Budget de l’Ontario 2015
Chapitre I : Mise en oeuvre du plan

Section A : Investir dans les talents et les compétences des gens

Le plus grand atout de l’Ontario, c’est sa population. Grâce à sa main-d’oeuvre hautement qualifiée, diversifiée et dotée d’une grande faculté d’adaptation, la province a clairement un avantage concurrentiel. C’est surtout pour cette raison que, malgré les défis mondiaux et l’incertitude des marchés, l’Ontario continue de créer des emplois.

La province est dotée d’un système d’éducation et de formation de calibre mondial qu’elle s’emploie continuellement à améliorer. En investissant dans les gens aujourd’hui et en accordant à la population ontarienne le soutien dont elle a besoin pour développer les compétences qui lui permettront de décrocher de bons emplois, la province jette les bases de l’économie vigoureuse de demain. C’est sur ce principe que repose le premier pilier du plan économique à quatre volets que le gouvernement a énoncé dans le budget de 2014 et qui comporte un plan directeur visant l’excellence dans l’éducation, de la petite enfance à l’âge adulte. En voici les éléments clés :

  • continuer de moderniser et de renforcer le système de garde d’enfants de l’Ontario;
  • entièrement mettre en oeuvre la maternelle et le jardin d’enfants à temps plein;
  • mettre en oeuvre Atteindre l’excellence, une nouvelle vision de l’éducation afin de préparer les apprenants à évoluer dans un contexte mondialisé, axé sur la technologie et en rapide transformation;
  • faire progresser l’éducation postsecondaire et la formation en appuyant les programmes d’enseignement qui encouragent l’innovation, l’entrepreneuriat et la créativité chez les diplômés;
  • renouveler la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes.

Le gouvernement continue à mettre en oeuvre son plan, notamment par les mesures suivantes :

  • dépôt et mise en oeuvre de la Loi de 2014 sur la modernisation des services de garde d’enfants, qui renforcera la surveillance des services de garde d’enfants dans la province;
  • achèvement de la mise en oeuvre de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein à la grandeur de la province;
  • mise en oeuvre de l’initiative Atteindre l’excellence et des réalisations suivantes :
    • lancement de plus de 40 projets d’apprentissage par l’expérience en Ontario;
    • établissement du certificat Majeure Haute Spécialisation en innovation, créativité et entrepreneuriat dans tous les conseils scolaires de la province;
    • mise en oeuvre d’un plan d’action pour les mathématiques visant à améliorer les résultats en mathématiques;
  • conclusion d’ententes de mandat stratégiques avec les 45 collèges et universités financés par les deniers publics pour veiller à ce que les établissements d’enseignement postsecondaire mettent l’accent sur leurs atouts particuliers afin d’éviter les chevauchements inutiles;
  • soutien accordé à plus de 29 000 jeunes pour les aider à trouver un emploi, à acquérir des compétences et de l’expérience de travail grâce au Fonds d’aide à l’emploi pour les jeunes, qui s’inscrit dans la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes.

Le plan de l’Ontario mise sur les investissements successifs effectués dans les secteurs de l’éducation et de la formation au cours des 12 dernières années :

  • 84 % des élèves ont obtenu leur diplôme d’études secondaires en 2014, comparativement à 68 % en 2004;
  • 66 % des adultes ontariens avaient un diplôme d’études postsecondaires en 2013, comparativement à 56 % en 2002, et ce taux est plus élevé que dans n’importe quel pays membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE);
  • 84 % des diplômés collégiaux de 2010-2011 et 87 % des diplômés universitaires de 2011 sur le marché du travail avaient trouvé un emploi dans les six mois suivant l’obtention de leur diplôme.

Malgré ces réussites, nous devons poursuivre nos efforts afin de donner à la population de l’Ontario les moyens de soutenir la concurrence féroce au sein d’une économie mondiale qui évolue rapidement. C’est pour cette raison que le gouvernement prend de nouvelles mesures, notamment les suivantes :

  • renouvellement de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes en investissant 250 millions de dollars supplémentaires sur deux ans dans un ensemble de programmes dont bénéficieront jusqu’à 150 000 clients et qui mettront l’accent sur l’acquisition de compétences, les liens avec le marché du travail, l’entrepreneuriat et l’innovation;
  • modernisation du Régime d’aide financière aux étudiants de l’Ontario afin de renforcer l’aide financière accordée aux étudiants;
  • mise en oeuvre du projet pilote Expérience Ontario, qui aidera les nouveaux diplômés de l’école secondaire à s’adonner à leurs passions et à choisir un cheminement postsecondaire.

Le gouvernement s’est engagé à améliorer l’éducation et la formation, ce qui contribuera à doter l’Ontario de la meilleure main-d’oeuvre qui soit et à attirer les meilleurs emplois, avec pour effet de renforcer l’économie et d’améliorer la qualité de vie.

Accompagner chaque enfant, appuyer chaque élève

Le système d’éducation de l’Ontario est reconnu comme l’un des meilleurs au monde et le gouvernement s’engage à l’améliorer davantage. Dans le cadre de la mise en oeuvre de l’initiative Atteindre l’excellence  Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario, la province continuera à progresser vers la mise en place d’un système de plus en plus réceptif et accessible, et de meilleure qualité.

Faisant fond sur les réussites des 10 dernières années, la vision de l’Ontario se concentre sur l’atteinte de résultats concrets tant pour les élèves que pour le corps enseignant, et ce, par l’entremise des quatre grands objectifs suivants :

  • Atteindre l’excellence;
  • Assurer l’équité;
  • Promouvoir le mieux-être;
  • Accroître la confiance vis-à-vis du système d’éducation financé par les deniers publics.

Le plan de la province met, entre autres, l’accent sur les méthodes d’enseignement et d’acquisition des compétences pour le XXIe siècle, sur la modernisation de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants ainsi que sur l’amélioration des résultats en mathématiques.

Au cours du dernier exercice, le gouvernement a fait de considérables progrès dans la mise en oeuvre de sa vision en matière d’éducation et a obtenu, notamment, les résultats suivants :

La formation en innovation, en créativité et en entrepreneuriat dans le cadre du programme Majeure Haute Spécialisation (MHS) a été dispensée à 2 000 élèves en 2014‑2015. Le nouveau volet du programme est un partenariat entre le gouvernement et la Rotman School of Management de l’Université de Toronto. Le gouvernement investit 1 million de dollars de plus en 2015-2016 pour appuyer l’expansion du volet ICE du programme MHS.

