Budget de l’Ontario 2016
Chapitre I : Favoriser la prospérité et créer des emplois

Section C : Investir dans les talents et les compétences des gens

Introduction

Des services de garde de qualité ainsi qu’une éducation élémentaire et secondaire de calibre mondial enrichissent la vie des enfants et de leur famille. Ils favorisent également l’édification de collectivités engagées et bienveillantes. Qui plus est, une éducation et une formation de grande qualité, de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte et tout au long de la vie professionnelle, permettent aux Ontariennes et aux Ontariens de trouver et de conserver de bons emplois ainsi que de s’adapter et de prospérer dans l’environnement mondial exigeant et concurrentiel d’aujourd’hui.

Transformer la garde et l’apprentissage des jeunes enfants

L’Ontario fait des progrès dans la mise en place d’un système de garde accessible et de grande qualité qui répond à la demande locale et offre de plus en plus de programmes et services à la petite enfance et à la famille intégrés. La province soutient également le développement sain des enfants et prend des mesures pour leur assurer un meilleur avenir.

Les efforts déployés par le gouvernement pour moderniser le secteur de la garde d’enfants transforment la façon dont sont offerts les programmes et services, ce qui procure de meilleurs résultats pour les enfants et une expérience plus harmonieuse pour les familles. Parmi les mesures prises jusqu’ici, mentionnons les suivantes :

  • la modernisation du cadre législatif et réglementaire pour la garde des enfants;
  • l’amélioration de la qualité, de l’uniformité et de l’accessibilité des programmes de garde d’enfants et de la petite enfance pour refléter l’importance accordée au sain développement des enfants dans un milieu sécuritaire ainsi que l’amélioration des mesures de soutien offertes aux parents et aux familles;
  • l’offre du programme de maternelle et de jardin d’enfants à temps plein (MJE‑TP) à tous les enfants de quatre ans et de cinq ans en Ontario depuis septembre 2014.

Cadre législatif et réglementaire

Grâce à l’adoption de la Loi de 2014 sur la garde d’enfants et la petite enfance, qui est entrée en vigueur en août 2015, le gouvernement modernise le cadre législatif et réglementaire régissant les services de garde d’enfants, notamment en renforçant la fonction de surveillance dans le secteur des services de garde non agréés, en augmentant la capacité dans le secteur des services de garde agréés et en améliorant les données et renseignements auxquels les parents et les membres du public ont accès.

Le gouvernement prend aussi des mesures pour s’attaquer plus promptement à des questions urgentes pour soutenir la qualité, la santé et la sécurité dans les services de garde agréés, et établit des normes plus élevées en ce qui a trait à la santé et à la sécurité des enfants.

L’Ontario s’engage à poursuivre l’amélioration du cadre réglementaire régissant les services de garde et l’apprentissage des jeunes enfants qui permettra de continuer à faire des changements positifs et à soutenir la modernisation et la transformation du secteur des services de garde d’enfants.

Tous ces changements permettront d’actualiser le système des services de garde et d’apprentissage des jeunes enfants, de mieux appuyer les parents partout dans la province et de faire en sorte que les enfants aient le meilleur départ possible dans la vie.

Investir pour obtenir des résultats, améliorer l’accès

Depuis 2004, le gouvernement a fait des investissements importants dans les services de garde d’enfants et doublé le financement accordé à ce secteur, qui atteint plus de 1 milliard de dollars par année. On estime que 447 472 enfants bénéficient des investissements de l’Ontario dans ce secteur. En 2015, la province a alloué 44,5 millions de dollars supplémentaires pour les services de garde d’enfants par l’entremise de la formule de financement, ce qui a contribué à éviter les fluctuations rapides et soudaines des frais, et a permis d’améliorer la fiabilité des services et de mieux répondre aux besoins des exploitants de garderies et des parents – protégeant ainsi les gains acquis à la suite d’investissements annoncés précédemment.

L’Ontario continue à améliorer l’accès aux garderies. En 2015, le gouvernement a augmenté de 1 $ le salaire horaire des travailleurs admissibles du secteur des services agréés de garde d’enfants. Une autre augmentation pouvant aller jusqu’à 2 $ l’heure sera instaurée cette année afin de faciliter le recrutement et le maintien en poste d’éducatrices et d’éducateurs compétents et d’aider les exploitants de garderies à stabiliser leur main-d’oeuvre.

