’expertise des compagnies de construction, des ingénieurs, des experts des services financiers et des architectes de l’Ontario.

Un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation

La troisième priorité de notre plan consiste à soutenir un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation. Malgré l’incertitude qui règne dans l’économie mondiale, les fondamentaux de l’Ontario sont solides et ses industries sont bien placées pour profiter des possibilités de croissance qui se présentent.

Pour attirer plus d’investissements, le gouvernement a créé un climat d’affaires stable et concurrentiel en stimulant l’investissement au moyen de politiques fiscales favorables, comme l’élimination de l’impôt sur le capital et la réduction du taux d’imposition du revenu des sociétés. De telles mesures favorisent la prospérité, les dépenses et l’embauche. Le gouvernement a également proposé des mesures législatives pour alléger l’impôt-santé des employeurs pour 60 000 petites entreprises. Grâce aux modifications proposées, près de 90 % des entreprises ontariennes n’auraient plus à payer cet impôt. Cette mesure aiderait les petites entreprises à faire face à la concurrence et à prospérer partout dans la province. C’est pourquoi nous sollicitons le concours des députés de tous les partis pour adopter ce projet de loi dès que possible.

Les emplois de l’avenir

La concurrence s’intensifie parmi les territoires de compétence qui cherchent à attirer les emplois et les industries de l’avenir. L’Ontario est bien déterminé à gagner la course au nom des multiples familles qui comptent sur ces bons emplois bien rémunérés à l’avenir.

À mesure que le gouvernement travaille à élaborer d’importantes stratégies sectorielles pour les industries ontariennes, il prendra des mesures ciblées pour attirer de nouveaux investissements des sociétés mondiales de technologie de l’information et des communications (TIC).

L’aérospatiale est un autre exemple de secteur qui accroît sa présence en Ontario, créant ainsi de bons emplois bien rémunérés. Pour accélérer cette réussite, le gouvernement collaborera avec ses partenaires pour intensifier la formation offerte dans ce secteur. Par exemple, le Collège Centennial s’associera à Bombardier, le chef de file de la fabrication en aérospatiale au Canada, pour établir une nouvelle installation au parc Downsview.

En outre, le Collège Niagara élargira son programme actuel de fabrication de pointe afin de répondre aux besoins d’un plus grand nombre d’entreprises.

Ces initiatives contribueront à jeter les bases de la nouvelle génération d’entreprises manufacturières de la province.

Il y a deux mois, l’Ontario a inauguré ses premiers programmes d’enseignement en droit et en architecture depuis plus de 40 ans, tous les deux dans le Nord de l’Ontario. L’Université Lakehead, à Thunder Bay, a ouvert sa faculté de droit et l’Université Laurentienne, à Sudbury, a ouvert son École d’architecture, ce qui aidera les jeunes à accéder à ces carrières.

L’Ontario possède également une industrie agroalimentaire qui compte plus de 740 000 emplois à l’échelle de la province. Nous avons récemment déposé un projet de loi, la Loi de 2013 sur les aliments locaux, qui, si elle était adoptée, célébrerait et soutiendrait les bons produits cultivés, récoltés et préparés en Ontario.

Pour encourager l’entrepreneuriat, nous investissons à nouveau dans Communitech, le carrefour d’innovation d’un regroupement technologique dynamique dans la région de Waterloo. En offrant des services ciblés de mentorat et un accès à des capitaux de démarrage, Communitech aidera les sociétés de technologie ontariennes à se tailler une place sur les marchés internationaux.

Des entreprises plus concurrentielles

Le gouvernement veut aider les entreprises à être encore plus concurrentielles, en les encourageant à investir dans le renouvellement des machines et du matériel. Des études récentes indiquent que de nombreuses sociétés ne mettent pas à profit les possibilités d’innover, d’améliorer la productivité et de prendre de l’expansion.

Nous envisagerons des mesures, dont certaines ont déjà été adoptées ailleurs dans le monde, pour promouvoir l’investissement de capitaux, notamment des modifications aux crédits d’impôt pour la recherche et développement (R-D) afin de récompenser l’augmentation des dépenses en R-D, ainsi qu’un nouvel incitatif permettant aux sociétés d’éliminer ou de réduire un impôt spécial sur le revenu des sociétés en fonction des investissements faits dans du nouveau matériel ou de nouvelles activités de R‑D ou de formation.