  • Plus de 40 projets pilotes d’apprentissage par l’expérience ont été lancés à travers l’Ontario en 2014-2015 afin d’étudier de nouveaux moyens de fournir des possibilités d’apprentissage pratique novatrices et axées sur les besoins des élèves et de la collectivité.
  • La formation en innovation, en créativité et en entrepreneuriat (ICE) dans le cadre du programme Majeure Haute Spécialisation (MHS) a été lancée dans chaque conseil scolaire en 2014-2015. Ce programme regroupe huit à dix cours qui permettent aux élèves de se concentrer sur un secteur économique précis tout en suivant les cours nécessaires à l’obtention du diplôme d’études secondaires. Les participants acquièrent les compétences requises pour le XXIe siècle en matière d’ICE afin de créer les emplois de demain.
  • Le Plan d’action pour les mathématiques, qui vise surtout à donner plus d’occasions au corps enseignant et aux directions d’école de se perfectionner en mathématiques, a été mis en oeuvre.
  • Trente-et-un programmes pilotes ont été mis en oeuvre en 2014‑2015 afin d’élaborer des stratégies innovantes visant à améliorer les résultats scolaires des élèves pris en charge par les sociétés d’aide à l’enfance.

Soutenir la technologie et l’innovation en classe

Au cours de la première année du Fonds pour la technologie et l’apprentissage, le gouvernement a investi 40 millions de dollars pour soutenir la technologie et la pédagogie dans les classes de l’avenir. Voici quelques-uns des résultats positifs obtenus jusqu’à maintenant :

  • Les élèves de 4e année de localités éloignées faisant partie du Keewatin-Patricia District School Board utilisent Skype lors de leurs cours en études sociales pour communiquer avec des élèves d’autres pays, ce qui leur permet d’étoffer leurs connaissances en géographie et sur diverses collectivités.
  • Dans le cadre du programme Futures Forum du Waterloo Region District School Board, les élèves du secondaire ont créé un blogue où ils discutent d’enjeux concrets et étudient des livres avec 12 enseignantes et enseignants de la région. Des forums de discussion en ligne leur permettent de collaborer avec d’autres élèves et d’apprendre les uns des autres.

Moderniser la garde et l’apprentissage des jeunes enfants

Des services de garde d’enfants sécuritaires, attentifs et accessibles, intégrés aux programmes d’apprentissage de la petite enfance, contribuent au développement sain des enfants et à leur assurer un meilleur avenir.

Au fil des ans, le système de garde d’enfants de l’Ontario n’a guère connu de changements fondamentaux. Le gouvernement est déterminé à moderniser et à ériger un système de garde d’enfants et de services à la petite enfance dont les programmes et les soutiens destinés aux enfants de moins de 12 ans seront améliorés grâce aux mesures suivantes :
  • Moderniser le cadre législatif et réglementaire pour la garde des enfants.
  • Accroître la transparence par la mise en place d’une nouvelle formule de financement visant les services de garde d’enfants.
  • Améliorer la qualité et l’uniformité des services de garde d’enfants et des programmes de la petite enfance pour témoigner de l’importance accordée à l’épanouissement et au bien-être des enfants dans un milieu sain et sécuritaire.
  • Offrir la maternelle et le jardin d’enfants à temps plein à tous les enfants de quatre ans et de cinq ans en Ontario. Le déploiement graduel de cette initiative s’est achevé en septembre 2014.
  • Faire en sorte que les programmes scolaires avant et après les heures d’école soient offerts aux jeunes de six à douze ans lorsque la demande le justifie.

Cadre législatif

En instaurant la Loi de 2014 sur la modernisation des services de garde d’enfants, qui est entrée en vigueur en décembre 2014, le gouvernement a inauguré des réformes visant à renforcer la surveillance du secteur des services non agréés de garde d’enfants, tout en donnant aux familles plus de choix en matière de services agréés de garde d’enfants. Par ailleurs, la Loi permettra à la province de mettre immédiatement fin aux activités d’un fournisseur de services de garde d’enfants lorsque la sécurité des enfants est menacée.

Ce que disent les gens à propos de la Loi de 2014 sur la modernisation des services de garde d’enfants (projet de loi 10)

« Le projet de loi 10 est une déclaration énonçant que les enfants de notre province sont précieux et que notre gouvernement est soucieux de leur bien-être. La protection de nos plus jeunes citoyens se fait attendre depuis trop longtemps et doit constituer la base sur laquelle nous érigeons notre système d’éducation et de services de garde. Le projet de loi 10 nous donne cette base. »

Sheila Olan-MacLean, présidente de la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance.

Le registre en ligne des violations par les services de garde non titulaires d’un permis se trouve à l’adresse https://www.earlyyears.edu.gov.on.ca/
UnlicencedCCRegistryWeb/public/
disclaimer.xhtml?commonTask=Y.

Ce texte législatif s’appuie sur les mesures que l’Ontario a déjà prises pour renforcer la surveillance du secteur des services non agréés de garde d’enfants. Il est prévu, entre autres, de constituer une équipe spécialement chargée d’enquêter sur les plaintes portées contre des services de garde non titulaires d’un permis, en plus de créer un registre interrogeable — accompagné d’un numéro d’appel sans frais — des infractions commises par les services de garde non titulaires d’un permis.

Investir dans les résultats

Depuis 2004, le gouvernement a doublé le crédit accordé aux services de garde d’enfants, qui s’élève à plus de 1 milliard de dollars par année. On estime que, en 2013-2014, 447 472 enfants ont bénéficié des investissements de l’Ontario dans le secteur de la garde d’enfants. En 2015, la province prévoit une enveloppe supplémentaire de 44,5 millions de dollars pour la garde d’enfants, sur la base de la formule de financement, ce qui contribuera à stabiliser les frais, à améliorer la fiabilité des services et à mieux répondre aux besoins des exploitants de garderies et des parents – protégeant ainsi les gains acquis à la suite d’investissements annoncés précédemment.

On entend par carrefour communautaire une école, un centre de voisinage ou un autre lieu public offrant des services coordonnés comme des services d’éducation, des soins de santé et des services sociaux.

Dans le cadre de l’engagement pris par la province d’augmenter le nombre de places dans les garderies, l’Ontario investit 120 millions de dollars sur trois ans en fonds d’immobilisations pour créer des milliers de places de garderie supplémentaires dans les écoles. Grâce à cet investissement, l’Ontario a fait un grand pas en avant pour la mise en oeuvre d’un système harmonisé et intégré de la petite enfance en Ontario. Par ailleurs, cette enveloppe constitue une importante composante de l’engagement du gouvernement à l’égard des carrefours communautaires. Pour de plus amples renseignements sur les carrefours communautaires, voir la section F du chapitre I, Une société juste.

Les investissements de l’Ontario continuent à améliorer l’accès aux garderies

  • Depuis 2003, le nombre de places dans les garderies titulaires d’un permis a augmenté de 70 % pour passer à 317 868, créant ainsi un service fiable et sécuritaire pour 130 000 enfants supplémentaires.
  • En janvier 2015, l’Ontario a augmenté de 1 $ le salaire horaire des travailleurs admissibles du secteur des services agréés de garde d’enfants. Une autre hausse salariale est prévue pour l’an prochain. Grâce à cet investissement, il sera plus facile pour les employeurs de recruter et de retenir des éducateurs hautement qualifiés et doués.