Le gouvernement continue à concrétiser l’engagement qu’il a pris dans le Cadre stratégique de l’Ontario sur la petite enfance d’intégrer tous les services de soutien à l’enfance et à la famille au sein des centres de l’Ontario pour la petite enfance et la famille de façon à offrir des services accessibles, uniformes et de qualité partout dans la province pour appuyer les parents, les fournisseurs de soins et les enfants. L’intégration des programmes de soutien à la famille constitue la prochaine étape en vue de créer un système accessible, cohérent et de grande qualité pour les enfants et leur famille. Cela permettra d’éliminer les obstacles à l’accès des programmes et en facilitera la navigation et l’utilisation par les familles.

L’expérience améliorée que procureront les centres de l’Ontario pour la petite enfance et la famille

Amanda vit à Brantford et est mère monoparentale d’un jeune bébé. Elle ouvre sa trousse de retour à la maison, qui lui a été remise à l’hôpital après l’accouchement, et y trouve de l’information sur les centres de l’Ontario pour la petite enfance et la famille ainsi qu’un lien vers un site Web provincial sur la petite enfance. Elle visite le site Web et découvre une foule de ressources utiles sur le développement des jeunes enfants, les soins postnatals ainsi que divers programmes offerts dans sa communauté.

La semaine suivante, Amanda se rend à un programme de halte-garderie du quartier et est chaleureusement accueillie par le personnel du centre pour la petite enfance et la famille et les autres nouveaux parents. Le personnel du centre lui fournit des renseignements sur un groupe d’entraide afin qu’elle puisse obtenir du soutien et établir des liens dans sa communauté.

La maternelle et le jardin d’enfants à temps plein

Avec la mise en oeuvre de la MJE-TP partout dans la province, l’Ontario se trouve à l’avant-garde de l’apprentissage préscolaire et est devenu le premier territoire de compétence en Amérique du Nord à se doter d’un tel programme. Appuyé par un financement de plus de 1,5 milliard de dollars, le programme de MJE‑TP représente l’un des plus gros investissements que l’Ontario ait effectués depuis une génération dans le secteur de l’éducation.

Le programme accueille plus de 260 000 enfants dans quelque 3 600 écoles de la province, permettant aux familles d’épargner jusqu’à 6 500 $ par an et par enfant en frais de garderie. Des études démontrent que les enfants sont ainsi mieux préparés à entrer en 1re année et à réussir à l’école, comparativement aux élèves des programmes de demi-journée.

« Les premières expériences des enfants ont une influence profonde et durable sur leur développement et sur le type d’apprenant qu’ils vont devenir1

Accompagner chaque enfant, appuyer chaque élève

Atteindre l’excellence

Le gouvernement continue à faire des progrès en vue d’atteindre l’excellence dans le domaine de l’éducation, de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte.

C’est pourquoi la province poursuit la mise en oeuvre d’Atteindre l’excellence – Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario, qui met l’accent sur les objectifs suivants : atteindre l’excellence, assurer l’équité, promouvoir le bien-être et améliorer la confiance de la population dans le système d’éducation financé par les deniers publics.

Le gouvernement respecte les engagements qu’il a pris dans le budget de 2015 de continuellement améliorer son système d’éducation de calibre mondial en s’appuyant sur les progrès accomplis à la suite des investissements successifs faits dans le secteur de l’éducation. En 2014, 84 % des élèves ont obtenu leur diplôme d’études secondaires, comparativement à 68 % en 2004.

Depuis le budget de 2015, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour faire avancer la mise en oeuvre de l’initiative Atteindre l’excellence; il a notamment :

  • élargi les programmes de Majeure Haute Spécialisation et de double reconnaissance de crédit afin de rehausser l’apprentissage pour le XXIe siècle;
  • lancé Expérience Ontario, qui donnera à des jeunes la chance d’acquérir de l’expérience professionnelle.

Formation hautement spécialisée – Élargir le programme de Majeure Haute Spécialisation

Le programme de Majeure Haute Spécialisation offre aux élèves du niveau secondaire un cheminement de carrière compatible avec leurs compétences et leurs champs d’intérêt tout en leur permettant de continuer à étudier en vue de l’obtention de leur diplôme d’études secondaires.

