: Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario de 2011

Avant-propos

Les Ontariennes et Ontariens sont les témoins de changements, de bouleversements et d’incertitudes considérables qui surviennent dans le monde entier. Les défis extraordinaires auxquels fait face l’économie mondiale nécessitent des efforts extraordinaires de la part de tous, chez nous et à l’étranger. La situation est grave et nécessite un plan draconien.

Lorsqu’il y a une perte d’emploi, cela cause des difficultés pour les familles. Lorsque l’économie recule ou que la croissance est inférieure aux attentes, les gens en pâtissent. Un certain nombre de familles ontariennes sont en proie à des difficultés en cette période d’incertitude économique. Pour renforcer l’économie et la rendre plus concurrentielle, il ne suffit pas d’améliorer les prévisions et les chiffres. Il faut aider les gens à trouver de bons emplois bien rémunérés, et faire en sorte que l’économie puisse appuyer des écoles et des hôpitaux de grande qualité.

Au cours des huit dernières années, l’Ontario a fait d’énormes progrès en formant la main-d’oeuvre la plus instruite au monde. Les Ontariennes et Ontariens doivent maintenant s’unir pour que les travailleurs puissent obtenir les bons emplois bien rémunérés qu’ils méritent. Cela comprend les jeunes qui sortent du système d’éducation de calibre mondial qu’est celui de l’Ontario. C’est la raison pour laquelle le gouvernement McGuinty poursuit ses efforts pour renforcer l’économie de la province et créer des emplois.

Malgré l’incertitude économique générale, l’Ontario a enregistré une croissance économique modérée pendant la plus grande partie des deux dernières années. À maints égards, l’Ontario s’est remis de la récession économique mondiale pendant que d’autres pays continuent de subir des turbulences bien plus importantes. L’économie européenne fait toujours face à de nouveaux défis tandis que la croissance aux États-Unis, principal partenaire commercial de la province, reste vulnérable aux coups durs.

Partout dans le monde, les gens s’inquiètent à propos des emplois et de l’économie mondiale. En Ontario, les répercussions de l’incertitude économique mondiale sur les familles restent un sujet de préoccupation.

Produire des résultats

En 2003, l’Ontario était aux prises avec des services publics délabrés. Aujourd’hui, la province est reconnue dans le monde entier pour ses écoles de grande qualité et affiche les temps d’attente les plus courts au pays pour les interventions chirurgicales importantes. Les Ontariennes et Ontariens ont reconstruit le réseau d’électricité de la province pour le transformer en une source d’énergie propre et fiable, créatrice d’emplois.

En 2008, l’économie mondiale a sombré dans l’une des récessions les plus graves depuis plusieurs générations. Le gouvernement McGuinty, comme beaucoup d’autres, a suivi les conseils du Fonds monétaire international (FMI) et a beaucoup investi dans la relance, atténuant les effets de la récession sur les familles en protégeant les emplois.

Les Ontariennes et Ontariens se sont adaptés aux changements associés à la réforme fiscale, y compris la taxe de vente harmonisée. La province a réduit le taux d’imposition des nouveaux investissements commerciaux de près de la moitié au cours des deux dernières années, devenant ainsi l’une des régions d’Amérique du Nord les plus concurrentielles pour les nouveaux investissements. Lorsque les entreprises investissent, il se crée des emplois.

Les Ontariennes et Ontariens se sont serré les coudes pour jeter des assises économiques solides et stables qui ont permis à la province de résister aux défis associés aux bouleversements qui s’opèrent partout dans le monde. En 2008, le gouvernement McGuinty a pris des mesures pour aider les personnes qui avaient le plus besoin d’aide. Compte tenu de la conjoncture économique actuelle, il continuera d’investir intelligemment pour stimuler la croissance économique et la création d’emplois.

L’emploi et l’économie

Au cours des huit derniers mois, les perspectives de croissance de l’économie mondiale ont été largement revues à la baisse. Au moment de la présentation du budget de 2011, selon les prévisions moyennes du secteur privé, la croissance du PIB réel de l’Ontario devait être de 2,6 % pour l’année. Or, des prévisions plus récentes indiquent que le taux de croissance ne serait plus que de 2,0 %.

Par suite de pressions extérieures, l’économie provinciale continue de faire face à d’énormes défis. L’ère de ralentissement de la croissance dans presque tous les pays du monde devrait durer longtemps. Cela signifie que, dans un avenir prévisible, une croissance économique modeste deviendra la nouvelle norme en Ontario, comme partout ailleurs.

Ralentissement de la croissance économique mondiale

Le gouvernement McGuinty réalisera ses objectifs dans le contexte d’une nouvelle réalité économique à l’échelle mondiale, celle d’une croissance plus lente. Il renforcera l’économie tout en donnant la priorité aux éléments de son plan qui répondent le mieux aux besoins immédiats des familles ontariennes.

