: Budget de l’Ontario 2013 : Exposé budgétaire

Introduction

Monsieur le Président, j’ai l’honneur de déposer le budget de 2013.

Ce budget est véritablement celui de l’Ontario.

C’est un budget qui tient compte des priorités des résidents de partout en Ontario…

Qui témoigne de leurs valeurs…

Et qui englobe les points de vue de centaines de milliers de personnes des quatre coins de la province.

Ce budget témoigne également des priorités et des valeurs de notre nouveau gouvernement…

Et de celles de la nouvelle première ministre de l’Ontario.

Représenter les meilleurs intérêts de la province…

Écouter ce que les gens ont à dire et répondre à leurs préoccupations, c’est ce qui caractérise le leadership de la première ministre Wynne.

Cette façon de procéder définit notre gouvernement…

Et forme la base de ce budget…

Un budget qui présente notre plan pour un Ontario prospère et équitable…

Qui repose sur la ferme conviction de notre gouvernement que nous devons adopter une approche équilibrée.

Et bâtir notre économie et préparer notre main-d’oeuvre pour l’avenir, en nous aidant mutuellement aujourd’hui.

Monsieur le Président, avant de présenter ce plan, permettez-moi de dire ceci :

Prendre la parole dans cette enceinte est un véritable honneur pour moi, particulièrement aujourd’hui.

Et je suis sûr que c’est la même chose pour chacune et chacun des députés…

Humbles mais privilégiés serviteurs…

Honorés de faire ce travail…

Malgré les concessions qu’exige ce travail, je sais que je parle au nom de tous mes collègues des deux côtés de l’Assemblée quand je dis que rien n’est aussi valorisant que servir les résidents de l’Ontario.

Et je les remercie.

En scrutant notre province, nous voyons qu’elle demeure un endroit où il fait bon vivre et travailler…

Et c’est grâce aux efforts des hommes et des femmes de tout l’Ontario.

Pendant la récession, le pire ralentissement économique à toucher la planète en 80 ans, les gens ont travaillé fort…

Pour protéger nos écoles et nos hôpitaux, préserver et créer des emplois, et investir dans la modernisation de l’infrastructure.

Ils ont travaillé fort pour aider l’Ontario à se rétablir…

Et nous nous relevons.

Aujourd’hui, l’Ontario jouit d’assises économiques solides.

Notre main-d’œuvre diversifiée et très scolarisée contribue à accroître davantage notre prospérité.

Nos réformes fiscales ont aidé à faire de l’Ontario un des endroits les plus propices aux affaires et aux investissements d’Amérique du Nord.

Nous devons continuer de bâtir notre économie vigoureuse et prospère…

Tout en protégeant les services publics de haute qualité auxquels la population s’attend et qu’elle mérite.

La population s’attend également à ce que le coût de ces services soit soutenable et abordable.

Elle ne veut pas d’un niveau d’endettement excessif…

Elle veut que son gouvernement adopte une perspective à long terme…

C’est pour cette raison que notre gouvernement est résolu à éliminer le déficit d’ici 2017-2018…

Puis à réduire le rapport dette nette-PIB pour le ramener à son niveau d’avant la récession, soit 27 pour 100.

Nous nous attaquons au déficit en prenant des mesures équilibrées.

Nous rejetons les compressions générales arbitraires qui menacent nos priorités dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la création d’emplois.

Pour l’heure, nous ne pouvons nous permettre non plus de réduire davantage l’impôt des sociétés, déjà faible, car une telle réduction rendrait plus difficile l’élimination du déficit.

Mais surtout, nous rejetons la croissance incontrôlée des dépenses de programmes…

Parce que cela ferait augmenter la dette et les frais d’intérêt, ce qui accaparerait des ressources que nous ne pourrions pas consacrer aux priorités essentielles.

Nous ne lèguerons pas le fardeau de la dette aux générations futures, pas plus que nous nous soustrairons à nos responsabilités actuelles.

Ce qui nous permet de faire des investissements judicieux qui sont favorables à la prospérité à long terme de l’Ontario, tout en nous employant sans relâche à éliminer le déficit.

Le plan de l’Ontario pour l’emploi et la croissance

Monsieur le Président, la création d’emplois est un indicateur important d’une économie dynamique.