L’Ontario a élargi les programmes de Majeure Haute Spécialisation et de double reconnaissance de crédit, qui aideront respectivement 2 000 et 600 élèves de plus à faire carrière dans des domaines qui les passionnent.

Comme il en avait fait mention dans le budget de 2015, un programme pilote de Majeure Haute Spécialisation est également élargi afin d’enseigner à 8 500 élèves des compétences précieuses dans l’économie actuelle, notamment la pensée critique, la résolution de problèmes, la créativité et l’esprit d’entreprise.

En mars 2015, 24 candidats du programme de Majeure Haute Spécialisation (MHS) dans le secteur de la fabrication de l’école secondaire du district de Listowel ont participé à une journée de formation en innovation, créativité et entrepreneuriat (ICE) dans la ville de Stratford.

La formation ICE du programme MHS favorise la mise en pratique de compétences clés dans le cadre d’une expérience unique qui a été conçue en consultation avec des employeurs et des partenaires du secteur, et où l’on doit résoudre des problèmes réels et propres au secteur. Elle permet aux élèves d’acquérir les compétences que recherchent les employeurs2.

Le Programme à double reconnaissance de crédit aide les élèves qui font face à des obstacles à acquérir des crédits qui compteront à la fois pour leur diplôme d’études secondaires et un certificat d’études postsecondaires, un diplôme collégial, un grade ou un certificat d’apprentissage. En 2015, le programme a été élargi de façon à bénéficier à 600 élèves de plus dans la province.

Expérience Ontario

Lancé en 2015, Expérience Ontario est un programme pilote de deux ans doté de 20 millions de dollars qui offrira à jusqu’à 600 élèves dans la province une précieuse expérience de travail, un encadrement professionnel et du mentorat durant la première année. Il encouragera les élèves ayant obtenu leur diplôme d’études secondaires à choisir un parcours pédagogique postsecondaire qui leur convient et les aidera à réussir une fois inscrits dans le programme de leur choix.

Prochaines étapes

L’Ontario est une société accueillante et inclusive. Le gouvernement s’emploie à mettre en place un soutien approprié, coordonné et cohérent à l’intention des enfants des réfugiés qui arrivent dans la province afin de favoriser la réussite de ces nouveaux élèves.

Au cours de l’année qui vient, les conseils scolaires de l’Ontario accueilleront environ 4 000 Syriens d’âge scolaire dans le cadre des efforts déployés pour aider les réfugiés à commencer une nouvelle vie dans la province. Pour de plus amples renseignements sur le soutien à l’établissement des réfugiés dans la province, voir la section E du chapitre I, Vers une société équitable.

Donner suite aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada

Le gouvernement a fait de l’enseignement de l’histoire et des séquelles des pensionnats une priorité en réponse aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada dans le cadre d’un investissement annuel de 5 millions de dollars dans le secteur de l’éducation sur une période de trois ans, soit de 2016‑2017 à 2018‑2019.

Ce financement contribuera à concevoir des ressources traitant de l’histoire et de l’héritage des peuples autochtones en Ontario ainsi que des traités et des pensionnats et de leurs répercussions. Il permettra d’enrichir les ressources pédagogiques, de renforcer la capacité parmi les éducateurs de l’Ontario et de leur offrir des occasions d’apprentissage pour encourager la pensée critique et approfondir la connaissance des traités conclus par le Canada avec les peuples autochtones. Pour de plus amples renseignements sur le rapport de la Commission, voir la section E du chapitre I, Vers une société équitable.

Services à large bande dans les conseils scolaires de l’Ontario

Soucieux de fournir les soutiens nécessaires à l’apprentissage et à l’enseignement pour le XXIe siècle, le gouvernement s’assure que les conseils scolaires publics de l’Ontario puissent avoir un accès équitable et abordable à des services haute vitesse à large bande.

L’Ontario aidera les conseils scolaires, plus particulièrement ceux qui se trouvent dans des communautés rurales et éloignées, à accéder à des services haute vitesse afin de répondre aux besoins d’apprentissage accrus pour l’acquisition des compétences requises pour le XXIe siècle.

