Ce document a été publié sous un gouvernement précédent et il est disponible à des fins d’archivage et de recherche seulement.

Introduction

Les entreprises de l’Ontario, qu’elles soient grandes ou petites, locales ou internationales, apportent une contribution importante à la croissance économique et participent à l’augmentation des charges et de l’activité qui vont de pair avec une économie forte. Tout cela profite aux travailleurs et aux familles de toute la province.

La province prévoit équilibrer le budget pour la première fois depuis la récession mondiale de 2008-2009. Grâce à des décisions ciblées, mesurées et responsables sur le plan financier, l’Ontario a retrouvé sa vigueur financière et économique.

Le ratio de la dette nette au PIB de la province a atteint un sommet de 39,3 % en 2014-2015 et, en raison de la croissance économique de l’Ontario et des progrès accomplis par le gouvernement pour équilibrer le budget, on prévoit qu’il sera ramené à 37,3 % en 2017-2018.

C’est cette position de force qui permet au gouvernement de continuer à soutenir la croissance des régions et des industries.

La province s’est engagée à créer un climat d’affaires dynamique et concurrentiel en investissant dans les petites et moyennes entreprises, en affermissant sa position à titre de carrefour mondial de la croissance des technologies financières, en augmentant ses échanges internationaux et en construisant dès aujourd’hui l’infrastructure de demain, tout en s’attaquant au changement climatique et en favorisant la transition vers une économie sobre en carbone.

Rien de tout cela ne serait possible sans des investissements dans la priorité absolue de l’Ontario : sa population. La province s’est également engagée à développer les talents et les compétences des étudiantes et étudiants et des travailleuses et travailleurs de l’Ontario de tous âges et à toutes les étapes afin qu’ils puissent s’épanouir dans une économie qui évolue rapidement.

Renforcer les petites entreprises de l’Ontario

Un investissement de 500 millions de dollars pour la croissance des petites entreprises et la réduction de leurs coûts

Environ le tiers des travailleurs de l’Ontario sont employés par de petites entreprises, lesquelles ont toujours contribué considérablement à la réussite de l’économie de la province. Ces entreprises ont connu une croissance plus lente depuis la récession mondiale comparativement aux grandes entreprises. Elles ont été mises au défi par des risques et des facteurs hors de leur contrôle, comme la mondialisation, le changement technologique rapide et les répercussions du changement climatique.

Dans le présent document, la province a annoncé plus de 500 millions de dollars sur trois ans en nouvelles initiatives pour les petites entreprises afin de réduire leurs coûts et de favoriser leur croissance, notamment :

  • la proposition de réduire de 22 % le taux de l’impôt sur le revenu des sociétés (IRS) applicable aux petites entreprises;
  • de nouveaux encouragements pour embaucher et maintenir des jeunes en poste;
  • un soutien financier pour les petites et moyennes entreprises entreprises agricoles de fruits et de légumes;
  • des investissements pour augmenter la vitalité des collectivités et des rues principales;
  • un programme pilote destiné à améliorer l’accès au financement;
  • un service à guichet unique pour aider les petites entreprises à interagir avec le gouvernement;
  • des initiatives pour fournir un meilleur accès aux occasions de participer à l’approvisionnement gouvernemental;
  • l’accroissement de l’efficacité des inspections gouvernementales des entreprises qui ont de bons dossiers de conformité;
  • l’augmentation de la souplesse accordée aux entreprises pour satisfaire aux exigences réglementaires du gouvernement.

D’autres mesures provinciales récemment annoncées représentent plus de 400 millions de dollars en soutien aux petites entreprises. De plus, les petites entreprises réaliseront des économies notables découlant des réductions du taux moyen des primes de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT), soit une valeur totale estimée à plus de 800 millions de dollars au cours des trois prochaines années. Globalement, ces soutiens aux petites entreprises de l’Ontario s’élèveront à 1,9 milliard de dollars sur trois ans. Des modifications récemment proposées au taux fédéral d’IRS pour les petites entreprises fourniront à ce secteur un appui supplémentaire de près de 500 millions de dollars sur trois ans.

Diminuer les coûts pour les petites entreprises

Réduire le taux de l’IRS de l’Ontario applicable aux petites entreprises

Les petites entreprises de l’Ontario bénéficient actuellement d’un taux d’IRS inférieur sur la première tranche de 500 000 $ du revenu tiré d’une société exploitée activement, soit un taux de 4,5 %.

Pour accroître le soutien aux petites entreprises et les aider à devenir plus compétitives, la province propose de réduire le taux de l’IRS applicable aux petites entreprises pour le ramener à 3,5 %, à compter du 1er janvier 2018. Cette mesure représenterait une baisse de 22 % du taux de l’IRS applicable aux petites entreprises.

Voir la section A du chapitre V, Imposition des entreprises, pour de plus amples renseignements.

Accroître le soutien à l’emploi des jeunes dans les petites entreprises

Dans un environnement où la technologie évolue rapidement, les petites entreprises ont de la difficulté à embaucher et à maintenir la main-d’oeuvre en poste. Par ailleurs, les petites entreprises emploient un nombre disproportionné de jeunes travailleurs. C’est pourquoi l’Ontario fournira 124 millions de dollars sur trois ans pour mettre en oeuvre, en concertation avec les Services d’emploi et le Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes, et ce, à compter du 1er janvier 2018, des soutiens pour les jeunes de 15 à 29 ans afin de favoriser leur embauche et leur maintien en poste. Par le truchement du programme des Services d’emploi de l’Ontario, le petit employeur de moins de 100 employés recevrait un incitatif de 1 000 $ pour l’embauche d’un jeune travailleur et un incitatif supplémentaire de 1 000 $ pour son maintien en poste pendant six mois.

En outre, si l’embauche se fait dans le cadre du Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes, un programme distinct visant les jeunes qui font face à des obstacles, les employeurs recevraient des paiements de maintien en poste de 1 000 $ au bout de trois mois et ce même montant au bout de six mois pour chaque travailleur.

Accroître la compétitivité des agriculteurs de l’Ontario

Le secteur de l’horticulture comestible fait face à des défis de taille alors qu’il doit s’adapter à un environnement commercial changeant et continuer de soutenir la concurrence en tant que preneur de prix sur le marché mondial. Afin de soutenir ce secteur important, le gouvernement fournit une aide ciblée de 60 millions de dollars aux producteurs locaux de fruits et de légumes, et d’autres produits horticoles comestibles. Les producteurs admissibles recevront des paiements pendant deux ans en fonction de leurs ventes nettes admissibles.

Soutenir la croissance des petites entreprises

Investir dans les rues principales pour créer des débouchés pour les petites entreprises

Les petites entreprises établies dans les centres-villes et sur les principales artères commerciales ont souvent du mal à faire concurrence aux établissements de plus grande envergure et font face à certains autres défis, tels que le commerce électronique. Des rues principales dynamiques et florissantes peuvent être profitables tant aux entreprises et aux propriétaires fonciers qu’aux résidents et aux organismes communautaires. La province va de l’avant en faisant un investissement supplémentaire de 40 millions de dollars pour créer un fonds d’amélioration visant à renforcer les activités de promotion, de planification et de mise en oeuvre des collectivités et à fournir un soutien direct aux entreprises qui souhaitent améliorer leurs immobilisations, accroître leurs capacités numériques et améliorer leur efficacité énergétique.

Accroître l’accès aux capitaux pour soutenir les investissements des petites entreprises

Un meilleur accès au financement peut jouer un rôle crucial dans la capacité des petites entreprises à prendre de l’expansion. Les nouvelles technologies dans le secteur des services financiers peuvent accroître l’accès des petites entreprises aux capitaux et réduire les frais de financement. Certains fournisseurs de services de technologie financière cherchent à établir des partenariats stratégiques avec des établissements de prêts et les autorités gouvernementales afin d’avoir accès à des capitaux. La province investit 8 millions de dollars pour mettre à l’essai un programme de prêts qui favorise de tels partenariats dans le but d’aider les petites entreprises à obtenir du financement.

Voir la section Tirer parti de la technologie financière plus loin dans le chapitre pour de plus amples renseignements sur les efforts déployés par le gouvernement pour consolider la position de l’Ontario en tant que chef de file du secteur de la technologie financière.

Faciliter l’accès aux services et aux soutiens du gouvernement

Les petites entreprises veulent concentrer leurs efforts sur la gestion et la croissance de leurs activités. Pour leur faciliter la tâche, la province lance le Service d’accès pour les petites entreprises, un « guichet unique » qui offrira des ressources en ligne ou au téléphone de façon à simplifier leurs interactions avec le gouvernement et à obtenir le soutien dont elles ont besoin. Le gouvernement s’est joint à la Chambre de commerce de l’Ontario et travaille en collaboration avec les petites entreprises pour sensibiliser ces dernières à ce nouveau service.