Quand l’économie croît de façon soutenue…

Des emplois sont créés.

Le rôle du gouvernement dans la création d’emplois est d’inviter les gens…

Les éducateurs et autres travailleurs, les représentants du secteur sans but lucratif et les gens d’affaires…

À faire front commun pour atteindre des buts collectifs.

À créer l’environnement qui favorisera la réussite des entreprises et des particuliers.

Ceux-ci, en retour, prendront des risques, feront des investissements, créeront des emplois et seront les moteurs de l’innovation.

Cette approche contribue à la reprise économique de l’Ontario.

Depuis le creux de la récession mondiale, l’Ontario a créé 400 000 emplois nets.

Les mesures équilibrées que nous prenons pour éliminer le déficit sont fructueuses.

En fait, en dépassant nos objectifs financiers, nous pouvons continuer d’investir dans les choses qui comptent le plus pour la population dans la vie de tous les jours.

Le déficit de l’Ontario pour 2012-2013 est maintenant évalué à 9,8 milliards de dollars, ce qui est inférieur de 5 milliards de dollars aux prévisions du budget de 2012.

Une partie de cette réussite est attribuable à la discipline.

Une autre s’est faite au prix d’efforts soutenus…

Ainsi, 16 ministères sur 25 fournissent des services publics de qualité en ayant dépensé moins que le budget qui leur avait été alloué l’an dernier.

Pour une quatrième année de suite, le déficit enregistré pour l’exercice est plus bas que prévu…

Ce qui fait de l’Ontario le seul gouvernement du Canada à avoir atteint ce degré de réussite.

C’est également la deuxième année d’affilée où la croissance des dépenses de programmes devrait être inférieure à 1 pour 100.

Au cours des années à venir, il faudra déployer le même effort soutenu pour contrôler la croissance des dépenses.

Notre gouvernement fait face...

À des défis sur lesquels nous exerçons un contrôle, comme les dépenses…

Et à des défis économiques hors de notre contrôle, comme les changements dans l’économie mondiale.

Les prévisions de croissance de l’économie mondiale ont fléchi.

Certains pays européens sont en récession, et la croissance des économies émergentes a ralenti.

L’Ontario dépend encore beaucoup de l’économie américaine pour l’essentiel de ses exportations...

Et nous faisons face à de sérieux défis lorsqu’il s’agit de notre compétitivité à l’échelle mondiale.

Les avantages que nous avions ici en Ontario, il n’y a pas si longtemps, ont changé.

Pendant les années 1990, par exemple, nous avons bénéficié d’un dollar canadien faible…

De pétrole bon marché…

Et d’un accès à des marchés vigoureux aux États-Unis.

Aujourd’hui, le dollar est pratiquement à parité…

Le prix du pétrole est élevé, et la croissance économique aux États-Unis demeure modeste.

Face à de nouveaux défis, nous trouverons de nouveaux avantages. 

Le plan de renouveau économique de notre gouvernement pour les emplois aidera l’Ontario à relever ces défis et stimulera la croissance.

Voici donc ce que nous ferons :

Un : Nous prendrons des mesures pour soutenir un climat compétitif propice aux affaires en maintenant les taxes et impôts à un bas niveau.

Nous prolongerons la déduction pour amortissement accéléré pour les machines et le matériel, ce qui représente une aide de 265 millions de dollars sur trois ans pour le secteur manufacturier. 

Nous offrirons aux petites entreprises un allégement accru au titre de l’impôt‑santé des employeurs…

En proposant d’augmenter la masse salariale annuelle exonérée de cet impôt.

Le coût de cet allégement fiscal pour les petites entreprises serait compensé par l’élimination de la même exemption pour les grandes entreprises.

Deux : Nous continuerons d’investir dans une infrastructure moderne.

Parce que nous savons que la croissance de l’économie ontarienne dépend en partie de la circulation des biens et des personnes.

C’est pourquoi le budget de l’Ontario prévoit des investissements de plus de 35 milliards de dollars dans l’infrastructure au cours des trois prochaines années…

Y compris un nouveau fonds conçu spécialement pour aider les petites municipalités, les municipalités rurales et les municipalités du Nord à s’occuper des routes, des ponts et d’autres éléments de l’infrastructure essentiels.

