: Budget de l’Ontario 2011 : Avant-propos

Avant-propos

L’Ontario remonte la pente vers un avenir meilleur.

Des emplois se sont créés. L’économie s’améliore.

Le plan Ontario ouvert sur le monde, qui a été établi pour améliorer la compétitivité de la province, porte ses fruits.

Maintenant que l’économie reprend de la vigueur, le gouvernement redouble d’efforts pour éliminer le déficit et réformer la prestation des services publics.

Le bilan

Une économie vigoureuse génère des emplois et protège l’éducation et les soins de santé. En retour, des systèmes d’éducation et de santé vigoureux stimulent l’économie.

Au cours de ses cinq premières années, le gouvernement McGuinty a travaillé avec les Ontariennes et Ontariens pour remédier à des années de négligence et reconstruire les écoles, les collèges, les universités, les hôpitaux, les routes et les ponts de la province. Le gouvernement s’est distingué par une excellente performance financière, éliminant le déficit de 5,5 milliards de dollars dont il avait hérité et présentant trois budgets équilibrés.

Puis, la récession mondiale a frappé.

Le gouvernement McGuinty a décidé de réduire les répercussions de la récession sur la population de l’Ontario en faisant des investissements de stimulation à court terme qui ont eu pour résultat de créer et de préserver des emplois et de stimuler la croissance. Durant le ralentissement économique mondial, le gouvernement a protégé les systèmes d’éducation et de santé ainsi que d’autres services publics importants.

Afin d’accroître la compétitivité de l’économie ontarienne pour les futures générations, le gouvernement a aussi modernisé le système fiscal de l’Ontario, rebâti le réseau électrique de la province pour en faire un système propre, moderne et fiable, mis en place la maternelle et le jardin d’enfants à temps plein et augmenté le nombre d’étudiants dans les collèges et les universités.

La prospérité de l’Ontario repose sur la croissance économique, la création d’emplois, et des systèmes d’éducation et de santé vigoureux. Le budget de 2011 s’appuie sur les progrès réalisés dans ces domaines au cours des sept dernières années. Il relève aussi le défi financier auquel fait face l’Ontario.

Éliminer le déficit et réformer la prestation des services publics

Du fait des mesures prises pour atténuer les effets de la récession mondiale, l’Ontario, comme d’autres instances au Canada et ailleurs dans le monde, affiche un déficit. Pour surmonter ce défi, le gouvernement doit s’appliquer à réduire le déficit. Or, pour éliminer le déficit tout en protégeant les systèmes d’éducation et de santé, il faudra une réforme à long terme de la façon dont le gouvernement fonctionne. Celui-ci doit intensifier ses efforts pour améliorer les gains d’efficience et les systèmes, innover et optimiser l’utilisation des fonds publics.

D’autres solutions, comme la baisse de la taxe de vente harmonisée (TVH), nécessiteraient d’importantes réductions dans l’éducation et la santé au détriment des familles ontariennes et de l’économie.

Le gouvernement a établi un plan réaliste et responsable pour éliminer le déficit. Grâce à des méthodes de gestion financière prudente, il a dépassé les objectifs présentés dans le budget de 2010. Ainsi, le budget de 2011 prévoit un déficit de 16,7 milliards de dollars en 2010-2011, de 16,3 milliards de dollars en 2011-2012 et de 15,2 milliards de dollars en 2012-2013, ce qui représente une amélioration de 4,7 milliards de dollars sur trois ans par rapport aux projections du budget de 2010.

Ces résultats découlent essentiellement des efforts que le gouvernement déploie en permanence pour maîtriser la hausse des charges de programmes tout en protégeant les services auxquels les gens tiennent le plus.

Pendant que le gouvernement continuera de s’attaquer au déficit avec détermination, il ne mettra pas les services publics essentiels en danger et ne recourra pas à des compressions arbitraires générales. Il accélérera son plan visant à améliorer les gains d’efficience et la productivité en rationalisant les programmes et en trouvant de nouveaux modèles de prestation des services. Il envisagera de nouveaux moyens d’exporter et d’exploiter le savoir-faire de la province en prestation de services publics, qui sont considérés comme étant parmi les meilleurs au monde.

