Faits saillants du recensement 2006 : Feuille de renseignements 8

Langue et langue maternelle

Deux diagrammes à secteurs : Population selon la langue maternelle, Ontario, Recensement 2001 et Recensement 2006 Deux diagrammes à secteurs : Population selon la langue parlée à la maison, Ontario, recensement de 2001 et recensement de 2006 Deux diagrammes à secteurs : Langues maternelles non officielles, Ontario, recensement de 2001 et recensement de 2006 Deux diagrammes à secteurs : Répartition par langue maternelle, Région métropolitaine de recensement de Toronto, recensement de 2001 et recensement de 2006 Diagramme à barres : Répartition selon la langue maternelle, Région métropolitaine de recensement de l'Ontario, 2006 Diagramme à barres : Municipalités de l'Ontario 5 000+ ayant des proportions importantes de langues maternelles non officielles, 2006

Cette feuille de renseignements analyse les renseignements relatifs à la langue et à la langue maternelle publiés par Statistique Canada suite au recensement de 2006.

Les langues non officielles augmentent plus rapidement

  • En 2006, l’anglais était la langue maternelle de 8,3 millions de personnes en Ontario, ou 69,1 % des habitants. Il s’agit d’un nombre plus élevé mais d’une proportion moindre qu’en 2001 (8 millions ou 71,3 %).
  • En 2006, quelque 510 240 personnes considéraient le français comme leur langue maternelle en Ontario, une légère augmentation par rapport aux 509 265 personnes recensées en 2001. Elles représentaient 4,2 % de la population en 2006, contre 4,5 % en 2001.
  • Cette chute dans la proportion d’Ontariens ayant l’anglais ou le français comme langue maternelle s’explique par l’augmentation plus rapide du nombre d’allophones (toute personne dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais).
  • En 2006, il y avait 3,2 millions de personnes allophones en Ontario, soit 26,6 % de la population de la province, une augmentation par rapport aux 2,7 millions (ou 24,2 %) de personnes recensées en 2001.
  • Selon le recensement de 2006, l’anglais était la langue la plus parlée à la maison (81,4 %).

Plus de 200 langues parlées en Ontario

  • Les Ontariennes et les Ontariens ont mentionné plus de 200 langues en réponse à la question sur la langue maternelle du recensement de 2006. Plusieurs de ces langues étaient d’ailleurs associées depuis longtemps à l’immigration en Ontario comme l’allemand, l’italien, l’ukrainien, le hollandais et le polonais.
  • Toutefois, entre 2001 et 2006, les groupes linguistiques d’Asie et du Moyen-Orient ont affiché les gains les plus importants. Ces groupes comprennent les dialectes chinois, le punjabi, l’arabe et l’urdu.
  • En 2006, les dialectes chinois occupaient toujours le troisième rang des groupes de langue maternelle ontariens, derrière l’anglais et le français.
  • En 2006, près d’un demi-million de personnes déclaraient que l’un des dialectes chinois était leur langue maternelle. Ces personnes représentaient 4,1 % de la population de l’Ontario, une augmentation par rapport aux 3,7 % atteints en 2001.
  • L’italien est resté au quatrième rang des langues maternelles en Ontario, mais le nombre d’italophones a subi une baisse de 4,7 % par rapport à 2001. L’espagnol est passé au cinquième rang, faisant reculer l’allemand au sixième.

RMR de Toronto : la plus grande proportion d’allophones

  • En 2006, dans la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Toronto, plus de quatre personnes sur 10 parlaient une langue maternelle autre que le français ou l’anglais.
  • Le groupe linguistique chinois était toujours le groupe linguistique non officiel dominant dans la RMR de Toronto; le chinois était parlé par 419 750 personnes ou 19 % (près d’une personne sur cinq) de la population de la RMR dont la langue maternelle n’était ni le français ni l’anglais.
  • L’italien arrivait au deuxième rang avec 194 620 personnes, suivi du punjabi (137 730), du tagalog (113 875) et du portugais (113 015).

Les autres RMR de l’Ontario

  • Les RMR de Peterborough (92,7  %), Barrie (88,5 %) et Brantford (88 %) affichaient les plus hautes proportions d’anglophones dans leur population.
  • Les RMR avec les plus hautes proportions de francophones sont le Grand Sudbury (28 %), Ottawa-Gatineau (la partie ontarienne) (17,2 %), Windsor (3,7 %) et St. Catharines-Niagara (3,7 %).
  • Après Toronto et ses 43,6 %, Windsor (23,6 %), Kitchener (23,1 %) et Hamilton (22,4 %) ont le plus haut taux de langues maternelles non officielles en Ontario.
  • Les langues non officielles dominantes dans la partie ontarienne d’Ottawa-Gatineau étaient les dialectes chinois et l’arabe. Les langues européennes (l’italien, le polonais, le portugais et l’allemand) étaient plus importantes à Hamilton et Kitchener.

Municipalités de l’Ontario (SDR, + de 5 000 habitants)

  • En 2006, parmi les municipalités de l’Ontario de plus de 5 000 habitants, ce sont Markham (57,4 %), Richmond Hill (54,1 %), Vaughan (52,3 %), Mississauga (48,9 %) et Toronto (47,9 %) qui affichaient les plus importantes proportions de langues maternelles non officielles.
  • Les plus hautes proportions d’anglophones se retrouvaient dans les municipalités de Tweed (96,1 %), Stone Mills (96 %), North Huron (95,7 %), Petrolia (95,6 %) et Dysart (95,3 %).
  • Les plus hautes proportions de francophones se trouvaient dans les municipalités de Hearst (89,7 %), Alfred & Plantagenet (79,5 %), Hawkesbury (78,4 %), The Nation (70,3 %) et Kapuskasing (67,9  %).  

Communiquez avec Paul Lewis au 416 325-0821 ou Victor Caballero au 416 325-0825.


Bureau des politiques économiques
Direction de l'analyse en matière de démographie et de travail

Page : 2546  |