Perspectives économiques et revue financière de l’Ontario 2016
Chapitre I : Création d’emplois et prospérité pour tous

Section C : Investir dans les talents et les compétences des gens

La main-d’oeuvre hautement scolarisée de l’Ontario est depuis longtemps un des plus grands atouts de la province. Dans le but de préparer les travailleurs pour l’économie de demain, il est crucial d’investir dans l’éducation et la formation. En fournissant aux Ontariennes et aux Ontariens les occasions et les soutiens appropriés, le gouvernement permet à plus de personnes d’être partie prenante d’une économie du savoir en évolution et de satisfaire à ses exigences. Des investissements importants dans les services de garde d’enfants et l’éducation de la petite enfance aident plus d’enfants à amorcer leur cheminement scolaire du bon pied et facilitent le quotidien des familles travailleuses en fournissant des services de garde de qualité et abordables. Une nouvelle approche touchant l’aide financière aux étudiantes et aux étudiants rendra les études collégiales et universitaires plus accessibles, alors que des dizaines de milliers d’étudiantes et d’étudiants seront exemptés de payer les frais de scolarité. Grâce à une stratégie générale pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée, les Ontariennes et Ontariens seront bien placés pour réussir et être compétitifs.

Budget de 2016 : Des emplois pour aujourd’hui et demain

Dans le budget de 2016, l’Ontario s’engageait à mettre en place un système de garde d’enfants accessible et de haute qualité, à rendre les études collégiales et universitaires encore plus accessibles et abordables, et à améliorer davantage le système d’éducation et de formation professionnelle de l’Ontario.

Les engagements pris dans le budget de 2016 comprenaient ce qui suit :

  • Prendre des mesures pour moderniser le cadre législatif et réglementaire régissant les services de garde d’enfants, notamment en renforçant la surveillance du secteur des services de garde non agréés et en augmentant la capacité dans le secteur des services de garde agréés.
  • Instaurer une subvention majeure unique et immédiate, la Subvention ontarienne d’études, afin d’exempter des frais de scolarité moyens les étudiantes et étudiants ayant besoin d’un soutien financier et venant de familles touchant un revenu de 50 000 $ ou moins, et de rendre les études plus abordables pour les familles à revenu moyen.
  • Continuer à moderniser et à transformer les programmes d’emploi et de formation et mettre en oeuvre la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes.
  • Établir un système de formation en apprentissage de haute qualité qui assure la protection du public et la sécurité dans les lieux de travail, et fait en sorte que les gens de métier spécialisés puissent répondre aux demandes du marché du travail.

Progrès

Enseignement préscolaire, primaire et secondaire

Programmes de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance

Depuis la publication du budget de 2016, la province a déposé un règlement visant à supprimer les frais d’inscription aux listes d’attente des services de garde d’enfants afin de rendre les services plus accessibles et de faciliter la vie des familles. L’interdiction est entrée en vigueur le 1er septembre 2016 et empêche les garderies et les agences de services de garde en milieu familial agréés de demander des frais ou le versement de dépôts pour inscrire un enfant à leur liste d’attente.

Pour répondre aux besoins d’une province en croissance et en évolution au cours des cinq prochaines années, le gouvernement aidera à créer 100 000 nouvelles places en service de garde agréé pour les poupons, les bambins et les enfants d’âge préscolaire au cours des cinq prochaines années à compter de 2017. Ces nouvelles places doubleront la capacité actuelle pour les enfants de ces groupes d’âge. Les enfants de la naissance à 4 ans profiteront de l’expansion des services offerts dans les écoles, dans la collectivité et en milieu familial, ce qui aidera aussi un plus grand nombre de familles travailleuses à trouver des services de garde abordables et de qualité. Pour un complément d’information, voir la section B du présent chapitre, Bâtir l’infrastructure de demain dès maintenant.

La province travaillera également avec ses partenaires du gouvernement fédéral, des autres provinces et des territoires pour élaborer un cadre pancanadien régissant les programmes de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance.

Réponse aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada

Pour donner suite aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, le gouvernement collabore avec ses partenaires autochtones dans les réserves et hors réserve à l’élaboration d’une stratégie plus large de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance pour les communautés autochtones en Ontario.

