: Budget de l’Ontario 2014 : Exposé budgétaire

Introduction

Monsieur le Président, j’ai l’honneur de déposer le budget de l’Ontario de 2014.

Il y a 74 jours, nous avons présenté un plan à l’Assemblée législative pour les Ontariens et Ontariennes.

Pour un meilleur avenir.

Un plan qui vise à offrir plus de possibilités et de sécurité aux résidants…

Des quatre coins de la province.

Nous nous sommes engagés à déposer de nouveau le budget si nous étions élus… et nous respectons cet engagement aujourd’hui.

À la maison, on m’a enseigné à penser aux autres… pas seulement à moi.

À avoir l’esprit ouvert…

À consulter d’autres personnes…

Pour ensuite prendre des décisions éclairées.

Ainsi, depuis que j’ai déposé le présent budget, nous avons présenté ce plan aux gens…

De Sault Ste. Marie à Scarborough…

De Windsor à Walkerton…

De Kingston à Kitchener…

De Barrie à Burlington.

Et ils ont indiqué qu’ils avaient confiance en nous et en notre plan…

Un plan que nous commençons à concrétiser… aujourd’hui.

Le plan

Monsieur le Président, le plus grand atout de la province est sa population…

Comme en témoignent ses talents et ses aptitudes, sa compassion et son esprit de compétition, sa diversité et son soutien mutuel…

Voilà ce qui fait de notre province un endroit si extraordinaire.

Notre plan s’appuie sur ces forces…

Notre plan crée des possibilités…

Notre plan aide chaque personne à réaliser son plein potentiel…

Et il stimule l’économie.

Il vise à soutenir tous les Ontariens et toutes les Ontariennes…

Et il le fait en investissant dans l’éducation et la formation professionnelle nécessaires à la croissance…

En améliorant les transports en commun pour réduire la congestion…

En reliant les collectivités de la province grâce à de nouvelles routes et autoroutes…

En établissant des partenariats avec des entreprises pour la création de bons emplois…

Et en assurant une plus grande sécurité financière aux personnes qui prennent leur retraite…

En outre, notre engagement indéfectible d’équilibrer le budget d’ici 2017-2018 sous-tend ce plan.

Emplois et croissance

Monsieur le Président, notre plan n’a pas été conçu en pensant uniquement aux jours à venir… mais aussi à la prochaine décennie.

Notre économie a beaucoup de potentiel…

L’Ontario s’est bâti une réputation en tant que carrefour de commerce mondial.

Des entreprises du monde entier désirent investir dans notre province.

Elles savent que nous avons une main-d’oeuvre solide et hautement qualifiée…

Un système d’éducation de calibre mondial…

Des médecins et du personnel infirmier hors pair.

L’Ontario est en fait la destination principale en Amérique du Nord pour les investissements directs étrangers.

Notre économie est parmi les plus diversifiées au monde…

Et il existe de nouvelles possibilités de la faire tourner à plein régime.

Voilà pourquoi dans le cadre de notre plan, nous faisons des investissements aujourd’hui pour un avenir meilleur.

Nous ferons les bons investissements… dans la formation professionnelle… dans l’infrastructure… et dans les entreprises pour renforcer notre avantage concurrentiel…

Pour créer plus de possibilités et d’emplois.

Monsieur le Président, en vue de permettre à nos travailleurs d’acquérir des compétences à long terme, nous avons instauré la maternelle et le jardin d'enfants à temps plein et le Programme de réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario, et nous protégerons ces initiatives.

De l’apprentissage en bas âge jusqu’aux études postsecondaires, nous voulons nous assurer que les Ontariens et Ontariennes acquièrent les bonnes compétences tout au long de leur vie.

Et pour les nouveaux diplômés de l'école secondaire, nous mettrons sur pied le programme Expérience Ontario.

Un programme qui permettrait aux jeunes adultes d'acquérir une précieuse expérience de travail avant de décider ce qu'ils veulent faire dans la vie.

Il y a quelques mois, j’ai parlé de notre nouveau Fonds pour l'emploi et la prospérité doté de 2,5 milliards de dollars.

Ce fonds servira à établir des partenariats avec des entreprises pour les inciter à faire des investissements qui créeront des emplois ici en Ontario.

