Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario 2015
Chapitre I : Favoriser l’essor de l’Ontario – Progrès vers la prospérité

Section G : S’attaquer au changement climatique

De bonnes politiques environnementales constituent de bonnes politiques économiques. Le gouvernement est résolu à mettre de l’avant des initiatives éprouvées pour s’attaquer au changement climatique et répondre à ses objectifs environnementaux tout en favorisant un climat d’affaires concurrentiel et en stimulant la croissance économique. En agissant dès maintenant, l’Ontario continue à démontrer que la province joue un rôle de premier plan à l’échelle mondiale. L’Ontario est le premier territoire de compétence au Canada à fixer des cibles de mi-parcours, soit 2030, pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le gouvernement propose de faire un versement initial par l’entremise d’un Fonds d’investissement vert qui visera à réduire les émissions de GES tout en consolidant l’économie.

Le changement climatique est l’un des enjeux les plus pressants de notre génération. L’Ontario a besoin d’une action collective solide afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), qui sont nocives pour le climat et les communautés et qui compromettent notre prospérité future.

La province a déjà fait preuve de leadership face à ce défi. En 2007, elle a établi des objectifs concrets de réduction des émissions par rapport au niveau de 1990, soit de 6 % d’ici 2014, de 15 % d’ici 2020 et de 80 % d’ici 2050. Elle a également pris des mesures d’envergure pour lutter contre le changement climatique, comme l’élimination des centrales au charbon en 2014, qui est la plus importante initiative en matière de changement climatique en Amérique du Nord et a aidé l’Ontario à atteindre sa cible de réduction des émissions en 2014.

L’élimination des centrales au charbon a été une réalisation phare de l’Ontario en vue de réduire les émissions de GES. Toutefois, des efforts soutenus s’imposent pour réduire les émissions futures tout en préparant les collectivités de la province à s’adapter aux changements qui ont déjà cours. La province participe activement aux initiatives de coopération internationale visant à réduire les émissions et travaille avec les parties intéressées, les Premières Nations et d’autres Ontariennes et Ontariens à l’élaboration d’un programme de plafonnement et d’échange pour soutenir une croissance durable à long terme sur les plans économique et environnemental.

Qui plus est, en faisant face au changement climatique dès maintenant, l’Ontario pourra tirer avantage de l’énorme potentiel économique que présente l’émergence des technologies propres. L’Ontario est un chef de file dans les secteurs de l’environnement et des technologies propres, notamment dans les domaines de la production d’électricité, du transport, de l’efficacité énergétique, du recyclage, du traitement de l’eau et des eaux usées. Pour la deuxième année de suite, la province s’est classée en tête de file en Amérique du Nord pour ce qui est des investissements verts.

Entreprises de technologies propres en Ontario

L’Ontario compte plus du tiers des entreprises canadiennes qui innovent en mettant au point des technologies propres dans les domaines de la production d’électricité, du transport, de l’efficacité énergétique, du recyclage et du traitement de l’eau et des eaux usées. D’ici 2020, les entreprises canadiennes de technologies propres devraient être la source de plus de 100 000 emplois directs et tirer 80 % de leurs revenus des exportations sur les marchés mondiaux. Les investissements que font ces sociétés dans la recherche-développement connaissent une solide croissance et se situent à un niveau bien supérieur à ceux faits dans l’ensemble de l’économie.

 Analytica Advisors, « 2015 Canadian Clean Technology Industry Report ». 

Budget de 2015 : Favoriser l’essor de l’Ontario

Dans le budget de 2015, l’Ontario avait réitéré son engagement envers la mise sur pied d’un programme de plafonnement et d’échange parallèlement au déploiement d’un éventail d’initiatives complémentaires pour réduire les émissions de GES. L’ensemble de ces mesures aidera l’Ontario à atteindre ses cibles de réduction des émissions tout en récompensant les entreprises innovantes. En plus, ces initiatives créeront un climat de plus grande certitude pour les différentes industries et de nouvelles possibilités d’investissement dans la province. En tant que membre de la Western Climate Initiative, l’Ontario entend lier son programme de plafonnement et d’échange à ceux du Québec et de la Californie.

Progrès réalisés depuis le budget de 2015

Depuis le budget de 2015, le gouvernement a mené des consultations en profondeur auprès de l’industrie, des spécialistes, des groupes environnementaux, des Premières Nations et d’autres Ontariennes et Ontariens. Ces consultations exhaustives ont joué un rôle de premier plan pour orienter la conception d’un plan d’action sur le changement climatique et d’un programme de plafonnement et d’échange adaptés aux circonstances particulières de l’Ontario.

En mai, l’Ontario est devenu la première province canadienne à établir une cible de réduction des émissions de GES d’ici 2030, qui vient s’ajouter à celles déjà fixées pour 2020 et 2050. L’engagement envers cette nouvelle cible de mi-parcours, soit une réduction des émissions de 37 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030, permettra à l’Ontario d’atteindre ses objectifs environnementaux à long terme.

L’Ontario continue à faire preuve de leadership sur la scène mondiale en matière de lutte contre le changement climatique. En juillet, la province a été l’hôte du Sommet des Amériques sur le climat. Le Sommet a abouti à la publication de la Déclaration sur les mesures climatiques, la première mesure sur le changement climatique adoptée à l’échelle panaméricaine. Dans cette déclaration, l’Ontario et 22 autres États et régions signataires, dont le Brésil, le Mexique et les États-Unis, s’engagent à collaborer à l’atteinte des objectifs environnementaux.

Prochaines étapes

La province a rendu publique une vaste stratégie sur le changement climatique et travaille à l’élaboration d’un plan d’action précis pour atteindre sa cible de réduction des émissions pour 2020. Cette stratégie mettra l’Ontario sur la voie d’une économie durable, concurrentielle et sobre en carbone. Le plan d’action, qui sera revu tous les cinq ans, cernera des initiatives et des projets précis qui permettront d’atteindre les cibles de la province.

Dans le budget de 2015, le gouvernement s’était engagé à consacrer la totalité du produit tiré d’un programme de plafonnement et d’échange à des mesures visant à réduire les émissions de GES et à jeter les assises d’une nouvelle prospérité durable pour les ménages et les entreprises de la province.

Pour concrétiser son engagement, le gouvernement propose de faire un versement initial immédiat de 325 millions de dollars en 2015‑2016 dans le cadre d’un Fonds d’investissement vert qui visera à réduire les émissions de GES tout en consolidant l’économie. Grâce à cet investissement initial, le Fonds soutiendra les rénovations écoénergétiques dans les logements (y compris les logements sociaux), les investissements dans l’industrie et les petites et moyennes entreprises pour améliorer leur rendement énergétique, les collectivités autochtones ainsi que les nouveaux investissements dans l’infrastructure pour les véhicules électriques. Plus de précisions sur le Fonds et les options d’investissement futur seront fournies dans le budget de 2016.

Graphique 1.3 : Émissions de gaz à effet de serre et cibles en Ontario

Ce graphique linéaire montre les émissions de gaz à effet de serre en Ontario entre 1990 et 2013 ainsi que les cibles de réduction de ces émissions pour 2014, 2020 et 2030. Les émissions de la province ont diminué grâce surtout à la fermeture progressive des centrales au charbon, à d’autres initiatives et à la récession, ce qui a permis à l’Ontario d’atteindre sa cible de 2014. Les émissions devront diminuer davantage entre 2014 et 2030 pour que les cibles de 2020 et de 2030 soient atteintes.

Retourner au graphique 1.3