Budget de l’Ontario 2014
Chapitre I : La décennie de l’Ontario – Un plan sur 10 ans pour l’économie

Points saillants

  • Création d’un Fonds pour l’emploi et la prospérité, doté de 2,5 milliards de dollars sur 10 ans, qui améliorera la capacité à attirer d’importants investissements de la part des entreprises, renforcera les secteurs stratégiques de l’Ontario et soutiendra la croissance économique future de la province.
  • Engagement de 40 millions de dollars par année pour le secteur de la transformation des aliments dans le cadre d’un volet du nouveau Fonds pour l’emploi et la prospérité.
  • Maintien d’un régime d’imposition des sociétés concurrentiel, qui fait partie intégrante du nouveau plan économique sur 10 ans de l’Ontario visant à renforcer sa capacité à croître et à prospérer.
  • Élargissement de l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel et création d’un nouveau volet dans le cadre du Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel pour aider les grandes entreprises à gérer leurs coûts d’électricité.
  • Le plan d’économies d’énergie en cinq points pour les entreprises fera en sorte que les petites entreprises disposent des outils nécessaires pour comprendre leur facture, conserver l’énergie, gérer les coûts et faire des économies.
  • Élimination et réduction des formalités administratives pour aider les entreprises à économiser des millions d’heures de travail et à diminuer leurs coûts de 100 millions de dollars d’ici 2016-2017.
  • Élargissement de la portée des exportations de l’Ontario vers les marchés émergents en expansion rapide, pour aider un grand nombre de petites et moyennes entreprises à prendre de l’expansion et à créer des emplois.
  • Maintien du soutien à la recherche de calibre mondial, dans le cadre du Fonds pour la recherche en Ontario, en investissant 250 millions de dollars au cours des trois prochaines années dans l’infrastructure de recherche de pointe.
  • Octroi de financement aux entreprises naissantes du secteur des sciences de la vie à un moment critique de leur développement, grâce au Fonds de capital d’amorçage et de risque pour le secteur des sciences de la vie proposé.
  • Investissement de 25 millions de dollars sur cinq ans dans l’Institute for Quantum Computing pour soutenir les activités de recherche et de commercialisation dans ce domaine dynamique.
  • Octroi de 5 millions de dollars sur 10 ans pour mettre sur pied le Réseau Trillium pour la fabrication de pointe dans le but de transformer les résultats de recherche en mesures concrètes pour les manufacturiers.

Section C : Créer un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation

L’Ontario s’est bâti une réputation solide en tant que carrefour de commerce mondial. Il s’est classé au troisième rang en Amérique du Nord en ce qui a trait aux investissements directs étrangers (IDE), après l’État de New York et la Californie, et est perçu comme la province la plus concurrentielle du Canada et l’un des territoires les plus propices à l’investissement et à l’expansion des affaires. L’Ontario continue de concentrer ses efforts sur la création d’un climat d’affaires dynamique et propice à l’innovation et sur la croissance de la productivité.

Comme l’indique le Rapport sur les perspectives économiques à long terme de l’Ontario, la productivité est un moteur clé de la prospérité économique et du niveau de vie. L’un des principaux défis de l’Ontario, et des pays partout dans le monde, sera de favoriser la croissance de la productivité.

C’est la raison pour laquelle le nouveau plan audacieux de l’Ontario vise à multiplier les investissements des entreprises, à favoriser une culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat, et à créer des emplois de grande qualité. Parmi les initiatives récemment mises en oeuvre, mentionnons les suivantes :

  • augmentation de la compétitivité du régime d’imposition pour augmenter les investissements des entreprises;
  • soutien des collectivités dans toutes les régions de la province afin de les aider à croître et à créer des emplois;
  • investissement dans les secteurs dynamiques et innovants de l’Ontario;
  • mise en place de programmes pour aider les entreprises à gérer leurs coûts d’électricité;
  • promotion d’une culture d’innovation et d’entrepreneuriat;
  • soutien des petites entreprises et de l’entrepreneuriat;
  • modernisation de la réglementation en vue d’augmenter la productivité des entreprises;
  • élargissement de la stratégie commerciale Visées mondiales afin d’accroître les exportations vers les marchés émergents et de devenir un chef de file sur le plan de la productivité.

Le nouveau plan sur 10 ans pour l’économie et les investissements effectués aujourd’hui feront en sorte que l’Ontario demeure l’un des territoires les plus propices aux affaires. Le gouvernement continuera à se dépenser pour attirer des investissements sectoriels qui créent des emplois bien rémunérés dans la province et à faire figure de proue sur le plan des IDE et de la productivité du secteur privé. En favorisant une culture d’innovation et d’entrepreneuriat tout en établissant des partenariats à l’étranger, les entreprises de l’Ontario pourront prospérer sur les marchés internationaux pendant de nombreuses années. Le gouvernement propose un plan à long terme qui fera de l’Ontario l’un des territoires les plus concurrentiels au monde.

Maintenir un régime d’imposition concurrentiel

L’Ontario a un régime d’imposition qui est hautement concurrentiel à l’échelle internationale. Depuis 2009, le taux effectif marginal d’imposition sur les nouveaux investissements des entreprises en Ontario a été réduit de moitié, faisant de la province un territoire beaucoup plus attrayant pour ces investissements. Une hausse des investissements entraîne une augmentation de la productivité et de la compétitivité des entreprises de l’Ontario sur les marchés d’exportation, ce qui se traduit par une augmentation du nombre d’emplois bien rémunérés.

Récentes mesures prises par l’Ontario pour soutenir un régime d’imposition plus concurrentiel

  • Réductions de la taxe de vente et de l’impôt des sociétés atteignant plus de 9 milliards de dollars par année.
    • La taxe de vente harmonisée (TVH) réduira de 4,7 milliards de dollars par année les taxes de vente enchâssées payées par les entreprises lorsqu’elle sera intégralement mise en oeuvre.
    • Les réductions de l’impôt sur le revenu des sociétés allègent le fardeau fiscal des entreprises de 2,3 milliards de dollars par année.
    • L’élimination de l’impôt sur le capital procure 2,1 milliards de dollars par année en allégement fiscal.
  • La mise en oeuvre d’importantes réductions des taux élevés de l’impôt scolaire applicable aux entreprises a permis à ces dernières d’économiser plus de 200 millions de dollars par année.
  • La prolongation jusqu’en 2015 de la déduction pour amortissement accéléré de 50 % pour les machines et le matériel de fabrication et de transformation procure un avantage de 265 millions de dollars sur trois ans.
  • L’harmonisation avec l’impôt fédéral sur les sociétés et la taxe sur les produits et services a réduit les coûts de conformité des entreprises de plus de 635 millions de dollars par année.

Un nouveau Fonds pour l’emploi et la prospérité de 2,5 milliards de dollars

En plus de maintenir un régime fiscal concurrentiel à l’échelle internationale, la province crée le nouveau Fonds pour l’emploi et la prospérité, qui sera doté de 2,5 milliards de dollars sur 10 ans et qui visera à améliorer la capacité de l’Ontario à attirer d’importants investissements de la part des entreprises ainsi qu’à soutenir sa croissance économique future.

Le nouveau fonds servira à attirer des investissements qui stimulent la création d’emplois et sont axés sur l’innovation, la productivité et la pénétration des marchés internationaux, comme l’avait recommandé le Conseil pour l’emploi et la prospérité, et investira dans les secteurs clés de l’Ontario.

Les entreprises cherchent à investir en Ontario en raison de ses avantages bien établis, qui incluent des impôts concurrentiels, une main-d’oeuvre hautement qualifiée et une infrastructure de calibre mondial. Toutefois, malgré ces conditions favorables aux affaires, la province doit faire concurrence à d’autres compétences sur la scène mondiale pour attirer des investissements stratégiques. De plus en plus, ces compétences concurrentes offrent un vaste éventail d’incitatifs, tels que des subventions, notamment à la consommation d’énergie, des allégements fiscaux et des investissements dans les immobilisations, pour attirer les entreprises. Le nouveau fonds permettra à la province d’offrir des incitatifs stratégiques, lorsque cela est nécessaire, pour décrocher des investissements pivots clés qui sont avantageux pour l’Ontario, contribuent à soutenir la croissance et créent des emplois bien rémunérés chez nous.

Investir dans les secteurs dynamiques et innovants de l’Ontario

Une économie diversifiée comptant un grand nombre d’industries bien établies et émergentes est l’un des grands atouts de l’Ontario. La province misera sur ses avantages concurrentiels en soutenant ses secteurs clés.

« Nous sommes sollicités quotidiennement par des gouverneurs, présidents et dirigeants de pays qui convoitent pour leur économie les emplois axés sur le savoir que Cisco apporte à l’Ontario. Nous examinons ces investissements et possibilités de partenariat à la lumière de certains critères : le gouvernement est-il favorable, les capacités du réseau universitaire sont-elles intéressantes, le taux d’imposition est-il concurrentiel, le climat d’affaires est-il prévisible, la base d’emploi est-elle stable? L’Ontario satisfait à tous ces critères et c’est pourquoi nous l’avons choisi parmi tous les autres territoires. »

Rob Lloyd, président, expansion des affaires et ventes, Cisco.

Promouvoir le secteur manufacturier de l’Ontario

Secteur de l’automobile de l’Ontario

L’Ontario continue d’être un chef de file nord-américain dans le secteur de la fabrication automobile. En 2013, les quelque 2,4 millions de véhicules produits dans la province représentaient environ 15 % des automobiles et utilitaires légers fabriqués sur le continent.

L’apport du secteur de l’automobile à l’économie ontarienne est considérable et a joué un rôle clé dans la reprise à la suite de la récente récession. Le secteur de la fabrication de pièces et du montage de véhicules automobiles représentait environ 2,5 % du produit intérieur brut (PIB) nominal de l’Ontario en 2012. Le secteur de l’automobile est également un important employeur et comptait près de 97 000 emplois directs en 2013.

