: BUDGET 2014
Perspectives économiques et plan financier de l’Ontario

Le 1er mai 2014

Aperçu

L’économie de l’Ontario continue d’afficher une croissance modérée, ce qui contribue à la création d’emplois et de possibilités d’affaires. Cependant, la conjoncture économique mondiale est toujours difficile. C’est pourquoi le gouvernement va de l’avant avec un plan sur dix ans pour l’économie qui met l’accent sur les investissements stratégiques dans les gens, l’édification d’une infrastructure moderne et l’établissement d’un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation. Grâce à ces mesures, qui stimulent la croissance économique et créent les emplois nécessaires pour arriver à éliminer le déficit, la province et les Ontariennes et Ontariens seront bien placés pour réussir.

  • Depuis le creux survenu pendant la récession en juin 2009, 459 500 emplois nets ont été créés dans la province.*
  • Depuis juin 2009, la création d’emplois en Ontario s’accroît à un rythme supérieur à celui de la plupart des économies développées, y compris les États-Unis, à la moyenne des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques et à tout le reste du Canada. 
  • Le déficit pour 2013-2014 est maintenant estimé à 11,3 milliards de dollars, ce qui représente une amélioration de 0,4 milliard de dollars par rapport aux prévisions du budget de 2013.
  • C’est la cinquième année de suite que la province prévoit un déficit inférieur aux prévisions.

Perspectives économiques

L’économie ontarienne continue sa progression à un rythme modéré dans un contexte mondial difficile. La croissance plus forte aux États-Unis et la dépréciation du dollar canadien contribueront à stimuler le niveau des exportations et des investissements des entreprises en Ontario. Les dépenses des ménages, qui représentent près de 60 % de l’activité économique, devraient aussi se raffermir.

Le ministère des Finances prévoit que le produit intérieur brut (PIB) réel va doubler pour passer de 1,3 % en 2013 à 2,6 % d’ici 2017, d’après les données disponibles au 8 avril 2014.

Perspectives économiques de l’Ontario
(en pourcentage)
  2011 2012 2013 2014p 2015p 2016p 2017p
Croissance du PIB réel 2,2 1,3 1,3 2,1 2,5 2,5 2,6
Croissance du PIB nominal 4,0 3,0 2,7 3,5 4,4 4,4 4,6
Croissance de l’emploi 1,8 0,8 1,4 1,1 1,5 1,6 1,4
Inflation de l’IPC 3,1 1,4 1,0 1,5 1,9 2,0 2,0
p = projection de planification du ministère des Finances de l’Ontario.
Sources : Statistique Canada et ministère des Finances de l’Ontario.

La province continue à prendre des mesures visant à renforcer l’économie et à appuyer le secteur de l’emploi en investissant stratégiquement dans des domaines compétitifs à l’échelle internationale. Les dépenses des ménages et la construction résidentielle, ainsi que les investissements publics dans l’infrastructure et ceux des entreprises dans les immobilisations de production, ont favorisé la reprise économique de l’Ontario. Les principaux indicateurs, y compris le PIB réel et le niveau de l’emploi, se situent maintenant bien au-delà des niveaux d’avant la récession. Au quatrième trimestre de 2013, le PIB réel de l’Ontario avait augmenté de 10,3 % par rapport au creux de la récession et était supérieur de 5,1 % au taux record enregistré avant la récession.

La croissance économique mondiale devrait s’améliorer en 2014, sous l’effet de la vigueur des économies avancées. En particulier, la forte activité économique aux États-Unis devrait être un moteur important de la croissance mondiale.

Le ministère des Finances prévoit que l’économie ontarienne continuera de croître progressivement à un rythme soutenu et que le PIB réel affichera une hausse de 2,1 % en 2014, de 2,5 % en 2015 et en 2016, et de 2,6 % en 2017. Par comparaison, au moment du dépôt du budget de 2013, on avait prévu que la croissance du PIB réel serait de 2,3 % en 2014 et de 2,4 % en 2015 et en 2016.

L’emploi en Ontario

Même si elle est modérée, la croissance soutenue de l’économie de l’Ontario a contribué aux gains réalisés au chapitre de l’emploi. En 2013, le niveau de l’emploi en Ontario a affiché de robustes gains de 1,4 %, soit 95 700 nouveaux emplois – une amélioration par rapport aux gains de 52 400 emplois en 2012. L’année dernière, 64,7 % des gains réalisés dans le secteur de l’emploi étaient des postes à temps plein et 68,2 % provenaient du secteur privé.