Désigner des possibilités d’approvisionnement pour les petites entreprises

Le gouvernement de l’Ontario achète un large éventail de biens et de services. Pour aider les petites entreprises à croître, il pourrait être essentiel de rendre plus équitable l’accès à ces possibilités d’approvisionnement. Comme il a été annoncé le mois dernier, l’Ontario affectera 33 % de ses dépenses d’approvisionnement aux petites et moyennes entreprises d’ici 2020 et soutiendra ces efforts au moyen d’initiatives visant à faciliter le processus de soumission de propositions pour les entreprises. De plus, la province examine la possibilité d’éliminer ou de rembourser les droits exigés des entreprises qui souhaitent faire affaire avec le gouvernement par le truchement du Portail des appels d’offres de l’Ontario et, pour les travaux d’entretien des routes, du Système d’inscription, d’évaluation et de qualification.

Réduire le fardeau administratif des petites entreprises

Les petites entreprises ont de la difficulté à se tenir au fait de l’évolution des exigences administratives et des services d’aide offerts par le gouvernement. Depuis 2011, le gouvernement a pris un nombre considérable de mesures pour éliminer les doubles emplois, alléger le fardeau réglementaire et réduire les délais de réponse afin de faire économiser aux entreprises 152 millions de dollars. En outre, l’Ontario a adopté la Loi de 2017 visant à réduire les formalités administratives inutiles. L’Ontario mettra en oeuvre les initiatives additionnelles suivantes afin d’aider les entreprises à accéder aux programmes et à se conformer aux exigences réglementaires.

Améliorer le processus d’inspection pour les entreprises ayant un bon dossier de conformité

Les entreprises conformes aux exigences font souvent l’objet du même niveau d’inspection que celles qui sont non conformes. La province améliore son analyse des données pour que les programmes d’inspection gouvernementaux ciblent les entreprises non conformes et que les entreprises régulièrement conformes soient assujetties à moins d’inspections. Ainsi, les entreprises conformes réaliseront des économies sur les coûts de préparation aux inspections, et comme les inspections seront effectuées plus efficacement, cela leur fera aussi gagner du temps.

Améliorer l’efficacité du processus d’inspection des bars et des restaurants

La province met en place un projet pilote d’inspections coordonnées dans le secteur des bars et restaurants. Dans le cadre de ce projet, les organismes de réglementation partageront des données et de l’information sur les problèmes de conformité graves, ainsi que sur les pratiques exemplaires en matière de conformité. On pourra ainsi mieux cibler les inspections en se concentrant sur les entreprises non conformes, tout en réduisant les inspections pour celles qui sont en conformité avec les exigences du secteur. Grâce au partage de renseignements sur les pratiques exemplaires, les entreprises pourront apporter des changements de sorte à réduire leurs coûts de conformité, et les inspections pourront être effectuées plus efficacement.

Accorder une plus grande flexibilité sur le plan du respect des exigences gouvernementales

Les règlements prescriptifs peuvent mettre un frein à l’innovation des entreprises et nuire à leur capacité à se concentrer sur leurs activités. La province envisagera de nouvelles dispositions qui déclareront conformes les entreprises qui adoptent une approche différente pour respecter ou dépasser les exigences.

Moderniser l’apprentissage pour les petites entreprises

La province est consciente des difficultés auxquelles se heurtent de nombreuses petites entreprises lorsque vient le temps d’attirer et de maintenir en poste des employés de talent. Elle propose donc des mesures importantes et ciblées afin de soutenir les investissements que ces entreprises font dans leur main-d’œuvre, notamment les suivantes :

  • ajout de cinq métiers du secteur des services aux métiers admissibles à la nouvelle Subvention progressive aux employeurs pour l’apprentissage : coiffeur/coiffeuse, cuisinier/cuisinière, technicien/technicienne en horticulture, boulanger-pâtissier/boulangère-pâtissière, et technicien/technicienne d’entretien d’appareils ménagers;
  • soutien de la formation de consortiums d’employeurs aux fins de l’embauche, de l’inscription et de la formation de leurs apprentis dans les métiers spécialisés.

Pour de plus amples détails sur la Subvention progressive aux employeurs pour l’apprentissage, veuillez consulter la section Investir dans les talents et les compétences des gens plus loin dans le chapitre.

Miser sur les initiatives déjà en place afin de soutenir les petites entreprises

Les nouveaux investissements de l’Ontario ainsi que les récentes mesures qui ont été décrits précédemment s’appuient sur un certain nombre d’initiatives qui avaient été mises en place dans le but de soutenir la croissance des petites entreprises et de réduire leurs coûts. Bon nombre de programmes d’aide aux entreprises – y compris certains éléments des investissements de plus de 650 millions de dollars dans le cadre de l’Initiative pour la croissance des entreprises, qui avait été annoncée dans le budget de l’Ontario de 2016 et étoffée dans le budget de l’Ontario de 2017 – visent à aider les petites entreprises à prendre de l’expansion. La province a aussi récemment lancé la Stratégie pour le commerce mondial et l’a dotée de programmes qui aideront les entreprises de l’Ontario à accroître et à diversifier leurs exportations.

TABLEAU 2.1 Exemples d’initiatives récentes pour soutenir les petites entreprises de l’Ontario

Soutien aux entreprises Amélioration du commerce
  • Fonds Démarrage et expansion
  • Défi pour des petites entreprises innovatrices
  • Programme de bons pour l’expansion
  • Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres
  • Stratégie ontarienne pour le commerce mondial, Exploiter les marchés mondiaux
  • Portail d’aide à l’exportation Magnet
  • Programme pour l’accélération de l’accès aux marchés internationaux

Appuyer la compétitivité et le dynamisme du climat d’affaires de l’Ontario

L’Ontario présente un climat d’affaires dynamique et concurrentiel où les entreprises peuvent prospérer. Malgré cela, les possibilités de prendre de l’expansion sont limitées par l’accès aux gens de talent, aux marchés ainsi qu’au capital-risque. Les entreprises sont également confrontées à une évolution technologique rapide qui peut avoir un effet sur leur réussite. En outre, elles désirent évoluer dans un environnement réglementaire plus efficace.

L’Initiative pour la croissance des entreprises est la stratégie quinquennale du gouvernement visant à investir plus de 650 millions de dollars afin de relever ces défis et d’améliorer encore plus la compétitivité de l’Ontario à l’échelle mondiale, en donnant la priorité à ces trois domaines :

  • favoriser l’expansion des entreprises de l’Ontario;
  • créer une économie plus innovante;
  • réduire les coûts des entreprises en réduisant les formalités administratives.

Succès précoces d’entreprises en expansion en Ontario

Afin d’aider les entreprises à prendre de l’expansion pour devenir concurrentielles à l’échelle mondiale, l’Ontario a créé le Programme de bons pour le démarrage et l’expansion des entreprises et le Défi pour des petites entreprises innovatrices. En outre, la province a donné accès à des programmes de capital-risque, comme le Fonds d’accélération des investissements. Ces programmes contribuent à la réussite des entreprises en expansion de l’Ontario.

  • BioConnect a mis au point des technologies biométriques de pointe qui permettent aux entreprises de contrôler de manière sécuritaire et commode l’accès à leurs systèmes de données qui étaient auparavant sécurisées au moyen du nom de l’utilisateur et d’un mot de passe. Le Programme de bons pour l’expansion de l’Ontario aidera l’entreprise à projeter ses activités commerciales dans les marchés internationaux.
  • IDENTOS est une entreprise de haute technologie oeuvrant dans les domaines de la sécurité et du chiffrement des portables. La participation de l’entreprise au programme Défi pour des petites entreprises innovatrices lui a permis de développer ses produits existants et de faire progresser son plan d’embauche, ce qui lui a permis de doubler sa taille.
  • Lending Loop, une entreprise recevant un financement par l’entremise du Fonds d’accélération des investissements MaRS, offre une plateforme de pair à pair en ligne qui permet aux contribuables canadiens de contrôler leurs investissements. En utilisant la technologie pour efficacement mettre en lien prêteurs et emprunteurs, cette entreprise ontarienne concentre ses activités sur les prêts aux petites entreprises, ciblant ainsi une collectivité qui a souvent des difficultés à financer ses projets de croissance.

Promotion de l’innovation par l’entremise de technologies transformationnelles

On trouve en Ontario une main-d’oeuvre très scolarisée et des institutions de recherche de calibre mondial qui contribuent à l’invention ici même de technologies de pointe. Afin de maintenir sa position de chef de file en matière de technologie et d’innovation, la province investit dans la mise au point de technologies transformationnelles. Ces investissements placeront les entreprises ontariennes en meilleure posture pour livrer concurrence à l’échelle mondiale et demeurer à l’avant-garde de leurs industries respectives, ce qui créera des emplois et suscitera la prospérité économique partout dans la province.