La maternelle et le jardin d’enfants à temps plein

Dotés d’un financement de plus de 1,5 milliard de dollars, la maternelle et le jardin d’enfants à temps plein représentent l’un des plus gros investissements que l’Ontario ait effectués depuis une génération. Le programme appuie plus de 260 000 enfants dans quelque 3 600 écoles à travers la province, permettant aux familles d’épargner jusqu’à 6 500 $ par an et par enfant en frais de garderie. Les avantages du programme comprennent l’amélioration des compétences sociales, l’acquisition du langage, le développement cognitif, les habiletés de communication et les connaissances générales. En général, les élèves de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein sont mieux préparés à entrer en 1re année et à réussir à l’école, comparativement aux élèves des programmes de demi-journée1.

« […] les premières expériences des enfants ont une influence profonde et durable sur leur développement et sur le type d’apprenant qu’ils vont devenir. »

Méta-analyse de l’évaluation du programme de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein pendant les deux premières années de sa mise en oeuvre, octobre 2013.

Bâtir une main-d’oeuvre compétitive

Les élèves de l’Ontario sont au coeur de l’avenir économique de la province. Le gouvernement bâtit un système d’éducation qui est innovant et sensible aux demandes du marché du travail, et qui forme des diplômés prêts à assumer les emplois d’aujourd’hui et les débouchés de demain. La province construit aussi un réseau moderne et cohérent de services d’emploi et de formation qui aide les gens à trouver un emploi et les employeurs à trouver des travailleurs.

Expérience Ontario

Le gouvernement investit 20 millions de dollars pour lancer l’initiative Expérience Ontario. Ce nouveau programme pilote aidera les diplômés du secondaire à mieux définir leurs objectifs d’avenir, à choisir l’éducation postsecondaire la plus indiquée et à réussir les cours auxquels ils se sont inscrits.

Fournir un système d’éducation postsecondaire accessible, viable et de qualité

De plus en plus, les collèges et les universités de l’Ontario préparent les étudiants à saisir les débouchés professionnels qui s’offrent à eux. Les recherches laissent entendre que, sur 10 nouveaux emplois, sept seront comblés par une personne ayant fait des études ou acquis une formation au palier postsecondaire.

En 2013, 66 % des adultes de l’Ontario possédaient un titre de compétences du palier postsecondaire, comparativement à 56 % en 2002. Ce taux est le plus élevé parmi les pays de l’OCDE.

Prenant appui sur l’un des meilleurs systèmes publics d’éducation élémentaire et secondaire au monde, l’Ontario est fier de posséder un système exceptionnel d’éducation postsecondaire. Parmi les pays de l’OCDE, l’Ontario affiche le taux de diplomation postsecondaire le plus élevé. Déjà l’Ontario est un chef de file mondial pour sa main-d’oeuvre très scolarisée et compétitive à l’échelle internationale. Mais il reste encore beaucoup à faire.

À titre de gestionnaire du système, le gouvernement continue à investir afin de créer un système accessible, abordable et axé sur les étudiants – qui appuie les diplômés innovateurs, créatifs et possédant un esprit d’entreprise. Afin d’atteindre cet objectif, la province continue à transformer l’éducation postsecondaire à partir des meilleures données probantes, en investissant dans les domaines qui ont fait leurs preuves et en mettant l’accent sur les résultats.

Le gouvernement a majoré le financement accordé à l’éducation postsecondaire de 83 % depuis 2002-2003, ce qui a eu pour résultat d’attirer un nombre record d’effectifs dans les cours du palier postsecondaire. Depuis 2002-2003, 170 000 étudiants de plus se sont inscrits à des collèges et des universités, et le nombre d’étudiants qui obtiennent leur diplôme augmente chaque année. Cette mesure permet à l’Ontario d’atteindre, voire de dépasser, son objectif qui consiste à afficher un taux d’accession de 70 % d’ici 2020.

Dans le cadre de la transformation du système d’éducation postsecondaire, l’Ontario aide les 45 collèges et universités financés par les deniers publics à miser sur leurs forces et à se concentrer sur leurs domaines de spécialisation pour offrir aux étudiants la meilleure expérience didactique possible. Les ententes de mandat stratégiques qui sont maintenant en place aident les établissements à orienter leur croissance future et à limiter, voire à éviter, leur expansion dans les domaines d’études où il existe déjà des programmes bien établis.

« Différenciation », dans le contexte de l’enseignement postsecondaire, signifie mettre l’accent sur les atouts de l’établissement tout en préservant et en améliorant la qualité de l’enseignement pour les étudiants dans les limites d’une structure viable de coûts. Grâce à la différenciation, il est fait une utilisation plus rationnelle des ressources publiques et institutionnelles afin d’augmenter le rendement général du système et d’aider l’Ontario à demeurer concurrentiel à l’échelle internationale.

Par ailleurs, grâce aux ententes de mandat stratégiques, les étudiants continuent à acquérir de l’expérience pratique grâce à des programmes d’éducation coopérative et de recherche appliquée. Cette démarche aide les étudiants à créer une entreprise ou trouver un travail hautement spécialisé qui profitera à l’économie ontarienne.

Dans un souci de qualité et de viabilité, l’Ontario réformera le modèle de financement du système d’éducation postsecondaire, en commençant par le secteur universitaire. Au printemps, la province entamera avec le secteur un dialogue ouvert, officiel et transparent qui contribuera à forger un nouveau modèle. Le gouvernement travaillera avec les établissements d’enseignement postsecondaire afin de trouver les moyens d’optimiser les investissements en fonction des résultats escomptés et de faire en sorte que les contribuables ontariens en aient réellement pour leur argent. Le nouveau modèle de financement appuiera, entre autres, la différenciation accrue dans le secteur universitaire.

Donner aux élèves les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour obtenir les emplois qu’ils veulent

Le Collège George Brown se concentre sur ses points forts, soit ses connaissances en recherche appliquée qui améliorent l’apprentissage des étudiants et soutiennent l’innovation industrielle. Il comprend plusieurs centres de recherche appliquée, notamment les suivants :

  • le Green Building Centre;
  • le Health Technology, Entrepreneurship and Commercialization Hub (HealthTech);
  • le Food Innovation and Research Studio (FIRSt);
  • le Centre for Arts and Design, un incubateur dans le domaine des médias numériques et des jeux.

De plus, le gouvernement est en voie de réaliser son engagement à étoffer les possibilités d’apprentissage en ligne. Apprentissage en ligne Ontario offre aux étudiants la souplesse de recevoir un enseignement de calibre mondial là et quand cela leur convient le mieux. En 2014, Apprentissage en ligne Ontario a été établi à titre de centre d’excellence en apprentissage par des méthodes technologiques, avec pour mission d’offrir aux étudiants de toute la province un guichet unique donnant accès à des cours en ligne et transférables. Le gouvernement a investi 22,3 millions de dollars au cours des deux dernières années dans l’élaboration ou la refonte de 280 cours en ligne de haute qualité et de 56 programmes d’études, de soutien aux apprenants et de modules de reconnaissance de crédits dispensés via Internet. Les collèges et les universités de l’Ontario subventionnés par les deniers publics y étant tous des adhérents, Apprentissage en ligne Ontario commencera son offre de cours ultramodernes en ligne dès l’année universitaire 2015-2016.