Et nous investirons dans la formation afin que les gens possèdent les compétences dont nos industries ont besoin pour rester à la fine pointe de l'innovation.

Cela contribuera à la croissance des entreprises et à l’embauche de plus d’employés.

Monsieur le Président, nous sommes bien conscients du fait que nous évoluons dans une économie mondiale.

Nous continuerons donc à nous rendre dans d’autres coins du monde pour inciter plus d’entreprises à investir ici en Ontario.

Comme la première ministre l’a annoncé dans le discours du Trône, la première mission commerciale de notre gouvernement sera en Chine à l’automne.

Voilà les éléments clés qui stimuleront notre économie et la feront tourner à plein régime.

Investir dans le transport et l’infrastructure

Monsieur le Président, lorsque j’ai pris la parole ici la dernière fois, j’ai mentionné que le rythme de croissance de l’Ontario a dépassé celui du développement de son infrastructure pendant des dizaines d’années.

Les gouvernements de toutes les allégeances politiques ont négligé de faire les investissements nécessaires pour désengorger nos routes…

Les routes de nos villes sont congestionnées.

Et bien que nous ayons fait des investissements considérables au cours des 10 dernières années pour améliorer le transport en commun, les routes, les autoroutes et les ponts, il reste encore beaucoup à faire.

Nous devons positionner notre province pour l’avenir.

Le temps est venu d’instaurer un plan qui améliorera non seulement la vie de la population ontarienne dès maintenant…

Mais également la vie de nos enfants et de nos petits-enfants dans l’avenir. 

Notre plan pour le transport – Faire progresser l’Ontario – prévoit deux nouveaux fonds pour la lutte contre l’engorgement et les investissements dans les routes, les ponts et le transport en commun, qui totaliseraient 29 milliards de dollars.

Le premier fonds aurait pour but de s’attaquer à la congestion dans la région du grand Toronto et de Hamilton.

Le second servirait à investir dans des projets cruciaux dans le reste de la province. 

Cela s’inscrit dans le cadre d’une initiative d’investissement dans l’infrastructure, dotée de 130 milliards de dollars sur 10 ans.

Cet investissement ne se limitera pas aux routes et aux autoroutes…

Nous investissons aussi dans de nouvelles écoles et des hôpitaux et dans d’autres priorités en matière d’infrastructure, et nous déployons des efforts pour nous assurer que notre infrastructure résiste aux conditions météorologiques extrêmes provoquées par le changement climatique.

Notre plan stimulera immédiatement l’emploi et l’économie. 

Notre plan aidera les entreprises à acheminer plus rapidement leurs marchandises vers les marchés, ce qui favorisera leur compétitivité et leur croissance, donc l’embauche d’un plus grand nombre de personnes. 

Notre plan aidera aussi les gens à se rendre au travail, à la maison ou à l’école plus rapidement et de façon plus sécuritaire.

Cela favorisera la prospérité à long terme de l’Ontario et se traduira par une qualité de vie encore meilleure pour nos familles.

Monsieur le Président, nous investirons un milliard de dollars dans l’infrastructure de transport pour le développement du Cercle de feu dans le Nord de l’Ontario.

Cette région renferme des gisements de minéraux valant 60 milliards de dollars, qui servent notamment à la production d’acier inoxydable.

Et nous poursuivrons nos efforts pour amener le gouvernement fédéral à participer en tant que partenaire afin de saisir l’occasion extraordinaire sur le plan économique que présente le Cercle de feu, tant pour l’Ontario que pour le Canada.

Régime de retraite de la province de l’Ontario

Dans le cadre de notre plan, nous devons aussi contribuer à assurer la sécurité financière des personnes qui prennent leur retraite après avoir travaillé toute leur vie. Cela représente d’ailleurs une priorité publique. 

Si nous ne prenons pas de mesures immédiates, un pourcentage considérable des travailleurs actuels auront un niveau de vie inférieur…

Et cela serait inacceptable.

C’est pourquoi nous présentons un régime de retraite provincial obligatoire, le premier du genre, qui s’appuiera sur le Régime de pensions du Canada.

Et nous avons nommé une ministre associée responsable de la mise en oeuvre de notre nouveau régime de retraite.