Les investissements de l’Ontario dans l’intelligence artificielle et l’Institut Vector

Dans le budget de 2017, la province a annoncé un investissement de 50 millions de dollars dans l’Institut Vector pour l’intelligence artificielle afin de s’assurer que les entreprises de l’Ontario demeurent à la fine pointe de cette technologie dynamique. Grâce au développement de l’intelligence artificielle (IA), les laboratoires et les entreprises de recherche de l’Ontario créent des possibilités d’améliorer des vies en offrant des services de santé, d’éducation et de transport. Depuis son lancement, l’institut attire certains des meilleurs cerveaux en IA et encourage les scientifiques formés en Ontario à rester dans la province. De plus, l’institut a suscité plus de 85 millions de dollars en investissements de plus de 30 entreprises.

Favoriser l’obtention des diplômes d’un plus grand nombre d’étudiantes et d’étudiants très qualifiés pour les entreprises innovatrices

Comptant l’une des mains-d’oeuvre les plus talentueuses et diversifiées au monde, l’Ontario est largement considéré comme un candidat de premier plan pour l’établissement du deuxième siège social mondial d’Amazon. Afin d’attirer cette société et de faire régner un climat où le « prochain Amazon » peut être créé, le gouvernement prévoit investir davantage dans son système d’éducation afin de constituer un bassin de gens de talent concurrentiel et très qualifié pour toutes les entreprises qui recherchent la croissance. Ces plans comprennent l’augmentation de 25 % du nombre de diplômés en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques (STGM). De plus, la province investit 30 millions de dollars dans l’Institut Vector afin de décerner chaque année des diplômes de maîtrise en sciences appliquées à un millier d’étudiantes et d’étudiants dans les domaines liés à l’intelligence artificielle. Tout cela sera effectué au cours des cinq prochaines années. La province entend réaliser ce plan, peu importe où Amazon choisit de poursuivre sa croissance, parce qu’il aide les entreprises à créer les bons emplois de demain, ici même en Ontario.

Transformer les soins de santé grâce à l’intelligence artificielle

L’Ontario investira jusqu’à 10 millions de dollars pour créer un centre d’excellence en intelligence artificielle appliquée aux soins de santé dans la région de Niagara. Grâce à cet investissement, la province mettra en valeur la technologie de l’IA, profitant ainsi à l’activité économique régionale. Dans le cadre de cette initiative, ce centre d’excellence invitera ses partenaires, y compris l’Institut Vector, d’autres hôpitaux de la région et des sociétés oeuvrant dans les technologies de la santé, à utiliser l’IA afin d’améliorer les résultats de santé des patients.

Faire progresser l’investissement de l’Ontario dans les véhicules connectés et autonomes

Les avancées technologiques dans le domaine des véhicules connectés et autonomes (VC/A) ont le potentiel d’améliorer la sécurité routière et l’économie de carburant, de diminuer les distractions des conducteurs et de réduire la congestion routière et l’émission de gaz à effet de serre. La province investit 80 millions de dollars sur cinq ans pour lancer le Réseau ontarien d’innovation pour les véhicules automatisés (ROIVA), lequel rapprochera les milieux industriel et universitaire afin de profiter des possibilités économiques des VC/A, tout en mettant au point de nouvelles technologies et infrastructures. L’investissement de l’Ontario permettra de soutenir des projets de R-D pour les VC/A menés par l’industrie, de créer des sites pour développer, tester et valider cette nouvelle technologie, ainsi que d’attirer et de développer les talents.

Le ROIVA, créé en partenariat avec les Centres d’excellence de l’Ontario, inclut :

  • une zone pilote à Stratford où les chercheurs pourront mettre au point et tester la technologie des VC/A dans une gamme étendue de scénarios de tous les jours, basés sur des conditions réelles de circulation;
  • un fonds recherche et développement en partenariat afin de favoriser la collaboration chez les constructeurs automobiles, les chefs de file de la technologie ainsi que les petites et moyennes entreprises établies en Ontario dans le but de mettre au point et de commercialiser des technologies de VC/A. Les collaborations peuvent aussi mobiliser des établissements postsecondaires et des municipalités;
  • un programme de perfectionnement des gens de talent, afin d’appuyer les stages et bourses pour les étudiantes et étudiants ainsi que les diplômés récents auprès d’entreprises ontariennes qui font progresser les technologies de VC/A;
  • un carrefour, qui se veut une nouvelle destination en ligne ainsi qu’une équipe spécialisée. Il agira comme un point central pour mener des recherches, partager l’information, établir des liens et sensibiliser l’industrie, les instituts de recherche et d’autres parties intéressées au domaine des VC/A.

Création de quartiers innovateurs — Quayside, Toronto

Waterfront Toronto est un organisme financé par les trois ordres de gouvernement qui doit rendre des comptes aux gouvernements de l’Ontario, du Canada et de la ville de Toronto. En octobre 2017, Waterfront Toronto a annoncé qu’il a choisi Sidewalks Labs, une division d’Alphabet inc., comme partenaire d’innovation et de financement pour le développement du secteur riverain de l’Est de Toronto. L’entreprise investira plus de 60 millions de dollars tout au long de la phase initiale du projet afin d’entreprendre des consultations, des travaux de planification et un plan directeur pour le développement du nouveau quartier de Quayside et, potentiellement, de tout le secteur riverain est. Grâce à cet effort, les innovations en matière d’urbanisme et de technologie numérique seront utilisées au profit des citoyens, des sociétés, des entreprises en démarrage, des chercheurs et des organismes communautaires.

Réduire les frais de gestion au sein du régime de la CSPAAT

Depuis 2016, la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) a pris des mesures pour réduire ses coûts et gérer ses primes. De plus, le gouvernement a demandé à la CSPAAT de négocier des modifications à son régime de retraite pour en améliorer la viabilité et l’abordabilité. En réponse, la CSPAAT et l’Ontario Compensation Employees Union (OCEU) ont accepté de convertir le régime existant en régime de retraite conjoint (RRC). Cette modification se traduirait par un partage à parts égales des coûts et des risques entre l’employeur et les employés ainsi qu’une gouvernance mixte, notamment sur le plan du processus décisionnel touchant la modification des prestations, tandis que les prestations déjà acquises seront protégées.

La conversion du régime de retraite en régime conjoint devra être approuvée par tous les types de participants ayant droit à des prestations aux termes du régime, ainsi que par le surintendant des services financiers. Si la conversion a lieu et que le régime nouvellement constitué présente une demande, le gouvernement entend nommer le nouveau régime dans un règlement l’exemptant des exigences de capitalisation du déficit de solvabilité, comme les autres RRC du secteur parapublic qui bénéficient d’une telle exemption. Grâce à cette modification, la CSPAAT pourrait économiser une somme estimée à 340 millions de dollars sur 25 ans, à compter de 2019.

Soutenir les investissements qui créent des emplois

Fonds pour l’emploi et la prospérité

Afin d’attirer et de soutenir les investissements des entreprises en Ontario, la province a lancé le Fonds pour l’emploi et la prospérité, lequel est doté de 2,7 milliards de dollars sur 10 ans. Depuis 2015, le Fonds a aidé des entreprises à créer et à maintenir 25 000 emplois, suscitant ainsi des investissements de 3,3 milliards de dollars.

TABLEAU 2.2 Exemples d’investissements stratégiques récents dans le cadre du Fonds pour l’emploi et la prospérité

Entreprise Investissement Incidence sur l’emploi Secteur
Cyclone Manufacturing Inc. (Mississauga) Jusqu’à 5,2 millions de dollars 686 emplois créés et préservés Fabrication aérospatiale
Conestoga Meat Packers ltée
(Breslau)
Jusqu’à 5,3 millions de dollars 170 emplois créés et préservés Conditionnement des aliments
Legend 3D inc.
(Toronto)
Jusqu’à 3,1 millions de dollars 551 emplois créés et préservés Cinéma et télévision
Polycorp ltée
(Elora)
Jusqu’à 2,5 millions de dollars 172 emplois créés et préservés Fabrication de produits d’ingénierie en caoutchouc
Sofina Foods inc.
(Mitchell/Dublin)
Jusqu’à 5,3 millions de dollars 160 emplois créés et préservés Conditionnement des aliments

Développement économique régional

Tandis que l’économie de l’Ontario continue de prendre de l’expansion, certaines régions ne bénéficient pas pleinement des retombées de la croissance. Les fonds régionaux de développement économique de l’Ontario aident à favoriser l’investissement et la création d’emplois à l’échelle de la province, ce qui permet aux entreprises d’embaucher de nouveaux employés, d’augmenter l’innovation et de rendre leurs opérations plus efficaces.

TABLEAU 2.3 Exemples récents d’investissements pour le développement régional

Entreprise Investissement Incidence sur l’emploi Région
Avalon Advanced Materials inc. 500 000 $ 14 emplois créés et préservés Appuyer l’innovation dans le secteur minier à Kenora par l’entremise du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario.
Crinan Cliff Farms 200 000 $ 4 emplois directs et 60 emplois indirects créés et préservés Favoriser le développement de l’agriculture autochtone à Dutton par l’entremise du Fonds de développement économique pour les Autochtones.
Kawartha Dairy Limited 311 200 $ 125 emplois créés et préservés Apporter un soutien à de nouvelles installations de réfrigération de pointe à Bobcaygeon par l’entremise du Fonds de développement de l’Est de l’Ontario.
KSR International Co. 676 600 $ 647 emplois créés et préservés Appuyer l’augmentation de la capacité de production dans le secteur des pièces d’automobile de Ridgetown par l’entremise du Fonds de développement du Sud-Ouest de l’Ontario.

