Faits saillants de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Fiche d’information 2

Origines ethniques et minorités visibles

10 principales origines ethniques, OntarioPourcentage de minorités visibles dans la population Minorités visibles, Ontario, 2011 Proportions de minorités visibles, RMR de l'Ontario, 2011 Principales minorités visibles, RMR de Toronto, 2011 Subdivisions de recensement de l'Ontario ayant les plus fortes proportions de minorités visibles, 2011

Cette fiche d’information examine les données sur les origines ethniques et les minorités visibles publiées par Statistique Canada dans le cadre de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 ¹. Dans le Recensement, les minorités visibles sont définies comme des personnes qui ne sont pas de race blanche ou qui n'ont pas la peau blanche et qui ne se disent pas Autochtones.

La population de l’Ontario est très diversifiée

  • L’origine ethnique s’entend des origines ethniques ou culturelles des ancêtres des répondants.
  • L’origine ethnique la plus souvent déclarée dans l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 était « canadien ». Un nombre estimatif de 2 946 095 personnes vivant en Ontario ont déclaré « canadien » comme leur origine ethnique, seule ou mêlée à d’autres origines.
  • L’origine ethnique « canadien » était suivie de près par « anglais », selon les déclarations de 2 925 660 Ontariens.
  • Les autres origines ethniques les plus souvent déclarées en Ontario étaient : écossais (2 080 545), irlandais (2 069 110), français (1 362 320), allemand (1 154 550), italien (883 990) et chinois (713 245), indien d’Asie (678 465) et hollandais (508 595).
  • Au total, plus de 200 origines ethniques ont été déclarées par les Ontariens dans le cadre de l’ENM de 2011.

Un Ontarien sur quatre est membre de la population des minorités visibles

  • En 2011, 3 279 565 Ontariens ont déclaré faire partie de la population des minorités visibles.
  • Ces personnes représentaient 25,9 % de l'ensemble de la population de l’Ontario et plus de la moitié de la totalité des minorités visibles du Canada (6,3 millions de personnes).
  • La vaste majorité des minorités visibles vit dans des centres urbains, dont 2,6 millions dans la région métropolitaine de recensement de Toronto (RMR).
  • Entre 2006 et 2011, la population des minorités visibles de l’Ontario s’est accrue presque cinq fois plus rapidement que l’ensemble de la population (19,5 % contre 4,0 %). Les 301 430 personnes qui vivent en Ontario et ont dit être des Autochtones ne sont pas incluses dans la population des minorités visibles.
  • Sur les 3,3 millions d’Ontariens qui se sont déclarés membres de la population des minorités visibles, trois personnes sur dix (31,0 %) sont nées au Canada, tandis que 69,0 % sont nées dans un autre pays.

Les Asiatiques du Sud formaient la plus grande minorité
visible

  • En 2011, pris globalement, les trois groupes de minorités visibles les plus importants – Asiatiques du Sud, Chinois et Noirs – comptaient pour près des deux tiers (65,1 %) des minorités visibles.
  • Les Asiatiques du Sud formaient le plus grand groupe de minorités visibles, comptant pour 29,5 % des minorités visibles et 7,6 % de l'ensemble de la population de l’Ontario.
  • La population asiatique du Sud s’est accrue de 21,6 %, passant
    de 794 170 personnes en 2006 à 965 900 en 2011.

Minorités visibles dans les RMR de l’Ontario

  • En 2011, près de la totalité (98,3 %) des minorités visibles de l’Ontario vivaient dans les régions métropolitaines de recensement (RMR). Elles constituaient 31,8 % de l'ensemble de la population des RMR de la province.
  • La RMR de Toronto abritait 2 596 420 minorités visibles qui représentaient 47,0 % de sa population, soit 79,2 % ou près de 4 sur 5 de l'ensemble des minorités visibles (3,3 millions) de l’Ontario.
  • Ottawa-Gatineau (côté Ontario) affichait la deuxième plus importante proportion (22,8 %) de minorités visibles parmi les 15 RMR de la province.
  • Windsor a enregistré la troisième plus forte proportion de minorités visibles (17,2 %), suivi de Kitchener-Cambridge-Waterloo (16,2 %) et Hamilton (14,3 %).

Asiatiques du Sud, Chinois et Noirs : les plus importantes minorités visibles des RMR de Toronto

  • Les Asiatiques du Sud, les Chinois et les Noirs formaient les trois minorités visibles les plus importantes de Toronto. L’ENM de 2011 a recensé 833 085 Asiatiques du Sud, 531 635 Chinois et 397 175 Noirs.
  • Les Asiatiques du Sud vivant à Toronto comptaient pour 32,1 % de l'ensemble des minorités visibles de la RMR et 15,1 % de l'ensemble de la population de l’Ontario. Ils représentaient 86,2 % de l'ensemble des Asiatiques du Sud de l’Ontario.
  • Les Chinois représentaient 20,5 % des minorités visibles de Toronto et 9,6 % de l'ensemble de la population, tandis que les Noirs formaient 15,3 % des minorités visibles de la RMR et 7,2 % de l'ensemble de la population.

Markham et Brampton affichent les plus fortes proportions de minorités visibles parmi les subdivisions de recensement (municipalités)

  • La ville de Markham avait la plus forte proportion de minorités visibles du Canada. Les minorités visibles représentaient près des trois quarts (72,3 %) de sa population, contre 65,4 % en 2006. Plus de la moitié (52,9 %) des minorités visibles de Markham était chinoise et plus d’un quart (26,4 %), était Asiatique du Sud.
  • À Brampton, les minorités visibles représentaient 66,4 % de la population, se plaçant en deuxième place parmi les subdivisions de recensement de l’Ontario. Les Asiatiques du Sud constituaient plus de la moitié (57,8 %) des minorités visibles.
  • Plus de la moitié (53,7 %) de la population de Mississauga a été identifiée comme des minorités visibles, dont 40,5 % sont des Asiatiques du Sud.

1 Comparabilité entre les chiffres du Recensement de 2006 et les estimations de l’ENM de 2011 : Lorsqu’on compare les estimations au fil du temps, il faudrait tenir compte de deux grandes différences : 1. L’ENM est un sondage à participation volontaire et peut faire l’objet de plus d’erreurs dues à la non-réponse que le Recensement de 2006. 2. Les deux sources représentent des populations différentes - le Recensement de 2006 comprend les personnes qui vivent dans des logements collectifs et à l’étranger, alors que l’ENM exclut ces deux groupes.

Juin 2013

Renseignements : Alex Munger 416-325-0102

Bureau des politiques économiques
Direction de l'analyse en matière de démographie et de travail