L’industrie automobile repose sur de vastes chaînes d’approvisionnement qui soutiennent des centaines de milliers d’emplois dans les collectivités des quatre coins de la province. Ces chaînes d’approvisionnement comptent des fabricants de pièces innovateurs, des entreprises d’outillage sophistiquées ainsi que des établissements de fabrication d’acier, de produits chimiques et de plastiques. La base d’approvisionnement bien établie de l’Ontario contribue au succès et à l’attrait de la province dans le secteur de la fabrication automobile.

L’Ontario est un important partenaire des sociétés concurrentielles

  • Toyota Motor Manufacturing Canada : soutien de 7 300 emplois grâce à un investissement dans l’usine de Cambridge, ce qui a contribué à obtenir le contrat de montage de modèles évolués comme le véhicule utilitaire sport hybride Lexus RX 450h, et à un investissement dans l’usine de Woodstock pour en accroître la capacité.
  • Ford du Canada : soutien de 2 800 emplois grâce à un investissement dans la modernisation de l’usine de montage d’Oakville afin de mettre en place des procédés intégrés et d’accroître les activités de R-D.

Fabrication de pointe en Ontario

L’Ontario est le centre de fabrication du Canada, représentant 45 % des emplois et 46 % de la production de ce secteur au pays. Le secteur manufacturier a fait face à des défis de taille au cours de la dernière décennie, notamment une surévaluation du dollar canadien, une demande fléchissante de la part des clients américains et une concurrence accrue des marchés émergents.

Les entrepreneurs et les travailleurs compétents et productifs de l’Ontario sont particulièrement bien placés pour tirer profit des possibilités qu’offriront les nouvelles technologies. L’un des indicateurs des chances de réussite d’un territoire sera sa capacité de cerner ces changements technologiques, de saisir les occasions qu’ils présentent et de créer de nouvelles possibilités de croissance.

Pour faire en sorte que la province devienne un meneur mondial dans le secteur de la fabrication de pointe, la province versera 5 millions de dollars sur 10 ans aux fins de la mise sur pied du Réseau Trillium pour la fabrication de pointe, dont le but sera de soutenir la croissance du secteur manufacturier. Le Réseau sera situé à la Ivey Business School de l’Université Western à London.

Le Réseau Trillium pour la fabrication de pointe réunira des dirigeants d’entreprises, de syndicats et de gouvernement qui travailleront en concertation pour soutenir le succès du secteur. Il recueillera les données d’études de pointe des quatre coins du globe, fera connaître les pratiques exemplaires dans le secteur.

L’Ontario appuie les partenariats entre les établissements postsecondaires et l’industrie pour faire en sorte que les étudiants aient accès à des possibilités d’apprentissage et de formation pratiques et que cela se traduise par des avantages concrets pour l’industrie.

Collège Centennial

Possibilités

Plan pour l’économie de demain

Résultat

Le secteur mondial de l’aérospatiale devrait connaître une croissance considérable au cours des 20 prochaines années. La province veut s’assurer que son secteur de l’aérospatiale est prêt à faire face à la concurrence.

L’Ontario soutient le Collège Centennial qui s’associe au secteur privé pour former la nouvelle génération de travailleurs dans le domaine de l’aérospatiale.

Un partenariat entre Bombardier et le Collège Centennial permettra de renforcer la capacité dans le secteur de l’aérospatiale en Ontario et d’alimenter l’intégralité de la chaîne d’approvisionnement en formant de nouveaux diplômés expérimentés et en offrant des programmes de perfectionnement des compétences.


Collège Niagara

Possibilités

Plan pour l’économie de demain

Résultat

Nombreuses sont les petites et moyennes entreprises de fabrication qui n’ont pas la capacité interne d’effectuer de la recherche-développement ou de résoudre des problèmes opérationnels.

L’Ontario investit dans un centre de l’industrie pour l’innovation ultramoderne et permanent dans la région de Niagara, qui permettra aux fabricants ontariens d’avoir accès à des services, tels que l’impression en 3D, qui seront offerts par les professeurs et les étudiants du Collège Niagara.

Ces services aideront les fabricants de l’Ontario à accroître leur productivité, à renforcer le développement de produits ainsi qu’à réduire les coûts et le cycle de production, ce qui contribuera à la création de la prochaine génération dans le secteur manufacturier de la province.

Soutenir le secteur de la transformation des aliments et boissons de l’Ontario

Le secteur agroalimentaire de l’Ontario est florissant. Son apport à l’économie de la province atteint approximativement 34 milliards de dollars et plus de 740 000 emplois. La province compte 3 000 entreprises de transformation des aliments et boissons. L’industrie de la transformation des aliments, soutenue par le secteur diversifié et productif de l’agriculture, joue un rôle crucial dans le secteur de la fabrication de pointe de l’Ontario et constitue l’un des deux plus importants employeurs de ce secteur.

La première ministre a mis au défi l’ensemble du secteur agroalimentaire de doubler son taux de croissance annuelle et de créer 120 000 emplois d’ici 2020. En plus de soutenir les programmes déjà en place, l’Ontario aidera le secteur à atteindre cette cible en s’engageant à consacrer 40 millions de dollars par année pour soutenir les investissements dans le secteur de la transformation des produits agricoles et agroalimentaires dans le cadre d’une nouvelle catégorie relevant du Fonds pour l’emploi et la prospérité. Ces fonds dédiés permettront de soutenir les agriculteurs de l’Ontario, d’attirer de nouveaux investissements, de créer des emplois, de rehausser la productivité et la compétitivité du secteur et d’élargir la portée de cette industrie, ici et ailleurs.

Au cours des 10 prochaines années, on observera une croissance de la demande mondiale de produits alimentaires. Grâce à ces investissements, l’Ontario sera bien placé pour tirer avantage de la demande accrue.

L’Ontario aide la Fromagerie coopérative St-Albert, fondée en 1894, à construire de nouvelles installations de pointe qui soutiendront 110 emplois locaux et renforceront l’économie. L’ancienne fromagerie avait été détruite dans un incendie en 2013.

Un investissement provincial de 1 million de dollars aidera la coopérative à acheter du matériel et à mettre en place une chaîne de production informatisée dans ses nouvelles installations. Le nouvel établissement transformera 50 millions de litres de lait local par année, créera 10 nouveaux emplois et soutiendra plus de 100 emplois qui avaient été transférés à la suite de l’incendie. Les nouvelles installations de 76 000 pieds carrés, soit une superficie de 30 % supérieure aux anciens bâtiments, abriteront une usine de transformation, une aire d’observation pour les visiteurs, un magasin de détail et un restaurant. La nouvelle chaîne de production devrait être en activité au début de l’été 2014.

L’Ontario soutient l’investissement de 34 millions de dollars fait par Fiera Foods, un important fabricant de produits de boulangerie-pâtisserie, dans le but d’augmenter la production et de permettre à la société de se lancer sur de nouveaux marchés intérieurs et internationaux. L’investissement de la province de 1,5 million de dollars contribuera à préserver 1 000 emplois et à en créer 52.

« Fiera Foods a vu le jour il y a plus de 25 ans. Mon partenaire, Alex Garber, chef de l’exploitation, et moi-même avons établi une culture axée sur l’innovation, la qualité et l’excellence qui, jusqu’ici, a mené Fiera sur le chemin de la réussite. Le soutien du gouvernement ontarien rehausse notre capacité en vue de continuer notre expansion et d’atteindre de nouveaux marchés au pays et à l’étranger. »

Boris Serebryany, président et chef de la direction, Fiera Foods Company.

Développer le secteur des sciences de la vie de l’Ontario

Depuis 2003, la province a investi près de 49 millions de dollars dans les industries des sciences de la vie. L’Ontario est maintenant l’un des principaux carrefours des sciences de la vie en Amérique du Nord et est reconnu internationalement pour son leadership dans la recherche de calibre mondial. Il compte un grand nombre d’entreprises innovatrices dans le secteur des sciences de la vie et de chercheurs de grand calibre dans le domaine biomédical. Les programmes de soutien de l’Ontario contribuent à accélérer la mise au point de thérapeutiques, de diagnostics, de dispositifs médicaux, de plateformes de technologie de l’information liées à la santé et d’outils de recherche innovateurs ainsi que de technologies habilitantes.

La prochaine étape en vue d’étendre et d’exploiter l’innovation dans la province passe par l’amélioration des activités de commercialisation de façon à stimuler la croissance du secteur des technologies de la santé et la compétitivité, essentielles à la création d’emplois.

En novembre 2013, le gouvernement a annoncé la création du Conseil ontarien de l’innovation en santé (COIS), qui réunit des experts des secteurs des soins de santé, des soins à domicile, des appareils médicaux, de la santé mentale, de la recherche et des affaires, ainsi que des secteurs universitaires et sans but lucratif, dans le but de cerner les occasions de mettre en marché de nouveaux produits dans le domaine de la santé.

Le gouvernement est déterminé à travailler avec tous les partenaires de ce secteur afin d’accélérer l’adoption des innovations et des nouvelles technologies avantageuses en matière de santé. À cette fin, il entend mettre en place les initiatives suivantes :

  • un cadre d’approvisionnement stratégique fondé sur la valeur;
  • la communication claire des priorités du système de la santé aux acheteurs et aux vendeurs des technologies en matière de santé;
  • l’établissement de critères pour évaluer la valeur des innovations potentielles;
  • l’établissement de filières structurées pour l’adoption des innovations éprouvées;
  • la considération des solutions transformatrices offertes par les innovations technologiques en matière de santé (p. ex. services de santé mobiles, surveillance à distance).

Pour favoriser l’adoption de produits innovateurs dans le domaine de la santé, le gouvernement a élaboré un Cadre d’approvisionnement pour l’innovation auquel il octroiera 20 millions de dollars au cours des quatre prochaines années. Les fonds alloués permettront de repérer les obstacles à l’innovation et d’orienter les modèles d’approvisionnement et l’entrée hâtive de l’innovation sur le marché afin d’accélérer encore davantage l’adoption des nouvelles technologies dans le domaine des sciences de la vie et des soins de santé.