Le gouvernement élargira également cinq programmes existants pour les enfants et leur famille offerts dans les réserves dans les cinq collectivités suivantes :

  • M’Chigeeng First Nation
  • Nibinamik First Nation
  • Six Nations of the Grand River
  • Walpole Island First Nation
  • Réserve indienne Wikwemikong Unceded

L’Ontario continuera de collaborer avec ses partenaires autochtones pour accroître le nombre de places dans des services de garde agréés hors réserve et de programmes pertinents sur le plan culturel pour les enfants et les familles.

Éducation primaire et secondaire

De plus en plus, les connaissances et les compétences en mathématiques deviennent des éléments essentiels de la réussite. Grâce à des activités qui mettent en valeur le rôle et l’utilité des mathématiques dans la vie de tous les jours, les élèves acquièrent une compréhension des concepts mathématiques et développent leurs habiletés en résolution de problèmes ainsi que des compétences technologiques connexes qu’ils peuvent mettre en pratique au quotidien et, plus tard, dans l’exercice de leur profession. L’Ontario fournit diverses ressources, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe, afin d’aider plus d’élèves à améliorer leurs résultats en mathématiques. Un certain nombre d’investissements aideront les élèves et les parents, notamment ce qui suit :

  • Plus de 60 millions de dollars pour mettre en oeuvre une stratégie renouvelée pour l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques à compter de l’année scolaire 2016-2017.
  • Enseignement obligatoire des mathématiques pendant 60 minutes chaque jour de la 1re à la 8e année.
  • Soutien au service Homework Help, qui procure aux élèves de la 7e à la 10e année du tutorat en mathématiques, gratuit et en temps réel, par des enseignantes et des enseignants accrédités de l’Ontario dans tous les conseils scolaires de langue anglaise. SOS Devoirs est un service semblable offert aux élèves francophones de la 1re à la 12e année.

En outre, l’Ontario collaborera avec ses partenaires autochtones pour s’assurer que le contenu obligatoire du curriculum met en relief les histoires, les cultures, les perspectives et les savoirs des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ainsi que l’héritage du colonialisme, des traités et des pensionnats.

Éducation postsecondaire

Rendre les études postsecondaires plus abordables

L’Ontario continue de rendre l’éducation postsecondaire accessible à toutes les personnes admissibles, quel que soit le revenu de leur famille.

Le gouvernement transforme l’aide financière aux étudiants. Cela comprend l’instauration de la Subvention ontarienne d’études à compter de l’année scolaire 2017-2018, qui dispensera du paiement des frais de scolarité moyens plus de 150 000 étudiantes et étudiants au palier postsecondaire. Elle rendra aussi l’aide financière plus généreuse pour les étudiantes et étudiants provenant de familles à revenu moyen. Par exemple, plus de 50 000 étudiantes et étudiants provenant de familles dont le revenu annuel est supérieur à 50 000 $ recevront des subventions plus élevées.

La province prendra également les mesures suivantes :

  • Élargir le soutien financier pour les élèves expérimentés et les étudiantes et étudiants mariés.
  • Augmenter les niveaux maximums de l’aide hebdomadaire que l’Ontario fournit aux particuliers et aux parents mariés ou seuls soutiens de famille.
  • Améliorer l’accès à des prêts sans intérêt ou à faible taux d’intérêt pour les familles à revenu moyen et supérieur.

Dans l’ensemble, environ 250 000 étudiantes et étudiants auront une dette moins élevée que celle qu’ils auraient en vertu du régime actuel, et le niveau d’endettement maximal dans le cadre du Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) plafonnera à 10 000 $ par année pour les étudiantes et étudiants provenant de familles à revenu élevé.

L’Ontario a consulté les parties prenantes, y compris les établissements et les groupes d’étudiants, concernant la réorganisation du RAFEO et la facturation des frais de scolarité nets, et il continuera de consulter les communautés et les parties prenantes autochtones concernant les réformes de l’aide financière aux étudiants.

