Faits saillants du recensement 2006 : Feuille de renseignements 1

Chiffres de population : le Canada, l'Ontario et ses régions

Dénombrement brut du recensement et sous-dénombrement net

diagramme à barres : Chiffres bruts de population du recensement de 2001 et de 2006 diagramme à barres : Taux de croissanse de la population ontarienne, périodes intercensitaires de cinq ans (1951 à 2006) diagramme à barres : Taux de croissance de la population par province selon de recensement de 2001 à 2006
  • Le 13 mars 2007, Statistique Canada publiait les premiers chiffres bruts de population du recensement de 2006. Le recensement a dénombré 31,6 millions d'habitants au Canada, dont 12,16 millions en Ontario au 16 mai 2006.
  • Bien que le recensement ait pour objectif de compter tous les résidents le jour du recensement, deux problèmes se produisent. Un sous-dénombrement a lieu lorsque des personnes qui devraient faire partie du recensement en sont absentes. Le surdénombrement se produit lorsque des personnes sont comptées et qu'elles ne devraient pas l'être, ou encore elles sont comptées plus d'une fois. Le résultat net s'appelle le sous-dénombrement net.
  • Dans l'ensemble, le sous-dénombrement est plus élevé chez les jeunes adultes et plus important chez les hommes que chez les femmes.
  • Traditionnellement, l'Ontario compte habituellement l'un des taux les plus élevés de sous-dénombrement net de toutes les provinces. Lors du recensement de 2001, le taux de sous-dénombrement net de l'Ontario était de 3,8 % (soit 452 000 personnes), ce qui représente le taux le plus élevé après celui de la Colombie-Britannique, qui était de 4 %.
  • Les résultats des études menées pour établir le sous-dénombrement net du recensement de 2006 ne seront publiés qu'à l'automne 2008. Cependant, si le sous-dénombrement net est similaire à celui du recensement précédent, l'estimation ajustée de la population ontarienne de 2006 devrait se situer entre 12,6 et 12,7 millions d'habitants.
  • En raison du sous-dénombrement net, la présente feuille de renseignements examine principalement les parts de population et le taux de croissance de population entre le recensement de 2001 et celui de 2006, plutôt que les niveaux de population.

L'Ontario représente la moitié de l'accroissement de la population canadienne

  • Du recensement de 2001 à celui de 2006, la population canadienne s'est accrue de 1,6 million, soit un taux de 5,4 %. Près de la moitié de la croissance nationale a eu lieu en Ontario. Dans cette province, la population s'est accrue de 6,6 %, ce qui est un taux supérieur à la croissance qui s'est produite de 1996 à 2001, mais bien inférieur à celui des années 50 et 60.
  • L'Alberta et l'Ontario sont les seules provinces dont le taux de croissance était supérieur à la moyenne nationale.
  • Terre-Neuve-et-Labrador et la Saskatchewan ont continué à souffrir d'une baisse de population, bien que celle-ci ait été légèrement inférieure à Terre-Neuve qu'elle ne l'avait été de 1996 à 2001.

La population s'est accrue plus rapidement dans la plupart des divisions de recensement

diagramme à barres : Taux de croissance de la population du rencensement dans les DR, 2001 à 2006
  • Le taux de croissance de la population s'est accéléré dans la plupart des divisions de recensement (DM) de la province, de 2001 à 2006 par rapport à la période précédente de cinq ans.
  • Les deux tiers (soit 66,3 %) de la croissance de la population ontarienne, de 2001 à 2006, étaient concentrés dans cinq divisions de recensement, dont quatre étaient situées dans la RGT : Peel, York, Halton, Durham, ainsi que Simcoe. Ces cinq DM figuraient parmi les 11 DM qui ont connu une croissance supérieure à la moyenne ontarienne (6,6 %) au cours de cette période.
  • En revanche, sept des 49 divisions de recensement de la province ont connu une baisse de population, soit Huron et six des 11 DM du Nord de la province. Comparativement, de 1996 à 2001, 19 DM avaient souffert d'une baisse de population.