Tirer parti de la technologie financière

Les secteurs ontariens des services financiers ainsi que des technologies de l’information et des communications (TIC) sont florissants, ce qui fait de l’Ontario un carrefour mondial de la technologie financière. Cela contribue à augmenter la croissance économique et la création d’emplois dans plusieurs secteurs de la province.

Les entreprises de technologie financière peuvent avoir des difficultés à composer avec les exigences réglementaires et à accéder à d’importantes ressources, ce qui peut nuire considérablement au développement ou à la croissance de leurs activités. Le gouvernement met au point une stratégie afin de positionner l’Ontario comme un chef de file de la technologie financière.

Cette nouvelle stratégie aidera les entreprises de ce secteur à en relever les défis, s’assurant ainsi que les entrepreneurs qui cherchent à démarrer et à faire croître des entreprises de technologie financière en Ontario ont tout le soutien nécessaire pour réussir le lancement de leurs produits ou services d’une manière entièrement conforme à la réglementation de l’Ontario régissant les services financiers, laquelle présente un degré élevé de protection du consommateur.

À titre de première phase de la Stratégie en matière de technologie financière, le gouvernement met deux initiatives clés en oeuvre :

  • Le super bac à sable réglementaire aidera les entreprises de technologie financière à tester des produits, services, modèles d’affaires et mécanismes de prestation novateurs dans le marché réel, avec de véritables consommateurs, sur une base limitée dans le temps à petite échelle, tout en collaborant avec de multiples organismes de réglementation.
  • Le Bureau ontarien pour l’accélération de la technologie financière s’efforcera de travailler avec ses partenaires provinciaux et fédéraux pour aider les entreprises à s’orienter dans les multiples cadres réglementaires et pour fournir un soutien dans les domaines de la formation et de la croissance des entreprises.

Graphique 2.1 Bureau ontarien pour l’accélération de la technologie financière

Graphique 2.1 Bureau ontarien pour l’accélération de la technologie financière
Version plus grande de l’image
Description accessible du graphique 2.1

Investir dans les talents et les compétences des gens

Tandis que l’économie mondiale devient plus concurrentielle et axée sur la technologie, l’Ontario continue d’investir dans sa ressource la plus précieuse : sa population. Par l’entremise de la Stratégie de l’Ontario pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée, la province effectuera des modifications en profondeur pour aider les Ontariennes et Ontariens à acquérir les compétences dont ils ont besoin afin de participer à l’économie d’aujourd’hui et de demain, et d’y prospérer.

Mise en oeuvre de la Stratégie pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée

L’Ontario met en oeuvre une stratégie intégrée, la Stratégie pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée, laquelle vise à établir une correspondance entre les programmes d’éducation, de formation et de développement des compétences, d’une part, et la demande au sein d’une économie en évolution, d’autre part.

Favoriser les possibilités de formation en milieu de travail

Le système d’éducation de calibre mondial de l’Ontario fournit aux étudiantes et étudiants les compétences et la formation nécessaires à leur réussite. Cependant, les diplômés ont souvent de la difficulté à obtenir un premier emploi parce qu’ils n’ont aucune expérience professionnelle. Des études récentes ont mis en lumière la façon dont l’apprentissage expérientiel peut contribuer à préparer une carrière1. La province prend des mesures pour réduire les lacunes en matière de préparation à la carrière en mettant les étudiantes et étudiants ainsi que les diplômés récents en contact avec le marché du travail par l’entremise de la Stratégie de démarrage de carrière. La province fait des progrès pour mettre en oeuvre les principaux volets de cette stratégie, notamment :

  • renouvellement du soutien de plus de 3 000 stages pour les étudiantes et étudiants postsecondaires offerts par le programme Accelerate de Mitacs ainsi que de 420 stages et bourses de recherche offerts par le programme Avantage Talent dispensé dans les Centres d’excellence de l’Ontario;
  • élargissement de l’accès au programme de la Majeure Haute Spécialisation (MHS) afin d’offrir à 17 000 élèves de plus la possibilité d’explorer des options de carrière tout en obtenant leur diplôme d’études secondaires au cours des trois prochaines années;
  • lancement du fonds Prêt à l’emploi pour aider les établissements postsecondaires et les employeurs à offrir davantage d’occasions d’apprentissage expérientiel aux étudiantes et étudiants ainsi qu’aux nouveaux diplômés.

Promotion de l’éducation permanente et de la formation professionnelle

À mesure que l’économie et le marché du travail deviennent de plus en plus axés sur la technologie et le savoir, de nouvelles compétences sont requises. Par exemple, de 13 % à 22 % des adultes en âge de travailler en Ontario ont de la difficulté à réaliser des tâches de la vie quotidienne, comme travailler à l’ordinateur, lire des instructions ou comprendre des calculs2.

La province consent un investissement historique dans l’éducation des adultes et les compétences essentielles par l’entremise de son Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle. À compter de cette année et au cours des trois prochaines années, la province donnera à 80 000 adultes supplémentaires la chance d’acquérir des compétences essentielles en littératie, en mathématiques et en informatique. Ce nouvel investissement aidera davantage de gens à obtenir la formation et les compétences dont ils ont besoin pour poursuivre leurs objectifs professionnels et scolaires dans une économie en constante évolution.

À compter de cet automne, davantage d’apprenants adultes auront également accès à des programmes de double reconnaissance de crédit, ce qui les exposera à l’environnement collégial, tout en leur permettant d’avoir un bon départ en matière d’apprentissage et de formation en vue de leur future carrière. Les apprenants adultes auront maintenant l’occasion de terminer des cours collégiaux dans une gamme de disciplines, notamment la soudure, l’art et le design, l’entrepreneuriat ainsi que la santé et le bien-être. Les crédits acquis compteront pour l’obtention de leur diplôme d’études secondaires.

Rendre l’éducation postsecondaire plus accessible

Le gouvernement améliore le système d’éducation postsecondaire et de formation professionnelle pour le rendre plus accessible et mieux préparer les étudiantes et étudiants à répondre aux demandes d’une économie en pleine évolution. Il est important que tous ceux qui désirent faire des études supérieures soient en mesure de le faire de manière abordable. C’est pour cette raison que l’Ontario réduit les obstacles financiers pour les étudiantes et étudiants issus de familles à revenu faible ou moyen de sorte qu’ils puissent faire des études postsecondaires.

Déploiement d’un nouveau Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO)

Un meilleur accès aux études postsecondaires aidera les étudiantes et étudiants à améliorer leurs perspectives d’emploi dans une économie axée sur le savoir. Cette année scolaire, 210 000 étudiantes et étudiants inscrits à un programme collégial ou universitaire n’auront pas à payer de frais de scolarité.

Depuis septembre 2017, les étudiants et étudiantes adultes ont accès à l’ensemble des mesures de soutien que le RAFEO offre aux apprenants plus jeunes. Ceux qui ont des enfants sont admissibles à un financement accru du RAFEO pour les coûts des études et de la vie, afin qu’ils puissent plus facilement conjuguer leur vie familiale et leurs études collégiales ou universitaires.

Afin d’améliorer encore davantage l’aide aux étudiantes et étudiants, le gouvernement travaillera conjointement avec les universités et les collèges pour mieux harmoniser le processus en instaurant la facturation des frais de scolarité nets, ce qui signifie que les factures indiqueront les montants que les étudiantes et étudiants devront réellement assumer une fois prise en compte l’aide reçue du RAFEO et de l’établissement d’enseignement.

Fournir des manuels gratuits en ligne

Les étudiantes et étudiants de premier cycle des établissements d’enseignement postsecondaires de l’Ontario déboursent annuellement de 750 $ à 1 500 $ pour les manuels scolaires. La province leur vient en aide en fournissant des manuels en ligne gratuits afin de réduire les coûts liés aux études collégiales et universitaires.

En effet, l’Ontario investit 1 million de dollars dans l’Initiative de manuels scolaires libres en partenariat avec eCampusOntario, qui créera et fournira aux étudiantes et étudiants des manuels scolaires numériques gratuits ou à coût modique. L’initiative portera sur les domaines où les économies et l’impact seront le plus ressentis par les étudiantes et étudiants, notamment les cours de première année ayant un taux d’inscription élevé.

Reconnaître les instituts autochtones

Le gouvernement prévoit déposer des mesures législatives afin de reconnaître un nouvel itinéraire d’études permettant aux apprenants autochtones d’obtenir un diplôme, un certificat ou un grade. Les mesures proposées reconnaissent que les instituts autochtones jouent un rôle unique dans le système d’éducation et de formation de l’Ontario en offrant aux apprenants autochtones des milieux d’apprentissage accessibles, adaptés à leur culture. Le projet de loi appuie également les instituts autochtones à titre de pilier complémentaire au système d’éducation postsecondaire de l’Ontario, parallèlement aux 45 collèges et universités de la province subventionnés par les deniers publics.