« Tout au long de son histoire, l’Université de Waterloo a été un chef de file en matière d’enseignement en ligne et, grâce à Apprentissage en ligne Ontario, nous sommes heureux de pouvoir faire partie de cette initiative qui profitera à la population étudiante des quatre coins de l’Ontario. »

Feridun Hamdullahpur, président et recteur, Université de Waterloo.

La province continue également à améliorer le système de transfert de crédits pour que les étudiants n’aient pas à reprendre certains cours donnés quand ils passent d’un établissement postsecondaire à un autre. Avant d’arriver dans le nouvel établissement, les étudiants connaîtront le nombre de crédits ayant fait l’objet d’une reconnaissance.

Par « parcours de transfert », on entend un cheminement pour passer d’un programme ou établissement à un autre qui établit clairement les conditions d’admissibilité et les crédits acceptables.

En partenariat avec les collèges, les universités et le Conseil ontarien pour l’articulation et le transfert (CATON), l’Ontario a créé pour les étudiants près de 800 000 possibilités de transfert, et ce, au sein de plus de 750 parcours, soit plus du double de ce qui était offert en 2011.

Le site Web bilingue sur les transferts de crédits, ONTransfer.ca, est destiné à rendre plus accessible au public l’information sur les possibilités de transfert et sur les mécanismes de transfert entre établissements postsecondaires. Forts de cette information, les étudiants de l’Ontario auront plus de facilité à s’y retrouver dans le système d’éducation postsecondaire, à obtenir plus rapidement les attestations d’études voulues et à intégrer ou réintégrer le marché du travail dans de meilleurs délais.

Moderniser l’aide financière aux étudiants

L’Ontario aide les étudiants à assumer le coût de leurs études postsecondaires de sorte que chaque Ontarienne ou Ontarien admissible qui souhaite faire des études dans un collège ou une université soit en mesure de réaliser cet objectif.

L’Ontario a rendu l’éducation postsecondaire plus abordable

  • En accordant plus de 1,3 milliard de dollars en bourses et prêts en 2013-2014 — 70 % de cette aide sous forme de bourses que les étudiants n’ont pas à rembourser.
  • En aidant presque 230 000 étudiants des collèges et universités en 2013-2014 à épargner jusqu’à 1 780 $ en frais de scolarité grâce au programme de réduction de 30 % des frais de scolarité.
  • En mettant en place un cadre pluriannuel pour les frais de scolarité qui limite la hausse des frais de scolarité à 3 % en moyenne par année.

Le gouvernement accorde aussi un soutien accru aux étudiants et modernise le Régime d’aide financière aux étudiants de l’Ontario (RAFEO) en prenant les mesures suivantes :

L’Ontario est la première province à indexer à l’inflation le niveau maximum d’aide accordée aux étudiants.

  • Indexer à l’inflation le niveau maximum d’aide aux étudiants de l’Ontario annuellement, à partir de l’année universitaire 2015-2016;
  • Lancer le Programme de régularisation des prêts ontariens d’études, une nouvelle initiative qui donnera l’occasion aux emprunteurs, qui n’ont pas remboursé la fraction ontarienne de leur prêt d’études, de régulariser à nouveau leur prêt en versant des paiements partiels échelonnés;
  • Indexer à l’inflation le plafond de la dette — le niveau à partir duquel le remboursement d’un prêt fait l’objet d’une dispense — assurant ainsi que le RAFEO demeure viable à long terme. La dette remboursable demeure fixée à 60 % du montant maximum d’aide financière offerte aux étudiants;
  • Dispenser les étudiants de l’obligation de déclarer leur véhicule à titre d’élément d’actif pour les besoins de l’évaluation du RAFEO et harmoniser cette exigence avec les modifications prévues en 2014-2015 pour ce qui est du traitement fédéral des véhicules;
  • Rationaliser et simplifier l’administration des prêts aux étudiants en finançant directement ces prêts par l’entremise du ministère de la Formation et des Collèges et Universités, et en proposant de mettre fin à la Fiducie pour les prêts aux étudiantes et étudiants de l’Ontario. Les démarches à suivre pour les demandes de prêts demeureront inchangées.

Renforcer l’aide financière accordée aux étudiants

  • Dès l’année universitaire 2015-2016, le plafond des prêts aux étudiants de l’Ontario passe à 155 $ par semaine pour les étudiants célibataires et à 355 $ par semaine pour les étudiants qui sont mariés ou qui ont des enfants à charge;
  • En haussant la limite des prêts aux étudiants en fonction du taux d’inflation chaque année, l’étudiant qui entame des études universitaires de quatre ans en 2014-2015 est admissible à environ 1 000 $ de plus en aide financière sur ses quatre années d’études;
  • Plafonnement de l’endettement des étudiants à 7 400 $ maximum par année d’études à deux semestres pour l’année universitaire 2015-2016.

Améliorer le jumelage emploi-travailleur qualifié

Les travailleurs, employeurs et fournisseurs de services de formation ontariens travaillent mieux s’ils travaillent de concert. Une fois qu’ils ont suivi les bons cours et acquis les bonnes compétences, il s’agit pour les Ontariennes et Ontariens de trouver le bon emploi. Les employeurs, eux aussi, ont besoin du bon personnel pour s’agrandir, innover et saisir les nouvelles occasions.

La province investit plus de 1 milliard de dollars chaque année dans les programmes et services d’emploi et de formation qui, par l’entremise d’Emploi Ontario, desservent environ 1 million d’Ontariennes et d’Ontariens. Ces programmes :

  • donnent aux Ontariennes et aux Ontariens accès aux mesures de soutien dont ils ont besoin pour réussir sur le marché de l’emploi d’aujourd’hui;
  • fournissent la formation professionnelle pertinente;
  • assurent la prestation de services d’emploi et de planification aux demandeurs d’emploi et aux employeurs.

L’Ontario entreprend l’intégration des services d’emploi et des programmes de formation à l’échelle de tout le gouvernement. Cette mesure améliorera l’accès, et les chercheurs d’emploi comme les employeurs se verront offrir des services éprouvés, coordonnés et ciblés qui répondent à leurs besoins. Le gouvernement continue à solliciter la participation des intervenants pour la conception, l’élaboration et la mise en oeuvre de nouvelles initiatives.

Intégration des services d’emploi et de formation

Le gouvernement entreprend des consultations au sujet de la conception et de la mise en oeuvre de cinq domaines prioritaires :

  • Programmes d’emploi pour les jeunes
  • Cadre d’évaluation commun pour les besoins liés à l’emploi
  • Services préalables à l’emploi
  • Soutien à l’emploi pour les personnes handicapées
  • Projets pilotes de conseils locaux de planification en matière d’emplois pour répondre aux besoins et aux points forts du marché du travail local

Subvention Canada-Ontario pour l’emploi

Le gouvernement s’étant engagé à créer davantage de possibilités de formation en cours d’emploi, l’Ontario concentre dorénavant ses efforts sur des programmes et des services qui répondent mieux aux besoins des employeurs.