Grâce à la croissance soutenue dans le secteur de l’emploi, le taux de chômage en Ontario a affiché en 2013 une baisse pour s’établir à 7,5 %, soit bien au-dessous du sommet de 9,4 % atteint lors de la récession en juin 2009.

Depuis le creux survenu pendant la récession, 459 500 emplois nets ont été créés. La totalité des gains dans le secteur de l’emploi depuis la fin de la récession est attribuable aux 463 400 emplois à temps plein récupérés. La majorité des nouveaux emplois nets a été créée dans le secteur privé et dans des industries où le salaire est supérieur à la moyenne. En mars 2014, on comptait en Ontario 193 700 plus d’emplois qu’au pic avant la récession, en septembre 2008. Le taux de chômage a baissé en Ontario, passant du sommet de 9,4 % atteint au plus fort de la récession en juin 2009 à 7,3 % en mars 2014.

Le marché du travail de l’Ontario continuera à faire preuve de résilience, les gains soutenus sur le plan de l’emploi devant se maintenir au cours de la période de prévision. Le niveau de l’emploi devrait afficher une augmentation de 1,1 % en 2014, ce qui correspond à 73 000 nouveaux emplois nets, et une croissance moyenne de 1,5 % par année entre 2015 et 2017. D’ici 2017, l’Ontario aura créé plus de 1 million d’emplois nets par rapport à 2003. Grâce à l’amélioration soutenue de la situation de l’emploi, le taux de chômage en Ontario diminuera pour passer de 7,5 % en 2013 à 6,2 % en 2017.

Les exportations de l’Ontario

L’actuelle diversification des exportations part d’une base qui est dominée par les exportations de marchandises vers les États-Unis. La valeur des marchandises que l’Ontario exporte vers les États-Unis, son principal partenaire commercial, a diminué de 16 % en 10 ans. En conséquence, la proportion de marchandises que l’Ontario exporte vers les États-Unis a baissé, pour passer de 91,5 % en 2003 à 78,4 % en 2013. Au cours de la même période, la part des exportations ontariennes vers l’Union européenne et d’autres pays, y compris les économies en essor rapide, a plus que doublé.

Ce virage des exportations ontariennes devrait se poursuivre, sous l’effet d’une économie mondiale en expansion et de l’entrée en vigueur de nouvelles ententes commerciales. Par exemple, l’accord économique conclu avec l’Union européenne rendra les entreprises ontariennes plus concurrentielles sur le marché européen, qui compte plus de 500 millions de consommateurs et affiche un PIB de près de 17 billions de dollars. La reprise de l’économie américaine et, en particulier, le regain de la demande des consommateurs américains, notamment pour les véhicules automobiles, stimulera aussi la croissance des exportations ontariennes. Les exportations de l’Ontario vers les économies émergentes en expansion rapide, comme la Chine et l’Inde, devraient aussi s’accélérer. De fait, une part de plus en plus importante d’exportations ontariennes est intégrée aux chaînes d’approvisionnement mondiales, ce qui contribuera à la croissance des exportations au cours de la période de prévision.

Plan financier

Le déficit pour 2013-2014 est maintenant estimé à 11,3 milliards de dollars, ce qui représente une amélioration de 0,4 milliard de dollars par rapport aux prévisions du budget de 2013. Même si les revenus sont inférieurs aux prévisions, le gouvernement continue à dépasser ses objectifs budgétaires grâce à sa démarche visant à gérer la croissance des dépenses. C’est la cinquième année de suite que l’Ontario annonce que ses charges de programmes et le déficit sont inférieurs aux prévisions. C’est en Ontario que les dépenses de programmes par habitant sont les plus basses et que le total des revenus perçus par habitant est le plus faible parmi les provinces canadiennes, y compris ceux provenant des paiements de transfert fédéraux, sans que ce soit au détriment de la qualité des services qui appuient le bien-être de la population de la province.

Reconnaissant qu’il faut faire dès maintenant des investissements stratégiques dans les gens, dans une infrastructure moderne et dans un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation, le gouvernement procède à la mise en oeuvre d’un plan sur 10 ans pour l’économie qui placera la province et sa population dans la meilleure position possible pour réussir en contribuant à stimuler la croissance économique et à créer les emplois indispensables à l’élimination du déficit.