La reconnaissance des instituts autochtones s’inscrit dans la foulée de l’investissement historique de 56 millions de dollars dans les apprenants autochtones, que la province a annoncé dans le budget de 2017. Cet investissement constitue un volet important d’un système d’éducation postsecondaire dynamique et un pas déterminant vers la réconciliation avec les peuples autochtones en Ontario.

Fonder une nouvelle université de langue française

En Ontario, les apprenants peuvent actuellement étudier en français de la petite enfance jusqu’au palier postsecondaire. Cependant, de plus amples options d’éducation postsecondaire sont nécessaires. Le gouvernement propose de déposer un texte de loi qui créerait une nouvelle université de langue française afin d’offrir plus de possibilités de poursuivre des études postsecondaires en français.

Moderniser la formation en apprentissage

Cette année, la province a entrepris un processus de participation des intervenants et des partenaires afin d’examiner des manières de moderniser le système d’apprentissage de l’Ontario. La modernisation a trois buts principaux : améliorer le taux d’achèvement de la formation des apprentis, créer des cheminements plus clairs vers des programmes d’apprentissage et augmenter les possibilités de stage d’apprentissage pour les groupes sous-représentés, notamment les femmes, les Autochtones, les francophones, les personnes handicapées, les nouveaux arrivants et les minorités visibles.

L’Ontario met au point une nouvelle stratégie de formation en apprentissage pour que des cheminements intégrés et des soutiens appropriés soient offerts aux apprentis, aux employeurs et aux agents de formation. Ces soutiens feront en sorte que tant les travailleurs que les employeurs aient les compétences et le talent nécessaires pour satisfaire à la future demande sur le marché de la main-d’oeuvre, soient préparés à utiliser les technologies nouvelles et émergentes et possèdent les compétences requises pour réussir dans leur emploi.

Mettre en oeuvre une Subvention progressive aux employeurs

S’appuyant sur les discussions tenues récemment avec les parties prenantes, le gouvernement propose de transformer le crédit d’impôt pour la formation en apprentissage (CIFA) en une nouvelle Subvention progressive aux employeurs pour l’apprentissage (SPEA).

Pour faire en sorte que les employeurs incitent les apprentis à terminer leur programme de formation, la SPEA leur fournirait les allocations suivantes :

  • 2 500 $ à l’achèvement du niveau un et du niveau deux, respectivement;
  • 3 500 $ à l’achèvement du niveau trois et du niveau quatre, respectivement;
  • 4 700 $ à l’obtention du certificat (certificat d’apprentissage ou de qualification, selon le cas).

Pour favoriser l’accroissement des occasions d’apprentissage pour les groupes sous-représentés, comme les femmes, les peuples autochtones, les francophones, les personnes handicapées, les nouveaux arrivants et les minorités visibles, il y aurait une prime de 500 $ pour chaque niveau d’allocation de la SPEA décrit précédemment lorsque l’apprenti fait partie d’un de ces groupes.

La SPEA serait offerte pour les 125 métiers actuellement admissibles au CIFA, en plus des cinq autres métiers Sceau rouge du secteur des services suivants :

  • Coiffeur/coiffeuse;
  • Cuisinier/cuisinière;
  • Technicien/technicienne en horticulture;
  • Boulanger-pâtissier/boulangère-pâtissière;
  • Technicien/technicienne d’entretien d’appareils ménagers.

Les employeurs ayant à leur emploi des apprentis admissibles (selon les critères décrits précédemment) et qui ont inscrit leur programme d’apprentissage auprès de l’Ordre des métiers de l’Ontario après le 14 novembre 2017 seraient admissibles à la nouvelle SPEA.

Voir la section A du chapitre V, Imposition des entreprises, pour de plus amples renseignements sur les changements proposés au CIFA.

Éliminer les obstacles à l’emploi pour les personnes handicapées

Moins de la moitié des personnes handicapées travaillent, comparativement aux gens qui ne vivent pas avec un handicap dont le taux d’emploi atteint plus de 70 %. C’est pourquoi le gouvernement a lancé Accès aux talents : Stratégie ontarienne d’emploi pour les personnes handicapées afin d’aider à augmenter leurs possibilités d’emploi et à mettre les entreprises en contact avec elles.

En travaillant avec des organismes d’aide aux personnes handicapées, des fournisseurs de service, le secteur privé et des partenaires parapublics, le gouvernement a fait des progrès pour mettre en oeuvre la stratégie des façons suivantes :

  • par l’appui de l’Ontario Disability Employment Network et la collaboration avec l’Exposition nationale canadienne pour qu’un emploi d’été sur cinq soit occupé par une personne handicapée;
  • par le financement à l’Université de Waterloo afin de créer des outils et des ressources qui aident les étudiantes et étudiants handicapés à avoir une expérience de stage plus inclusive;
  • par le lancement du Discover Ability Network en septembre 2017, lequel met directement en relation des personnes handicapées cherchant un emploi avec des entreprises de l’Ontario par l’entremise d’un portail en ligne.

Aider les nouveaux Canadiens à trouver un emploi

Au cours de la dernière décennie, plus d’un million de nouveaux arrivants sont arrivés en Ontario. La province reconnaît qu’il est crucial de s’assurer que tout le monde est en mesure de participer pleinement à l’économie d’aujourd’hui.

Voilà pourquoi l’Ontario investit plus de 110 millions de dollars dans le soutien aux nouveaux arrivants et aux réfugiés, ce qui comprend notamment la formation linguistique ainsi que les services d’établissement et d’emploi, en plus de collaborer avec le gouvernement fédéral afin d’augmenter l’accès des entreprises aux gens compétents.

Depuis le budget de 2017, l’Ontario a entrepris de modifier le Programme ontarien des candidats à l’immigration afin qu’il soit plus facile et plus rapide pour les employeurs de recruter et de maintenir en poste des immigrants hautement qualifiés.

Appuyer les nouveaux arrivants vulnérables

Il y a actuellement dans le monde plus de 65 millions de personnes qui ont été expulsées de leur foyer3. Ces dernières années, des collectivités de toute la province ont accueilli des réfugiés à un niveau sans précédent. L’année dernière, environ 20 000 réfugiés réinstallés de partout au monde se sont établis en Ontario. La province investit plus de 25 millions de dollars sur deux ans afin d’améliorer les services pour les réfugiés et les nouveaux arrivants vulnérables dans les collectivités de l’Ontario.

Graphique 2.2 Mesures prises par l’Ontario face à la crise mondiale des réfugiés

Graphique 2.2 Mesures prises par l’Ontario face à la crise mondiale des réfugiés
Version plus grande de l’image
Description accessible du graphique 2.2

Promouvoir l’autonomisation des femmes

L’autonomisation des femmes afin qu’elles deviennent des participantes actives dans l’économie est critique pour atteindre la pleine égalité. L’Ontario prend les mesures suivantes afin d’appuyer l’augmentation de la participation au marché du travail et l’autonomisation économique des femmes :

  • réduire les écarts salariaux entre les sexes grâce à la Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes, laquelle est éclairée par un groupe de travail axé sur les questions clés comme le congé parental partagé et un examen de l’équité salariale;
  • encourager la mixité des sexes au sein des conseils d’administration par l’entremise de l’initiative pour l’accès des femmes aux postes de direction ainsi que l’atteinte des objectifs de mixité pour les nominations au sein des conseils d’administration des organismes gouvernementaux et des entreprises afin qu’il y ait une plus grande représentation des femmes dans des rôles de leadership dans les secteurs public et privé;
  • augmenter l’équité pour les femmes en déposant des dispositions sur les congés autorisés afin de leur offrir jusqu’à 17 semaines de congé sans crainte de perte d’emploi, lorsqu’elles-mêmes ou leurs enfants ont subi ou sont menacés de subir des mauvais traitements de nature familiale ou sexuelle (pour de plus amples renseignements sur les initiatives du gouvernement liées à la sécurité des femmes, voir le chapitre I, Favoriser l’équité pour les familles ontariennes);
  • améliorer l’accès à des services de garderie abordables et de grande qualité, lesquels constituent un élément essentiel pour augmenter la participation des femmes au marché du travail et leur autonomisation économique;
  • aider plus de 1 700 femmes à faible revenu à acquérir des compétences en entrepreneuriat et en littératie financière par l’entremise du programme de microprêts du gouvernement.

Le gouvernement met également au point une Stratégie pour l’autonomisation économique des femmes plus englobante, à la suite de discussions avec les gens de tout l’Ontario, portant sur quatre volets principaux : renforcer l’autonomie des jeunes, promouvoir les débouchés économiques, encourager le leadership et changer les attitudes sociales.