Investir dans la main-d’oeuvre de demain

Les investissements que fait le gouvernement dans l’éducation postsecondaire et la formation professionnelle jouent un rôle de premier plan pour préparer les gens à intégrer le marché du travail. Cela revêtira de plus en plus d’importance à mesure que l’Ontario progresse vers une économie davantage axée sur le savoir où, pour avoir de bons emplois, les travailleurs auront besoin d’un plus grand niveau de scolarité ou de formation professionnelle. Sept nouveaux emplois sur 10 au Canada seront des postes hautement spécialisés ou de gestion3. Dans l’ensemble, les Ontariennes et Ontariens qui possèdent des niveaux élevés de scolarité et de compétence ont de meilleures perspectives d’emploi, gagnent des salaires plus élevés, sont en meilleure santé et vivent plus longtemps. Le Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée a été formé dans le but de proposer une stratégie pour renforcer le système d’éducation actuel de l’Ontario. De plus amples détails à ce sujet se trouvent dans la section du chapitre un peu plus loin intitulée Services d’emploi et de formation.

La main-d’oeuvre hautement scolarisée de l’Ontario est l’un des principaux atouts de la province. En 2014, 66 % de la population adulte avait une attestation d’études postsecondaires, comparativement à 56 % en 2002. Ces taux sont plus élevés que ceux des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques et placent l’Ontario en position d’atteindre, voire de dépasser, son objectif de 70 % d’ici 2020.

Malgré les importants gains réalisés au cours des dernières années, le gouvernement est conscient qu’il doit continuer à améliorer son système d’éducation et de formation professionnelle de façon à ce que la main-d’oeuvre de l’Ontario soit toujours parmi les plus qualifiées dans le monde et bien outillée pour s’adapter à un marché du travail changeant.

Accroître l’accès à l’éducation postsecondaire

Le gouvernement fait fond sur ses réussites antérieures pour rendre l’éducation postsecondaire plus accessible et abordable. L’Ontario a tenu compte des observations des étudiantes et des étudiants pour s’assurer que l’aide financière qui leur est fournie évolue en fonction de leurs besoins. Au cours des dernières années, la province a apporté une série de changements au Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) afin de le rendre plus simple et plus équitable.

Grâce aux investissements faits dans l’aide financière aux étudiants au cours des 12 dernières années, le nombre d’étudiants ayant accès à cette aide a augmenté de plus de 150 %, ce qui représente 230 000 personnes de plus. Durant cette période, les inscriptions dans les programmes d’éducation postsecondaire ont augmenté de 38 %, ce qui constitue une hausse du nombre d’étudiants et d’étudiantes de 176 000.

Frances vient d’une famille qui gagne 30 000 $ par année — la probabilité qu’elle fréquente un collège ou une université est de 38 %.

Rahul vient d’une famille qui gagne 110 000 $ par année — la probabilité qu’il poursuive des études collégiales ou universitaires est de 63 %.

Les taux de participation aux études postsecondaires parmi les jeunes de l’Ontario sont plus élevés que dans le reste du Canada, et cela s’avère dans toutes les tranches de revenus. Cependant, malgré les solides résultats affichés par l’Ontario, le taux de participation est bien moindre chez les étudiants des familles à plus faible revenu que chez ceux des familles à revenu plus élevé.

Pour que l’Ontario prospère dans l’économie du savoir, le gouvernement doit faire en sorte d’offrir à tous les membres de la société des possibilités ainsi que les outils dont ils ont besoin pour réussir. C’est la raison pourquoi l’Ontario modernise l’aide financière aux étudiants en instaurant un système plus progressif, efficace et transparent pour les étudiants et leur famille. Grâce à ces changements, les étudiantes et étudiants qui ont le plus besoin d’une aide financière auront un meilleur accès à des subventions au moment où ils en ont besoin.

Les universités, collèges, conseils scolaires et communautés de l’Ontario déploient déjà d’importants efforts pour réduire les barrières non financières en proposant des programmes d’extension précoces visant les groupes sous-représentés, dont les élèves autochtones, handicapés ou venant de familles à faible revenu ainsi que les élèves adultes. S’appuyant sur ces initiatives, l’Ontario sollicitera la participation des établissements postsecondaires, leaders en éducation, élèves, parents et chercheurs pour évaluer les projets pilotes déjà en place et les pratiques en vigueur, et pour obtenir des conseils concernant les meilleurs moyens de rejoindre les élèves le plus tôt possible afin d’éliminer les obstacles non financiers complexes qui peuvent entraver l’accès aux études postsecondaires.