En plus de réaffirmer sa volonté de faire des choix responsables en matière de dépenses pour que chaque dollar compte, le gouvernement prévoit afficher des déficits de 12,5 milliards de dollars en 2014-2015, de 8,9 milliards de dollars en 2015-2016 et de 5,3 milliards de dollars en 2016-2017. Le gouvernement demeure résolu à équilibrer le budget d'ici 2017-2018 d'une manière responsable et équitable, tout en protégeant les investissements cruciaux et les services publics pour toute la population de l’Ontario.

Perspectives de revenus

Le total des revenus en 2013-2014 est estimé à 115 653 millions de dollars. Ce résultat est inférieur de 1 192 millions de dollars au montant prévu dans le budget de 2013. La baisse est principalement due aux revenus fiscaux inférieurs aux projections.

Le total des revenus devrait augmenter, pour passer de 115,7 milliards de dollars à 129,4 milliards de dollars entre 2013-2014 et 2016-2017, ce qui correspond à une croissance moyenne de 3,8 % par année.

Depuis le budget de 2010, les perspectives de revenus à moyen terme ont diminué, et ce, en raison partiellement de la croissance économique moins rapide dans un contexte mondial difficile.

Sans tenir compte de l’incidence de nouvelles mesures touchant les revenus, par rapport aux prévisions du budget de 2010, les perspectives de revenus présentées dans le budget de 2014 sont inférieures de 2,9 milliards de dollars pour 2013-2014, et de 8,8 milliards de dollars pour 2016-2017.

Perspectives des charges

Les charges totales en 2013-2014 devraient, selon les prévisions actuelles, être inférieures de 636 millions de dollars aux résultats prévus dans le budget de 2013. Cette révision des projections est attribuable surtout aux efforts que le gouvernement ne cesse de déployer pour faire des choix responsables en matière de dépenses ainsi qu’aux charges liées à l’intérêt sur la dette, qui sont moins élevées que prévu.

On prévoit qu’en 2013-2014 les charges de programmes seront inférieures de 587 millions de dollars aux prévisions du budget 2013, en raison de la gestion de la croissance des dépenses et de la mise en oeuvre de mesures liées aux recommandations issues de l’examen des dépenses mené par le gouvernement. En conséquence, 16 ministères sur 25 devraient avoir dépensé moins que le montant total de leur enveloppe budgétaire. De plus, les dépenses de programmes de la province ont été inférieures aux prévisions à chaque exercice depuis la publication du document Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario 2009.

Les charges totales devraient passer de 127,0 milliards de dollars à 133,5 milliards de dollars entre 2013-2014 et 2016-2017, soit une hausse moyenne de 1,7 % par année. Cette augmentation est attribuable aux investissements stratégiques réalisés dans le cadre du plan sur 10 ans pour l’économie de l’Ontario et témoigne de la volonté du gouvernement de faire en sorte que toutes les Ontariennes et tous les Ontariens aient un avenir plus sûr et vivent dans une société plus équitable. Cette évolution des charges est aussi attribuable à la démarche responsable adoptée pour la gestion de la croissance des dépenses de programmes. De fait, la croissance annuelle des charges de programmes sera maintenue, en moyenne, à 1,1 % entre 2013-2014 et 2016-2017, ce qui cadre avec la croissance moyenne de 1,4 % par année des charges de programmes entre 2010-2011 et 2013-2014.

Élimination du déficit

Dans le document Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario 2013, le gouvernement a énoncé clairement sa priorité : continuer à protéger les investissements dans les emplois, la croissance et les familles, et ce, avant de s’attaquer aux objectifs à court terme. De ce fait, la province prévoit, à l’heure actuelle, des déficits de 12,5 milliards de dollars en 2014-2015, de 8,9 milliards de dollars en 2015-2016 et de 5,3 milliards de dollars en 2016-2017. Elle s’attend à rétablir l’équilibre budgétaire d’ici 2017-2018.

Parallèlement aux investissements stratégiques que le gouvernement effectue dans le cadre du plan économique sur 10 ans de l’Ontario, il adoptera aussi des mesures intentionnelles afin de pouvoir continuer à gérer les dépenses et améliorer les mesures d’équité fiscale pour les particuliers et pour les entreprises. Ensemble, ces mesures aideront la province à atteindre ou dépasser les objectifs budgétaires décrits dans le présent budget, et à éliminer le déficit d’ici 2017-2018.

