Budget de l’Ontario 2015 :
Chapitre II : Perspectives économiques et plan financier de l’Ontario

Section A : Un cheminement raisonnable vers un budget équilibré

Malgré l’incertitude économique à l’échelle mondiale, l’économie diversifiée et résiliente de l’Ontario devrait poursuivre sa croissance à un bon rythme, grâce notamment à la compétitivité accrue du dollar canadien, à l’accélération de la croissance économique aux États-Unis et aux prix plus faibles du pétrole. Le milieu des affaires compétitif de l’Ontario continuera à attirer les investissements et à stimuler l’activité économique de la province.

Dans le cadre de sa politique budgétaire équilibrée, le gouvernement continuera à dispenser les programmes et les services publics cruciaux qui tiennent à coeur à la population de l’Ontario. Le gouvernement tient aussi à s’assurer que chaque denier public dépensé permet à la population de la province d’en avoir pour son argent.

Au cours des quatre dernières années, la province a eu recours à une approche sensée et responsable sur le plan financier pour contenir la croissance annuelle des dépenses de programmes à 1,5 % en moyenne, ce qui est inférieur au taux d’inflation de l’indice des prix à la consommation (IPC), sans pour autant réduire les services cruciaux. Grâce à une gestion financière prudente et à une approche rigoureuse visant à maîtriser l’augmentation des dépenses de programmes, le gouvernement ontarien était le gouvernement provincial dont les dépenses de programmes par habitant étaient les moins élevées en 2013-2014 et la situation devrait rester la même en 2014-2015.

Comme cela est décrit dans le budget de 2014, le gouvernement met en oeuvre son plan visant à équilibrer le budget d’ici 2017-2018, sur lequel repose la viabilité financière à long terme de programmes et de services clés. Le plan de l’Ontario visant à éliminer le déficit s’appuie sur les succès remportés antérieurement par la province. Pour chacun des exercices entre 2009-2010 et 2013-2014, le gouvernement a dépassé ses objectifs concernant le déficit établis à la suite de la récession mondiale de 2008-2009.

Grâce aux progrès réalisés jusqu’ici à l’aide de ce plan, le gouvernement prévoit, à l’heure actuelle, un déficit de 10,9 milliards de dollars en 2014-2015. Cela constitue une amélioration de 1,6 milliard de dollars par rapport aux prévisions du budget de 2014. Cet excellent résultat est attribuable aux efforts constants déployés pour gérer l’augmentation des dépenses. Ainsi, les dépenses de programmes prévues représentent 16,5 % du produit intérieur brut (PIB) en 2014-2015, ce qui est inférieur au 17,9 % affiché en 2009-2010.

En raison des charges totales plus faibles que ce qui avait été prévu dans le budget de 2014, le gouvernement prévoit maintenant des déficits de 8,5 milliards de dollars en 2015-2016 et de 4,8 milliards de dollars en 2016-2017. Il s’attend à rétablir l’équilibre budgétaire en 2017-2018. Cela représente une amélioration de 0,4 milliard de dollars en 2015-2016 et de 0,5 milliard de dollars en 2016-2017 par rapport aux objectifs concernant le déficit indiqués dans le budget de 2014.

Des assises solides sur le plan financier stimuleront la croissance économique de l’Ontario, protégeront l’intégrité des revenus provinciaux et favoriseront la création d’emplois. Le gouvernement reconnaît que pour équilibrer le budget d’ici 2017-2018, il faut adopter une démarche équilibrée pour prendre des décisions difficiles. Le plan du gouvernement est axé sur ce qui suit :

  • L’examen, le renouvellement et la réorganisation des programmes;
  • La gestion des coûts de rémunération;
  • Le maintien de l’équité fiscale et de règles du jeu équitables pour les entreprises;
  • L’amélioration de la transparence du gouvernement, ainsi que de la gestion et de la responsabilité financières.

Description des graphiques

Graphique 2.1 : Dépenses de programmes par habitant en 2013-2014

Ce graphique à barres présente une comparaison entre les dépenses de programmes par habitant de l’Ontario et celles des neuf autres provinces pour 2013-2014. En 2013-2014, les dépenses de programmes par habitant étaient de 8 545 $ en Ontario. Il s’agit du montant le plus faible de toutes les provinces. Viennent ensuite la Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick, le Québec, la Nouvelle-Écosse, le Manitoba, l’Île-du-Prince-Édouard, la Saskatchewan, l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador.

Retourner au graphique 2.1

Graphique 2.2 : Résultats de l’Ontario par rapport aux objectifs concernant le déficit

Ce graphique à barres compare les déficits réels de l’Ontario aux objectifs de réduction du déficit entre 2009-2010 et 2013-2014.

Dans le document Perspectives économiques et revue financière 2009, l’Ontario prévoyait un déficit de 24,7 milliards de dollars pour 2009-2010. Dans les faits, le déficit de 2009-2010 s’est établi à 19,3 milliards de dollars. Le budget de 2010 prévoyait des déficits de 19,7 milliards de dollars pour 2010-2011, de 17,3 milliards de dollars pour 2011-2012, de 15,9 milliards de dollars pour 2012-2013 et de 13,3 milliards de dollars pour 2013-2014. Les déficits réels ont été de 14,0 milliards de dollars en 2010-2011, de 13,0 milliards de dollars en 2011-2012, de 9,2 milliards de dollars en 2012-2013 et de 10,5 milliards de dollars en 2013-2014.

Retourner au graphique 2.2

Graphique 2.3 : Ratio des charges de programmes par rapport au PIB, de 2009-2010 à 2014-2015

Ce graphique linéaire montre le ratio des charges de programmes de l’Ontario par rapport au produit intérieur brut nominal entre 2009-2010 et 2014-2015. Pour 2014-2015, le ratio est de 16,5 %, selon les projections provisoires des charges pour 2014-2015. Pour les années antérieures, le ratio est basé sur le montant réel des charges de programmes et s’établit à 17,9 % en 2009-2010, à 17,7 % en 2010-2011, à 17,1 % en 2011-2012, à 16,5 % en 2012-2013 et à 16,6 % en 2013-2014.

Retourner au graphique 2.3

Graphique 2.4 : Plan de l’Ontario visant à éliminer le défici

Ce graphique à barres illustre le plan budgétaire de l’Ontario de 2015 visant à éliminer le déficit entre 2014-2015 et 2017-2018. Le déficit provisoire pour 2014-2015 devrait s’établir à 10,9 milliards de dollars, soit une amélioration de 1,6 milliard de dollars comparativement aux 12,5 milliards de dollars prévus dans le budget de 2014. En ce qui concerne les perspectives, le gouvernement prévoit maintenant des déficits de 8,5 milliards de dollars pour 2015-2016 et de 4,8 milliards de dollars pour 2016-2017 et un retour à l’équilibre budgétaire pour 2017-2018. Il s’agit d’une amélioration par rapport à un objectif de réduction du déficit de 8,9 milliards de dollars en 2015-2016 et de 5,3 milliards de dollars en 2016-2017 et à un retour à l’équilibre budgétaire en 2017-2018, comme le prévoyait le budget de 2014.

Retourner au graphique 2.4