Le COIS continuera ses travaux afin de promouvoir les innovations éprouvées qui contribueront à accroître la productivité et la viabilité du système de santé et à améliorer la santé des patients dans la province.

Étant donné que le développement de produits et les approbations réglementaires sont de longs processus dans le secteur des sciences de la vie, la province soutient les jeunes entreprises dans le cadre d’un nouveau Fonds de capital d’amorçage et de risque pour le secteur des sciences de la vie. Le fonds proposé de 30 millions de dollars serait un partenariat réunissant la province, le secteur privé et des fondations d’hôpitaux. Il investirait dans les entreprises qui ont besoin de financement à un moment critique de leur développement, permettant ainsi de renforcer la position de l’Ontario en tant que chef de file dans le secteur des sciences de la vie en Amérique du Nord.

Stimuler le secteur des technologies de l’information et des communications

Le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) de l’Ontario se classe au deuxième rang en importance en Amérique du Nord, derrière la Californie, sur le plan du nombre d’entreprises. Il est également une source essentielle de biens et de services pour les entreprises à mesure que celles-ci augmentent leurs investissements dans la technologie et deviennent plus productives et innovantes.

Le secteur des TIC de l’Ontario est concentré dans trois principales régions, soit Toronto, Ottawa et Kitchener-Waterloo, et est en expansion à London. Ces régions forment un corridor qui comptait plus de 80 % des emplois du secteur en 2013 et où convergent un grand nombre d’activités de recherche-développement (R-D) et d’investissements en capital-risque.

Au cours des dix prochaines années, le gouvernement continuera à soutenir la croissance du secteur des TIC, notamment en formant des partenariats avec des producteurs de biens et services à forte valeur ajoutée.

Cisco Systems, Inc.

Aujourd’hui

Plan pour l’économie de demain

Résultat

Cisco vend des produits et services de routage et de réseautage internet. Sa filiale canadienne est établie en Ontario où elle effectue des activités de R-D, de vente et de marketing.

Investissement de 4 milliards de dollars pour faire de l’Ontario l’un de ses centres mondiaux de R-D, notamment pour la mise au point de technologies utilisées dans l’informatique mobile et la technologie vidéo.

Jusqu’à 5 000 emplois seront créés au cours de la prochaine décennie, principalement à Ottawa et à Toronto.

Communitech

Aujourd’hui

Plan pour l’économie de demain

Résultat

Communitech est le carrefour de la commercialisation de technologies innovatrices dans la région de Waterloo.

Le carrefour Communitech a créé un important partenariat public-privé auquel participent des centaines d’entreprises, la collectivité locale et le gouvernement fédéral.

En 2013, la province a annoncé un engagement renouvelé de 15 millions de dollars sur trois ans.

Mobilisation de plus de 25 millions de dollars auprès du gouvernement fédéral et de plus de 125 millions de dollars auprès du secteur privé, ce qui se traduira par la création d’environ 7 000 emplois.

« Communitech est fier d’être un partenaire du Programme d’innovation de l’Ontario. Ce soutien supplémentaire nous aidera à élargir la programmation du carrefour Communitech pour répondre à la demande considérable de la part des jeunes entreprises et soutenir les entreprises ontariennes qui prennent de l’expansion. Nous sommes ravis du soutien accordé par la province – cela témoigne de la force du pôle des technologies de la région de Waterloo. »

Iain Klugman, PDG, Communitech.

Un secteur des technologies de l’information et des communications en expansion

IBM

Ericsson

Christie Digital

La société élargit son infrastructure de calcul numérique intensif dans le cadre d’un partenariat avec des gouvernements et des universités pour créer le Centre de recherche et de développement d’IBM Canada. Ce projet crée 145 emplois dans le domaine de la R-D et 100 autres emplois pour la conception et la construction d’un nouveau centre de données à Barrie.

La multinationale suédoise a récemment ouvert un nouveau laboratoire de recherche-développement à Ottawa avec l’appui de la province, créant et préservant 140 emplois.

Cette société de systèmes d’affichage et de projection numériques établie à Kitchener a récemment investi près de 140 millions de dollars pour poursuivre la modernisation de son usine et mettre au point de nouvelles technologies avec le soutien du gouvernement de l’Ontario, ce qui a permis de créer et de préserver 100 emplois.

Promouvoir le secteur du divertissement et de la création de l’Ontario

Le secteur du divertissement et de la création constitue un important volet de l’économie de l’Ontario. Les industries axées sur le savoir et la création soutiennent un niveau de vie plus élevé et de bons emplois qui font de la province un endroit attrayant à visiter et où il fait bon vivre et travailler.

Les entreprises ontariennes qui évoluent dans le domaine de la production cinématographique et télévisuelle, des médias numériques interactifs, de la musique ainsi que de la publication de livres et de revues contribuent au dynamisme du secteur du divertissement et de la création.

L’Ontario est l’un des plus importants centres de production cinématographique et télévisuelle en Amérique du Nord, et son industrie de la musique est la première au pays. En 2013, le gouvernement a lancé le Fonds ontarien de promotion de la musique, doté de 45 millions de dollars sur une période de trois ans. Ces investissements permettront à ce secteur de stimuler l’innovation, de saisir les occasions qui se présentent sur les marchés intérieurs et internationaux, de favoriser l’emploi, de bâtir et de consolider l’écosystème de la musique pour les artistes de l’Ontario, et d’augmenter le tourisme dans la province. L’un des moments phares du soutien à l’industrie cette année a été l’investissement en vue de rapatrier la cérémonie des prix Juno en Ontario en 2015.

Les industries de la création constituent un pilier de la nouvelle économie de la province et sont d’importants créateurs d’emplois, surtout pour les jeunes. Le gouvernement continuera à travailler en partenariat avec les industries de la création et du divertissement pour faire valoir les talents et l’expertise de l’Ontario.

Culture, tourisme et événements

Les festivals et événements locaux uniques de l’Ontario mettent à l’honneur sa diversité, son patrimoine et sa culture et font de la province un lieu de tourisme plus attrayant. Le soutien de ces festivals et événements s’inscrit dans les efforts de la province en vue de créer une économie solide et des collectivités dynamiques, ce qui permet d’attirer des touristes et de créer chaque année plus de 22 000 emplois.

Les Jeux panaméricains et parapanaméricains de 2015

Durant l’été 2015, l’Ontario sera l’hôte des Jeux panaméricains et parapanaméricains, la manifestation sportive la plus importante de l’histoire de la province. Ce sera une occasion de mettre en valeur l’Ontario auprès d’un auditoire international, dont plus de 250 000 visiteurs.

Fonds ontarien de promotion de la musique

Le Fonds ontarien de promotion de la musique doté de 45 millions de dollars sur trois ans, qui avait été annoncé dans le budget de 2013, permet à ce secteur de stimuler l’innovation et l’emploi et de saisir les occasions qui se présentent sur les marchés intérieurs et internationaux.

Prix Juno

Le gouvernement investit en vue de rapatrier la cérémonie des prix Juno en Ontario en 2015, au moment où les regards du monde entier seront tournés vers la province à titre d’hôte des Jeux panaméricains et parapanaméricains.

Festival international du film de Toronto

Le Festival international du film de Toronto est devenu le plus grand festival du genre en Amérique du Nord et l’un des trois plus importants au monde. Le soutien offert par le gouvernement à cet événement automnal annuel contribue à mettre l’Ontario sous les feux de la rampe du monde entier, à promouvoir le cinéma, à stimuler la croissance des industries connexes et à attirer des milliers de touristes dans la province.

Place de l’Ontario

En juin 2013, le gouvernement a annoncé l’aménagement du Parc urbain et sentier riverain sur le site de la Place Ontario, y compris son raccordement au réseau de sentiers riverains existant. Les travaux d’aménagement ont commencé, et le parc et le sentier devraient être accessibles au public en 2015.

Fêtons l’Ontario

Fêtons l’Ontario aide plus de 200 festivals et événements dans la province, notamment l’événement culinaire Taste of Toronto, le Festival de Stratford et le Bluesfest d’Ottawa, à enrichir leur programmation, leurs activités et leurs services chaque année. À compter de 2014-2015, le gouvernement allouera 2 millions de dollars par année pour soutenir les manifestations internationales de sport amateur.

Fonds de développement du tourisme

Le Fonds de développement du tourisme encourage les nouveaux investissements stratégiques dans l’industrie du tourisme en renforçant la capacité et la viabilité des entreprises, associations et régions touristiques. Le gouvernement allouera 1 million de dollars par année afin d’aider l’industrie à concevoir des produits innovateurs et à attirer des investissements du secteur privé en Ontario.

Fonds ontarien de renforcement des capacités des bibliothèques

Reconnaissant le rôle clé que jouent les bibliothèques publiques dans la prestation et le soutien d’importants programmes communautaires, le gouvernement fournira 10 millions de dollars de plus au cours des trois prochaines années pour améliorer la technologie de l’information et la prestation des services et encourager la recherche et l’innovation au sein du réseau des bibliothèques publiques.

400 ans de présence francophone

En 2015, l’Ontario commémorera le passage de Samuel de Champlain et marquera le 400e anniversaire de présence francophone dans la province. Ces célébrations rassembleront des gens venus du monde entier pour souligner l’importante contribution culturelle, sociale et économique de la communauté franco-ontarienne dans la province.

Consolider le secteur des services financiers et des services aux entreprises de l’Ontario

Promouvoir la grappe des services financiers

Le secteur des services financiers et des services aux entreprises continuera d’être parmi les plus dynamiques de l’économie ontarienne et un puissant moteur de la croissance et de la prospérité au cours des 10 prochaines années.