Le gouvernement entend également collaborer avec ses partenaires des divers secteurs pour mesurer les investissements des entreprises dans l’innovation, la formation et la technologie et pour en rendre compte ainsi que pour mettre en valeur les sociétés qui se distinguent par leur excellence à la lumière de critères internationaux.

Le gouvernement prendra des mesures ciblées pour encourager de nouveaux investissements de sociétés internationales axées sur les technologies de l’information, la fabrication et la R-D. Il continuera à mettre à profit les possibilités émergentes de croissance sur les marchés intérieurs et mondiaux.

Le gouvernement aide également les collectivités par l’entremise de ses fonds de développement économique.

Par exemple :

  • À North Bay, le Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario a investi dans Cementation, ce qui a permis de créer 10 emplois. 
  • À Kingston, le Fonds de développement de l’Est de l’Ontario a investi dans MetalCraft Marine, ce qui a permis de créer près de 40 emplois.
  • À Woodstock, le Fonds de développement du Sud-Ouest de l’Ontario a investi dans la société North American Stamping Group, ce qui a permis de créer 50 emplois et d’en protéger 210.

L’importance d’un partenariat solide avec le gouvernement fédéral

L’édification d’une société juste et prospère exige la collaboration de tous les ordres de gouvernement. La création de partenariats efficaces donne des résultats positifs pour la population ontarienne.

Malheureusement, le gouvernement fédéral, dans le but d’équilibrer son budget, a récemment procédé à une série de modifications aux programmes et au financement qui ont des conséquences néfastes pour l’Ontario et d’autres provinces.

Ces décisions entraînent souvent une réduction du soutien financier et le transfert de nombreuses responsabilités aux provinces et aux territoires, sans les consulter ni les compenser de manière adéquate, notamment en ce qui concerne les transports en commun, la formation de la main-d’oeuvre et le soutien au secteur minier dans le Nord et dans le Cercle de feu.

Le gouvernement fédéral est sur le point d’annoncer le nombre de candidats à l’immigration auxquels les provinces ont droit dans le cadre du Programme des candidats des provinces. Une augmentation serait sans contredit une mesure positive. Le nombre qui nous a été accordé par le passé n’est pas assez élevé et nous n’avons pas joui de la même latitude que les autres provinces dans le cadre de ce programme pour nous adapter aux besoins changeants du marché du travail.

L’Ontario a besoin d’un partenaire fédéral déterminé qui est prêt à collaborer pour améliorer la qualité de vie de toute la population ontarienne ainsi que la compétitivité des entreprises de l’Ontario.

Conclusion

Cette province et sa population sont plus fortes lorsque nous travaillons tous ensemble au sein d’un Ontario solidaire – pour stimuler la croissance économique, créer des emplois, renforcer les services publics et aider nos familles.

Notre gouvernement agit de manière équitable et responsable pour avancer résolument dans cette voie. En investissant dans la population, en renouvelant et en modernisant notre infrastructure et en favorisant un climat d’affaires dynamique, nous pouvons accroître encore davantage la prospérité de l‘Ontario.

Nous sommes toujours en bonne voie d’équilibrer le budget d’ici 2017-2018, mais nous avons toujours comme priorité absolue de stimuler l’économie et de protéger les services publics essentiels.

Nous ne pouvons pas nous frayer un chemin vers la prospérité en sabrant dans les dépenses, pas plus que nous pouvons arriver à la croissance à coups d’impôts.

En tant qu’Ontariennes et Ontariens, nous ne créerons pas de fausses divisions entre employeurs et employés, régions rurales et centres urbains, le Nord et le Sud.

Nous travaillerons tous ensemble dans la solidarité.

Le gouvernement sait qu’il doit investir de manière stratégique dans la population et dans l’infrastructure, et favoriser un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation, surtout si l’on tient compte de l’incertitude de l’économie mondiale, afin de favoriser la croissance qui contribuera à appuyer les familles ontariennes et à équilibrer le budget de la province.

Tel est notre plan pour l’emploi et la croissance.

Nous prenons des mesures pratiques et constructives pour stimuler l’économie et créer des emplois, pour édifier un Ontario plus fort, un Ontario solidaire.

 

signature

L’honorable Charles Sousa
Ministre des Finances