L’Entente Canada-Ontario sur le Fonds pour l’emploi, conclue en mars 2014 entre les gouvernements de l’Ontario et du Canada, est une source de financement pour les initiatives de formation axées sur les employeurs, comme la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi.

En assumant les deux tiers de l’ensemble des coûts de formation admissibles jusqu’à concurrence de 10 000 $ – une plus grande souplesse étant accordée aux petits employeurs –, la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi offre aux employeurs l’occasion d’investir dans leur main-d’oeuvre. Le nouveau programme a commencé à accepter les demandes des employeurs en septembre 2014.

Dans le cadre de la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi, la province a aussi mis sur pied deux projets pilotes de formation dirigés par les employeurs. Ces projets pilotes examineront les nouvelles façons de travailler avec les employeurs afin qu’ils puissent fournir une formation souple et de courte durée :

  • Projet pilote de formation personnalisée pour aider à élaborer et assurer la prestation d’une formation spécifique à l’entreprise qui répond aux besoins en matière de perfectionnement de la main-d’oeuvre des employeurs;
  • Volet Perfectionnement professionnel sur mesure, afin de soutenir la formation technique, essentielle dans des secteurs précis, pour les travailleurs potentiellement vulnérables qui ont des emplois peu ou moyennement spécialisés.

La Subvention Canada-Ontario pour l’emploi appuie les personnes qui participent activement au marché du travail. Toutefois, l’acquisition de compétences par les chercheurs d’emploi les plus vulnérables est gravement sous-financée. La collaboration du gouvernement fédéral en matière de formation professionnelle est insuffisante, un nombre trop important de chômeurs ontariens étant inadmissibles aux programmes de formation visés par les ententes sur le marché du travail Canada-Ontario. Pour de plus amples renseignements, voir le chapitre III, Leadership national : un Ontario fort, un Canada fort.

Renouveler la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes

En Ontario, les jeunes ont à relever des défis particuliers pour trouver un emploi permanent et gratifiant. Le taux élevé de chômage a des conséquences économiques pour la province dès maintenant, comme la perte de revenus et la hausse des coûts des services, mais surtout, cette situation peut avoir des effets négatifs à long terme comme la diminution des salaires et le risque accru que les gens se retrouvent au chômage à l’avenir. La province a fait des progrès dans la lutte contre le chômage des jeunes, qui est passé d’un sommet de 18,6 % à son taux actuel de 14,9 %; cependant, le nombre de jeunes sans travail demeure encore trop élevé. C’est pourquoi la province renouvelle la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes. Le gouvernement prend des mesures afin que chaque personne en Ontario puisse trouver les possibilités d’emploi qui correspondent le mieux à ses compétences et intérêts.

La lutte contre le chômage des jeunes en Ontario était au coeur des budgets de 2013 et de 2014. Depuis le lancement de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes, dotée de 295 millions de dollars, le gouvernement a fait de considérables progrès à l’égard de l’emploi des jeunes à travers la province.

Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes – Exemples de réussites

  • Après avoir terminé la première année d’un programme d’études menant à l’obtention d’un diplôme collégial en décoration intérieure, Jenny a rencontré un fournisseur de services du programme Emploi Ontario à St. Thomas pour trouver un emploi dans son domaine. Grâce au Fonds d’aide à l’emploi pour les jeunes, elle a obtenu un emploi dans un magasin de décoration intérieure, où elle a bénéficié d’un programme de mentorat en service à la clientèle, en affaires, en décoration et en design. En dirigeant la gestion du magasin en ligne, elle a pu développer ses compétences. De plus, le soutien que lui accorde son employeur grâce à la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi lui permet de poursuivre ses études à temps partiel en vue d’obtenir son diplôme.
  • Yousif a terminé sa 12e année et travaille à temps partiel dans le secteur de la vente au détail. Il a rencontré un fournisseur de services du programme Emploi Ontario à Windsor pour trouver un emploi à temps plein. Son attitude positive et le soutien offert dans le cadre du Fonds d’aide à l’emploi pour les jeunes l’ont aidé à trouver un emploi au sein d’une entreprise de maçonnerie, où il taille et installe des pièces en granit et des finitions en pierre. Depuis la fin de son stage dans le cadre du programme, il continue à travailler pour l’entreprise.

Cependant, le taux global de chômage des jeunes demeure à un niveau inacceptable. C’est pourquoi le gouvernement renouvelle la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes, en investissant sur deux ans un montant supplémentaire de 250 millions de dollars, ce qui porte l’investissement total dans les programmes d’emploi pour les jeunes à plus de 565 millions de dollars.

Misant sur les réalisations concrètes à ce jour, cette stratégie renouvelée permet d’améliorer une gamme complète de programmes et de services adaptés aux besoins particuliers des jeunes, y compris les jeunes vulnérables, les jeunes autochtones, les nouveaux arrivants et les jeunes personnes handicapées. Élargie, la Stratégie desservira jusqu’à 150 000 clients et mettra l’accent sur le perfectionnement des compétences, les liens avec le marché du travail, l’entrepreneuriat et l’innovation.

Perfectionnement des compétences

L’Ontario est doté d’un système d’éducation de calibre mondial. Cependant, nombre de jeunes ne possèdent toujours pas les compétences particulières qu’il faut pour avancer sur le marché du travail concurrentiel d’aujourd’hui. En effectuant des investissements ciblés, le gouvernement contribue à perfectionner les compétences des jeunes de l’Ontario. Voici des exemples :

Les instituts autochtones offrent un large éventail de programmes d’enseignement postsecondaire agréés en collaboration avec les collèges et les universités. De plus, ils élaborent des programmes d’études qui répondent aux besoins actuels et futurs des communautés autochtones en matière de ressources humaines.

  • Créer le Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes, une initiative de soutien intensif ciblant les jeunes qui se heurtent à de multiples obstacles pour trouver un emploi.
  • Accorder un financement supplémentaire de 5 millions de dollars dans le cadre du Financement de l’éducation postsecondaire pour les apprenants autochtones (FEPAA) pour veiller à ce que les études et la formation postsecondaires demeurent accessibles aux jeunes autochtones grâce aux neuf instituts autochtones de la province.
  • Soutenir la création du Mechatronics Simulation and Demonstration Centre au Collège Seneca par un investissement de 651 000 $. En partenariat avec Siemens Canada, le Centre renforcera les capacités et l’expertise du secteur manufacturier de l’Ontario, et appuiera la modernisation et le renouvellement d’industries comme celles de la construction automobile, des plastiques et des techniques du bâtiment à la grandeur de la province.