La RGT poursuit une croissance rapide

  • De 2001 à 2006, la population de la RGT s'est accrue de 9,3 %, ce qui représente près des deux tiers (soit 63,2 %) de la croissance de la population ontarienne au cours de cette période; cet essor est quelque peu inférieur à la part de croissance affichée pendant la période de 1996 à 2001.
  • Près de 46 % de la population de la province vivait dans la RGT en 2006, ce qui représente une hausse par rapport à 2001, où cette part était de 44,5 %. D'autres régions ont subi une légère baisse de leur part de la population de la province.

Croissance régionale de la population

  • La population du Centre de l'Ontario s'est accrue de 6,5 % au cours de la période, et représentait 21,8 % du total de la croissance provinciale.
  • La population de l'Est de l'Ontario a également connu une croissance saine de 3,9 % de 2001 à 2006, ce qui représente 8,1 % de la croissance provinciale.
  • La croissance de la population s'est accélérée dans la région du Sud-Ouest, qui a connu une hausse de 3,5 % au cours de cette période, par rapport à une augmentation de 2,7 % au cours des cinq années précédentes. Elle représentait 6,9 % de la croissance totale de la population ontarienne.
  • Dans le Nord de l'Ontario, la population est restée pratiquement inchangée de 2001 à 2006; par contre, la part de population provinciale dans cette région est passée de 6,9 % à 6,5 %.
  • Dans le Nord de la province, cinq DM ont affiché une croissance (soit Kenora, Manitoulin, Parry Sound, Nipissing et le Grand Sudbury), mais celle-ci était inférieure à la moyenne provinciale.

La population ontarienne reste largement urbanisée

diagramme à barres : Taux de croissance de la population du rencensement, RMR de l'Ontario, de 2001 à 2006 graphique circulaire : Repartition de la population du recensement dans la province : RMR, AR et reste de l'Ontario, en 2001 et en 2006
  • La plus grande partie de la croissance de la population ontarienne depuis 2001 a eu lieu en milieu urbain. En 2006, plus de 85 % des Ontariennes et des Ontariens vivaient en région urbaine, un taux pratiquement inchangé depuis 2001.
  • Au cours de la période de 2001 à 2006, 91 % de la croissance totale de la population ontarienne s'est produite au sein des 15 régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province.
  • Une région métropolitaine de recensement représente une municipalité ou plusieurs municipalités limitrophes regroupées autour d'un grand noyau urbanisé. Une RMR compte 100 000 habitants et plus, dont au moins 50 000 doivent vivre dans ce noyau urbanisé.
  • En 2006, les villes de Barrie, Guelph, Brantford et Peterborough ont constitué pour la première fois des RMR aux fins du recensement.
  • La RMR de Barrie est celle qui a connu la plus forte croissance au Canada de 2001 à 2006, affichant une hausse de 19,2 % au cours de la période. Oshawa se plaçait troisième à l'échelle nationale avec un taux de croissance de 11,6 %, juste après Calgary (13,4 %).
  • Les RMR de Toronto (9,2 %), de Kitchener (8,9 %) et de Guelph (8,2 %) ont également affiché une croissance supérieure à la moyenne provinciale.
  • Après avoir subi une perte de population de 1996 à 2001, les RMR de Thunder Bay et du Grand Sudbury ont connu une légère hausse de la population de 2001 à 2006.

Les centres urbains de taille moyenne de l'Ontario

  • Outre ses 15 RMR, l'Ontario compte 28 centres urbains de taille moyenne, appelés agglomérations de recensement (AR). Il s'agit des centres urbains dont le noyau urbanisé regroupe entre 10 000 et 50 000 habitants.
  • En 2006, 9,3 % de la population ontarienne vivait dans ces 28 AR, ce qui représente une légère baisse par rapport à 2001, où le taux était de 9,6 %.
  • Cinq AR ont connu une croissance plus rapide que l'Ontario dans son ensemble de 2001 à 2006; il s'agit de Collingwood, Kawartha Lakes, Centre Wellington, Ingersoll et Woodstock.
  • Par ailleurs, quatre AR situées dans le Nord de l'Ontario ont subi une baisse de population au cours de la même période; il s'agit des suivantes : Kenora, Elliot Lake, Timmins et Temiskaming Shores.

Renseignements : Victor Caballero 416-325-0825 / Alex Munger 416-325-0102

Bureau des politiques économiques Direction de l’analyse en matière de démographie et de travail

Page : 2446  |