  • L’emploi dans le secteur des services financiers de l’Ontario a connu une importante hausse de plus de 3 % en 2013. Au cours de la dernière décennie, il a augmenté plus de deux fois plus rapidement que celui de l’économie dans son ensemble.
  • L’emploi dans le secteur des services aux entreprises, qui comprend les services professionnels dans le domaine de l’architecture, du génie et de l’administration, a augmenté de plus de 4 % en 2013; dans ce secteur aussi, on observe qu’au cours des 10 dernières années, l’emploi a connu une hausse plus de deux fois plus rapide que dans l’ensemble de l’économie.

Toronto est la capitale financière du Canada et un centre financier de calibre mondial. La ville abrite un grand nombre de banques, de maisons de courtage, de sociétés d’assurance et de caisses de retraite importantes. Toronto est considéré comme l’un des meilleurs centres financiers internationaux et se classe neuvième dans le monde selon le magazine The Banker et quatorzième selon le Global Financial Centres Index du Royaume-Uni.

Le secteur des services financiers de l’Ontario continuera à être l’un des plus stables, efficients et mieux réglementés au monde. Les principales banques canadiennes sont considérées comme les plus solides au monde depuis six ans, et l’Ontario continuera à jouir d’une bonne réputation sur la scène internationale pour le bon fonctionnement de ses marchés des capitaux et la gestion efficace des risques.

Le gouvernement continue de travailler avec le secteur des services financiers, la Toronto Financial Services Alliance et d’autres ordres de gouvernement pour mettre en oeuvre une stratégie favorisant la croissance et la compétitivité du secteur.

Établir un régime coopératif de réglementation des marchés de capitaux

Un solide cadre réglementaire coopératif en matière de valeurs mobilières rehausserait la réputation et la compétitivité du Canada au sein des marchés financiers mondiaux, ce qui renforcerait la croissance économique et faciliterait l’accès aux capitaux.

En septembre 2013, l’Ontario, la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral ont conclu une entente de principe pour l’établissement d’un régime coopératif de réglementation des marchés de capitaux comportant un organisme de réglementation commun qui appliquerait un seul ensemble de règlements en matière de valeurs mobilières.

L’Ontario travaille activement avec la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral pour respecter les échéanciers convenus dans le cadre de cette initiative, qui prévoit l’entrée en activité du nouvel organisme d’ici le 1er juillet 2015.

Un régime coopératif de réglementation des marchés de capitaux offrirait de réels avantages aux investisseurs et aux entreprises à la recherche de capitaux, ainsi qu’à l’industrie des valeurs mobilières et aux autres participants du marché, en fournissant une meilleure protection aux investisseurs, en renforçant l’application de la loi sur les marchés financiers et en faisant la promotion de marchés financiers sûrs et propices aux investissements.

L’Ontario, la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral continuent d’inviter les autres provinces et territoires à participer au régime.

Favoriser la sécurité et la compétitivité des marchés financiers

À mesure que la complexité et l’interconnexion du système financier s’intensifient, il devient de plus en plus important de mettre en place une réglementation et des mécanismes d’application solides en ce qui a trait aux valeurs mobilières afin de renforcer la compétitivité. La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) dirige une plus grande partie de son attention et de ses ressources au renforcement des mesures d’application de la loi et de protection des investisseurs. Par exemple, le nombre de poursuites menées à terme contre des particuliers et des sociétés a atteint 170 en 2013, comparativement à 100 en 2012.

Le gouvernement entend proposer des changements pour mettre à jour les lois sur les valeurs mobilières et les mesures législatives connexes. Parmi les modifications proposées, citons les suivantes :

  • Modifications à la Loi sur les valeurs mobilières pour :
    • mettre à jour les obligations d’information concernant les fonds négociés en bourse;
    • suspendre la période de prescription pour la responsabilité civile sur le marché secondaire lorsqu’une autorisation de poursuivre est demandée;
    • étoffer les dispositions sur les opérations d’initié et les transactions internes relativement aux fonds d’investissement;
    • élargir la définition de « participant au marché ».
  • Modifications à la Loi sur les valeurs mobilières et à la Loi sur les contrats à terme sur marchandises pour :
    • accroître la portée des examens de conformité et des examens portant sur les obligations d’information continue de la CVMO;
    • faciliter la prolongation des ordonnances de blocage par les tribunaux;
    • conférer à la CVMO des pouvoirs plus larges pour préserver les éléments d’actif à des fins d’exécution de la loi.

Ces changements contribueraient à moderniser et à renforcer le cadre réglementaire des valeurs mobilières de l’Ontario, à rehausser la compétitivité des marchés financiers de la province et à favoriser la croissance des investissements.

Réglementation moderne en matière d’assurance

Des bénéficiaires de prestations d’invalidité de longue durée ont vu leurs prestations réduites ou supprimées lorsque leur employeur a fait face à des difficultés financières et que le fonds n’était pas assuré. La province propose de modifier la Loi sur les assurances pour exiger que les prestations d’invalidité de longue durée soient assurées de façon à protéger les futurs bénéficiaires.

Réglementation des services financiers

La province s’efforce activement de remplir son engagement de continuellement mettre à jour et adapter la réglementation des services financiers afin de maintenir un cadre réglementaire solide qui protège les consommateurs. Pour ce faire, les lois et règlements sont assujettis à des examens périodiques (p. ex., aux cinq ans), et des améliorations sont effectuées aux règlements de façon proactive, dans bien des cas pour répondre aux pratiques et progrès sur le plan de la technologie, aux tendances nationales et internationales et à l’évolution du marché.

Coopératives de crédit

Les caisses populaires et les credit unions jouent un rôle important dans l’économie de l’Ontario. Ces établissements comptent 1,5 million de sociétaires et, à la fin de 2013, avaient consenti des prêts de 33,4 milliards de dollars à des ménages et à des entreprises des quatre coins de la province. Un cadre réglementaire moderne permettant au réseau des coopératives de crédit de prospérer et de protéger leurs sociétaires est essentiel.

Un examen de la Loi de 1994 sur les caisses populaires et les credit unions sera amorcé à l’automne, permettant de mettre à jour la loi et les règlements afférents pour que les coopératives de crédit puissent continuer à répondre aux besoins de leurs sociétaires et de l’économie à l’avenir.

Promotion en ligne de l’assurance

Depuis quelques années, les coopératives de crédit et d’autres établissements de dépôt offrent un éventail croissant de services en ligne à leur clientèle. Un grand nombre de services qui étaient auparavant uniquement disponibles dans les succursales des coopératives de crédit sont maintenant accessibles en ligne. Il importe de faire en sorte que les politiques de l’Ontario concernant les activités en ligne des coopératives de crédit dans le domaine de l’assurance tiennent compte de l’intérêt véritable des consommateurs.

À cette fin, la province a amorcé, à la fin de 2013, un examen des activités de promotion des produits d’assurance sur les sites Web des coopératives de crédit. En plus de chercher à obtenir les observations des secteurs de l’assurance et des coopératives de crédit, le palier fédéral a aussi récemment envisagé de prendre des mesures touchant les établissements financiers constitués en vertu du régime fédéral. Par conséquent, la province propose d’interdire aux coopératives de crédit de faire la promotion en ligne de produits d’assurance, tels que l’assurance-automobile et habitation, dont elles ne peuvent pas faire la promotion dans leurs succursales.

Développer les industries du secteur primaire de l’Ontario

Un secteur minier diversifié et dynamique dans le Nord de l’Ontario

L’Ontario demeure le principal territoire d’exploration et de production minérales au pays et un important acteur sur la scène mondiale. La province occupe aussi une place de choix à titre de centre financier mondial dans le secteur minier. En 2013, plus de la moitié des sociétés minières cotées dans le monde et représentant une capitalisation boursière de presque 250 milliards de dollars étaient inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de croissance TSX.

La région du Nord-Ouest de la province devrait connaître une importante croissance des activités d’exploration minérale et de construction minière au cours des prochaines décennies. La région du Cercle de feu recèle de riches gisements, notamment de chromite, de nickel et d’or, qui offriront d’énormes possibilités d’affaires et de croissance pour les industries minières et dérivées locales. Plus de 20 sociétés et particuliers détiennent des concessions minières actives dans la région du Cercle de feu, et 265 entreprises explorent 400 projets dans la province, ce qui augure d’un développement considérable ainsi que d’une importante création d’emplois dans le secteur minier. Les marchés émergents continueront à soutenir la demande de minéraux de l’Ontario, ce qui favorisera la poursuite de l’exploration et du développement dans le Nord de la province.

D’ici 2025, la région du Cercle de feu générera une production substantielle qui fera de la province l’un des principaux producteurs de chromite au monde et qui assoira la position de l’Ontario parmi les chefs de file mondiaux de la production de nickel.

Dans le cadre de ses efforts continus de modernisation de la Loi sur les mines, la province actualise son système de jalonnement des claims, actuellement sur papier, de façon à le rendre accessible en ligne. La mise en place d’un système rapide et efficace est avantageuse pour les entreprises, les propriétaires fonciers touchés et les communautés autochtones.

L’Ontario, les Premières Nations et l’industrie unissent leurs efforts pour exploiter le potentiel du Cercle de feu

En mars 2014, la province de l’Ontario et les chefs des neuf Premières Nations Matawa ont conclu une entente-cadre historique en vue d’amorcer un processus de négociation avec les communautés régionales. L’entente engage les Premières Nations et l’Ontario à travailler ensemble pour exploiter les possibilités qu’offre le Cercle de feu, y compris la surveillance environnementale régionale à long terme et la participation accrue aux processus d’évaluation environnementale, le partage des recettes de l’exploitation des ressources, les soutiens économiques et l’infrastructure régionale et communautaire.

En février 2014, le cabinet Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. a été retenu pour établir une société de développement qui sera responsable de l’infrastructure de la région du Cercle de feu. Deloitte agira comme ressource et tiers auprès des partenaires clés, notamment les Premières Nations, l’industrie et les gouvernements provincial et fédéral.

Offrir des possibilités de croissance pour les industries minières locales

Pour soutenir la croissance de l’industrie minière dans la région de Sudbury, la province alloue jusqu’à 26,7 millions de dollars à la première phase du projet d’expansion de Maley Drive, sous réserve de fonds fédéraux et municipaux de contrepartie. Le projet créera une voie d’accès est-ouest limitée permettant aux camions lourds transportant des métaux et de la boue de forage de contourner le centre de Sudbury.