Parce qu’après avoir travaillé, et contribué à l’économie, toute leur vie, les retraités méritent de maintenir leur niveau de vie.

Comme je l’ai déjà dit, notre régime s’appuierait sur les points forts du Régime de pensions du Canada.

Notre plan augmenterait les prestations pour les travailleurs à revenu moyen tout en maintenant les taux de cotisation bas.

Le Régime de retraite de la province de l’Ontario serait administré publiquement par un organisme indépendant…

Cet organisme serait assujetti à un modèle de gouvernance rigoureux et, sur les conseils d’experts, serait responsable de la gestion des placements. 

Monsieur le Président, nous allons de l’avant avec ce plan.

Il y a à peine quelques semaines, la première ministre, la ministre associée des Finances, Mitzie Hunter, et moi-même avons rencontré les membres de notre comité consultatif sur la sécurité du revenu de retraite…

Nous déployons tous des efforts pour mettre en oeuvre ce nouveau régime de retraite en 2017.

Nous continuerons de collaborer avec les autres provinces et les territoires, les incitant à prendre part à notre initiative.

Et nous espérons que tous les députés l’appuieront aussi…

À l’instar de la population de l’Ontario.

Plan financier

Monsieur le Président, le gouvernement est déterminé à équilibrer le budget d’ici 2017-2018.

Nous sommes en bonne voie de dépasser notre cible de réduction du déficit pour une cinquième année de suite.

Cela signifie que, pour les cinq dernières années, la dette de l’Ontario est inférieure de 24 milliards de dollars à ce qui avait été prévu initialement.

Depuis 2010-2011, la croissance annuelle des charges de programmes a été maintenue, en moyenne, à 1,4 p. 100.

Au cours des trois prochaines années, la croissance annuelle moyenne de ces charges sera de moins de 1,1 p. 100.

Monsieur le Président, nous savons que certaines personnes sont sceptiques…

Mais, que ce soit bien clair : nous équilibrerons le budget d’ici 2017-2018.

Nous limiterons la croissance des charges.

Nous éliminerons le déficit.

Nous continuerons à faire des compressions là où c’est possible.

Mais nous continuerons à investir là où c’est nécessaire.

Toutes ces mesures s’inscrivent dans le cadre de notre programme visant à équilibrer le budget.

Qui stimule l’économie et la création d’emplois…

Et nous continuerons à gérer la rémunération de nos partenaires du secteur parapublic pour faire en sorte que tous les coûts soient envisagés dans les limites du cadre financier actuel de l’Ontario.

Nous proposons de prolonger le gel des traitements des députés provinciaux à partir du 1er avril 2014 jusqu’à ce que l’équilibre budgétaire soit réalisé.

Et, Monsieur le Président, nous avons prouvé que nous pouvons atteindre nos objectifs quant à nos charges et au déficit.

Et je m’engage à continuer de respecter ces objectifs.

Monsieur le Président, le travail ne sera pas fini une fois le déficit éliminé.

Nous continuerons à dépenser chaque dollar avec circonspection.

Nous continuerons à maîtriser les coûts dans le but de réduire la dette…

Parce que nous ne pouvons pas nous décharger de ce fardeau sur les épaules des futures générations.

Nous devons agir dès maintenant…

Pour être justes envers nos enfants et nos petits-enfants.

Monsieur le Président, nous avons une nouvelle présidente du Conseil du Trésor qui travaillera étroitement avec moi, avec la première ministre et avec les membres du Conseil du Trésor et du Conseil des ministres pour que nous atteignions nos objectifs financiers.

Pour y arriver, nous devons aussi prendre des mesures relatives aux revenus.

Comme cela est indiqué dans le budget, nous proposons de hausser la taxe sur le carburant aviation. Cette taxe augmenterait de un cent le litre le 1er septembre 2014 et de un cent le litre le 1er avril 2015, 2016 et 2017. 

J’ai aussi indiqué auparavant que des modifications seraient apportées à la déduction accordée aux petites entreprises de l’Ontario afin d’éliminer graduellement cet avantage fiscal pour les grandes sociétés.

Nous avons aussi déjà abordé la question des changements proposés à l’impôt sur le revenu des particuliers pour les deux pour cent des contribuables dont les revenus sont les plus élevés en Ontario.