Le gouvernement s’emploie également à mieux servir les étudiantes et étudiants et à améliorer leur interaction avec le RAFEO. À compter de l’automne 2017, les étudiantes et étudiants pourront présenter leur demande aux collèges ou aux universités et au RAFEO en même temps grâce à un processus de demande intégré. À partir du début de 2018, les étudiantes et étudiants recevront avec leur offre d’admission une estimation de leurs frais de scolarité nets, ce qui leur permettra de déterminer les coûts qu’ils auront à assumer une fois prise en compte l’aide du gouvernement et de l’établissement d’enseignement, et les aidera à budgétiser et planifier les coûts de leurs études.

Outre les modifications apportées au RAFEO, le gouvernement continuera à concevoir des initiatives visant à réduire les obstacles non financiers pour les groupes moins représentés au palier postsecondaire, dont les étudiantes et étudiants à faible revenu, les élèves expérimentés et les étudiantes et étudiants ayant un handicap.

Renforcer le système d’éducation postsecondaire

La réussite des étudiantes et des étudiants ainsi que l’obtention de résultats de qualité au palier postsecondaire demeurent au coeur de la réorganisation du secteur de l’éducation postsecondaire. Les collèges et les universités de l’Ontario continueront ainsi de fournir le meilleur apprentissage aux étudiantes et aux étudiants qui veulent saisir les occasions qu’offre l’économie du savoir.

La province continue de travailler en étroite collaboration avec ses partenaires du palier postsecondaire pour concevoir de nouvelles formules de financement des collèges et des universités pour assurer la réussite continue des étudiantes et des étudiants, favoriser la différenciation fondée sur les points forts des établissements et améliorer la viabilité. Après les consultations sur la formule de financement des universités menées en 2015, le gouvernement a terminé ses consultations sur la modernisation du financement des collèges à l’été 2016.

Pour reconnaître officiellement les établissements autochtones et en assurer la pérennité, la province élabore une politique autonome visant les établissements autochtones de formation et d’éducation postsecondaire. Cette approche permettra à un plus grand nombre d’apprenants autochtones d’accéder à la formation et aux études postsecondaires et de réussir. Dans le cadre de la démarche fondée sur la collaboration qu’il adopte pour élaborer la politique, le gouvernement consultera les établissements et organismes autochtones, les intervenants du secteur de l’éducation postsecondaire et d’autres partenaires.

L’Ontario continue de travailler pour accroître l’accès aux études postsecondaires en français pour les étudiantes et étudiants de l’Ontario. En septembre 2016, le gouvernement a nommé la présidente du conseil de planification chargé d’examiner les différentes options pour une université francophone dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario.

Emploi et formation professionnelle

La Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes renouvelée, annoncée dans le budget de 2015, vise à offrir à jusqu’à 150 000 jeunes des occasions d’emploi et de formation professionnelle. Dans le cadre de cette stratégie, l’Ontario fournit une gamme plus complète de programmes et de services d’emploi. En avril, l’Ontario a lancé :

  • le Programme d’orientation en matière d’emploi pour les jeunes visant à aider les personnes de 15 à 29 ans à planifier leur carrière, à se préparer pour le marché du travail et à accéder aux occasions d’emploi;
  • le Programme d’accès aux emplois d’été pour les jeunes, une composante du Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes, visant à fournir des occasions d’emploi d’été, à temps partiel et après l’école aux élèves du secondaire de 15 à 18 ans dont la situation est difficile et qui ont peut-être besoin de soutien pour faire la transition entre l’école et le travail.

Dans le cadre de la réorganisation des services d’emploi et de formation, le gouvernement mettra à l’essai et évaluera des modèles de programmes en émergence. À l’automne 2016, la province lancera Compétences+ Ontario, un projet pilote sectoriel qui donne aux employeurs accès à des travailleurs qualifiés et prêts à occuper un emploi, et offre aux chercheurs d’emploi des services de formation et d’emploi par secteur.