Accroître le commerce international

Près d’un emploi sur cinq au Canada est directement lié à l’exportation4. Le commerce crée de nouveaux débouchés et revenus d’affaires sur les marchés internationaux. Des milliers d’entreprises de toute la province exportent vers ces marchés avec succès, ce qui leur permet de créer des emplois de grande qualité dans la province.

Stratégie ontarienne pour le commerce mondial

Le 19 octobre, la province a annoncé sa Stratégie ontarienne pour le commerce mondial, Exploiter les débouchés mondiaux, laquelle établit les principaux domaines prioritaires du gouvernement afin d’augmenter le rendement du commerce international au cours des cinq prochaines années. Faisant fond sur les engagements du budget de 2017, cette nouvelle stratégie continuera de faire croître et de diversifier le commerce international de la province, qui profitera davantage de l’expansion de l’économie mondiale.

La stratégie stimulera la croissance économique et créera des emplois en se concentrant sur les activités suivantes :

  • Tirer parti du commerce international et des actifs d’investissements de l’Ontario ainsi que diversifier les marchés, les produits et les services commerciaux. La stratégie aidera les petites et moyennes entreprises de l’Ontario à exporter et à joindre de nouveaux marchés grâce à l’organisation de missions commerciales.
  • Fournir un leadership grâce à la coordination, au rassemblement et à la connexion s’appuyant sur les nouvelles technologies, comme le Portail d’affaires à l’exportation Magnet. Ce nouveau portail en ligne facilitera la tâche des entreprises en leur offrant un guichet unique donnant accès aux renseignements et aux programmes afin qu’elles puissent s’orienter dans les services gouvernementaux.
  • Renforcer le mandat de l’Ontario de collaborer avec le gouvernement fédéral pour s’assurer que les accords de libre-échange et les politiques commerciales reflètent et protègent les intérêts des entreprises et des travailleurs de l’Ontario.
  • Obtenir de meilleurs renseignements afin de rehausser les résultats commerciaux en utilisant des analyses de données améliorées pour éclairer la prise de décisions sur les principaux enjeux touchant le commerce et mener des analyses sectorielles et régionales en profondeur, ainsi qu’appliquer des stratégies intrinsèques au marché pour s’assurer que l’Ontario tire parti de ses forces économiques de même que de ses débouchés mondiaux.
  • Solidifier les réseaux et l’infrastructure en exploitant les technologies et l’innovation afin d’augmenter la diversification du commerce.
  • Renforcer les relations internationales afin d’augmenter la présence de l’Ontario à l’étranger et favoriser les retombées économiques en Ontario en tirant parti des réseaux de talents internationaux de l’Ontario.

Afin de continuer à promouvoir l’Ontario en tant que destination pour l’investissement et le commerce et de créer de nouveaux débouchés d’affaires internationaux, le gouvernement effectue des missions commerciales visant à créer et à renforcer des partenariats et à promouvoir l’Ontario à titre de carrefour clé pour l’investissement et l’innovation. Cet automne, la première ministre dirigera une mission commerciale en Chine et au Vietnam avec des entreprises ontariennes afin de présenter leurs produits et services sur la scène internationale et d’ouvrir des débouchés menant à de nouvelles ventes et possibilités de partenariat.

Renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

Il y a en moyenne 1 milliard de dollars de biens qui sont échangés chaque jour entre l’Ontario et les États-Unis. En 2016, l’économie de l’Ontario comptait pour plus de la moitié des échanges de biens du Canada avec les États-Unis et plus des deux tiers des échanges de biens du Canada avec le Mexique. En 2016, le commerce trilatéral entre le Canada, les États-Unis et le Mexique a atteint 1,6 mille milliards de dollars.

La grande priorité commerciale de l’Ontario consiste à créer des emplois et à faire croître l’économie afin d’assurer la prospérité soutenue de la province. Le gouvernement continuera de collaborer avec le gouvernement fédéral, les autres provinces, les entreprises locales et ses alliés aux États-Unis pour faire progresser les intérêts économiques de l’Ontario et les droits des travailleurs. La province continuera de protéger ses intérêts malgré l’incertitude actuelle. Voir le chapitre IV, Collaborer avec nos partenaires, pour obtenir de plus amples renseignements.

Graphique 2.3 L’Ontario est un marché d’exportation clé pour
les États-Unis

Graphique 2.3 L’Ontario est un marché d’exportation clé pour
les États-Unis
Version plus grande de l’image
Description accessible du graphique 2.3

Promotion du commerce avec les États et les provinces

Région des Grands Lacs et du Saint-Laurent

L’Ontario s’est également engagé à agir comme chef de file afin de renforcer le commerce à l’échelle infranationale au profit des travailleurs et des entreprises de l’Ontario. La région des Grands Lacs et du Saint-Laurent est un centre stratégique infranational important pour la province. L’importante circulation de biens et de services au sein de cette région en fait un puissant regroupement qui profite d’un avantage concurrentiel à l’échelle mondiale. Le commerce de marchandises de l’Ontario avec ses partenaires de cette région s’élevait à 200 milliards de dollars en 20155. L’Ontario continuera de promouvoir la collaboration avec ses partenaires des Grands Lacs afin d’appuyer les bons emplois et la croissance ainsi que d’aider la région à devenir un carrefour de calibre mondial, profitant de ses chaînes d’approvisionnement fortement intégrées.

Le 20 octobre, la première ministre Kathleen Wynne et le gouverneur du Michigan Rick Snyder étaient les organisateurs de la Conférence de 2017 des gouverneurs et des premiers ministres des Grands Lacs et du Saint-Laurent. À la suite de cette conférence, les gouverneurs et les premiers ministres ont annoncé un train de mesures visant à faire croître l’économie de la région, notamment :

  • créer une ambitieuse initiative pour faire de la région un centre mondial pour le développement et le déploiement de véhicules autonomes et connectés, y compris des navires;
  • ouvrir des bureaux de promotion des exportations au Moyen-Orient, dans le Sud-Est asiatique et en Corée, ainsi que lancer trois missions mixtes pour les leaders régionaux du monde des affaires de la région.

Bâtir aujourd’hui l’infrastructure de demain

Les investissements dans l’infrastructure publique, comprenant les routes, les ponts, les transports en commun, les hôpitaux et les écoles, sont essentiels pour assurer la mobilité de la population et des entreprises de l’Ontario ainsi qu’un accès commode aux services dont elles ont besoin. La province investit environ 190 milliards de dollars dans des projets prioritaires d’infrastructure publique. Ces investissements, prévus sur une période de 13 ans à compter de 2014-2015, devraient permettre de soutenir 125 000 emplois en moyenne chaque année pendant l’étape de construction du plan d’infrastructure du gouvernement.

Cet automne, l’Ontario publiera un plan d’infrastructure à long terme qui établira la vision de la province en la matière pour la prochaine décennie, tout en démontrant l’effet positif que les investissements stratégiques en immobilisations peuvent avoir sur la productivité, la croissance et la prestation des services à l’échelle de l’Ontario.

Voir le chapitre I, Favoriser l’équité pour les familles ontariennes pour de plus amples renseignements sur les investissements dans l’infrastructure de la santé et de l’éducation.

Avantages des investissements dans l’infrastructure

Les investissements dans l’infrastructure publique sont au coeur de la croissance économique. À moyen terme, l’économie et la société bénéficieront de nouveaux hôpitaux et écoles, ainsi que de l’amélioration des routes et des transports en commun qui contribuera à accélérer la circulation des produits vers les marchés et à raccourcir la durée du navettage. À plus long terme, ces investissements rendront l’économie plus productive, stimuleront la compétitivité et attireront les talents et les investissements des entreprises nécessaires à la prospérité économique. Dans une étude du Centre for Spatial Economics, on indique qu’à long terme, le PIB réel de l’Ontario connaît une hausse pouvant atteindre 6 $ en moyenne par dollar investi dans l’infrastructure publique.

Fonds Trillium

Le gouvernement affectera cette année jusqu’à 400 millions de dollars du Fonds Trillium pour soutenir des investissements dans les transports en commun, le transport et d’autres projets infrastructurels prioritaires, conformément aux dépenses prévues dans le budget de 2017. Ce montant s’ajoute à l’affectation de 262 millions de dollars l’an dernier pour soutenir des investissements clés à l’échelle de la province, comme le service ferroviaire express régional GO, la ligne de transport léger sur rail Hurontario, le Fonds ontarien pour l’infrastructure communautaire et le Fonds des petites collectivités.

TABLEAU 2.4 : Exemples d’investissements dans l’infrastructure faits en 2016-2017 et soutenus par le Fonds Trillium

  Projet Montant versé en 2016-2017
Projets ferroviaires Service ferroviaire express régional GO 115 millions de dollars
Ligne de transport léger sur rail Hurontario 8 millions de dollars
Projets d'infrastructure Fonds ontarien pour l’infrastructure communautaire 83 millions de dollars
Fonds des petites collectivités 21 millions de dollars
Autres projets Autres projets prioritaires 35 millions de dollars

Accroître les options de transport en Ontario

La province gère l’engorgement routier, relie les collectivités et fournit à la population plus de choix pour ses déplacements en investissant dans le transport et les services de transport en commun régionaux et municipaux partout en Ontario. Ces investissements aident les collectivités à répondre aux besoins locaux en matière d’infrastructure, soutiennent le développement économique et contribuent à accroître les choix offerts aux navetteurs à l’échelle de la province.