Commission de transport Ontario Northland

Le gouvernement va de l’avant en suivant une approche équilibrée pour transformer la Commission de transport Ontario Northland afin d’assurer des emplois durables, la poursuite de la croissance économique et un réseau solide de transports et de télécommunications dans le Nord de l’Ontario.

Comme il l’a récemment annoncé, le gouvernement provincial a conclu une entente avec Bell Aliant pour la vente d’Ontera, le réseau de télécommunications vital, efficient et fiable du Nord de l’Ontario, ce qui permet de continuer à offrir des services de qualité, de préserver des emplois, d’assurer des investissements importants dans les immobilisations dans le Nord de l’Ontario et d’optimiser l’utilisation des deniers publics.

Par l’intermédiaire d’un comité consultatif, le gouvernement a entendu les voix des municipalités, des collectivités autochtones et des représentants de l’industrie du Nord de l’Ontario, et il est déterminé à garder les services commerciaux de la CTON qui restent (autocar, Polar Bear Express, services marchandises ferroviaires et de remise à neuf) dans le domaine public, car ces services et infrastructures essentiels de transport appuient la croissance économique dans le Nord de l’Ontario.

Pour assurer la viabilité de l’organisation, il faudra apporter des améliorations opérationnelles, notamment au moyen de la maîtrise des coûts, de mesures de restructuration et du processus de négociation collective.

Le gouvernement est également disposé à appuyer cette nouvelle orientation par de nouveaux investissements afin d’assurer la viabilité des éléments d’actif de la CTON, par exemple :

  • l’amélioration du service d’autocar et de l’accessibilité;
  • la remise à neuf des voitures ferroviaires pour les utiliser sur le train Polar Bear Express afin de maintenir des emplois et de stimuler l’activité de la division de la remise à neuf, tout en accroissant l’efficacité et l’efficience du service ferroviaire vital entre Cochrane et Moosonee.

Aider les entreprises à gérer leurs coûts d’électricité

Atténuation des tarifs pour les entreprises

Il existe de nombreux programmes de soutien et incitatifs dont peuvent bénéficier les consommateurs industriels d’électricité :

  • La province a prolongé le Programme de réduction des tarifs d’électricité pour le secteur industriel du Nord (PRTE-SIN) en octroyant 360 millions de dollars sur trois ans (de 2013-2014 à 2015-2016) afin d’offrir un rabais de 2 cents le kilowatt-heure aux grands consommateurs industriels du Nord admissibles.
  • La province a mis en oeuvre l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel en 2011 pour encourager les grandes entreprises à réduire leur consommation pendant les périodes de pointe, ce qui permet de réaliser des économies dans l’ensemble du réseau.
  • Les entreprises peuvent participer au Programme d’intervention en fonction de la demande, qui est administré par l’Office de l’électricité de l’Ontario (OEO).
  • Les sociétés industrielles qui démarrent, qui prennent de l’expansion ou qui créent des emplois peuvent être admissibles à des réductions importantes des tarifs d’électricité dans le cadre du Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel.

Plan d’économies d’énergie en cinq points pour les entreprises

Le gouvernement est conscient que les entrepreneurs locaux se concentrent sur l’expansion de leurs activités. Le plan d’économies d’énergie en cinq points pour les entreprises a justement été conçu pour les propriétaires de petites entreprises.

  1. En concertation avec les organismes du domaine de l’énergie, les sociétés de distribution locales et le Conseil canadien du commerce de détail, le gouvernement fera la promotion des gestionnaires de l’énergie itinérants.

    Les petites entreprises auront accès à des gestionnaires de l’énergie itinérants qui leur fourniront de l’aide à toutes les étapes de la mise en place d’un plan de conservation de l’énergie, de la présentation d’une demande d’incitatifs jusqu’à la mise en oeuvre de mesures d’efficacité énergétique.

  2. L’initiative énergiconomies pour les entreprises sera mieux adaptée aux petites entreprises pour qu’elles puissent bénéficier des divers programmes leur permettant de gérer leurs factures d’énergie et de réaliser des économies.
  3. L’initiative énergiconomies pour les entreprises sera aussi élargie et fournira davantage d’incitatifs. La participation au programme sera plus facile et plus rapide grâce à la simplification et à l’automatisation du processus de demande.
  4. Pour aider les petites entreprises à financer les coûts d’immobilisations initiaux de leurs projets de conservation d’énergie, la province s’efforcera de promouvoir le financement et le remboursement des projets à même leur facture de services publics à compter de 2015.
  5. Afin que les petites entreprises puissent continuer à bénéficier d’incitatifs à la conservation d’énergie, l’Ontario s’engage à maintenir pendant encore six ans les programmes dans ce secteur par l’entremise du nouveau cadre de conservation de l’énergie et de gestion de la demande.

Giant Tiger exploite plus de 200 magasins au Canada et emploie plus de 7 000 employés. Dans le cadre d’un projet subventionné par l’Office de l’électricité de l’Ontario (OEO) et Hydro Ottawa, un gestionnaire de l’énergie intégré a été embauché chez Giant Tiger afin de repérer des façons d’économiser l’énergie. Cette initiative a permis jusqu’ici à la société de réduire ses coûts d’électricité d’environ 7 500 $ par magasin, ce qui représente environ 6 % de sa facture d’électricité, dans environ 40 magasins en Ontario.

Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel

En 2012, l’OEO avait commencé à accepter les demandes dans le cadre des deux volets du Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel. Ce programme soutient la gestion de la demande d’électricité en encourageant l’augmentation de la production industrielle au moyen d’importantes réductions des tarifs d’électricité à l’intention des créateurs d’emplois locaux. Il permet ainsi d’utiliser le surplus d’énergie de base produite pour soutenir la croissance économique et la création d’emplois dans la province.

Le tableau 1.5 donne des exemples de réussite dans le cadre du Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel.

TABLEAU 1.5 Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel – Exemples de réussite
Demandeur Secteur Nombre estimé de nouveaux emplois
Pembroke MDF Pâtes et papiers 140
ASW Steel Acier 45
Atlantic Packaging Products Pâtes et papiers 80
Produits forestiers Résolu Pâtes et papiers 78

Dans la foulée des efforts déployés par l’Ontario en vue de favoriser un climat d’affaires dynamique, de stimuler la croissance économique locale et de soutenir la création d’emplois, le gouvernement demandera à l’OEO d’accepter une nouvelle série de demandes dans le cadre d’un nouveau volet du Programme des tarifs préférentiels d’électricité pour le secteur industriel.

Le nouveau volet sera plafonné à quatre térawatts-heure par année. Les directives et les critères d’admissibilité du programme seront élargis afin d’encourager la participation d’un plus grand nombre de secteurs de l’économie, et les contrats seront accordés sur une plus longue période, soit jusqu’au 31 décembre 2024.

Ce volet s’appuiera sur le succès remporté dans le cadre des séries de demandes précédentes, et l’OEO entend achever le processus de demande de façon à pouvoir attribuer les contrats d’ici le 31 décembre 2014.

Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel

L’Ontario est déterminé à offrir au secteur industriel des tarifs d’électricité concurrentiels tout en favorisant la conservation d’énergie, y compris l’électricité.

Pour soutenir ces priorités, la province avait mis en oeuvre, en 2011, l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel. Aux termes de ce programme, on accorde aux plus grands consommateurs d’énergie de la province, soit les consommateurs de la catégorie A, un rajustement global de leur taux en fonction de leur demande durant les périodes de pointe.

Vision Extrusions, un fabricant de profilés de la région de York qui emploie 325 travailleurs, pourrait s’attendre à économiser environ 560 000 $ sur ses coûts d’électricité annuels, ou 17 % de sa facture, grâce aux changements proposés à l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel, en supposant que la société réduit sa consommation d’électricité de 15 % durant les périodes de pointe au sein du réseau.

Les consommateurs de la catégorie A sont ceux dont la demande mensuelle moyenne en période de pointe est supérieure à cinq mégawatts (MW), et ceux de la catégorie B sont ceux dont la demande mensuelle moyenne en période de pointe est inférieure à cinq MW.

Dans le cadre du Plan énergétique à long terme (PELT) mis à jour, on prévoit qu’un grand consommateur industriel ayant une demande de cinq MW et un facteur de capacité de 75 % paierait environ 3 millions de dollars de moins au cours des cinq prochaines années, et environ 11 millions de dollars de moins d’ici 2030, que ce qui avait été prévu dans le PELT de 2010.

Le ministère de l’Énergie élargira la définition des consommateurs de catégorie A en réduisant le seuil, qui passera de cinq MW à trois MW, ce qui accroîtra le nombre d’entreprises ontariennes admissibles à l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel.

Ces mesures permettront aux participants d’économiser en moyenne entre 15 % et 20 % de leur facture d’électricité.

TABLEAU 1.6 Exemples d’économies possibles dans le cadre de l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel
Secteur Demande de pointe mensuelle moyenne Économies annuelles estimées Réduction de la facture totale
Fabrication 4,1 MW ~ 400 000 $ 12 %
Traitement des données 3,2 MW ~ 900 000 $ 23 %
Nota : Les valeurs sont fournies à titre indicatif. Les économies réelles dépendront de plusieurs facteurs, dont la part réelle de la demande de pointe et les niveaux de consommation d’électricité. Les économies annuelles estimées ont été arrondies aux 100 000 $ près.

L’élargissement de l’Initiative d’économies d’énergie en milieu industriel appuie la croissance de la compétitivité des entreprises et les objectifs de conservation d’énergie poursuivis par le gouvernement en :

  • rehaussant l’efficacité et la compétitivité d’un plus grand nombre d’entreprises du secteur industriel;
  • encourageant la conservation de l’énergie durant les périodes de pointe de façon à réduire les émissions;
  • améliorant la fiabilité du réseau électrique, surtout durant les périodes de pointe critiques;
  • réduisant la nécessité de construire de nouvelles centrales électriques, et par conséquent les coûts afférents, pour répondre à la demande en période de pointe.