Un avenir meilleur

Le budget de 2011 étoffe les gains réalisés par l’Ontario au chapitre de la croissance économique et de la création d’emplois pour favoriser la vigueur des systèmes de santé et d’éducation. De plus, une population active bien instruite et un système de santé public stimulent l’économie et favorisent les investissements et la création d’emplois.

Emploi et croissance

L’économie remonte la pente et les emplois progressent en Ontario. Les données de Statistique Canada confirment que la province a récupéré 91 % des emplois perdus pendant la récession, comparativement à 14,5 % pour les États-Unis. Près de 84 % des emplois récupérés dans la province sont à temps plein.

Le Plan fiscal de l’Ontario pour stimuler la création d’emplois et la croissance, qui comporte des réductions d’impôts pour la population et une réduction des taux d’imposition des sociétés, améliore la compétitivité des entreprises ontariennes et favorise les investissements commerciaux. Les investissements du secteur privé dans la construction, les machines et le matériel ont augmenté de 7,4 % en 2010. Un climat des affaires plus concurrentiel génère davantage d’emplois et de meilleurs revenus pour les Ontariennes et Ontariens.

Au cours des prochaines semaines, l’Ontario et ses partenaires du secteur privé annonceront de nouveaux investissements de plus de 1,3 milliard de dollars, dont presque 175 millions de dollars en fonds provinciaux, qui créeront plus de 2 100 emplois et en préserveront près de 7 800.

Programmes de gestion des risques

Le gouvernement sait qu’en raison de la volatilité des marchés des marchandises, les agriculteurs peuvent avoir du mal à gérer les risques de leur entreprise. Les programmes de gestion des risques peuvent atténuer ces difficultés en offrant aux agriculteurs un soutien stable pour gérer leurs coûts. Le budget de 2011 annonce qu’il prolongera le programme pilote de gestion des risques offert aux producteurs de céréales et d’oléagineux. De plus, le gouvernement mettra en oeuvre un nouveau programme de gestion des risques pour les éleveurs de bovins, de porcs, de moutons et de veaux ainsi qu’un programme d’autogestion du risque pour le secteur des produits horticoles comestibles. Le gouvernement de l’Ontario et les agriculteurs partageront le coût de ces programmes.

Ces programmes de gestion des risques constituent une méthode novatrice pour soutenir les agriculteurs de l’Ontario, leur procurant plus de bancabilité, de stabilité et de prévisibilité tout en répondant aux tendances du marché à long terme.

Une main-d’oeuvre instruite

La prospérité de l’Ontario repose sur une main-d’oeuvre instruite, apte à soutenir la concurrence sur la scène mondiale. Depuis 2003, le gouvernement McGuinty a fait des investissements considérables dans les collèges et les universités. Le budget de 2011 prévoit des fonds pour aider plus de 60 000 étudiants supplémentaires dans les collèges et les universités d’ici 2015-2016.

Grâce à son plan Ontario ouvert sur le monde, le gouvernement fera en sorte que le pourcentage d’Ontariennes et d’Ontariens qui font des études postsecondaires passe de 63 à 70 % et veillera à ce que tous les étudiants admissibles puissent s’inscrire au collège ou à l’université.

Maternelle et jardin d’enfants à temps plein

En investissant dans les compétences et l’éducation dès la maternelle, on aide les élèves à atteindre leur plein potentiel et on favorise la prospérité économique de l’Ontario. Les programmes de maternelle et de jardin d’enfants à temps plein sont une composante essentielle du plan du gouvernement visant à aider les enfants à bien démarrer dans la vie. En outre, ils aident les parents occupés en leur permettant de gagner du temps et de faire des économies.

