Des emplois pour aujourd’hui et demain

: Faire prospérer l’économie et créer des emplois pour demain

La priorité numéro un du gouvernement est de stimuler la croissance économique et de créer des emplois. Grâce à son plan, l’Ontario réduit les coûts des entreprises, maintient les taux d’imposition à un niveau concurrentiel, forge des partenariats stratégiques, aide les entreprises à se lancer sur le marché mondial, consolide le secteur des services financiers et investit dans la formation et l’éducation. La province fait aussi des investissements dans l’économie sobre en carbone et élabore de nouvelles stratégies pour orienter son approche à l’égard de l’économie de partage et des entreprises sociales.

Plus de 600 000 emplois ont été créés depuis le creux de la récession en juin 2009. On prévoit que plus de 300 000 emplois seront créés en Ontario d’ici la fin de 2019, ce qui porterait le nombre total d’emplois créés à plus de 900 000 emplois nets sur une période de dix ans.

  • Le gouvernement fait l’investissement dans l’infrastructure publique le plus important de l’histoire de l’Ontario, soit environ 160 milliards de dollars sur 12 ans à compter de 2014-2015 dans des projets comme les routes, les ponts, le transport en commun, les hôpitaux et les écoles. Ces investissements prévus devraient appuyer, en moyenne, plus de 110 000 emplois par année.
  • Doté de 2,7 milliards de dollars sur dix ans, le Fonds pour l’emploi et la prospérité aide à créer et à conserver plus de 16 000 emplois et attire plus de 1 milliard de dollars en investissements. Voici des exemples d’engagements dans le cadre du Fonds :
    • Plus de 50 millions de dollars pour aider Linamar, un fabricant de composantes automobiles à Guelph, à créer plus de 1 200 emplois et à conserver plus de 6 800 postes. L’apport de l’Ontario s’ajoute à l’investissement de plus de 500 millions de dollars effectué par Linamar.
    • Plus de 19 millions de dollars pour appuyer jusqu’à 50 jeunes entreprises oeuvrant dans les sciences de la vie et qui sont associées à JLABS @ Toronto, une collaboration entre Johnson & Johnson, l’Université de Toronto et le District de la découverte MaRS.
    • Plus de 22 millions de dollars pour mobiliser un investissement total de presque 55 millions de dollars par les Centres d’excellence de l’Ontario et IBM Canada afin d’appuyer jusqu’à 500 entreprises en démarrage et autres entreprises naissantes.
    • 5 millions de dollars pour mobiliser un investissement total de 40 millions de dollars par P&H Milling Group destiné à la construction d’une minoterie et de réservoirs de farine à Hamilton. Ce projet créera 16 emplois et préservera 200 postes.