La province mènera des consultations sur les composantes d’un programme permanent en prévision du budget de l’an prochain.

Depuis des années, l’Ontario transfère deux sous de la taxe provinciale perçue sur chaque litre d’essence à ses partenaires municipaux…

Pour les aider à assumer le coût des transports en commun.

Ces partenaires nous ont demandé de rendre ce transfert permanent.

Et c’est précisément ce que nous proposons dans le budget, afin de leur donner la stabilité et la certitude dont ils ont besoin lorsqu’ils planifient leurs solutions en matière de transports en commun.

Nous devons également nous attaquer à l’engorgement routier.

Chaque minute qu’un travailleur perd, coincé dans la circulation, représente une minute de productivité perdue.

Chaque camion immobilisé sur l’autoroute représente un avantage éventuel pour un concurrent.

Pour relever ce défi, il faut une politique publique rigoureuse…

Et un investissement public suffisant.

Pour ces raisons, notre gouvernement examinera une gamme de nouveaux outils pour générer des revenus en vue d’appuyer le transport en général et les transports en commun en particulier dans la région du Grand Toronto et de Hamilton.

Nous prendrons des mesures après la publication de la stratégie d’investissement de Metrolinx…

Pour mettre en oeuvre les outils de génération de revenus qui nous donneront les moyens d’atténuer l’engorgement routier.

Ce faisant, nous éviterons d’ajouter des pressions supplémentaires sur nos impôts fonciers.

Par exemple, Monsieur le Président, nous convertirons certaines voies réservées aux véhicules multioccupants en voies réservées aux véhicules multioccupants à accès spécial tarifé.

Toutes les autoroutes dotées de telles voies offriraient des options d’accès gratuit.

Nous établirons notre plan et mènerons des consultations avant d’instaurer cette mesure.

Trois : Nous investirons dans la formation professionnelle et l’éducation de notre main-d’œuvre, en particulier les jeunes.

Le budget de l’Ontario propose une stratégie globale d’emploi pour les jeunes, dotée de 295 millions de dollars sur deux ans.

Cette stratégie offrira des occasions d’emploi à environ 30 000 jeunes.

Nous travaillerons de concert avec les jeunes et les jeunes professionnels pour faire en sorte qu’ils reçoivent la formation pertinente…

Bénéficient d’occasions d’emploi propices et soient dotés des outils nécessaires pour réussir.

Quatre : Nous renforcerons la capacité des entrepreneurs de l’Ontario de transformer des idées en produits et services novateurs destinés à l’économie mondiale.

Nous continuerons d’investir dans les arts et la culture, dont 45 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les emplois dans l’industrie de la musique.

Ce fonds aidera l’industrie à créer des emplois afin de faire de l’Ontario un chef de file dans le domaine de l’enregistrement et des spectacles musicaux.

Cinq : Nous collaborerons avec les entreprises pour ouvrir l’accès des biens et services ontariens aux marchés extérieurs.

Nous devons tirer parti des relations que nous avons établies dans le monde entier pour aider les entreprises de l’Ontario à trouver de nouveaux marchés offrant de nouveaux débouchés.

Nous collaborons donc avec le gouvernement fédéral pour élargir les accords commerciaux et nous aiderons les exportateurs grâce à 60 missions commerciales dans de nouveaux marchés au cours de la prochaine année.

Six : Finalement, nous aiderons toutes les économies locales et régionales de la province à profiter des nouvelles occasions.

Le Programme de garanties d’emprunt pour les Autochtones continue de soutenir le développement économique, aidant les collectivités à faire des investissements pour créer des emplois.

Les mesures contenues dans le budget de l’Ontario aideront les industries de toute la province à prendre de l’expansion…

Du secteur de l’automobile à l’industrie de l’agriculture.

Le gouvernement continuera d’affirmer la fierté de l’Ontario dans le secteur manufacturier, les services financiers, le tourisme, la foresterie et l’exploitation des richesses naturelles.

L’industrie agroalimentaire de l’Ontario est l’un des moteurs les plus dynamiques de notre économie, apportant 34 milliards de dollars à notre PIB et soutenant plus de 700 000 emplois en Ontario.