À l’heure actuelle, l’aide que procure le gouvernement pour couvrir les frais liés aux études est principalement fournie au moyen d’une combinaison de subventions et de prêts dans le cadre du RAFEO et de crédits d’impôt par l’entremise du régime de l’impôt sur le revenu des particuliers. Afin d’accroître le nombre d’étudiants admissibles aux subventions et ayant accès au système de prêts étudiants, le gouvernement créera une nouvelle subvention unique et immédiate d’un montant substantiel, soit la Subvention ontarienne d’études (SOE), à compter de l’année scolaire 2017-2018. Cette subvention sera financée grâce à la réaffectation de la totalité des fonds de la Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario, de la Subvention d’appui aux étudiantes et étudiants de l’Ontario, de la Subvention pour l’accès aux études et des autres subventions offertes par le RAFEO. Grâce à ces changements, l’aide financière sera transparente, ciblera les étudiantes et étudiants qui en ont le plus besoin et leur sera versée sans tarder.

Le gouvernement propose d’éliminer les crédits d’impôt pour les frais de scolarité et les études. Cette réforme est conforme aux recommandations formulées par les parties concernées, notamment des groupes d’étudiantes et d’étudiants. La totalité des revenus supplémentaires tirés de l’élimination de ces crédits d’impôt serait réinvestie pour financer la nouvelle SOE ou d’autres programmes d’éducation, notamment au niveau postsecondaire, de formation et d’emploi pour les jeunes. Le gouvernement fournira des précisions sur le nouveau programme plus tard cette année. Pour de plus amples détails, voir la section A du chapitre V, Mesures fiscales.

Rendre les frais de scolarité plus abordables

Le remaniement de l’aide financière aux étudiants fera en sorte d’exempter des frais de scolarité moyens les étudiantes et étudiants ayant besoin d’un soutien financier et venant de familles touchant un revenu de 50 000 $ ou moins, et de rendre les études plus abordables pour les familles de classe moyenne. Grâce à la nouvelle Subvention ontarienne d’études (SOE) :

L’aide financière aux étudiants a été l’un des sujets les plus cités sur la plateforme de consultation Parlons budget. Le gouvernement rend le régime d’aide plus accessible et offre un soutien accru aux personnes qui en ont le plus besoin.

  • plus de 50 % des étudiantes et des étudiants de familles ayant un revenu de 83 000 $4 ou moins recevront des subventions non remboursables d’un montant supérieur à leurs frais de scolarité;
  • aucun étudiant ou étudiante ne recevra moins que le montant auquel il est actuellement admissible en vertu de la Réduction de 30 % des frais de scolarité en Ontario;
  • les étudiantes et étudiants venant de familles dont le revenu est inférieur à 50 000 $ n’auront pas de dettes envers le gouvernement provincial pour l’aide financière aux études.

En outre, la province :

En vertu de la nouvelle Subvention ontarienne d’études proposée :

  • 90 % des étudiantes et étudiants collégiaux à charge venant de familles gagnant moins de 50 000 $ recevraient des subventions supérieures au montant des frais de scolarité moyens pour des études collégiales;
  • 70 % des étudiantes et étudiants universitaires à charge venant de familles gagnant moins de 50 000 $ recevraient des subventions supérieures au montant des frais de scolarité moyens pour des études universitaires.
  • élargira l’aide financière pour les étudiants adultes et mariés. L’admissibilité aux subventions ne sera plus liée au nombre d’années écoulées depuis la fin des études secondaires, et la province réduit le montant de la contribution attendue du conjoint ou de la conjointe d’un étudiant ou d’une étudiante;
  • augmentera les niveaux maximums de l’aide fournie par l’Ontario sur une base hebdomadaire pour les particuliers et les parents mariés ou seuls soutiens de famille;
  • améliorera l’accès à des prêts sans intérêt ou à faible taux d’intérêt pour les familles à revenu moyen et supérieur en réduisant le montant des contributions parentales présumées.