Accroître l’offre de transport en commun par l’entremise du service ferroviaire express régional GO

La province progresse dans la mise en oeuvre du service ferroviaire express régional GO (SFER GO) dans la région du grand Toronto et de Hamilton, un des investissements dans les transports en commun les plus importants d’Amérique du Nord.

Le SFER GO vise à fournir un service plus rapide et plus fréquent sur le réseau ferroviaire GO, grâce à l’électrification des principaux tronçons. Le nombre de trajets hebdomadaires dans le réseau passera d’environ 1 500 à près de 6 000 d’ici 2024-2025. Le service sera fourni à des fréquences pouvant atteindre 15 minutes dans les deux directions les jours de semaine, le soir et les fins de semaine.

Les premiers travaux en appui au SFER GO et à l’amélioration du service sont en cours dans différents couloirs GO dans le cadre de la transformation du réseau GO d’un service de trains de banlieue en un réseau de transport rapide régional. Par exemple, l’Ontario rend les transports en commun plus faciles et plus commodes pour les navetteurs et les familles dans la région de Durham avec l’ouverture d’un nouveau bâtiment pour les passagers à la gare GO d’Oshawa.

Des progrès sont réalisés dans toute la province

Des investissements majeurs dans les transports en commun et d’importants projets d’infrastructure dans le réseau routier sont en cours pour améliorer la mobilité et la connectivité dans toute la province.

Nord de l’Ontario
  • Soutien aux Premières Nations dans la région du Cercle de feu pour la planification et l’aménagement de routes toutes saisons qui relient leurs collectivités au réseau autoroutier provincial. Cela fait partie de l’engagement du gouvernement d’investir dans l’infrastructure du Cercle de feu pour créer des emplois et améliorer la qualité de vie des habitants du Nord.
  • Investissement dans le Programme des routes du Nord. Les travaux d’élargissement se poursuivent sur des segments des routes 11/17 et 69 afin d’y aménager quatre voies.
Est de l’Ontario
  • Investissement dans une passerelle pour piétons et cyclistes au-dessus du canal Rideau, à Ottawa. La construction a débuté cet automne.
  • Investissement dans un troisième pont qui enjambera la rivière Cataraqui à Kingston afin de fournir une autre route aux navetteurs et éventuellement une piste polyvalente pour les piétons et les cyclistes.
  • Soutien des étapes 1 et 2 du projet de train léger sur rail (TLR) d’Ottawa, dont une ligne secondaire à partir de la Ligne Trillium vers l’Aéroport international Macdonald-Cartier et le prolongement de la Ligne de la Confédération jusqu’au chemin Trim à Orléans.
Centre de l’Ontario
  • Améliorations continues au SFER GO, comme le projet de tunnel ferroviaire sous l’autoroute 401 dans le couloir Kitchener.
  • Progrès dans l’aménagement de projets régionaux de transport rapide, dont le TLR Eglinton Crosstown, Mississauga Transitway, le service d’autobus rapides VIVA de York et le service de transport en commun rapide de Waterloo.
  • Ouverture de la ligne de métro prolongée Toronto-York Spadina, prévue pour décembre 2017, qui fournira un service de métro traversant des limites régionales pour la première fois dans la province et facilitera le déplacement des étudiantes et des étudiantes vers l’Université York.
  • Lancement de la prochaine étape du travail de conception visant à améliorer l’Hanlon Expressway à Guelph pour raccourcir les temps de déplacement.
  • Poursuite de la construction de la phase 2 de l’autoroute 407 vers l’est et sur certains tronçons des autoroutes 427 et 410.
  • Ouverture d’un nouveau pont piétonnier pour améliorer l’accès des voyageurs qui utilisent la gare GO d’Ajax.
Sud-Ouest de l’Ontario
  • Les améliorations sur un tronçon de 12,4 kilomètres de la route 6 dans le canton de Southgate et la municipalité de West Grey sont maintenant terminées et faciliteront la circulation.
  • Investissement dans un nouveau sentier de vélo et de randonnée pédestre hors route de 3,5 kilomètres à Tecumseh, relié aux principaux sentiers existants et facilitant les déplacements.

Améliorer l’accès aux espaces publics : carrefours communautaires de l’Ontario

Les carrefours communautaires offrent un point d’accès central à une gamme de services sociaux et de santé, et comprennent des espaces culturels, récréatifs et verts. Un carrefour communautaire peut inclure une école, un centre de quartier, un centre d’apprentissage scolaire, une bibliothèque ou un centre de santé communautaire.

La possibilité d’accéder à de multiples services sous un même toit peut faciliter le quotidien des familles ontariennes. Par le biais de l’initiative des carrefours communautaires, les collectivités ont clairement manifesté l’importance de protéger les biens publics lorsqu’un besoin public manifeste existe. La province a l’intention d’aller de l’avant et d’élaborer une Stratégie des biens immobiliers à vocation sociale, qui intègre les besoins communautaires et sociaux dans le processus décisionnel du gouvernement concernant les biens excédentaires et la planification de l’infrastructure.

Améliorer les soutiens offerts aux collectivités rurales en matière d’énergie

Le gouvernement reconnaît que dans certaines communautés rurales, la croissance n’a pas été aussi vigoureuse que dans d’autres régions de la province. Il offre plus de choix énergétiques en investissant 100 millions de dollars pour accroître l’accès au gaz naturel pour les régions mal desservies de la province, dont les régions rurales et le Nord de l’Ontario ainsi que les communautés autochtones.

En vertu de la Loi de 2017 pour des frais d’électricité équitables, les coûts d’électricité sont réduits pour les consommateurs résidentiels, les petites entreprises et les exploitations agricoles admissibles (voir le chapitre I, Favoriser l’équité pour les familles ontariennes). Les Ontariennes et Ontariens à faible revenu et ceux qui vivent dans les collectivités rurales ou éloignées admissibles bénéficient de réductions encore plus importantes qui pourront atteindre de 40 % à 50 %. Les consommateurs résidentiels des Premières Nations vivant dans des réserves, et qui sont clients de distributeurs autorisés, obtiennent un crédit équivalent à 100 % des frais de livraison figurant sur leur facture.

Élargir l’accès au service à large bande à l’échelle de la province

Pour participer pleinement à l’économie numérique et y être compétitive, la population de l’Ontario a besoin d’une connectivité Internet à large bande fiable, rapide et abordable. L’expansion du service à large bande favorisera la compétitivité des entreprises et permettra aux gens d’accéder à l’information dans le confort de leur foyer. Un accès amélioré et plus rapide à Internet aura des avantages sociaux et économiques.

Depuis 2007, la province s’est engagée à octroyer près de 310 millions de dollars pour l’infrastructure à large bande dans les collectivités de tout l’Ontario. C’est donc dire que plus de collectivités pourront profiter de la connectivité Internet à grande vitesse.

TABLEAU 2.5 : Investissements dans l’infrastructure à large bande à l’échelle de l’Ontario

Region Description
Sud de l’Ontario

Réseau Southwestern Integrated Fibre Technology* – Offrir la couverture fibre optique à prix abordable à plus de 300 collectivités.

Programme Connexions rurales pour un accès à large bande – Réduire les lacunes de l’infrastructure à large bande en milieu rural dans le Sud de l’Ontario.

Nord de l’Ontario

Premières Nations de Matawa* Investissement pouvant atteindre 30 millions de dollars pour améliorer l’accès à l’enseignement à distance et à la formation professionnelle et créer de nouvelles occasions d’affaires pour cinq communautés des Premières Nations de Matawa.

Extension des services à large bande dans le Nord-Ouest de l’Ontario – Fournir à plus de collectivités du Nord un accès au service Internet à large bande par l’entremise du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario.

Initiative d’extension du service à large bande dans le Nord-Ouest de l’Ontario* – Un investissement qui a permis de fournir un réseau de fibre optique aux communautés de la nation Nishnawbe Aski.

Est de l’Ontario Réseau à large bande de l’Est de l’Ontario* – Fournir un service Internet à grande vitesse et haute capacité à quelque 95 % des résidents et des entreprises de l’Est de l’Ontario.
* De plus, le gouvernement du Canada s’est engagé à financer une partie de ces projets d’infrastructure à large bande.

L’Ontario s’est également engagé à investir 180 millions de dollars de plus dans des programmes visant à élargir les services à large bande.