Pendant l’année scolaire en cours, des programmes de maternelle et de jardin d’enfants à temps plein sont offerts dans près de 600 écoles de la province, ce dont jusqu’à 35 000 enfants bénéficient. En septembre 2011, ils seront offerts dans 200 autres écoles, et jusqu’à 50 000 enfants en profiteront. Le programme sera entièrement mis en oeuvre en septembre 2014, ce qui permettra alors à quelque 247 000 enfants et à leur famille d’en bénéficier.

Meilleur dépistage du cancer du sein

En Ontario, les résultats au chapitre du cancer comptent parmi les meilleurs au monde. Cependant, on peut faire plus. Il est essentiel de dépister et de traiter le cancer du sein le plus rapidement possible. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes en Ontario et la deuxième cause de décès attribuable au cancer.

Actuellement, les femmes de moins de 50 ans ne peuvent accéder aux services de mammographie que sur recommandation d’un médecin ou d’une infirmière praticienne. Il est indispensable d’élargir le programme de dépistage afin de permettre aux jeunes femmes à risque de bénéficier d’examens fiables et des suivis offerts par l’entremise du Programme ontarien de dépistage du cancer du sein.

Le budget de 2011 prévoit un financement supplémentaire au cours des trois prochaines années pour effectuer quelque 90 000 examens supplémentaires de dépistage du cancer du sein. Cette mesure permettrait d’élargir le Programme ontarien de dépistage du cancer du sein pour inclure les femmes âgées de 30 à 49 ans qui sont sujettes au cancer du sein en raison de facteurs génétiques ou d’antécédents médicaux ou familiaux, en plus d’augmenter le nombre d’examens pour les femmes âgées de 50 à 69 ans actuellement couvertes par le programme. Grâce à ce changement, l’Ontario deviendrait un chef de file au chapitre des programmes structurés de dépistage du cancer du sein.

Stratégie de santé mentale et de lutte contre les dépendances

Les problèmes de santé mentale et de dépendance peuvent sévir à diverses étapes de la vie. On estime que 20 % des Ontariennes et des Ontariens auront une maladie mentale grave ou un problème de toxicomanie durant leur vie. Lorsque les gens se débattent contre de tels problèmes, leurs parents, amis, collègues de travail ou camarades de classe peuvent aussi être touchés.

Les problèmes de santé mentale commencent souvent à un jeune âge; environ 70 % des problèmes de santé mentale surviennent durant l’enfance et l’adolescence, mais les personnes atteintes ne reçoivent pas toujours les services dont elles ont besoin. Le système de soutien doit être davantage intégré et mieux répondre aux besoins des enfants et des jeunes. Le gouvernement investira dans une vaste Stratégie de santé mentale et de lutte contre les dépendances, qui ciblera d’abord les enfants et les jeunes.

Élargissement des services de pharmacie pour les personnes âgées et les bénéficiaires de l’aide sociale

À compter d’avril 2011, le gouvernement élargira les services de pharmacie et les soutiens offerts aux personnes qui bénéficient du Programme de médicaments de l’Ontario. Il s’agit essentiellement de personnes âgées et de bénéficiaires de l’aide sociale.

Encouragé par la réussite du programme MedsCheck, le gouvernement financera et appuiera les pharmacies offrant divers services, par exemple, des consultations de suivi pour les médicaments, l’évaluation des médicaments des personnes atteintes de maladies chroniques, et la formation des personnes devant se servir de certains appareils de diagnostic personnels, comme les appareils de contrôle de glycémie et de surveillance de la tension artérielle.

Une gestion responsable

Favoriser la croissance économique et la création d’emplois en Ontario tout en préservant les avancées réalisées par les Ontariennes et Ontariens dans le domaine de l’éducation et de la santé exige une gestion financière prudente et des budgets équilibrés. Même si l’économie remonte la pente, le gouvernement ne peut pas compter uniquement sur la croissance économique pour éliminer le déficit.

Les nouveaux investissements présentés dans le présent budget sont réalisables, car le gouvernement établit des priorités et optimise les deniers publics à l’échelle de la fonction publique.