Favoriser une culture d’innovation et d’entrepreneuriat

L’innovation et l’entrepreneuriat sont d’importants moteurs de la croissance économique. L’Ontario est déterminé à soutenir un climat d’affaires où les petites entreprises, les entrepreneurs et les investisseurs peuvent s’appliquer à créer les technologies et les emplois bien rémunérés de l’avenir.

Investir dans les fonds de capital-risque

L’accès aux capitaux est un élément important de la croissance et de l’innovation pour les entreprises dynamiques. Cependant, les jeunes entreprises ont souvent du mal à trouver les capitaux nécessaires à leur croissance et à leur expansion. C’est la raison pour laquelle la province a récemment mis sur pied, avec le gouvernement fédéral et des partenaires du secteur privé, le Northleaf Venture Catalyst Fund (NVCF).

Le NVCF a effectué en janvier 2014 sa première mobilisation de fonds qui s’est élevée à plus de 217 millions de dollars et qui pourrait atteindre 300 millions de dollars si d’autres engagements sont obtenus de la part du secteur privé. Afin de soutenir le financement de début de croissance, le fonds investira dans des sociétés très prometteuses ainsi que dans d’autres fonds de capital-risque. Jusqu’ici, le NVCF a investi dans deux fonds de capital-risque établis en Ontario.

Le nouveau Northleaf Venture Catalyst Fund s’inspire du succès remporté par le Fonds ontarien de capital-risque (FORC).

TABLEAU 1.7        Sociétés innovatrices soutenues par le Fonds ontarien de capital-risque
  Shopify
(Ottawa)
Achievers
(Toronto)
BlueCat Networks
(Toronto)
newterra
(Brockville)
Activités Plateforme de commerce électronique de pointe utilisée par les détaillants pour la vente de biens et services en ligne Plateforme nuagique favorisant la participation des employés et la reconnaissance de leur rendement Solutions de gestion des adresses de protocole Internet fiables et sécurisées pour aider les organisations à gérer leurs réseaux et appareils Chef de file de la conception et de la fabrication de systèmes modulaires de traitement de l’eau
Accomplissements Récemment évaluée en bourse à 1 milliard de dollars Nommée au sixième rang parmi les sociétés de logiciels connaissant l’expansion la plus rapide au Canada en 2013 1 500 clients à l’échelle mondiale Taux de croissance de plus de 30 % sur trois ans

Le soutien accordé par l’Ontario au titre du capital de risque a des retombées positives. En 2013, les sociétés établies dans la province ont reçu 675 millions de dollars sous forme d’investissements en capital-risque, ce qui représente la quatrième hausse de suite en quatre ans. Grâce à l’engagement soutenu de la province envers l’amélioration de l’accès aux capitaux, l’Ontario est bien placé pour se hisser parmi les cinq territoires les plus importants en Amérique du Nord sur le plan des investissements en capital-risque d’ici 2025.

Commercialiser les découvertes de pointe

Les universités, collèges et hôpitaux de recherche de l’Ontario jouent un rôle important en contribuant à la constitution d’une main-d’oeuvre hautement instruite et en effectuant des découvertes de pointe. La mise en marché de ces découvertes par l’entremise du réseau des centres d’innovation et de commercialisation de l’Ontario soutient l’entrepreneuriat dans la province et est un important moteur de la croissance économique à long terme.

La province continuera à soutenir les activités de chercheurs de calibre mondial dans le cadre du Fonds pour la recherche en Ontario, notamment en investissant 250 millions de dollars dans l’infrastructure de recherche de pointe au cours des trois prochaines années. Ce financement aidera les établissements postsecondaires à obtenir des fonds du gouvernement fédéral, du secteur privé et d’autres sources. Ces investissements contribueront à soutenir la prospérité à long terme de l’Ontario en appuyant la recherche porteuse des technologies et des emplois bien rémunérés de l’avenir.

Le domaine de l’informatique quantique cherche à appliquer les principes de la mécanique quantique afin de mettre au point une nouvelle génération d’ordinateurs. Cette technologie pourrait accélérer de façon exponentielle la rapidité des ordinateurs et éventuellement avoir des répercussions sur les découvertes dans les domaines de la médecine et des ressources. L’Institute for Quantum Computing de l’Université de Waterloo continue de faire d’importantes découvertes qui placent l’Ontario à l’avant-garde de cette nouvelle technologie emballante. Le gouvernement s’engage à verser 25 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour maintenir le soutien des activités de recherche et de commercialisation de l’institut.

Le gouvernement de l’Ontario reconnaît l’importance stratégique de l’Institut Périmètre à titre de chef de file dans le domaine de la physique théorique, de la formation avancée et de la recherche postuniversitaire. La province continuera à soutenir ses activités de recherche, de formation et de diffusion des connaissances.

Améliorer l’accès aux capitaux

Toutes les entreprises, et plus particulièrement les sociétés naissantes et les petites et moyennes entreprises (PME), ont besoin d’avoir un large accès aux sources de capitaux afin de favoriser la création d’emplois et la croissance économique. En mars 2014, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a publié des avis de consultation sur quatre nouvelles dispenses de prospectus qui permettraient aux entreprises de mobiliser plus facilement des capitaux, notamment au moyen du financement collectif.

Développer les petites entreprises de l’Ontario

Les PME sont caractérisées par un fort esprit d’entreprise et plus de 60 % des emplois du secteur privé s’y trouvent. Au sein d’une économie dynamique, les PME qui miseront sur l’innovation et se lanceront à la conquête des marchés mondiaux prendront de l’expansion et prospéreront.

Le gouvernement de l’Ontario prend les mesures suivantes afin de favoriser la santé et le développement du secteur des PME :

  • Exonération de l’impôt-santé des employeurs — on hausse le plafond de la masse salariale annuelle en Ontario exonérée, qui passera de 400 000 $ à 450 000 $, ce qui fera en sorte que 60 000 petits employeurs paieront désormais un impôt-santé des employeurs moindre. Cette mesure représente pour ces employeurs des économies pouvant atteindre 975 $ par année.
  • Plan d’économies d’énergie pour les entreprises en cinq points — on fait en sorte que les petites entreprises aient en main les outils nécessaires pour comprendre leur facture, conserver l’énergie, gérer les coûts et réaliser des économies.
  • Réduction des formalités administratives — on réduit le fardeau administratif des entreprises dans le cadre du renouvellement de l’initiative L’Ontario propice aux affaires. Chaque année, les ministères repéreront et évalueront au moins une nouvelle mesure visant à réduire le fardeau des entreprises et présenteront un rapport sur les résultats de cette mesure.
  • Capital de risque — on crée un nouveau fonds de capital-risque, en collaboration avec le gouvernement fédéral et des partenaires du secteur privé, qui aidera les entreprises innovantes naissantes et d’autres sociétés émergentes à obtenir le financement dont elles ont besoin pour devenir concurrentielles et créer les emplois de demain.
  • Augmentation des exportations des PME — on offre aux petites entreprises de l’Ontario, par l’entremise de la stratégie d’expansion commerciale Visées mondiales, la possibilité de diversifier leurs exportations vers les marchés étrangers en plein essor autres que les États-Unis.
  • Impôt sur le revenu des sociétés (IRS) — on maintient le taux d’IRS applicable aux petites entreprises à 4,5 %, ce qui représente un taux inférieur de 7 points de pourcentage au taux d’IRS général. Les PME continuent aussi à bénéficier de taux de crédit d’impôt majorés pour la formation des employés et d’un crédit d’impôt remboursable de 10 % au titre de la R-D.

Soutenir les investissements régionaux contribue à créer des emplois

La priorité du gouvernement est de favoriser la croissance et de créer des emplois et des possibilités partout dans la province. Chaque région offre des avantages uniques qui sont propices à des industries et secteurs d’activité économique particuliers et qui servent de bases solides pour bâtir des économies locales résilientes.

Les Fonds de développement du Sud-Ouest et de l’Est de l’Ontario soutiennent des projets régionaux qui créent des emplois dans les collectivités de la province. La Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO) appuie les municipalités, les entreprises et les organisations de développement économique du Nord.

  • Depuis sa création en 2008, le Fonds de développement de l’Est de l’Ontario (FDEO) s’est engagé à verser plus de 70 millions de dollars à 126 projets, ce qui a généré des investissements de plus de 670 millions de dollars de la part des entreprises et permis de créer et de maintenir 15 400 emplois.
  • Depuis octobre 2003, la SGFPNO a approuvé l’octroi de plus de 897 millions de dollars, contribuant à mobiliser plus de 3,2 milliards de dollars dans le cadre de 5 933 projets dans le Nord de l’Ontario, ce qui a permis de créer ou de maintenir environ 22 900 emplois.
  • Depuis sa mise sur pied en octobre 2012, le Fonds de développement du Sud-Ouest de l’Ontario (FDSOO) s’est engagé à octroyer plus de 40 millions de dollars à 32 projets, ce qui a permis d’attirer des investissements de plus de 400 millions de dollars de la part des entreprises et de contribuer à créer ou à maintenir 9 800 emplois.

Par l’entremise du programme Collectivités en transition, le gouvernement aide les collectivités et les industries qui font face à des difficultés économiques soudaines, comme des fermetures d’usine, des pertes d’emplois ou la restructuration d’une industrie. Il offre également son concours dans l’élaboration de nouvelles stratégies économiques pour bâtir des collectivités vigoureuses.

Depuis 2006, le gouvernement de l’Ontario s’est engagé à verser plus de 17 millions de dollars dans le cadre du programme Collectivités en transition pour aider 67 collectivités et groupes de l’industrie.