À lui seul, le secteur de la transformation des aliments compte près de 3 000 entreprises manufacturières, fournissant des possibilités d’emploi aux quatre coins de la province.

Le budget de l’Ontario aidera ces industries à prendre de l’expansion et leur permettra de concrétiser les nouvelles idées.

Les petites entreprises en démarrage et les entrepreneurs sociaux recevront les outils dont ils ont besoin pour faire passer leurs idées de la planche à dessin aux marchés mondiaux.

Le budget de l’Ontario aidera les jeunes à trouver des emplois…

Et les Ontariennes et Ontariens à se déplacer plus rapidement et de façon plus sûre.

Une société équitable

J’ai parlé de ce que nous allons faire pour contribuer à édifier un Ontario plus prospère.

Je vais maintenant décrire comment nous allons procéder pour créer une société équitable.

Ces deux concepts sont étroitement liés.

Lorsque notre gouvernement parle d’une société équitable, je tiens à préciser ce que cela signifie dans le contexte de notre économie.

Il s’agit de permettre à tout le monde de trouver du travail…

Car l’économie de l’Ontario est plus forte lorsque nous avons tous la possibilité d’avoir un emploi rémunéré…

Pour participer à la vie des collectivités…

Et contribuer à la prospérité de notre province.

Il s’agit aussi de permettre à tout le monde d’avoir accès aux services publics importants.

L’Ontario transforme les services de santé pour que plus de personnes reçoivent les soins dont elles ont besoin plus rapidement, là où elles le souhaitent.

Dans le budget de 2012, nous nous sommes engagés à accroître les soins à domicile et les soins communautaires de 4 pour 100 en moyenne par année.

Le budget de l’Ontario de 2013 propose d’aller encore plus loin; il prévoit d’augmenter le financement des soins à domicile de 1 pour 100 de plus par année, ce qui représenterait une augmentation totale de plus de 700 millions de dollars d’ici 2015‑2016 comparativement à 2012-2013.

Partout en Ontario, il y a des gens qui ont besoin d’aide pour se rendre à leurs rendez-vous médicaux…

Qui reçoivent des services de santé mentale et de traitement des dépendances dans leur localité…

Ou qui ont des troubles médicaux complexes nécessitant des soins infirmiers à domicile.

Le budget de l’Ontario ferait en sorte que les gens reçoivent les soins dont ils ont besoin dans leur communauté et à domicile.

Nous voulons aussi améliorer les services de santé dans les petites localités et les communautés rurales et du Nord de la province…

Pour les peuples autochtones, les personnes âgées et celles qui ont des problèmes de santé mentale et de dépendance, grâce au Plan d’action en matière de soins de santé…

Car nous méritons tous de recevoir des soins de même qualité, où que nous vivions.

Par ailleurs, notre gouvernement investit dans les jeunes…

Pour les préparer à faire face aux défis et à saisir les possibilités qui se présenteront à eux.

L’Ontario leur inculque l’esprit d’équipe et la pensée critique…

Nous formons une main-d’oeuvre créative et ingénieuse.

En commençant par le programme de maternelle et de jardin d’enfants à temps plein…

Puis en réduisant l’effectif des classes du primaire…

En améliorant les taux de diplomation au secondaire…

Et en instaurant des programmes comme la Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario ou la nouvelle structure des frais de scolarité.

La province doit continuer de fournir une éducation de calibre mondial, outre les nombreuses possibilités que nous avons créées ensemble.

Il n’est pas dans l’intérêt de l’Ontario que les gens qui souhaitent avoir un emploi se heurtent à des obstacles.

C’est pourquoi le budget de l’Ontario prévoit de réduire les obstacles à l’emploi auxquels font face les bénéficiaires de l’aide sociale.

Je tiens à remercier Frances Lankin et Munir Sheikh pour leurs excellents conseils et propositions.

Donnant suite à leur travail, notre gouvernement propose d’instaurer une exemption de gains de 200 $ par mois pour les prestataires du programme Ontario au travail ou du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées…

Parce que les gens méritent de garder une plus grande partie de l’argent qu’ils gagnent en travaillant.