Liens avec le marché du travail

Le gouvernement reconnaît qu’à travers la province les entreprises recherchent des candidats talentueux qui les aideront à se développer et à prospérer. C’est pourquoi la province ne ménage aucun effort pour trouver un meilleur équilibre entre les compétences que les jeunes offrent et les compétences dont les employeurs ont besoin. Ainsi, les jeunes de l’Ontario pourront accéder aux carrières qui les intéressent et les entreprises recevront l’aide dont elles ont besoin pour recruter des candidats talentueux.

  • Programme d’orientation en matière d’emploi pour les jeunes : accès aux ressources et aux renseignements pour la recherche d’un emploi, offert aux étudiants et jeunes qui ne se heurtent pas à d’importants obstacles pour trouver un emploi, afin de les aider dans leur transition vers le marché du travail; inclut les stages d’été.
  • Fonds de formation ciblée pour les jeunes : financement d’initiatives qui comblent l’écart entre les programmes de formation postsecondaires et les compétences exigées par le milieu des affaires d’aujourd’hui.

Entrepreneuriat

Les programmes offerts dans le cadre de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes partent du principe que l’économie de l’Ontario doit promouvoir une culture d’entreprises en démarrage afin de stimuler la créativité et la concurrence dans la nouvelle économie mondiale. Ces programmes ont des retombées mesurables en termes d’activité économique dans diverses régions de la province.

En soutenant davantage les initiatives porteuses, comme le programme Entreprise en démarrage et le programme Entreprise d’été, la province continuera à encourager la nouvelle génération d’entrepreneurs. Ces programmes fournissent des services de mentorat, une formation spécialisée, des activités d’approche personnalisées et du capital de démarrage aux jeunes Ontariennes et Ontariens qui veulent créer, agrandir ou acquérir une petite entreprise. Le gouvernement étoffe aussi ses investissements dans les domaines suivants :

  • Les accélérateurs de l’entrepreneuriat sur les campus, qui se multiplient et viennent élargir les programmes d’entrepreneuriat dispensés dans les universités et les collèges de la province. Les étudiants acquièrent les compétences et reçoivent les outils, les conseils et le soutien dont ils ont besoin pour créer une entreprise;
  • Le Programme des activités d’entrepreneuriat sur les campus, qui contribue à lancer des initiatives dans les universités et les collèges de la province où elles étaient inexistantes.

Ensemble, ces deux programmes encouragent la prochaine génération d’innovateurs en les jumelant aux occasions de formation et aux services régionaux de soutien aux entreprises. Ils donnent aux étudiants l’occasion de développer des idées pendant qu’ils font leurs études et de perfectionner leurs talents d’entrepreneurs. Implantés dans 42 des 45 établissements d’enseignement postsecondaire de l’Ontario financés par les deniers publics, les programmes ont contribué à la création de 1 749 entreprises.

Innovation

Partout, les entreprises sont à la recherche de territoires peuplés de travailleurs susceptibles de stimuler l’innovation et la productivité grâce à leurs connaissances et compétences. La Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes vise, entre autres, à aider l’Ontario à appuyer ces travailleurs, en commençant par les jeunes. À cet effet, la province prend un certain nombre d’initiatives de financement, dont voici des exemples :

  • Le programme AvantageTalent a prévu 328 stages pour des étudiants de deuxième et de troisième cycle. Ces stages sont essentiels pour stimuler la recherche-développement industrielle en lien avec le campus et la commercialisation des idées innovantes des jeunes chercheurs.
  • Le Programme d’accélération des affaires pour les jeunes (PAA pour les jeunes), qui a contribué à la création de 980 emplois, offre aux entreprises innovantes dirigées par des jeunes des services de mentorat, des fonds de démarrage et une formation en développement des entreprises. La société Thalmic Labs, récipiendaire des services du PAA pour les jeunes, a été créée par trois diplômés de la faculté d’ingénierie de l’Université de Waterloo. Ayant réussi à amasser des fonds de 14,5 millions de dollars, l’entreprise figure au palmarès « Hottest Global Startups » compilé par la revue Forbes.
  • Le programme AvantageTalent donne la possibilité aux étudiants du palier postsecondaire et aux boursiers de recherches postdoctorales de se perfectionner en recherche-développement industrielle et en commercialisation de projets, et d’améliorer leurs aptitudes à résoudre des problèmes techniques grâce à des collaborations entre universités et entreprises.
  • Le Programme d’accélération des affaires pour les jeunes fournit une formation, du mentorat et des renseignements commerciaux aux jeunes qui démarrent une entreprise dans le domaine de la technologie, afin de les aider à élaborer et mettre en place des modèles d’affaires, et à aborder des défis d’ordre commercial, comme le marketing, les ressources humaines, la distribution de produits ou services, et les conseils juridiques.

Appuyer les gens de métier de l’Ontario

Les métiers spécialisés constituent une activité professionnelle valorisante et bien rémunérée pour bon nombre d’Ontariennes et d’Ontariens tout en étant un facteur crucial de la prospérité de l’Ontario.

Le gouvernement a démontré son engagement ferme à l’égard du système d’apprentissage de l’Ontario en investissant approximativement 164,5 millions de dollars en 2014-2015, et en contribuant à la hausse importante des débouchés offerts depuis 2002. Toutefois, malgré ces investissements, les taux d’achèvement sont demeurés inchangés, c’est-à-dire que bon nombre d’apprentis décrochent avant d’avoir obtenu leur accréditation. Cette situation a un effet défavorable, surtout sur les revenus et la réussite future sur le marché du travail, puisque les apprentis qui obtiennent leur accréditation gagnent un salaire horaire plus élevé que ceux qui ne l’ont pas obtenue. C’est pour cette raison que l’Ontario continuera à accorder des soutiens aux employeurs, aux programmes d’apprentissage et aux établissements de formation afin de promouvoir l’accès aux programmes d’apprentissage et l’achèvement de ceux-ci, tout en revalorisant les métiers spécialisés en tant que choix de carrière au même titre que les autres formes d’études postsecondaires.

Les investissements de l’Ontario renforcent son système d’apprentissage

  • En 2014-2015, le gouvernement a investi environ 164,5 millions de dollars dans le système d’apprentissage de l’Ontario, y compris :
    • plus de 146,5 millions de dollars dans 17 programmes qui soutiennent tant les apprentis que les employeurs;
    • près de 16 millions de dollars pour les collèges et autres agents de prestation de programmes d’apprentissage pour qu’ils puissent mettre à niveau leurs immobilisations et acheter le matériel de pointe requis pour dispenser une formation technique aux apprentis;
    • 2 millions de dollars sous forme de prêts aux apprentis pour leur permettre d’acheter les outils et le matériel dont ils ont besoin pour entreprendre leur carrière.
  • De plus, le gouvernement aide les apprentis à achever leur programme et à obtenir un agrément en offrant :
    • des primes aux apprentis et aux employeurs lorsque la formation est terminée;
    • un soutien du revenu pour aider les apprentis à assumer les coûts de leurs études.
  • Grâce aux investissements du gouvernement et au soutien du système d’apprentissage, le nombre de nouvelles inscriptions annuelles aux programmes d’apprentissage est passé de 17 100 en 2002-2003 à plus de 28 000 en 2013-2014.