Bien que les fermetures d’entreprises importantes soient un phénomène normal du cycle économique, le gouvernement s’engagera tôt pour tenter de les prévenir, lorsque cela est possible. Lorsqu’une telle fermeture se produit, le gouvernement s’emploiera à en atténuer les répercussions sur les travailleurs et les collectivités. En concertation avec les entreprises et les syndicats, l’Ontario renforcera la protection des travailleurs touchés par les fermetures d’entreprises importantes en s’appuyant sur le succès remporté par le programme Collectivités en transition et les équipes d’intervention rapide.

Ancrer les secteurs économiques, créer des débouchés

Fonds de développement de l’Est de l’Ontario

  • Situé à Iroquois, Ross Video Limited, un fabricant d’aiguilleurs, de systèmes de contrôle et de caméras robotisées utilisés dans la production et la diffusion en direct, a reçu une subvention de 513 600 $ qui lui a permis d’obtenir des investissements de 5,1 millions de dollars du secteur privé, de créer 25 emplois et d’en maintenir 160.
  • Flying Colours Corp. est une entreprise établie à Peterborough qui se spécialise dans la finition d’aéronefs. Elle a obtenu une subvention de 1,2 million de dollars pour élargir ses installations avioniques, ce qui lui a permis de mobiliser des investissements privés de 12 millions de dollars. La société s’est engagée à créer 60 emplois et à en maintenir 169.

Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario

  • Rotacan a bénéficié d’une subvention et d’un prêt de 1 million de dollars pour ses installations de fabrication de trépan rotatif de forage à North Bay; elle a ainsi pu réunir des investissements privés de 1 million de dollars et créer 16 emplois.
  • Geraldton Community Forest Inc. a reçu une subvention de 1,75 million de dollars pour la construction d’un centre de formation régional à l’aéroport régional de Greenstone. Le centre offrira de la formation aux Autochtones en vue de les préparer à des emplois dans le domaine minier et forestier. Le projet a pu obtenir des investissements supplémentaires de 2,85 millions de dollars et permettra de créer et de maintenir 27 emplois.

Fonds de développement du Sud-Ouest de l’Ontario

  • NASG Canada Inc., une société établie à Woodstock qui fournit des assemblages soudés et des emboutis à l’industrie automobile, a reçu une subvention de 1,5 million de dollars pour agrandir ses installations, créer 50 emplois et en conserver 210 autres. Le projet a permis de mobiliser des investissements privés de 12 millions de dollars.
  • Natra Chocolate America Inc., une fabrique de tablettes de chocolat, tartinades et autres produits de spécialité, a obtenu un prêt de 2,8 millions de dollars pour l’aider à investir 19 millions de dollars dans ses nouvelles installations de London, créant ainsi 56 emplois dans la collectivité.

Le Programme de développement économique des collectivités rurales aide ces dernières à planifier et à jeter les assises de la croissance économique et renforce les capacités des entreprises rurales grâce au soutien de projets de développement et de diversification des entreprises, de marketing régional ainsi que de recrutement et de maintien de travailleurs qualifiés.

  • Depuis 2003, le Programme de développement économique des collectivités rurales a investi 167 millions de dollars dans 468 projets de développement économique qui ont généré des activités économiques de plus 1,2 milliard de dollars et permis de créer ou de maintenir plus de 35 000 emplois.

Créer des débouchés dans les régions rurales de l’Ontario

Investissements récents du Programme de développement économique des collectivités rurales

La société Goodall Canada, située à Collingwood, est un fournisseur de tuyaux et accessoires qui étend ses activités en vue de se positionner comme chef de file nord-américain du marché de l’ammoniac, soutenant ainsi directement le secteur agroalimentaire et de la transformation de l’Ontario. Le projet crée 20 emplois et attire des investissements privés de 1,3 million de dollars.

La municipalité de Port Hope a reçu de l’aide pour dresser un plan stratégique visant à resserrer les liens entre les résidents et le milieu des affaires de la localité, ainsi qu’à soutenir les entreprises locales dans le développement de plans d’affaires et de stratégies de marketing.

Réduire la réglementation des entreprises pour augmenter la productivité

L’Ontario crée un environnement réglementaire qui encourage l’expansion des entreprises. Dans le cadre du renouvellement de l’initiative L’Ontario propice aux affaires, la province trouve des façons de réduire encore davantage le fardeau réglementaire des entreprises, adopte des pratiques plus intelligentes en matière de réglementation et facilite la communication entre les entreprises et le gouvernement. Le gouvernement a déposé des mesures législatives qui, si elles sont adoptées, amélioreraient le climat d’affaires en réduisant le fardeau des entreprises.

Les ministères cerneront et évalueront chaque année au moins une initiative pouvant contribuer à diminuer le fardeau réglementaire des entreprises, et ils présenteront un rapport sur les résultats de cette initiative. Le gouvernement aidera ainsi les parties concernées à réduire leurs coûts de 100 millions de dollars et à économiser des millions d’heures de travail d’ici 2016-2017. Le gouvernement est résolu à réduire le fardeau réglementaire tout en assurant la sécurité du public.

Des efforts judicieux et ciblés en vue de réduire les formalités administratives amélioreront le climat d’affaires sans compromettre la sécurité du public. Ces efforts se greffent aux initiatives prises par le gouvernement et qui ont permis d’éliminer 80 000 formalités administratives depuis 2008, ce qui représente 17 % de toutes les exigences réglementaires.

« L’engagement de la province à adopter des mesures législatives sur l’obligation de rendre des comptes en matière de paperasserie administrative va dans le sens des recommandations formulées par la Fédération au gouvernement. En exigeant la présentation d’un rapport annuel de la part de tous les ministères et en mesurant sur une base régulière le coût de réglementation imposé aux entreprises, l’Ontario devrait se hisser parmi les premiers de classe sur le plan de la réforme de la réglementation. »

Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, 12 mars 2014.

Voici des exemples de réduction des formalités administratives qui ont permis de réduire les coûts des entreprises et des parties concernées.

Raccourcissement du formulaire 7 de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT)

  • Chaque fois qu’un employé se blesse au travail, on doit soumettre le formulaire 7 à la CSPAAT, même si cela n’a pas donné lieu à une interruption du travail.
  • En collaboration avec le secteur des petites entreprises, la CSPAAT a pu réduire la longueur du formulaire 7 de 60 %. Elle a en outre instauré des services en ligne et par téléphone pour faciliter le processus de demande d’indemnisation.
  • Ces changements permettent de réduire de 8 minutes en moyenne le traitement d’une demande, ce qui, multiplié par les milliers de formulaires 7 soumis chaque année, se traduit par des économies annuelles de plus de 10 000 heures de travail et de un demi-million de dollars.

Simplification du processus d’approbation des systèmes de biogaz

  • Un grand nombre d’entreprises agricoles envisageaient d’installer des digesteurs de biogaz afin de produire de l’énergie renouvelable à partir de résidus (fumier). Toutefois, le processus d’approbation était excessivement long et onéreux, ce qui freinait la mise en place de tels systèmes.
  • Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, en concertation avec le ministère de l’Environnement, a pris des mesures pour simplifier l’approbation des digesteurs anaérobies en milieu agricole, ce qui facilite l’installation de systèmes à faible risque et réduit les coûts afférents de façon substantielle.
  • Grâce au nouveau cadre en place, le délai d’approbation est passé d’environ deux ans à trois mois en moyenne. On a également réduit des frais et exigences inutiles, ce qui s’est traduit par des économies estimées à 89 000 $ par exploitant en moyenne ou à 1,77 million de dollars pour l’ensemble des intervenants en un an.

Simplification du processus d’approbation pour les petites centrales d’énergie solaire

  • Dans le cadre du Processus d’autorisation des projets d’énergie renouvelables, les petites centrales d’énergie solaire devaient consacrer une somme de temps et d’argent disproportionnée par rapport à l’envergure et au risque de leurs projets.
  • Pour remédier à cette situation, le ministère de l’Environnement a travaillé avec les parties concernées pour simplifier le processus d’approbation pour les petites centrales d’énergie solaire à faible risque qui ont peu d’impacts sur l’environnement lorsqu’elles respectent les normes réglementaires.
  • Ces changements ont permis de réduire le temps pour la préparation de la demande, qui est passé d’en moyenne 17 mois à moins de 30 jours, et l’approbation finale est maintenant accordée en moins de 10 minutes en ligne.
  • Le remplacement du processus uniforme pour toutes les centrales par un processus fondé sur le risque permettra aux exploitants de centrales solaires au sol de réaliser des économies de plus de 1,9 million de dollars sur une période de un an (selon les inscriptions au Registre à ce jour).

L’Ontario propice aux affaires : Réduire les contraintes pour stimuler la croissance (janvier 2014).

Visées mondiales

Attirer des investissements directs étrangers

L’Ontario a très bien réussi jusqu’ici à attirer des investissements directs étrangers (IDE) et est l’une des destinations les plus attrayantes pour les investissements en Amérique du Nord.

  • fDi Intelligence est une importante ressource de l’industrie aux fins de la recherche et de l’analyse sur les tendances mondiales en matière d’IDE. Dans son rapport de 2012 sur les tendances en matière d’IDE en Ontario et en Amérique du Nord, on pouvait y lire qu’en tant que destination pour les IDE, l’Ontario :
    • était le troisième territoire en importance au Canada et aux États-Unis quant au nombre de projets d’investissement;
    • se classait au premier rang parmi les plus importants territoires (États et provinces) en Amérique du Nord en ce qui a trait aux projets d’IDE par habitant.