Promouvoir un climat d’affaires plus innovateur et dynamique

  • L’Initiative pour la croissance des entreprises engagera des fonds de 400 millions de dollars au cours des cinq prochaines années afin de moderniser les règlements touchant les entreprises, de réduire les coûts des entreprises et de transformer davantage d’entreprises ontariennes en chefs de file sur les marchés mondiaux. Voici des exemples de ces engagements :
    • Investir 50 millions de dollars dans l’Institut Périmètre, afin d’assurer son financement jusqu’en 2020-2021; les recherches menées à ce centre contribueront aux percées de la prochaine génération dans le domaine des technologies de l’information, notamment l’informatique quantique.
    • Aider les fabricants traditionnels à se transformer en entreprises plus innovantes, dynamiques et productives par un investissement sur cinq ans de 35 millions de dollars dans le consortium pour la fabrication de pointe, qui inclut trois universités ontariennes : McMaster, Waterloo et Western.
    • Établir un fonds triennal de 20 millions de dollars, qui permettra de rapprocher les collèges et les employeurs du secteur privé pour mener des projets d’innovation appliquée qui aboutiront au développement de produits et de services révolutionnaires destinés aux marchés canadien et étranger.
    • Lancer le Défi pour la réduction des formalités administratives, un instrument de consultation en ligne conçu pour cerner et éliminer les doubles emplois, alléger les fardeaux réglementaires, réduire les délais de réponse et faciliter les interactions des entreprises avec le gouvernement. Le public, les entreprises et les parties intéressées seront sollicités pour relever des défis concernant la réglementation et trouver des occasions de refaçonner l’économie ontarienne.
    • Pour faire fond sur les partenariats stratégiques du gouvernement avec le secteur privé, la province créera un bureau des investissements stratégiques. Celui-ci servira de point d’entrée unique qui fournira des services améliorés de recherche d’investissements pour de grands projets d’immobilisations, assurera la coordination de la délivrance des permis, facilitera la formation de la main-d’oeuvre et aidera à choisir les emplacements. La province lancera également un portail en ligne dans lequel les sociétés pourront facilement naviguer pour trouver les programmes et les initiatives disponibles dans l’ensemble du gouvernement.
  • L’engagement de 325 millions de dollars dans le cadre du Fonds d’investissement vert en 2015-2016 créera des emplois dans le secteur des énergies propres en Ontario, encouragera les innovations et réduira les émissions de gaz à effet de serre et les coûts énergétiques :
    • 100 millions de dollars pour permettre aux propriétaires fonciers d’effectuer une vérification de la consommation d’énergie et des rénovations;
    • 92 millions de dollars pour la rénovation de logements sociaux;
    • 74 millions de dollars pour aider les gros émetteurs industriels à mettre au point des innovations technologiques;
    • 26 millions de dollars pour permettre aux entreprises et aux fabricants de petite et moyenne envergure de faire des investissements écoénergétiques;
    • 20 millions de dollars pour installer plus de bornes de recharge publiques pour les véhicules électriques;
    • 13 millions de dollars pour des activités liées au changement climatique dans les collectivités autochtones.
  • La stratégie d’exportation Visées mondiales de l’Ontario effectuera un investissement initial sur trois ans de 30 millions de dollars pour aider les entreprises à accroître leurs exportations et à devenir plus productives.
  • Environ 1 850 emplois devraient être créés en Ontario dans le cadre de plus de 100 ententes et protocoles d’entente conclus par la première ministre Kathleen Wynne et les délégués d’entreprises lors des missions commerciales menées en Chine en novembre dernier et en Inde plus tôt cette année. La valeur totale de ces ententes est estimée à 2,8 milliards de dollars.
  • Tant Bruce Power qu’Ontario Power Generation remettent en état les réacteurs nucléaires des centrales Bruce et Darlington, respectivement. Les remises à neuf devraient créer environ 17 000 emplois et générer des avantages économiques allant d’environ 2,9 milliards de dollars à 3,5 milliards de dollars par an pour toute la province au cours des années les plus intenses du projet.
  • Soutenir la croissance du secteur des services financiers de la province, qui compte 390 000 emplois à travers l’Ontario, par l’adoption d’une approche moderne et souple à la réglementation, l’affermissement de la protection des consommateurs et des investisseurs ainsi que la mise en valeur de Toronto comme un centre international de services financiers. Ceci inclut continuer de financer la Toronto Financial Services Alliance, en partenariat avec le secteur privé, dans le but de contribuer à accroître la création d’emplois et les investissements dans ce secteur.
  • L’approche stratégique adoptée par l’Ontario à l’égard de l’économie de partage mettra la province dans une bonne position pour exploiter au maximum le potentiel de croissance économique, d’innovation et de productivité de ce secteur émergent. PricewaterhouseCoopers prévoit que les revenus de l’économie de partage augmenteront, pour passer de 15 milliards de dollars américains, leur valeur actuelle, à 335 milliards de dollars américains d’ici 2025.

Chefs de file du secteur privé

Le régime fiscal concurrentiel, la main-d’oeuvre hautement qualifiée et formée ainsi que la stabilité des marchés des capitaux de l’Ontario constituent des attraits pour les grandes sociétés mondiales qui ont décidé d’établir ou d’accroître leurs activités dans la province. Voici des exemples récents :