Ensemble, ces mesures délibérées contribueront à faire en sorte que le gouvernement continue à dispenser, voire à améliorer, les programmes et services prioritaires, sur lesquels les gens comptent, tout en éliminant le déficit. Ces mesures comprennent :

  • la gestion responsable des dépenses de programmes
  • le maintien de l’intégrité des revenus provinciaux
  • l’amélioration de l’équité fiscale pour les particuliers et pour les entreprises
  • le dégagement de la valeur des biens provinciaux

*Le communiqué ayant trait au budget intitulé « Faire progresser l’Ontario maintenant pour un avenir meilleur » (14 juillet 2014) renferme des renseignements à jour.

DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS DES MÉDIAS :
Susie Heath, bureau du ministre, 416 325-3645
Scott Blodgett, ministère des Finances, 416 325-0324

DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS DU PUBLIC :
1 800 337-7222
ATS : 1 800 263-7776

ontario.ca/finances-nouvelles
Available in English

Description des graphiques

PIB réel de l’Ontario depuis la récession de 2008-2009

Ce graphique linéaire simple montre le PIB réel de l’Ontario entre le premier trimestre de 2008 et le quatrième trimestre de 2013. Avant la récession, le PIB réel de l’Ontario avait atteint un pic de 602,0 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2008 pour descendre, pendant la récession, et s’établir à un creux de 573,3 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2009. Au quatrième trimestre de 2013, le PIB réel de l’Ontario avait augmenté pour passer à 632,6 milliards de dollars.

Retourner au graphique

Les marchandises de l’Ontario s’exportent vers de nouveaux marchés

Ce graphique à barres montre que la part des exportations de marchandises de l’Ontario vers les États-Unis est en baisse, passant de 91,5 % en 2003 à 78,4 % en 2013, tandis que la part des exportations de marchandises de l’Ontario vers l’Union européenne est en hausse, passant de 3,8 % en 2003 à 9,5 % en 2013. La part des exportations de marchandises de l’Ontario vers le reste du monde a affiché une hausse, passant à 12,1 % en 2013 par rapport à 4,7 % en 2003.

Retourner au graphique

Affaiblissement des perspectives de revenus à moyen terme depuis la publication du budget de 2010

Ce graphique illustre l’affaiblissement des perspectives à moyen terme pour les revenus du gouvernement de l’Ontario depuis les prévisions du budget de 2010.

Depuis le budget de 2010, les perspectives de revenus à moyen terme ont diminué, et ce, en raison partiellement de la croissance économique moins rapide dans un contexte mondial difficile.

Par rapport aux prévisions du budget de 2010, les perspectives de revenus présentées dans le budget de 2014 sont inférieures de 2,9 milliards de dollars pour 2013-2014, et de 8,8 milliards de dollars pour 2016-2017. Cela ne tient pas compte de l’incidence de nouvelles mesures touchant les revenus.

Retourner au graphique

Affaiblissement des perspectives de charges à moyen terme depuis la publication du budget de 2010

Ce graphique illustre l’affaiblissement des perspectives à moyen terme pour les charges du gouvernement de l’Ontario depuis les prévisions du budget de 2010.

Dans le budget de 2010, il était prévu que les charges augmentent pour passer d’approximativement 127 milliards de dollars en 2010-2011 à approximativement 140 milliards de dollars en 2016-2017. Selon le budget de 2014, les charges devraient augmenter pour passer de 121 milliards de dollars en 2010-2011 à approximativement 134 milliards de dollars en 2016-2017. Pour chacun des exercices entre 2010-2011 et 2016-2017, le budget de 2014 prévoit des charges inférieures aux niveaux prévus dans le budget de 2010.

Retourner au graphique

Plan de l’Ontario visant à éliminer le déficit

Ce graphique illustre le plan budgétaire de l’Ontario de 2014 visant à éliminer le déficit, et les réductions successives du déficit prévues de 2014-2015 à 2017-2018. Selon les perspectives à moyen et à long terme, on prévoit un déficit de 12,5 milliards de dollars pour 2014-2015, un déficit de 8,9 milliards de dollars pour 2015-2016, un déficit de 5,3 milliards de dollars pour 2016-2017 et un rétablissement de l’équilibre budgétaire pour 2017-2018.

Les cibles de réduction du déficit du gouvernement englobent une réserve de 1,0 milliard de dollars en 2014-2015, et de 1,2 milliard de dollars pour les exercices 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018. Le graphique montre qu’à moyen et à long terme, les perspectives budgétaires actuelles avant la réserve sont un déficit de 11,5 milliards de dollars en 2014-2015, un déficit de 7,7 milliards de dollars en 2015-2016, un déficit de 4,1 milliards de dollars en 2016-2017 et un excédent de 1,2 milliard de dollars en 2017-2018.

Retourner au graphique