: Budget de l’Ontario 2010 : Document d’information
Perspectives économiques et plan financier de l’Ontario

Le 25 mars 2010

Lorsque le gouvernement McGuinty est arrivé au pouvoir en 2003, il a adopté un plan prudent et responsable qui a éliminé le déficit caché de 5,5 milliards de dollars, tout en procédant à des investissements dans l’éducation, les soins de santé et l’infrastructure et en renforçant l’économie provinciale.

Avant la récession mondiale, la croissance des dépenses liées aux programmes et aux services du gouvernement McGuinty n’était pas supérieure à la hausse des revenus. Lorsque la récession mondiale s’est amorcée, l’Ontario a été davantage frappé que les autres provinces en raison de l’importance de ses secteurs manufacturier et forestier. Les revenus du gouvernement ont chuté. D’ailleurs, entre 2007‑2008 et 2009‑2010, aucun autre territoire canadien n’a connu de baisse plus marquée des revenus tirés de l’impôt des sociétés que l’Ontario.

Le gouvernement McGuinty a pris la décision délibérée d’atténuer les répercussions de la récession sur la population ontarienne grâce à des investissements de stimulation à court terme, lesquels ont créé des emplois et contribué à rétablir la croissance. Le gouvernement a aussi décidé de protéger l’éducation et les soins de santé. Par conséquent, on constate un déficit en Ontario, comme c’est le cas ailleurs au Canada et dans de nombreux pays.

Le Discours du Trône de 2010 de l’Ontario établit un nouveau plan quinquennal, le plan Ontario ouvert sur le monde, destiné à créer des emplois et à stimuler la croissance économique. Le plan Ontario ouvert sur le monde pose les jalons qui permettront à la province de saisir les nouvelles occasions qui se présentent sur la scène internationale et de les convertir en emplois pour la population ontarienne. Il permettra à l’Ontario de sortir de la récession qui a frappé la planète et de retrouver de solides assises financières.

Dans le cadre du plan Ontario ouvert sur le monde, les affectations prévues dans le budget visent notamment à aider 20 000 étudiants de plus à trouver une place au collège ou à l’université, à soutenir les entreprises du Nord de l’Ontario pour qu’elles puissent créer des emplois et à favoriser l’essor des collectivités. Le gouvernement veille également au recyclage des travailleurs mis à pied, il instaure un programme d’apprentissage à temps plein dans nos écoles et il procède à des investissements considérables dans l’infrastructure afin de créer des emplois et de stimuler l’économie. Le plan continue de faire des investissements nécessaires dans l’avenir de l’Ontario pour créer des emplois, stimuler la croissance économique et protéger les écoles et les hôpitaux.

Dans le budget de l’Ontario de 2010, le gouvernement prévoit un déficit de 21,3 milliards de dollars pour 2009-2010, ce qui est inférieur au déficit prévu au moment de la publication du document Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario de 2009 l’automne dernier, qui s’établissait alors à 24,7 milliards de dollars. Cela est attribuable à la reprise économique qui a été plus forte et aux dépenses qui ont été moindres que ce qui avait été prévu. Le déficit prévu est de 19,7 milliards de dollars en 2010-2011. Le budget décrit un plan visant à réduire le déficit de moitié dans cinq ans et à l’éliminer dans huit ans.

Graphique à barres : Plan de l’Ontario en vue d’éliminer le déficit

Perspectives économiques

Nous avons maintenant des indications claires que l’économie de l’Ontario s’est stabilisée et que la reprise s’amorce. Tous les principaux indicateurs de l’Ontario se sont améliorés par rapport aux creux enregistrés durant la récession. Le PIB réel de la province a augmenté pendant deux trimestres consécutifs (+0,5 % pendant le troisième trimestre de 2009 et +1,6 % pendant le dernier trimestre). Malgré cette amélioration, le niveau du PIB réel est toujours inférieur de 2,8 % au niveau constaté avant la récession.

Reprise économique après la récession
  Niveaux antérieurs à la récession Récession mondiale Reprise jusqu’à présent
Emplois (en milliers) 6 722,8 (249,7) +91,7
PIB réel (en milliards de dollars, 2002) 534,9 (25,1) +10,3
Exportations de marchandises (en milliards de dollars) 14,3 (4,9) +1,7
Ventes de produits manufacturés (en milliards de dollars) 24,4 (7,4) +2,7
Ventes au détail (en milliards de dollars) 12,8 (1,2) +1,0
  • Sources : Statistique Canada et ministère des Finances de l’Ontario.

Les familles et les entreprises ontariennes subissent toujours les contrecoups de la crise financière et économique à l’échelle mondiale. Malgré la création de 91 700 emplois depuis mai 2009, l’Ontario accuse toujours 158 000 emplois en moins par rapport aux niveaux enregistrés avant la récession. Pendant les cinq années qui ont précédé la récession mondiale, près de 490 000 emplois nets ont été créés dans la province. La conjoncture économique mondiale reste cependant fragile, et cette vulnérabilité même menace la reprise économique en Ontario.

Le ministère des Finances prévoit une croissance du PIB réel de 2,7 % en 2010, de 3,2 % en 2011, de 3,2 % en 2012 et de 3,0 % en 2013. On prévoit un renforcement de la croissance en raison de l’amélioration de la demande mondiale, des mesures significatives prises par le gouvernement pour soutenir l’emploi et l’économie, et des politiques gouvernementales visant à favoriser la croissance et la compétitivité à long terme.