  • Toyota a investi 421 millions de dollars pour mettre à niveau ses usines de montage de véhicules automobiles à Cambridge et à Woodstock et accroître leur capacité, ce qui a contribué à créer et à maintenir plus de 8 000 emplois.
  • Google Canada a augmenté le nombre de ses effectifs à Waterloo, qui est passé à 400, comparativement à quatre il y a dix ans; le nouveau centre peut accueillir 1 000 travailleurs.
  • DataWind a annoncé le lancement d’un nouveau miniportatif destiné au marché indien au cours de la récente mission commerciale en Inde dirigée par la première ministre Mme Wynne; ce concepteur de produits et de services d’accès au Web sans fil a son siège social à Mississauga.
  • Les fonds pour le développement régional et communautaire de l’Ontario encouragent les entreprises locales à se transformer en sociétés plus innovantes et productives, et à créer des emplois. Voici des exemples récents :
    • Fonds de développement du Sud-Ouest de l’Ontario : Le fabricant de produits électroniques Hammond à Guelph a reçu 1,5 million de dollars pour moderniser son processus de fabrication et le rendre plus écologique. Ce financement mobilisera des investissements privés de plus de 15 millions de dollars et contribuera à la création de 55 emplois et à la hausse des exportations.
    • Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario : Envirotek Sealing and Fibreglassing, établie à Sault Ste. Marie, a reçu 1 million de dollars pour l’agrandissement d’une installation de 2 millions de dollars pour la fabrication de sa gamme d’appareils de chauffage, ventilation et de climatisation (CVC) et de produits en métal sur mesure, ce qui a créé sept emplois.
    • Fonds de développement de l’Est de l’Ontario : 3M Canada, située à Brockville, a reçu 549 000 $ pour mettre au point et commercialiser une nouvelle cartouche au carbone technologiquement perturbatrice se prêtant à de nombreuses applications dans les secteurs de la santé, de la sécurité routière, du matériel de bureau et des films optiques. Ce soutien financier permettra de créer 10 emplois hautement spécialisés.
    • Fonds de prêts communautaires : Doté de 4 millions de dollars, ce fonds offre des prêts commerciaux à faible taux d’intérêt aux entreprises qui s’engagent à embaucher des personnes handicapées. Il devrait permettre de créer jusqu’à 1 100 emplois grâce à 550 prêts.
    • Fonds pour les projets pilotes d’entrepreneuriat social : Doté de 4 millions de dollars, ce fonds qui soutient des projets pilotes innovateurs en matière de financement social a créé plus de 50 emplois au cours de ses six premiers mois.
  • La Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) a pris d’importantes mesures pour réduire les coûts et améliorer sa situation financière. Ces mesures lui permettent de protéger les prestations des travailleurs et de soutenir les employeurs. Les primes d’employeur n’ont pas augmenté en trois ans. La CSPAAT prévoit une réduction moyenne du taux de prime d’environ 40 %, en supposant l’entière capitalisation d’ici 2022. Elle estime que le taux moyen de prime reculerait de 2,46 $ par tranche de 100 $ de masse salariale à un montant de 1,40 $ à 1,50 $ en dollars de 2015. L’Ontario deviendrait ainsi l’une des provinces les plus concurrentielles quant aux coûts de l’assurance contre les accidents de travail, tout en demeurant la province ayant le taux le plus bas d’accidents avec interruption de travail admis.
  • Le gouvernement procédera au retrait de la redevance de liquidation de la dette de la facture d’électricité à des fins non résidentielles à compter du 1er avril 2018, soit neuf mois plus tôt que prévu. Les grands utilisateurs industriels consommant 3 000 mégawattheures par mois pourraient économiser 21 000 $ par mois, tandis qu’une petite entreprise consommant 20 000 kilowattheures par mois pourrait réaliser des économies mensuelles d’environ 140 $.

Créer la main-d’oeuvre de demain

Les investissements que fait le gouvernement dans l’éducation et la formation jouent un rôle de premier plan pour préparer les Ontariennes et Ontariens à intégrer le marché du travail de demain tout en générant la prospérité à long terme.

  • Créer un système de garde accessible et de grande qualité et un système d’éducation de calibre mondial qui permet à chaque élève de réaliser son plein potentiel.
  • Investir pour aider les conseils scolaires, plus particulièrement ceux qui se trouvent dans des communautés rurales et éloignées, à accéder, moyennant un prix abordable, à des services de connectivité à haute vitesse.
  • Remanier l’aide financière aux étudiants pour faire en sorte d’exempter des frais de scolarité collégiaux ou universitaires moyens les étudiantes et étudiants ayant besoin d’un soutien financier et venant de familles touchant un revenu de 50 000 $ ou moins et de rendre les frais de scolarité plus abordables pour les familles à revenu moyen.
  • Renouveler la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes afin de fournir du travail et des possibilités de perfectionnement professionnel à jusqu’à 150 000 jeunes.
  • Offrir une formation et un soutien intensifs à plus de 27 000 jeunes faisant face à de multiples obstacles à l’emploi par l’entremise du Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes.
  • Investir approximativement 176 millions de dollars dans des programmes qui appuient les apprentis, les employeurs et les agents de formation.
  • Mettre en oeuvre la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi qui permet d’offrir plus de 46 000 possibilités de formation à plus de 35 000 employés.
  • Lancer le Centre ontarien Innovation-Emploi qui fournit une orientation et appuie la recherche et l’innovation dans les secteurs de l’emploi et de la formation.