Alors que de nouveaux défis continuent d’émerger et que le gouvernement poursuit ses mesures pour faire face aux nouveaux besoins et priorités, il est déterminé à réaliser les objectifs énoncés dans son plan budgétaire équilibré. Pour atteindre ces objectifs, il faudra que les nouvelles dépenses et les coûts imprévus soient compensés à l’aide d’économies réalisées dans d’autres domaines.

Il n’est plus possible de laisser la dette s’accumuler comme l’ont fait les gouvernements de toutes les allégeances politiques au cours de la dernière génération, car l’Ontario fait face à de nombreuses années de croissance économique plus modeste.

Réduction du taux de croissance des dépenses

L’Ontario s’attaque au défi qui consiste à protéger des services publics de calibre mondial et à équilibrer le budget en période de croissance économique ralentie. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement avait décidé, dans le budget de 2011, de maintenir la hausse des dépenses totales des programmes à 1,4 %. Cependant, en raison de l’incertitude économique qui règne actuellement dans le monde, on s’attend à ce que la Commission de réforme des services publics de l’Ontario recommande de fixer l’objectif de croissance des dépenses à 1 %. Le gouvernement tiendra compte de cette recommandation et des autres conseils qu’il recevra lorsqu’il préparera le budget de 2012.

L’Ontario a réussi à relever ce défi au cours des dernières années en réduisant le taux de croissance des dépenses des programmes pour le faire passer d’environ 7 % à approximativement 4 % l’an dernier. Il y a encore du travail à faire. Dans les mois à venir, le gouvernement recevra un rapport de la Commission de réforme des services publics de l’Ontario, présidée par l’économiste Don Drummond, qui contiendra des recommandations sur les moyens de transformer les services publics tout en éliminant le déficit et en faisant en sorte que l’Ontario puisse continuer à appuyer des écoles et des hôpitaux de grande qualité.

Une excellente gestion financière et une économie concurrentielle sont essentielles à des écoles et des hôpitaux de qualité, et des services publics fiables contribuent à une meilleure qualité de vie. L’expérience nous a appris, en Ontario et ailleurs dans le monde, qu’il est improductif de réduire les dépenses sans distinction. De telles mesures n’améliorent pas vraiment la situation financière de façon durable. De plus, elles annuleraient les progrès que les Ontariennes et Ontariens ont réalisés en améliorant les écoles et les hôpitaux et en préparant la province à l’économie de l’avenir. En outre, il est parfaitement clair que nous n’avons pas les moyens, compte tenu de la situation économique actuelle, de procéder à de nouvelles réductions d’impôt autres que celles annoncées dans le Plan fiscal de l’Ontario pour stimuler la création d’emplois et la croissance, ou d’augmenter considérablement les dépenses comme certains le demandent.

Relever les défis grâce aux réformes

Le gouvernement McGuinty a prouvé qu’il était capable d’atteindre ses objectifs. Le budget de 2011 envisageait un déficit de 16,3 milliards de dollars pour 2011-2012; dans la présente mise à jour économique, le gouvernement prévoit un déficit légèrement inférieur, soit 16,0 milliards de dollars, et ce, malgré l’incertitude et l’instabilité économiques qui sévissent à l’échelle mondiale.

L’Ontario relèvera le défi associé au ralentissement de la croissance économique en modifiant les façons de procéder du gouvernement de façon durable et fondamentale. Le gouvernement McGuinty s’inspirera des résultats de sa réforme du système d’éducation, du système de santé, du régime fiscal et du réseau d’électricité. Il est plus que jamais déterminé à optimiser les ressources et à offrir aux familles ontariennes les meilleurs services qui soient.

Crédit d’impôt pour l’aménagement du logement axé sur le bien-être

Pour relever le défi découlant d’une croissance économique modeste sur une période prolongée, le gouvernement doit être ouvert au changement et à l’innovation – le genre d’innovation dont les Ontariennes et Ontariens font preuve année après année. Mentionnons, à titre d’exemple, le crédit d’impôt pour l’aménagement du logement axé sur le bien-être proposé. Ce crédit permettrait aux personnes âgées de vivre chez elles plus longtemps et bénéficierait aux contribuables en réduisant les pressions sur les coûts des foyers de soins de longue durée. De plus, le crédit d’impôt appuierait l’emploi et l’activité économique. Pour atteindre les objectifs financiers établis, le coût de cette mesure serait compensé par les économies réalisées dans d’autres secteurs.

Conclusion

Au cours des dernières années, les Ontariennes et Ontariens ont fait d’énormes progrès en se serrant les coudes. Le gouvernement McGuinty continuera de faire des investissements intelligents qui stimulent la croissance économique. Il équilibrera le budget tout en encourageant la création d’emplois et en protégeant les écoles et les hôpitaux.