Perspectives économiques de l’Ontario
(en pourcentage)
  2007 2008 2009 2010p 2011p 2012p 2013p
Croissance du PIB réel 2,3 (0,5) (3,4e) 2,7 3,2 3,2 3,0
Croissance du PIB nominal 4,5 0,4 (3,5e) 4,4 5,0 5,3 5,0
Croissance de l’emploi 1,6 1,4 (2,4) 1,1 2,1 2,3 2,0
Inflation de l’IPC 1,8 2,3 0,4 1,9 2,1 2,0 2,0
  • e = estimation; p = projection de planification du ministère des Finances.
  • Sources : Statistique Canada et ministère des Finances de l’Ontario.

Par suite de la diminution marquée du PIB attribuable à la récession qui a sévi à travers le monde, le taux du PIB réel de l’Ontario devrait rester inférieur au niveau affiché avant la récession jusqu’au premier trimestre de 2011. Étant donné que la croissance de l’emploi a tendance à accuser un certain retard par rapport à la croissance du PIB réel, on s’attend à ce que la province ait besoin d’un peu plus de temps pour retourner au niveau d’emploi atteint avant la récession mondiale.

Le niveau de l’emploi devrait augmenter de 1,1 % en 2010. Cet accroissement devrait osciller autour de 2,1 % en moyenne, par année, de 2011 à 2013. En 2013, il devrait y avoir 504 000 emplois de plus qu’en 2009. Le taux de chômage devrait se stabiliser à 9,1 % en 2010, le taux de création d’emplois croissant au même rythme que le nombre de demandeurs d’emploi. À moyen terme, le taux de chômage en Ontario devrait diminuer pour s’établir à 6,8 % en 2013.

Graphique linéaire : Création prévue de plus d’un demi-million d’emplois

Revenus du gouvernement

Les revenus du gouvernement de l’Ontario se sont stabilisés et recommencent à augmenter. Toutefois, cette reprise est modérée et les effets de la crise financière mondiale ont été très prononcés. Les revenus fiscaux devraient atteindre 65,8 milliards de dollars en 2009-2010, soit 12,2 % de moins qu’il y a deux ans. On prévoit que les revenus augmenteront en moyenne de 5,1 % par année entre 2009-2010 et 2012-2013, et qu’il faudra attendre jusqu’en 2011-2012 avant qu’ils ne reviennent au niveau affiché en 2007‑2008.

Graphique linéaire : Baisse des revenus fiscaux en raison de la récession mondiale

Charges

Le total des charges devrait croître à un taux annuel moyen de 2,5 % de 2009-2010 à 2012-2013. Ce taux est inférieur d’environ 50 % au taux de croissance prévue des revenus pendant la même période. Cela témoigne de la détermination continue du gouvernement à donner suite aux politiques qui appuient la création d’emplois et la croissance tout en réduisant le rythme de croissance des charges.

Plan financier et perspectives à moyen terme1
(en milliards de dollars)
  Chiffres provisoires Plan Perspectives
  2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013
Revenus 96,4 106,9 107,7 112,0
Charges        
Programmes 108,8 115,9 112,9 114,3
Intérêt sur la dette2 8,9 10,0 11,1 12,5
Total des charges 117,7 125,9 124,1 126,9
Réserve 0,7 1,0 1,0
Excédent/(Déficit) (21,3) (19,7) (17,3) (15,9)
Dette nette3 193,2 220,0 245,0 267,8
Déficit accumulé3 134,6 154,3 171,6 187,5
  • 1 Tant les revenus que les charges ont été redressés pour tenir compte d’une modification comptable neutre sur le plan financier découlant de la présentation révisée des impôts fonciers prélevés aux fins scolaires.
  • 2 Les frais d’intérêt sur la dette ne tiennent pas compte des intérêts incorporés durant la construction d’immobilisations corporelles se chiffrant à 0,1 milliard de dollars en 2009-2010, à 0,2 milliard de dollars en 2010-2011, à 0,2 milliard de dollars en 2011-2012 et à 0,2 milliard de dollars en 2012-2013.
  • 3 La dette nette représente la différence entre les passifs et les actifs financiers. La variation annuelle de la dette nette équivaut à l’excédent ou au déficit de la province, compte tenu de la variation des actifs non financiers et de la variation de la juste valeur des fonds de l’Ontario Nuclear Funds Agreement (ONFA). Le déficit accumulé représente la différence entre, d’une part, les passifs et, d’autre part, la totalité des actifs. La variation annuelle du déficit accumulé équivaut à l’excédent ou au déficit, auquel s’ajoute la variation de la juste valeur des fonds de l’ONFA.
  • Nota : Les totaux peuvent ne pas correspondre à la somme des chiffres, qui ont été arrondis.

-30-

Renseignements (médias seulement) :
Alicia Johnston, Bureau du ministre, 416 325-3645
Scott Blodgett, ministère des Finances, 416 325-0324

Renseignements (public) : 1 800 337-7222
(sans frais en Ontario seulement)

ontario.ca/finances-nouvelles
Available in English