Le gouvernement McGuinty s’est distingué en gérant les finances avec prudence et discipline. En plus d’éliminer le déficit dont il a hérité et de présenter trois budgets équilibrés, il a dépassé ses objectifs budgétaires pendant cinq des sept derniers exercices.

Les mesures de gestion des dépenses présentées dans le budget de 2010 ont porté leurs fruits immédiatement, le total des dépenses en 2010-2011 étant estimé à 3 milliards de dollars de moins que ce qui avait été prévu il y a un an. Cela fait deux années de suite que le total des dépenses est inférieur aux projections budgétaires.

Le présent budget mise sur les économies réalisées par le gouvernement jusqu’à maintenant. Les initiatives annoncées dans le présent budget et depuis décembre 2010 permettraient de réaliser des économies de près de 1,5 milliard de dollars à l’échelle du gouvernement au cours des trois prochains exercices.

Afin de protéger l’éducation et les soins de santé, le gouvernement améliorera aussi la qualité, la régularité et l’optimisation des ressources en regroupant les programmes et en examinant de nouvelles formules de prestation de services. De plus, il étudiera d’autres moyens d’exporter et d’exploiter le savoir-faire de l’Ontario en prestation de services publics, qui sont considérés comme faisant partie des meilleurs au monde.

Le budget de 2011 présente un certain nombre de nouvelles initiatives, à savoir :

  • déterminer si le modèle actuel de prestation des services de ServiceOntario présente le meilleur rapport qualité-prix pour la population de la province;
  • demander aux grands organismes de réaliser des gains d’efficience de 200 millions de dollars d’ici 2013-2014;
  • réduire de façon définitive, de 10 % en deux ans, le financement des bureaux de direction de certains bénéficiaires des paiements de transfert; cette politique s’appliquera aussi aux grands organismes gouvernementaux;
  • réduire la taille de la fonction publique de l’Ontario (FPO) de 1 500 postes supplémentaires entre avril 2012 et mars 2014, mesure qui s’ajoute à la baisse de 5 % des effectifs de la FPO annoncée dans le budget de 2009;
  • fermer les prisons d’Owen Sound, de Walkerton, de Sarnia qui ne sont pas utilisées à pleine capacité et fermer en partie le Centre de détention de l’Ouest de Toronto;
  • annuler la construction du palais de justice de Toronto-Ouest, ce qui entraînera des économies d’environ 181 millions de dollars au chapitre des crédits au cours des trois prochaines années.

Afin d’obtenir des conseils sur les réformes qui contribueraient à accélérer la réalisation de son plan visant à éliminer le déficit tout en protégeant les systèmes de santé et d’éducation, le gouvernement établira la Commission de réforme du secteur parapublic. La Commission tablera sur les réformes en cours et sur l’approche exposée dans le présent budget en vue de renforcer la prestation des services publics, et elle se penchera sur des modifications fondamentales et à long terme du mode de fonctionnement du gouvernement. Le mandat de la Commission sera notamment d’explorer les domaines de prestation des services qui sont au coeur de la mission du gouvernement de l’Ontario, de recenser les services dont la prestation pourrait être assurée avec plus d’efficience par une autre entité et de déterminer la manière d’optimiser l’argent des contribuables lors de la prestation des services publics.

La Commission remettra son rapport au ministre des Finances à temps pour que ses conclusions puissent guider la préparation du budget de 2012. La Commission ne formulera aucune recommandation qui entraînerait une hausse des impôts ou la privatisation dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Conclusion

Le présent budget décrit les choix que font les Ontariennes et Ontariens pour un avenir meilleur pendant que l’économie de la province remonte la pente à la suite de la récession mondiale. Il présente aussi le plan réaliste et réalisable que le gouvernement met en oeuvre pour gérer les dépenses, assurer la viabilité financière à long terme de la province et protéger les services de première ligne pour les familles ontariennes. Le budget réaffirme la promesse du gouvernement de protéger l’éducation et les soins de santé et le principe qu’une économie vigoureuse créatrice d’emplois est essentielle à la réalisation de cette promesse.