Attirer des investissements mondiaux, créer des emplois chez nous

Au cours des derniers mois, les bureaux du commerce de l’Ontario d’un peu partout dans le monde ont permis de faciliter un certain nombre d’investissements, notamment les suivants :

  • La société indienne Mahindra Satyam, qui offre des services de consultation et de technologie de l’information (TI) dans divers secteurs, et sa société soeur, Tech Mahindra, aménagent un centre de développement et des installations de recherche-développement à Toronto. Elles prévoient embaucher jusqu’à 130 ingénieurs en TI et spécialistes en finances et investir environ 10 millions de dollars au cours des cinq prochaines années.
  • La société XPO Logistics est établie aux États-Unis et fournit des services logistiques de tierce partie par l’intermédiaire de relations avec un réseau de transporteurs terrestres, maritimes et aériens aux États-Unis, au Mexique et au Canada. XPO Logistics a ouvert un bureau d’approvisionnement en transport en Ontario qui concentrera ses activités sur les sociétés d’expédition en charge complète qui peuvent transporter les marchandises de leurs clients à travers le Canada. Le projet s’est traduit par 200 emplois et un investissement d’environ 24 millions de dollars.
  • Gizeh, une entreprise allemande de conditionnement des aliments, a investi 4 millions de dollars dans le secteur de la transformation des aliments/de la fabrication de pointe de la province. Cet investissement créera entre 20 et 25 emplois et, d’ici trois ans, la société prévoit investir 25 millions de dollars et ajouter entre 60 et 70 emplois.
  • Newgen Software Technologies Limited, une entreprise de l’Inde, a conclu un partenariat stratégique avec HP Canada pour offrir des solutions, plus particulièrement à l’intention du marché des services financiers. Newgen Software est un chef de file dans le domaine de la gestion des processus opérationnels, du contenu d’entreprise et des communications avec la clientèle. La société a aussi obtenu son premier projet d’une administration municipale en Ontario et d’une banque. Cela représente un investissement de 3 millions de dollars et 10 emplois.

Accroître les exportations

La demande mondiale pour les biens et services à grande valeur ajoutée de l’Ontario va en augmentant. Le rythme de croissance rapide des marchés émergents tels que la Chine et l’Inde se maintiendra, tandis que les régions avancées comme les États-Unis et l’Europe continueront à soutenir la demande pour les ressources, les exportations de haute technologie ainsi les services professionnels et techniques de l’Ontario.

L’expansion et la diversification des exportations vers les marchés étrangers autres que les États-Unis présentent aux petites entreprises de l’Ontario d’importantes possibilités. Au cours de la dernière décennie, bon nombre des petites et moyennes entreprises de la province ont commencé à miser sur le succès remporté aux États-Unis pour étendre leurs activités d’exportation vers les marchés d’outre-mer.

La province poursuit sa stratégie d’expansion commerciale Visées mondiales qui élargira la portée des exportations de l’Ontario, notamment vers les marchés émergents en expansion rapide qui représentent une part de plus en grande de l’économie mondiale. Cette stratégie aidera les entreprises de l’Ontario, et plus particulièrement les PME, à étendre le succès remporté sur les marchés internationaux et à créer des emplois. Le gouvernement de l’Ontario continue :

  • de faire la promotion des biens et des services de qualité offerts par les entreprises ontariennes en ouvrant le 11e Centre de marketing à l’étranger (CME) de l’Ontario à São Paulo, plus tôt cette année, pour aider les entreprises à explorer les occasions d’exportation et à établir des liens avec des acheteurs et des investisseurs internationaux au Brésil;
  • d’accroître sa représentation à l’étranger, notamment en Corée du Sud, à Chongqing en Chine et en Israël, qui viendra s’ajouter aux CME déjà établis à New York, San Francisco, Mexico, Londres, Paris, Munich, Beijing, Shanghai, Tokyo et New Delhi (y compris un bureau satellite à Mumbai);
  • de multiplier les missions commerciales pour augmenter le nombre de sociétés exportatrices et l’emploi en mettant en contact plus d’entreprises et d’acheteurs étrangers et en renforçant la réputation de l’Ontario sur la scène mondiale à titre de source de biens et de services innovateurs;
  • d’aider les exportateurs à trouver de nouveaux marchés. L’année dernière seulement, l’Ontario a organisé plus de 70 missions à l’étranger dans des secteurs prioritaires et marchés émergents. Ces missions aident près de 500 PME à exporter et ont permis de cerner des exportations potentielles de près de 450 millions de dollars. Elles s’inscrivent dans le cadre d’un plan visant à tripler et à diversifier les exportations vers les économies émergentes au cours des 10 prochaines années;
  • d’accroître les possibilités pour les acheteurs étrangers d’entrer en contact avec des exportateurs potentiels de l’Ontario. La province a accueilli plus de 80 délégations internationales et acheteurs étrangers. Le Forum sur l’exportation mondiale dans la région Asie-Pacifique s’est tenu dans la province l’automne dernier. Un forum similaire axé sur l’Amérique latine est prévu pour mai 2014;
  • d’établir des liens entre Infrastructure Ontario et les bureaux du commerce international de la province pour créer des occasions d’exportation pour les entreprises ontariennes qui ont participé aux projets de diversification des modes de financement et d’approvisionnement (DMFA). Infrastructure Ontario fait valoir le modèle de DMFA, qui a été conçu en Ontario, dans le cadre de sa collaboration avec la National Governors Association aux États-Unis.

On prévoit qu’au cours des 10 prochaines années, le Canada négociera une série d’accords commerciaux englobants avec la plupart de ses partenaires commerciaux, dont l’Inde et le Japon. L’Ontario continuera à soutenir les accords qui présentent des avantages pour l’économie de la province, tout en appuyant les secteurs stratégiques. De nouveaux accords commerciaux encourageront également les entreprises de l’Ontario à devenir plus productives et à se lancer sur le marché mondial, soutenant ainsi le transfert des nouvelles idées, de l’innovation et des techniques concurrentielles.

Missions couronnées de succès

  • Nos représentants sur place en développement du commerce au Mexique, au Chili et au Brésil ont aidé des entreprises de l’Ontario à décrocher 25 contrats (d’avril à octobre 2013). Les entreprises ontariennes qui ont bénéficié de ces possibilités évoluent notamment dans le secteur des logiciels, des TIC, des mines, de l’outillage, de la construction et de l’énergie propre.
  • Electrovaya, une entreprise de technologie propre, a reçu un bon de commande d’environ 1 million de dollars US d’un fabricant d’équipement d’origine des Émirats arabes unis pour une application à forte valeur destinée à des systèmes d’alimentation portables stratégiques. Il s’agit de la première commande passée par le Moyen-Orient. La société Electovaya avait un stand au pavillon de l’Ontario lors du sommet World Future Energy.

Description des graphiques

Raffermir les secteurs économiques de l’Ontario

Aérospatiale

Au 2e rang du secteur de l’aérospatiale au Canada.

Collaborer avec des partenaires des milieux industriels et universitaires pour aider à former un regroupement aérospatial de pointe autour du parc Downsview à Toronto.

Agroalimentaire

Au 6e rang du secteur de la transformation des aliments et des boissons en Amérique du Nord.

Appuyer les agriculteurs en leur offrant une aide financière dans le cadre de programmes d’innovation et de gestion des risques d’entreprises tout en collaborant avec des partenaires, comme la société Dr. Oetker à London, pour accroître la valeur ajoutée des produits agricoles ontariens.

Automobile

Une des plus importantes entités infranationales de l’ALENA pour l’assemblage de véhicules.

Travailler avec de grandes sociétés du secteur automobile pour appuyer les usines d’assemblage qui seront le pivot d’un regroupement de l’automobile en Ontario, y compris l’aide apportée à la société Ford à Oakville.

Chimie

Sarnia-Lambton est le plus important centre du secteur de la chimie au Canada.

Appuyer la fabrication de nouveaux produits novateurs, y compris des engrais, des résines synthétiques et des produits chimiques de base, organiques et non organiques.

Technologie propre

Le secteur ontarien de la technologie propre compte 10 100 emplois et 200 entreprises.

Collaborer avec l’industrie sur la recherche-développement et la fabrication de technologies, processus et produits d’origine biologique. En outre, la Stratégie pour le secteur de l’eau contribuera à raffermir le secteur de l’eau et aidera les entreprises innovantes à faire face à la concurrence internationale et à apporter des solutions aux problèmes d’eau qui menacent le monde entier.

Services financiers

Toronto est au 2e rang sur le plan de l’emploi dans les services financiers en Amérique du Nord.

Collaborer avec l’industrie et les autres ordres de gouvernement pour appliquer une stratégie visant la compétitivité et la croissance du secteur des services financiers. L’Ontario, la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral ont signé une entente de principe pour établir un organisme coopératif de réglementation des marchés des capitaux. L’Ontario collabore avec la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral afin de franchir les étapes établies dans l’entente.

Foresterie

En 2013, les exportations de produits forestiers étaient évaluées à 3,6 G$.

Appuyer la transformation du secteur forestier pour l’orienter vers des produits ayant une plus grande valeur ajoutée afin de préserver et de créer des emplois dans le cadre des programmes de financement actuels et des réformes apportées au régime de tenure forestière et d’établissement des prix touchant les ressources des forêts de la Couronne.

Technologie de l’information et des communications

Au 2e rang du secteur des TIC en Amérique du Nord.

Collaborer avec Cisco Canada afin d’effectuer le plus gros investissement créateur d’emplois jamais réalisé dans le secteur technologique de la province et travailler avec Communitech pour appuyer ses activités d’entrepreneuriat à Kitchener Waterloo.

Sciences de la vie

Au 2e rang du secteur des sciences de la vie en Amérique du Nord.

Favoriser les progrès dans les soins de santé et leur commercialisation en établissant le Conseil de l’innovation en santé avec des partenaires des secteurs public et privé et financer la recherche en génomique et en médecine individualisée en collaboration avec l’Ontario Genomics Institute.

Mines

Parmi les 10 plus grands producteurs de nickel et de platine au monde.

Offrir des incitatifs et des déductions spéciales dans le cadre du régime fiscal s’appliquant aux mines afin d’encourager l’investissement.

Divertissement et création

Au 1er rang du secteur du divertissement et de la création au Canada et au 3e rang en Amérique du Nord.

Stimuler la production et la distribution de musique au moyen du nouveau Fonds ontarien de promotion de la musique et appuyer l’industrie cinématographique pour veiller à ce que l’Ontario demeure un lieu de prédilection pour la production de films.

Retourner au graphique Raffermir les secteurs économiques de l’Ontario