Ces revenus additionnels, qui se grefferaient à nos mesures relatives aux charges, aideraient à financer l’infrastructure de transport, dont le transport en commun, et à réduire le déficit.

Monsieur le Président, nous chercherons aussi à optimiser les biens du gouvernement et à en dégager leur pleine valeur. 

Ces biens comprennent les avoirs immobiliers et les sociétés de la Couronne telles que l’Ontario Power Generation, Hydro One et la Régie des alcools de l’Ontario.

Nous recevrons les conseils indépendants d’un conseil consultatif dirigé par le président du Groupe et chef de la direction sortant du Groupe Banque TD, M. Ed Clark.

Pour dégager la valeur optimale de ces biens, on pourra notamment améliorer leur efficience, leur rendement et les revenus générés.

Tous les contribuables ontariens méritent que nous optimisions ces actifs.

Et nous réinvestirons les fonds ainsi dégagés en vue de créer des emplois et de préparer un avenir meilleur.

Monsieur le Président, il faut également garder à l’esprit que l’Ontario a le gouvernement le plus efficient au Canada.

Nous procédons à la mise en oeuvre de plus de 80 p. 100 des recommandations formulées par Don Drummond en vue de réaliser des gains d’efficience dans le secteur public.

Et les économies réalisées dans l’ensemble du système dépassent nos attentes… 

Nos dépenses de programmes par habitant continuent d’être les plus basses parmi les provinces…

Il est important de trouver un juste équilibre…

Nous continuerons de prendre des mesures pour réduire et éliminer le déficit…

Tout en nous assurant d’investir dans les services publics cruciaux.

Services publics de l’Ontario

Monsieur le Président, les Ontariens et Ontariennes désirent que leur gouvernement dispense les services leur permettant de réaliser leur plein potentiel.

C’est pour cette raison que nous dirigerons selon le principe du centre axé sur l’action.

En créant des possibilités…

Et en assurant l’avenir de la population.

Notre gouvernement aide les écoles et les hôpitaux de l’Ontario à se classer parmi les meilleurs au monde.

Ainsi, dans le cadre de notre plan, nous continuerons à améliorer nos services publics.

Nous chercherons à transformer les modes de prestation et à couvrir les coûts tout en maintenant la qualité des services.

En mai dernier, j’ai parlé de ceux et celles qui dispensent des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle ou au domicile de nos personnes âgées, ainsi que des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance.

Nous devons faire plus pour investir dans ces travailleurs…

Ainsi, à compter de cette année, nous augmentons le soutien fourni à ces travailleurs importants.

Et, Monsieur le Président, nous continuerons aussi à améliorer la protection des consommateurs et à réduire les frais courants pour les familles ontariennes…

Particulièrement dans le domaine de l’assurance-automobile.

Nous réduirons les taux de l’assurance-automobile en Ontario de 15 p. 100 en moyenne sur deux ans.

Des progrès ont été réalisés, mais on doit faire plus.

Les députés de l’opposition ont retardé l’adoption d’un important projet de loi visant à réduire les coûts au printemps.

Par conséquent, demain, je déposerai de nouveau un projet de loi visant à éliminer les pratiques déloyales lors du remorquage et de l’entreposage de véhicules en cause dans un accident.

Et nous continuerons à trouver de nouveaux moyens de réduire les coûts au sein du système et à en faire profiter les consommateurs. 

Monsieur le Président, nous apportons aussi des modifications à la Loi sur les régimes de retraite, qui faisaient auparavant partie du projet de loi 151, en vue notamment de venir en aide aux personnes touchées par les scissions de régimes de retraite découlant de dessaisissements antérieurs par le gouvernement.

Et, en dernier lieu, nous proposons des modifications à la Loi de 1998 sur l’électricité, qui faisaient auparavant partie du projet de loi 153, Loi de 2014 de conformité aux obligations commerciales internationales.

Gouvernement fédéral

Monsieur le Président, le gouvernement fédéral doit agir en tant que partenaire et travailler de concert avec les provinces… notamment avec l’Ontario.