Promouvoir une économie sobre en carbone

Les collectivités, les ménages et les entreprises de l’Ontario font déjà face aux conséquences de phénomènes météorologiques extrêmes, notamment de violentes tempêtes, des inondations et des vagues de chaleur. L’Ontario est déterminé à relever ces défis et à jouer un rôle dans les efforts déployés à l’échelle mondiale pour réduire le plus possible les risques découlant du changement climatique. S’attaquer au changement climatique nécessite de nouvelles solutions qui conduiront à de nouveaux types d’emploi dans les secteurs sobres en carbone. Pour tirer parti de telles occasions, l’Ontario a bien amorcé son passage à une économie concurrentielle et sobre en carbone. Ce changement a favorisé la croissance économique et la création d’emplois en protégeant l’environnement contre l’évolution du changement climatique.

Concevoir le marché du carbone de l’Ontario à l’avenir

La certitude permet aux entreprises de planifier des investissements à long terme et de protéger des emplois. En septembre 2017, l’Ontario, la Californie et le Québec ont annoncé le raccordement de leur marché du carbone. En septembre également, la province a mis en place une composante importante de la conception future de son marché du carbone en proposant le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour la période allant de 2021 à 2030. Ce plafonnement serait établi de manière à diminuer d’un taux annuel constant pour que l’Ontario puisse atteindre son objectif de réduction des émissions de 2030. On s’attend à ce que le taux de diminution soit plus graduel entre 2021 et 2030 que pendant la période de conformité en cours.

Graphique 2.4 Émissions de gaz à effet de serre et objectifs de réduction de l’Ontario

Graphique 2.4: Émissions de gaz à effet de serre et objectifs de réduction de l’Ontario
Version plus grande de l’image
Description accessible du graphique 2.4

Réduction des coûts de conformité

Une analyse économique indépendante a démontré qu’un système intégré de plafonnement et d’échange est le moyen le plus efficient pour l’Ontario d’atteindre ses objectifs de réduction des GES.

TABLEAU 2.6 : Scénarios pour la tarification du carbone – Retombées économiques d’ici 2020 de la réalisation des objectifs ontariens de réduction des émissions

  Approche de l’Ontario Taxe sur le carbone
Retombées sur les dépenses énergétiques des ménages
($/mois; en dollars de 2016)
13 $ 50 $
Prix du carbone
($/tonne, en dollars de 2016)
18 $ 72 $
Réduction nette des GES 18,42 millions de tonnes 12,7 millions de tonnes
Nota : Selon le rapport Overview of Macroeconomic and Household Impacts of Ontario’s Cap and Trade Program d’EnviroEconomics, Navius Research et Dillon Consulting, l’approche de plafonnement des émissions adoptée par l’Ontario est le moyen le plus efficient de réduire les émissions.

Pour stabiliser davantage le marché et améliorer l’accès à des occasions supplémentaires de réduction des émissions à plus bas coût, la province :

  • a signé un accord avec le Québec et la Californie visant à former le marché du carbone le plus important d’Amérique du Nord, permettant aux entreprises d’acheter des quotas d’émissions à plus faible coût. On s’attend à ce que les trois territoires de compétence tiennent leur première vente aux enchères conjointe au début de 2018;
  • a commencé à collaborer avec les partenaires, les parties prenantes et les communautés autochtones pour mettre au point des contreparties de la fixation du carbone. La disponibilité de contreparties conçues conjointement avec le Québec donnera aux émetteurs plus de souplesse pour atteindre leurs obligations de conformité.

Le programme relatif au marché du carbone de l’Ontario satisfait aux critères du modèle national de tarification du carbone puisque la province obtient de plus grandes réductions de GES à un coût plus bas pour les ménages et les entreprises.

Investir dans une économie sobre en carbone

Le programme de l’Ontario relatif au marché du carbone connaît un franc succès depuis son lancement, suscitant un vif intérêt de la part des participants inscrits. Les trois premières ventes aux enchères de l’Ontario cette année ont généré des produits de plus de 1,5 milliard de dollars, qui sont investis de façon responsable et transparente dans de nouveaux programmes conformément au Plan d’action de l’Ontario contre le changement climatique échelonné sur cinq ans.

Les produits du marché du carbone aident les familles et les entreprises

Le produit des ventes aux enchères est investi dans les programmes qui aideront les familles, les entreprises et les collectivités à réduire les émissions de GES et à économiser. Outre celles annoncées dans le budget de 2017, les autres initiatives visant à soutenir les familles et les entreprises comprennent ce qui suit :

  • Lancement du Fonds pour un Ontario vert, dans le cadre duquel on a commencé à fournir des programmes et des remises pour aider à réduire les coûts d’énergie dans les foyers et les entreprises.
  • Amélioration des conditions de vie des locataires à faible revenu et vulnérables grâce à des travaux de rénovation des logements sociaux comme l’installation de nouveaux systèmes de chauffage écoénergétiques, une meilleure isolation et de nouvelles fenêtres.
  • Acquisition de nouveaux autobus scolaires électriques, dans le cadre d’un projet pilote, conçus pour donner aux élèves un moyen de transport sûr et propre entre la maison et l’école.
  • Construction de casiers à vélo sécurisés dans les gares du réseau GO et les stationnements de covoiturage pour que les cyclistes puissent se déplacer plus facilement entre la maison et le travail ou l’école.
  • Investissement dans les travaux de rénovation pour rendre les écoles plus écoénergétiques.
  • Aide aux syndicats, aux collèges et aux universités pour l’acquisition de nouveau matériel et l’augmentation de leur capacité à donner une formation aux employés actuels et futurs sur les immeubles sobres en carbone.
  • Soutien pour les installations municipales comme les stades et pour la modernisation d’usines d’eau potable et de traitement des eaux usées pour les rendre écoénergétiques, afin de réduire la pollution de façon efficiente et à long terme.
  • Mesures visant à permettre aux chercheurs, aux entrepreneurs et aux sociétés de créer et de commercialiser de nouvelles technologies sobres en carbone qui sont concurrentielles sur les marchés mondiaux.
  • Soutien pour l’adoption de technologies sobres en carbone novatrices et pour le développement de technologies de pointe visant la réduction des émissions de GES par les émetteurs industriels.

Aider les propriétaires d’habitations et les entreprises à réduire leur empreinte carbone et à économiser fait partie du plan de l’Ontario visant à créer des emplois, à stimuler l’économie et à améliorer la vie quotidienne de la population.

Notes

[1] RBC, Programme Lancement de carrière RBC : Recommandations des candidats au programme Lancement de carrière RBC pour faciliter la transition études-travail, 2017.

[2] Les compétences au Canada : Premiers résultats du Programme pour l'évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA), Statistique Canada, 2013.

[3] L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, Aperçu statistique. http://www.unhcr.org/fr/apercu-statistique.html

[4] Statistique Canada et ministère du Commerce international de l’Ontario.

[5] Ivey Business School, Université Western Ontario, Lawrence National Centre for Policy and Management, We Make Things Together: Potential Impact of Changes to NAFTA on the Great Lakes Region, 2017.

Description des graphiques

Graphique 2.1: Bureau ontarien pour l’accélération de la technologie financière

Ce graphique illustre les principales fonctions du tout nouveau Bureau pour l’accélération de la technologie financière, soit :

  • transfert de connaissances dans tout le domaine de la technologie financière;
  • établissement de partenariats entre les entreprises établies et nouvelles;
  • aide aux entreprises pour composer avec les exigences réglementaires;
  • mesures s’ajoutant aux soutiens du gouvernement déjà en place pour les entreprises novatrices.

Retourner au graphique 2.1

Graphique 2.2: Mesures prises par l’Ontario face à la crise mondiale des réfugiés

Ce graphique présente le calendrier de l’annonce de financement additionnel par le gouvernement de l’Ontario depuis 2015 afin d’aider les réfugiés à s’installer dans des collectivités de l’Ontario et à intégrer le marché du travail.

Retourner au graphique 2.2

Graphique 2.3: L’Ontario est un marché d’exportation clé pour les États-Unis

Ce graphique indique les États américains pour lesquels l’Ontario était le premier et le deuxième marché pour l’exportation de marchandises en 2016. L’Ontario était le premier marché d’exportation pour les 20 États suivants : Alabama, Arkansas, Géorgie, Indiana, Kentucky, Maryland, Michigan, Mississippi, Missouri, New Jersey, New York, Caroline du Nord, Dakota du Nord, Ohio, Oklahoma, Pennsylvanie, Tennessee, Virginie, Virginie-Occidentale et Wisconsin. En 2016, l’Ontario était le deuxième marché d’exportation pour les États suivants : Colorado, Illinois, Iowa, Kansas, Minnesota, Nevada, Rhode Island et Dakota du Sud.

Retourner au graphique 2.3

Graphique 2.4: Émissions de gaz à effet de serre et objectifs de réduction de l’Ontario

Ce graphique montre les émissions de gaz à effet de serre de l’Ontario de 1990 à 2015. Il montre également ses cibles de réduction des émissions pour 2014, 2020 et 2030.

L’Ontario a établi des objectifs de réduction des émissions de 15 % sous le niveau de 1990 d’ici 2020 et de 37 % sous le niveau de 1990 d’ici 2030. En 2014, l’Ontario a atteint son objectif de réduction des émissions de 6 % sous le niveau de 1990.

Retourner au graphique 2.4