Nous proposons de majorer les taux de l’aide sociale de 1 pour 100…

Et de bonifier le taux des prestations versées par le programme Ontario au travail aux célibataires sans enfant au moyen d’un supplément.

Ces personnes constituent le groupe de bénéficiaires de l’aide sociale dont le revenu est le plus faible.

Enfin, le budget prévoit de majorer le plafond s’appliquant aux espèces et à l’avoir liquide des bénéficiaires du programme Ontario au travail pour qu’ils jouissent d’une plus grande sécurité financière.

Monsieur le Président, ces changements sont substantiels et essentiels.

Mais surtout, ils sont équitables.

Sans cette réforme, certaines personnes risquent de s’enfoncer encore plus…

Tout en étant moins motivées à chercher du travail, car le système actuel leur reprend une partie des revenus qu’elles tirent d’un emploi.

Le budget de l’Ontario mettrait fin à cette pratique.

Nous reconnaissons aussi que les taux élevés de l’assurance-automobile représentent un fardeau pour les familles ontariennes.

Non seulement ces coûts grèvent le budget des particuliers, mais ils pèsent aussi sur notre économie.

Nous comptons y remédier en proposant une réduction de 15 pour 100 en moyenne des taux de l’assurance-automobile.

Par ailleurs, dans le budget de 2011, notre gouvernement a présenté la Prestation Trillium de l’Ontario pour aider les familles à revenu faible ou modeste.

Lors de nos consultations, certains nous ont dit qu’ils aimeraient pouvoir choisir entre recevoir leur prestation sous forme de paiements mensuels ou en obtenir le montant intégral une fois par an.

Monsieur le Président, le budget de l’Ontario leur offre ce choix.

Une société équitable reconnaît que l’amélioration des occasions économiques permettra aux personnes autochtones de travailler et de s’épanouir.

Un nouveau fonds offrira du soutien en matière de logement à toutes les personnes à faible revenu des communautés des Premières Nations…

Et nous consacrerons un montant supplémentaire de 5 millions de dollars au Cadre d’élaboration des politiques de l’Ontario en éducation des Premières nations, des Métis et des Inuit.

Une société équitable protège les personnes vulnérables, quel que soit leur revenu.

Le gouvernement reste déterminé à aider les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Nous investirons dans la réduction des listes d’attente afin d’aider les familles dont les besoins sont urgents.

Une société équitable fait en sorte que tous aient accès aux services de justice.

C’est pourquoi nous versons de nouveaux fonds à Aide juridique Ontario, afin d’aider les familles à faible revenu, les victimes de violence familiale et d’autres personnes dans le besoin.

Créer une société équitable signifie veiller sur la sécurité de nos citoyens.

Nous sommes reconnaissants aux hommes et aux femmes agents de police qui consacrent leur vie à protéger leur famille et leur collectivité.

C’est pourquoi nous continuerons d’appuyer nos forces de police en finançant chaque année la Stratégie provinciale d’intervention contre la violence.

L’Ontario continuera également de décharger les municipalités du coût des services sociaux…

Car c’est la bonne et juste façon de procéder.

Enfin, Monsieur le Président, nous devons collaborer avec nos partenaires provinciaux pour obtenir du gouvernement fédéral des dispositions de paiement de transfert équitables.

Des transferts financiers qui feraient en sorte que la population de l’Ontario reçoive sa juste part.

La voie pour atteindre l’équilibre

Monsieur le Président, je veux être clair : notre gouvernement est convaincu qu’éliminer le déficit est la décision la plus importante que la province peut prendre pour stimuler l’économie et créer des emplois.

En éliminant le déficit, on libère des ressources pour faire des investissements stratégiques qui stimuleront la croissance économique et favoriseront la création d’emplois.

Grâce aux efforts que nous déployons pour équilibrer le budget, le déficit prévu pour 2013-2014 est de 11,7 milliards de dollars…

Ce montant est inférieur de plus de 1 milliard de dollars à ce qui avait été prévu dans le budget de l’an dernier.

Ce sera la cinquième année de suite que le déficit de l’Ontario sera plus bas que prévu à l’origine.