Le gouvernement investit 3,4 millions de dollars sur deux ans dans le programme de formation relais de l’Ontario pour aider les nouveaux Ontariens et Ontariennes formés à l’étranger à trouver des emplois qui correspondent à leurs compétences et à leur expérience par l’entremise de 11 nouveaux projets de formation relais. Le programme aide plus de 6 000 nouveaux arrivants chaque année, en leur procurant la formation et le soutien dont ils ont besoin pour être autorisés à exercer une profession réglementée ou occuper d’autres emplois hautement spécialisés. Il aide aussi les employeurs à créer des ressources pour embaucher et maintenir en poste des immigrants formés à l’étranger et à les intégrer au lieu de travail.

Les métiers spécialisés jouent un rôle central dans l’économie de l’Ontario. Le gouvernement a établi l’Ordre des métiers pour promouvoir les métiers spécialisés et favoriser la prestation de programmes de formation et d’apprentissage de haute qualité. Le gouvernement déposera des modifications à la Loi de 2009 sur l’Ordre des métiers de l’Ontario et l’apprentissage pour renforcer l’Ordre des métiers, assurer sa viabilité et accroître l’efficacité de ses fonctions de réglementation, d’application et d’administration tout en donnant au secteur des métiers spécialisés un rôle direct dans l’avenir.

Stratégie pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée

En juin 2016, le gouvernement a reçu et accepté le rapport final du Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée, qui contenait des recommandations pour aider les travailleurs de la province à s’adapter aux exigences de l’économie du savoir. En guise de réponse, la province et ses partenaires mettent en oeuvre une Stratégie pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée visant à établir une correspondance entre les programmes d’éducation, de formation et de développement des compétences, d’une part, et la demande au sein d’une économie en évolution, d’autre part.

La stratégie de l’Ontario met l’accent sur la réalisation de progrès dans plusieurs secteurs prioritaires, notamment ce qui suit :

  • Amélioration de l’accès aux renseignements sur le marché du travail pour les étudiantes et étudiants, les chercheurs d’emploi, les travailleurs et les employeurs.
  • Augmentation des possibilités d’apprentissage par l’expérience dans l’ensemble du système d’éducation.
  • Meilleure exposition des étudiantes et des étudiants aux nombreux cheminements de carrière en leur offrant différents choix, comme les arts, les sciences, la technologie et le génie, l’entrepreneuriat et la formation en apprentissage.
  • Établissement d’un système d’éducation des adultes harmonieux et centré sur les apprenants.
  • Investissement dans les compétences des travailleurs grâce à une formation en milieu de travail fournie par l’employeur.
  • Développement des compétences nécessaires dans le milieu de travail, comme la résolution de problèmes, le travail d’équipe et l’entrepreneuriat, et les compétences propres à une industrie.

Dans le cadre de ce travail, la province et ses partenaires élaboreront des projets afin d’aider les gens à acquérir les compétences nécessaires pour trouver et conserver leur emploi et pour faire en sorte que l’Ontario conserve l’avantage concurrentiel que représente une main-d’oeuvre qualifiée répondant aux attentes et aux besoins des employeurs. Pour mettre en oeuvre les recommandations du Comité d’experts pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée, le gouvernement mettra sur pied une nouvelle table de planification et de concertation à l’automne 2016 regroupant, entre autres, des employeurs, des éducateurs, des travailleurs et des experts du gouvernement qui orienteront sa stratégie, ses initiatives et ses projets.

L’Ontario entame la prochaine étape de la stratégie d’information sur le marché du travail qui facilitera la mise en oeuvre des recommandations du Comité d’experts pour améliorer l’information sur les carrières et le marché du travail. Le gouvernement planifie d’établir le Bureau de la planification et du perfectionnement de la main-d’oeuvre pour trouver des moyens de recueillir plus rapidement de meilleures données et d’élaborer des ressources en ligne faciles à utiliser pour les étudiantes et étudiants, leur famille, les employeurs et les organismes.

Les ententes sur le marché du travail conclues entre l’Ontario et le Canada soutiennent un ensemble de programmes d’emploi et de formation professionnelle pour les Ontariennes et Ontariens. La province continue de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral pour s’assurer que les ententes renouvelées répondent mieux aux besoins en formation des Ontariennes et des Ontariens. Pour de plus amples renseignements, voir le chapitre IV, Ensemble, vers un Ontario plus fort et un Canada plus fort.