Tout juste la semaine dernière, des progrès ont été réalisés, car deux nouvelles provinces, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick, ont signé une entente pour faire partie du nouveau régime coopératif en matière de réglementation des marchés des capitaux.

Un organisme commun de réglementation renforcerait la réglementation des valeurs mobilières au pays…

Et accroîtrait la protection des petits investisseurs.

L’Ontario a été un chef de file dans le cadre de cette initiative.

Nous avons besoin d’un partenariat solide et durable… dans tous les secteurs.

Monsieur le Président, nous nous associons à la population de l’Ontario…

Nous faisons en sorte que chaque personne ait la même possibilité de réaliser son plein potentiel.

Nous contribuons à sortir des gens de la pauvreté… grâce à des programmes tels que la Prestation ontarienne pour enfants.

Nous donnons la chance à tous de réussir… grâce à un système d’éducation et de formation professionnelle de calibre mondial.

Pour ce qui est du gouvernement fédéral, nous désirons qu’il soit un partenaire dans ces domaines comme dans celui du Cercle de feu, par exemple, car il s’agit d’une priorité nationale sur le plan économique.

Nous désirons un partenaire pour l’amélioration du transport en commun… parce qu’il s’agit d’une priorité nationale sur le plan économique.

Et, Monsieur le Président, nous désirons un partenaire qui traite la population de l’Ontario équitablement… parce qu’il s’agit aussi d’une priorité sur le plan économique.

Chaque année, la part des revenus fédéraux prélevés en Ontario est plus élevée que la part des dépenses fédérales faites dans la province. Selon un rapport récent, cet écart est de 11 milliards de dollars.

Cela signifie que l’argent des contribuables ontariens est redistribué dans d’autres régions du Canada pour subventionner des programmes et des services dont les Ontariennes et Ontariens eux‑mêmes ne profitent peut-être pas.

Monsieur le Président, vous ne trouverez pas plus ardent défenseur du fédéralisme canadien que la province de l’Ontario, mais ce soutien ne doit pas être tenu pour acquis.

Il faut stimuler notre économie, mais nous avons un gouvernement fédéral qui prend des mesures nuisant à la reprise.

En 2014-2015, notre province subira une baisse de 641 millions de dollars de ses principaux transferts par rapport à l’année précédente.

D’après le directeur parlementaire du budget, au cours des quatre dernières années, le gouvernement fédéral a versé au total 2,2 milliards de dollars aux autres provinces précisément pour empêcher ces transferts de diminuer.

Cette année, l’Ontario étant la seule province à faire face à une diminution, le gouvernement fédéral a mis fin à cette mesure de protection pour les transferts. Cela est injuste.

Je demande au gouvernement fédéral de traiter de façon équitable la population de la province.

Les Ontariens et Ontariennes méritent de recevoir leur juste part comparativement aux résidants des autres provinces.

Conclusion

Monsieur le Président, nous savons que l’Ontario est plus fort lorsque nous travaillons tous ensemble.

Nous devons continuellement progresser.

Monsieur le Président, avec le bon plan…

Et l’expérience nécessaire pour l’exécuter…

Cette décennie verra l’Ontario progresser au sein de la nouvelle économie mondiale.

Nous continuerons à dépenser chaque dollar avec circonspection.

Nous éliminerons le déficit d’ici 2017-2018.

Nous ferons les investissements nécessaires pour assurer la croissance de l’économie…

Créer des emplois…

Construire de nouvelles infrastructures pour le transport en commun et des routes pour les citoyens et les collectivités…

Assurer une retraite plus sûre financièrement…

Et notre gouvernement exécutera ce plan.

Pour un Ontario plus fort…

Offrant de nouvelles possibilités…

Et où l’avenir est plus sûr.

Monsieur le Président, les Ontariens et Ontariennes voient le potentiel de ce plan.

Et j’aimerais les remercier de leur travail acharné… pour faire de l’Ontario une province extraordinaire.

J’aimerais aussi les remercier de leur confiance dans leur gouvernement récemment élu suite à la présentation de ce budget.

Nous serons à la hauteur du privilège qu’ils nous ont accordé.

La population de la province nous a demandé de mettre en oeuvre notre plan.

Et, Monsieur le Président, c’est exactement ce que le gouvernement fera.

Merci, Monsieur le Président.