En outre, l’Ontario soutiendra le système d’apprentissage :

  • en investissant 13 millions de dollars supplémentaires sur deux ans dans les programmes de préapprentissage;
  • en versant 19 millions de dollars sur trois ans afin de hausser l’indemnité quotidienne pour l’apprentissage en classe;
  • en investissant 23 millions de dollars supplémentaires sur deux ans dans le Fonds pour l’amélioration des installations d’apprentissage.

Programmes de préapprentissage

Les programmes à l’intention des personnes susceptibles de devenir des gens de métier se sont avérés très efficaces, car ils encouragent ces personnes à suivre avec succès un programme d’apprentissage. C’est pour cette raison que le gouvernement investit 13 millions de dollars supplémentaires sur deux ans dans les programmes de préapprentissage qui aident les candidats éventuels à développer les compétences dont ils ont besoin pour trouver un emploi d’apprenti en leur offrant des séances de formation et des stages. Ce financement supplémentaire enrichira l’apprentissage de tous les étudiants, y compris ceux qui sont issus de groupes sous-représentés, comme les femmes et les Autochtones.

Majorer le fonds pour les indemnités quotidiennes visant les places de formation dans les classes

Une des mesures de soutien clés que l’Ontario a prévues pour les apprentis consiste en un financement de la formation dispensée en salle de classe par les collèges et les autres agents de prestation à travers la province. Le financement est calculé sur une base journalière et selon les exigences en matière de formation de chaque métier. Cependant, les niveaux de financement n’ont pas été rajustés depuis 2008-2009, ce qui a entraîné la baisse des ressources permettant de dispenser une formation de qualité aux étudiants.

Pour régler cette question, le gouvernement investit plus de 19 millions de dollars sur trois ans afin d’augmenter l’indemnité quotidienne, pour la faire passer à 61,36 $ en 2015-2016 et à 63,09 $ en 2016-2017 et ultérieurement. Grâce à cette augmentation, les apprentis continueront à recevoir une formation de la plus haute qualité, ce financement accru permettant de mettre à niveau du matériel et de créer pour les étudiants plus d’occasions de passer du temps au labo pendant les séances de formation dispensées dans leur établissement d’enseignement.

Fonds pour l’amélioration des installations d’apprentissage

Dans le cadre de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes, l’Ontario appuie les jeunes en investissant un montant supplémentaire de 23 millions de dollars sur deux ans dans le Fonds pour l’amélioration des installations d’apprentissage. Ce fonds aidera les collèges et les autres agents prestataires à assurer la formation d’un plus grand nombre de personnes et à dispenser des programmes d’apprentissage pertinents et de haute qualité puisqu’ils investiront dans du matériel, des technologies et des locaux pour répondre aux besoins de la main-d’oeuvre en évolution.

Ordre des métiers de l’Ontario

Les métiers jouent un rôle primordial dans le développement de l’infrastructure et la croissance économique de l’Ontario. En 2009, la province a créé l’Ordre des métiers de l’Ontario afin de réglementer et de promouvoir les métiers spécialisés. Puis, en octobre 2014, le gouvernement a investi Tony Dean de la mission d’examiner les questions ayant trait au champ d’exercice ainsi que les processus et critères associés à l’examen du classement d’un métier, afin de décider notamment si l’accréditation devrait être obligatoire ou facultative pour l’exercice d’un métier spécialisé, et de contribuer ainsi à la réussite de l’Ordre.

En janvier 2015, un guide de consultation a été diffusé et les parties prenantes, dont les apprentis, les gens de métier, les employeurs, les associations et les fournisseurs de formation, ont été invitées à présenter leurs observations par écrit. Pour l’heure, des consultations en personne sont en cours dans diverses régions de l’Ontario. Le rapport final sera présenté en octobre 2015 au gouvernement.

Aider les nouveaux arrivants à réussir leur intégration communautaire et professionnelle

Les immigrants injectent de nouvelles compétences dans l’économie de l’Ontario, érigent des entreprises qui emploient des Ontariennes et des Ontariens, et ouvrent des portes sur les marchés internationaux. L’Ontario demeure la destination de prédilection des nouveaux arrivants au Canada. Près de 40 % des personnes qui immigrent au Canada optent pour l’Ontario.

Le programme de formation relais de l’Ontario aide les nouveaux arrivants qui ont un métier spécialisé à obtenir leur permis ou un certificat d’agrément pour exercer leur métier, afin qu’ils puissent trouver un emploi en Ontario qui correspond à leurs compétences et leur expérience.

L’intégration réussie des immigrants à la population active est essentielle à la réussite économique de la province. C’est pourquoi l’Ontario continue à accorder son soutien à divers programmes d’établissement et d’intégration, notamment aux programmes de formation relais de l’Ontario, par des investissements de plus de 63 millions de dollars entre 2013-2014 et 2015-2016. À ce jour, les projets de formation relais de la province ont ciblé plus de 100 métiers et aidé près de 50 000 immigrants hautement qualifiés.

Un objectif clé de la Stratégie ontarienne en matière d’immigration consiste à aider les immigrants et leurs familles à s’établir et à réussir. L’Ontario a investi 17,8 millions de dollars au cours des deux dernières années dans le Programme d’aide à l’établissement des nouveaux arrivants, ayant aidé plus de 80 000 nouveaux arrivants chaque année à accéder aux services dont ils ont besoin pour s’établir en Ontario.

L’Ontario doit être bien placé pour jouer un rôle accru dans le choix des immigrants. En 2015, l’Ontario devrait recevoir 5 200 nominations dans le cadre de son Programme des candidats des provinces, comparativement à 2 500 l’année précédente.

En novembre 2014, le gouvernement a proposé de redéposer la Loi sur l’immigration en Ontario, un élément clé de sa Stratégie en matière d’immigration. Si elle était adoptée, la Loi aurait les conséquences suivantes :

  • Attribuer à l’Ontario un rôle de partenaire à part entière avec le gouvernement fédéral en matière d’immigration en conférant à la province un cadre pour élaborer, fournir et gérer un programme de sélection de plus grande envergure et plus complexe.
  • Prévoir un cadre réglementaire pour répondre aux responsabilités de l’Ontario à l’égard du système d’immigration et encourager la transparence, la responsabilité et l’uniformité des programmes de sélection de la province.
  • Doter le gouvernement des outils qui lui sont nécessaires pour préserver l’intégrité des programmes de sélection de l’Ontario et pour protéger les demandeurs potentiellement vulnérables contre le risque de fraude.

