: Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario de 2012

Avant-propos

L’Ontario n’est pas à l’abri des bouleversements économiques mondiaux et de l’incertitude qui s’ensuit. De nombreuses familles ontariennes ressentent toujours les contrecoups de la récession planétaire.

Avant la récession, les Ontariennes et Ontariens ont rebâti leurs services publics, après des années de négligence, en travaillant ensemble. Quand la récession a frappé, la province a investi dans les mesures de stimulation économique à court terme pour protéger et créer des emplois et pour sauvegarder les services publics, soit l’éducation, les soins de santé et l’infrastructure moderne.

Dans son plan économique, le gouvernement McGuinty s’est attaqué aux problèmes avec lesquels l’Ontario était aux prises avant et pendant la récession mondiale. Le plan prévoit également des investissements judicieux qui créent des emplois et protègent les gains que l’Ontario a faits sur le plan des services publics.

Le plan fonctionne.

Croissance de l’économie et des emplois

L’économie de l’Ontario croît de façon constante, mais modestement. Depuis la fin de la récession, au deuxième trimestre de 2009, l’économie et l’emploi affichent une croissance en Ontario. Le produit intérieur brut (PIB) réel de la province a augmenté de 8,1 % et plus de 350 000 emplois nets ont été créés.

Le Plan fiscal de l’Ontario pour stimuler la création d’emplois et la croissance, comprenant la taxe de vente harmonisée (TVH), a fait de la province l’un des endroits les plus intéressants en Amérique du Nord pour les entreprises qui veulent investir. Les investissements des entreprises dans les machines et le matériel, qui ont augmenté de 18,7 % en 2011, sont la locomotive de la croissance économique de l’Ontario.

En dépit de ses progrès, l’Ontario connaît une croissance économique modérée qui devrait se poursuivre au cours des trois prochaines années. On prévoit que l’économie provinciale croîtra de 2,0 % en 2012, de 1,9 % en 2013, de 2,3 % en 2014 et de 2,4 % en 2015.

Gestion des dépenses

Pour atteindre les objectifs financiers de la province, le gouvernement McGuinty gère ses dépenses avec prudence. L’Ontario a travaillé fort pour suivre un plan visant à réduire la croissance des dépenses de programmes qui, l’an dernier, a été inférieure à 1 %. Ce taux n’a été plus faible qu’une seule fois en dix ans.

Le budget de 2012 prévoyait des économies et des mesures de compression des coûts de 4 $ pour chaque dollar supplémentaire de nouvelles mesures proposées touchant les revenus, y compris près de 18 milliards de dollars d’économies et d’évitement des coûts sur trois ans.

Le plan fonctionne, mais il y a encore du travail à faire.

Protection des emplois et des services publics

Chacun a un rôle à jouer dans l’élimination du déficit de l’Ontario. C’est pourquoi le gouvernement McGuinty prend des mesures vigoureuses pour contenir les coûts liés à la rémunération dans les secteurs public et parapublic afin de pouvoir continuer à atteindre ses objectifs financiers et à protéger les emplois et les services publics.

Au cours des neuf dernières années, le gouvernement de l’Ontario a fourni des hausses équitables sur le plan des salaires et des avantages sociaux aux travailleurs du secteur public parce que le travail qu’ils font pour les familles de l’Ontario a une très grande valeur.

Plus de la moitié de ce que le gouvernement dépense, soit plus de 55 milliards de dollars, est consacrée aux salaires et aux avantages sociaux des employés du secteur parapublic de la province. L’Ontario fait face à un choix clair : limiter les salaires ou mettre à pied des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens travaillants, qui fournissent les services publics sur lesquels les familles ontariennes comptent.

Le gouvernement McGuinty respecte le processus de négociation collective. Cependant, pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés pour l’élimination du déficit, il ne prévoit pas financer d’augmentations salariales supplémentaires pour les nouvelles conventions collectives. Le gouvernement s’engage à consulter ses partenaires du secteur parapublic et à négocier avec eux. Avec la Loi de 2012 donnant la priorité aux élèves, l’Ontario protège 20 000 emplois en éducation et permettrait d’économiser 2 milliards de dollars en fonds publics sur deux ans.

En septembre 2012, le gouvernement a proposé un projet de loi qui prévoit des mesures équilibrées de restriction de la rémunération dans le secteur parapublic. La loi de 2012 protégeant les emplois et les services publics proposée ferait en sorte que les futures conventions collectives protègent les emplois et les services publics, et contribuerait également à éliminer le déficit. Ce projet de loi continuerait de respecter le processus de négociation collective en établissant un cadre qui contribue à protéger les emplois et les services publics ainsi qu’à gérer les coûts. Il protégerait les emplois de 55 000 Ontariennes et Ontariens, et éviterait des hausses de dépenses dans le secteur parapublic de 2,8 milliards de dollars sur trois ans.

D’autres territoires ont les mêmes défis à relever que l’Ontario et prennent des mesures différentes, de façon injuste et déséquilibrée. En Californie, plus de 126 000 fonctionnaires ont été remerciés. Au Michigan, c’est 35 000 employés de la fonction publique qui ont été mis à pied. À Ottawa, le gouvernement fédéral supprimera environ 20 000 emplois dans sa fonction publique au cours des trois prochaines années. Ces compressions ont des retombées sur le gagne-pain des travailleurs touchés et sur les services publics et les familles qui les reçoivent. S’il a le choix entre protéger les emplois et les services publics, et supprimer des emplois, ce qui signifierait moins de services, le gouvernement McGuinty choisira de protéger les emplois et les services publics.

Élimination du déficit

Le plan visant à éliminer le déficit fonctionne. Pour la quatrième année de suite, l’Ontario devance ses objectifs de diminution du déficit. En 2012‑2013, le déficit de la province devrait être de 14,4 milliards de dollars, soit 0,4 milliard de dollars de moins que les projections du budget de 2012.

Conclusion

L’Ontario est une province solide et fière, avec une tradition de croissance de l’économie et de l’emploi. Comme ils le font depuis toujours, les Ontariennes et Ontariens travaillent ensemble, avec détermination, pour bâtir un brillant avenir.

Le gouvernement McGuinty a éliminé le déficit caché dont il avait hérité du gouvernement précédent, puis présenté trois budgets équilibrés consécutifs. Il a protégé et créé des emplois lorsque la récession mondiale a frappé l’Ontario. Pour une quatrième année de suite, il devance son plan de réduction du déficit.

L’élimination du déficit est la mesure la plus importante que la province peut prendre pour assurer la croissance de l’économie et favoriser la création d’emplois. Une économie forte permet de continuer à fournir les meilleurs services d’éducation et de santé au monde.