En 2013-2014, les dépenses de programmes se maintiendront au niveau qui avait été projeté dans le budget de 2012.

Ce qui prouve que notre plan fonctionne.

Pourtant, il y a encore beaucoup à faire.

Je suis heureux d’annoncer que l’Ontario est en train de dépasser ses objectifs financiers, grâce en partie à la refonte de la prestation des services publics.

L’an dernier, le gouvernement a commencé à concrétiser environ la moitié des 362 recommandations de la Commission de réforme des services publics de l’Ontario.

Cette année, nous continuerons d’aller de l’avant et aurons mis en oeuvre, au total, 60 pour 100 des recommandations.

Nous nous appliquons aussi à trouver des économies dans les programmes de soutien aux entreprises et les crédits d’impôt remboursables, comme l’a recommandé le Conseil pour l’emploi et la prospérité.

Les changements que nous avons faits en 2009 ont permis au régime fiscal de l’Ontario d’être très compétitif.

Ces changements se traduiront par des allégements fiscaux annuels d’environ 8,5 milliards de dollars pour les entreprises.

Par ailleurs, le coût des crédits d’impôt accordés aux entreprises de l’Ontario augmente à un rythme qu’il est impossible de soutenir.

Par conséquent, au cours des six prochains mois, nous allons recevoir des conseils qui nous éclaireront sur l’avenir de ces programmes…

Pour nous assurer qu’ils donnent des résultats favorisant la productivité et la création d’emplois.

Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral pour éliminer les échappatoires fiscales et lutter contre l’économie souterraine.

Les contribuables veulent un gouvernement responsable et garant des deniers publics.

Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre de la réforme plus vaste visant à accroître l’efficacité de la prestation des services publics.

Monsieur le Président, nous sommes déterminés à faire ce qu’il faut…

Et ce qui est équitable…

Pour que chacun paie sa juste part, protéger les services publics et éliminer le déficit de l’Ontario.

Conclusion

Monsieur le Président, l’Ontario a de nombreux atouts.

Plus de treize millions en fait.

Car sa population est le plus grand atout de l’Ontario.

Sa diversité…

Ses compétences et ses connaissances…

Et sa volonté de travailler.

C’est pourquoi, malgré les nombreux défis économiques mondiaux, nous continuons à devancer beaucoup d’autres régions du monde.

Parce que les gens qui vivent dans notre province travaillent fort…

Et se serrent les coudes…

Pour offrir une belle qualité de vie à leurs familles…

Et renforcer leurs communautés.

C’est le moins que puisse faire notre gouvernement.

C’est pourquoi, malgré la fragilité de la reprise économique, nous adoptons des mesures équilibrées afin d’éliminer le déficit et de faire des investissements judicieux qui favoriseront la croissance économique à long terme.

C’est pourquoi nous sommes déterminés à aider tous ceux qui vivent en Ontario à jouir des mêmes possibilités.

D’édifier un Ontario prospère…

Et équitable.

Un Ontario inclusif…

Tolérant…

Et ouvert…

Comme les gens qui y ont élu domicile.

Et, avec leur soutien, nous avons établi un budget qui tient compte de leurs priorités…

De leurs valeurs.

Ce budget repose sur des principes qui lui ont été soufflés par les Ontariennes et Ontariens.

Ceux-ci avaient beaucoup à dire.

Ils nous disent qu’ils souhaitent que le gouvernement concrétise leurs priorités…

Le budget tient aussi compte des priorités de tous les membres de cette assemblée…

Car, malgré nos divergences, nous sommes tous poussés par le même désir d’aider cette province.

C’est en travaillant ensemble – et seulement en travaillant ensemble – que nous pouvons réaliser ces priorités.

Monsieur le Président, les Ontariennes et Ontariens sont fiers.

Fiers de la manière dont ils ont travaillé ensemble pour traverser la pire récession mondiale en 80 ans.

Fiers de la manière dont ils ont travaillé ensemble pour protéger les systèmes publics d’éducation et de santé…

Fiers de notre province…

Où il y a de la place pour tout le monde.

Pour soutenir la concurrence, faire des affaires et réussir.

Pour apprendre.

Et, par-dessus tout, pour s’entraider.

Merci, Monsieur le Président.