La Stratégie ontarienne en matière d’immigration présente un plan visant à améliorer le soutien et l’accueil accordé aux nouveaux arrivants dans les collectivités dynamiques partout en Ontario. Dans cet esprit, et à la demande de l’Université de Toronto, le gouvernement cherche à modifier la loi The University of Toronto Act, 1971, de sorte que pour siéger au conseil de l’université les membres n’aient plus obligatoirement besoin de posséder la citoyenneté canadienne. Cela éliminerait les obstacles à la participation au conseil de l’Université de Toronto, duquel, pour l’heure, sont exclus les étudiants étrangers, ainsi que les membres du corps professoral et du personnel qui n’ont pas la citoyenneté canadienne.

1 « Méta-analyse de l’évaluation du programme de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein pendant les deux premières années de sa mise en oeuvre », octobre 2013. Rapport éclairé par les sources suivantes : Final Report: Evaluation of the Implementation of the Ontario Full-Day Early Learning Kindergarten Program (automne 2012), The Social Program Evaluation Group – Université Queen’s; The Full Day Kindergarten Early Learning Program Final Report, The Offord Centre for Child Studies (octobre 2012) – Université McMaster; renseignements publiés par le ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Description des graphiques

Graphique 1.1 : Soutien pour Claude de la petite enfance à l’âge adulte

Le graphique montre les mesures de soutien que le gouvernement de l’Ontario fournit de la petite enfance à l’âge adulte.
Moins de 6 ans

  • Programmes d’apprentissage pour les jeunes enfants
  • Services de garde de qualité, y compris des subventions
  • Maternelle et jardin d’enfants à temps plein
  • Services dentaires : Beaux sourires Ontario et programme intégré pour les enfants et les jeunes provenant de familles à faible revenu
  • Prestation ontarienne pour enfants (jusqu’à 18 ans)
  • 22 vaccins payés par les deniers publics pour tous les âges

De 6 à 13 ans (enseignement élémentaire)

  • 90 % des classes du cycle primaire ont 20 élèves ou moins
  • Crédit d’impôt pour les activités des enfants (jusqu’à 16 ans)

De 13 à 18 ans (enseignement secondaire)

  • Options d’apprentissage pour favoriser la réussite des élèves, y compris de plus vastes programmes d’éducation coopérative
  • Majeures Haute Spécialisation
  • Cours à double reconnaissance de crédit et programmes d’apprentissage électronique
  • Expérience Ontario

De 18 à 24 ans (enseignement postsecondaire)

  • Subventions pour l’accès aux études, Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario et crédit d’impôt pour l’éducation coopérative
  • Apprentissage en ligne Ontario
  • Transfert de crédits, y compris le Conseil ontarien pour l’articulation et le transfert

De 15 à 29 ans

  • Renouvellement de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes
  • Services d’Emploi Ontario
  • Renforcement du système d’apprentissage

Retourner au graphique 1.1

Graphique 1.2 : Principales réalisations en éducation

Le graphique énumère les principales réalisations du système d’éducation ontarien.

  • Le programme de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein est maintenant offert dans quelque 3 600 écoles de l’Ontario pour tous les enfants de 4 et 5 ans.
  • 72 % des élèves de l’élémentaire ont atteint ou dépassé les normes provinciales en lecture, en écriture et en mathématiques en 2013-2014, comparativement à 54 % en 2002-2003.
  • 90 % des classes du cycle primaire ont 20 élèves ou moins.
  • Les élèves de 8e année de l’Ontario se sont classés au premier rang en lecture et au deuxième rang en sciences et en mathématiques au Canada selon les résultats d’une enquête nationale.
  • 21 400 élèves participent à un programme à double reconnaissance de crédit dont les cours comptent à la fois pour le diplôme d’études secondaires et pour un certificat d’apprentissage ou un certificat, diplôme ou grade postsecondaires.
  • 84 % des élèves ont obtenu leur diplôme d’études secondaires en 2014, comparativement à 68 % en 2004.

Retourner au graphique 1.2

Graphique 1.3 : Principales réalisations sur le plan de l’éducation postsecondaire

Le graphique énumère les principales réalisations du système d’éducation postsecondaire.

  • Augmentation de plus de 43 % du nombre d’étudiants inscrits dans des établissements postsecondaires, soit plus de 170 000, depuis 2002-2003.
  • Hausse de 60 % des inscriptions à des programmes universitaires de deuxième et troisième cycle entre 2002-2003 et 2013-2014.
  • Plus de 380 000 étudiants ont reçu de l’aide financière en 2013-2014, dont plus de 1,3 milliard de dollars en bourses et prêts, y compris la Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario.
  • 77 % des étudiants universitaires de premier cycle ont obtenu leur diplôme en 2012, une hausse par rapport au taux de 73 % en 2002.
  • 65 % des étudiants des collèges obtiennent un diplôme, une hausse par rapport au taux de 57 % en 2002-2003.
  • 87 % des diplômés universitaires de 2011 sur le marché du travail et 84 % des diplômés collégiaux de 2010-2011 avaient trouvé un emploi dans les six mois suivant l’obtention de leur diplôme.

Retourner au graphique 1.3

Graphique 1.4 : Davantage de subventions pour les étudiants

Le graphique énumère les principales réalisations sur le plan de l’emploi et de la formation en Ontario en 2013-2014.

  • Le réseau Emploi Ontario a aidé environ un million d’Ontariennes et d’Ontariens en 2013-2014, dont plus de 150 000 employeurs partout en Ontario, ce qui comprend :
  • plus de 28 000 Ontariennes et Ontariens inscrits à un programme d’apprentissage d’un métier spécialisé.
  • 10 500 Ontariennes et Ontariens ayant reçu une aide financière dans le cadre du programme Deuxième carrière.
  • plus de 43 000 apprenants ont bénéficié du Programme d’alphabétisation et de formation de base.
  • plus de 92 000 étudiants ayant trouvé un emploi d’été et ont reçu des services grâce au Service d’emplois d’été.
  • plus de 9 000 travailleurs mis à pied ont planifié leur retour au travail grâce aux Services de formation pour un réemploi rapide.

Retourner au graphique 1.4

Graphique 1.5 : Principales réalisations sur le plan de l’emploi et de la formation en 2013-2014

Le graphique énumère les principales réalisations sur le plan de l’emploi et de la formation en Ontario en 2013-2014.

  • Le réseau Emploi Ontario a aidé environ un million d’Ontariennes et d’Ontariens en 2013-2014, dont plus de 150 000 employeurs partout en Ontario, ce qui comprend :
  • plus de 28 000 Ontariennes et Ontariens inscrits à un programme d’apprentissage d’un métier spécialisé.
  • 10 500 Ontariennes et Ontariens ayant reçu une aide financière dans le cadre du programme Deuxième carrière.
  • plus de 43 000 apprenants ont bénéficié du Programme d’alphabétisation et de formation de base.
  • plus de 92 000 étudiants ayant trouvé un emploi d’été et ont reçu des services grâce au Service d’emplois d’été.
  • plus de 9 000 travailleurs mis à pied ont planifié leur retour au travail grâce aux Services de formation pour un réemploi rapide.

Retourner au graphique 1.5