La plupart des étudiants auront ainsi des dettes moindres qu’en vertu du système actuel, et le niveau d’endettement dans le cadre du RAFEO sera plafonné à 10 000 $ par année pour les familles à revenu plus élevé. L’Ontario continuera à offrir une aide financière aux personnes qui ont de la difficulté à repayer leurs prêts étudiants.

Tous les étudiants et étudiantes admissibles bénéficieront de cette nouvelle subvention plus simple, intégrée et immédiate. Les familles ontariennes pourront mieux planifier, car elles connaîtront le montant global de l’aide auquel elles auront droit au moment de faire une demande ainsi que le coût réel des études bien avant le début de l’année scolaire. Pour aider les familles à mieux comprendre les réductions de coût que leur procurent les subventions et mieux leur communiquer les frais qu’ils auront réellement à débourser, le gouvernement mettra au point, en collaboration avec le secteur de l’éducation postsecondaire, des outils permettant de calculer plus exactement les frais de scolarité qui resteront à payer une fois les subventions du RAFEO et des établissements déduites. Le gouvernement travaillera également avec les universités et les collèges pour instaurer la facturation des frais de scolarité nets d’ici 2018-2019.

Dans la foulée du remaniement de l’aide financière aux étudiants, l’Ontario réduira aussi le seuil des contributions parentales présumées en augmentant le soutien financier accordé aux familles à revenu moyen ou plus élevé. À l’heure actuelle, l’Ontario a la contribution parentale présumée la plus élevée parmi les territoires de compétence au Canada, ce qui réduit le montant de l’aide dont peuvent bénéficier les étudiantes et étudiants. Ce changement permettra également d’harmoniser le seuil ontarien avec celui du fédéral.

Le remaniement du RAFEO rendra le système d’éducation postsecondaire de l’Ontario plus accessible pour les familles à faible revenu qui sont sous-représentées, croyant que le coût élevé des études rendent celles-ci hors de leur portée. Il permettra également de fournir aux familles à revenu moyen et plus élevé une aide en temps plus utile et d’ainsi répondre davantage à leurs besoins.

Consolider le système d’éducation postsecondaire

Le gouvernement assume un rôle de leader en plaçant la réussite et l’expérience des étudiants au coeur de la transformation du système d’éducation postsecondaire. Il s’assure ainsi que les collèges et les universités de l’Ontario continuent de préparer les étudiantes et étudiants pour qu’ils soient en mesure de saisir les occasions qui se présentent dans l’économie axée sur le savoir et de leur procurer le meilleur rendement qui soit pour l’investissement qu’ils ont fait dans leurs études.

Outre l’amélioration de l’accès au financement, l’Ontario mettra l’accent sur la qualité des résultats dans le secteur universitaire alors qu’il entreprend la prochaine étape en vue de réformer le modèle de financement des universités. L’Ontario donne suite au rapport soumis par l’ancienne sous-ministre Sue Herbert après six mois de consultations exhaustives, et qui recommande que la formule de financement des universités mette l’accent sur les résultats et la réussite des étudiants. Le gouvernement arrêtera les détails de la mise en oeuvre avec les partenaires du secteur au cours des prochains mois, en s’attardant aux principaux objectifs suivants :

  • améliorer les résultats des étudiants;
  • favoriser la différenciation en liant le financement aux ententes de mandat stratégiques;
  • fournir une plus grande stabilité aux établissements par l’entremise de la planification des effectifs et d’un financement prévisible.

La province est résolue à améliorer l’accès et la réussite des apprenants autochtones. L’Ontario fournit un financement stable de 97 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour soutenir des initiatives clés qui aideront un plus grand nombre d’apprenants inuits, métis et des Premières Nations à accéder à des possibilités de formation et d’éducation postsecondaire de grande qualité. De ce montant, 5 millions de dollars serviront à faire en sorte que les apprenants autochtones continuent d’avoir accès à des programmes d’éducation postsecondaire et de formation de grande qualité par l’entremise des neuf établissements autochtones de la province. Au printemps, le gouvernement sollicitera la participation des Autochtones et des partenaires du secteur de l’éducation postsecondaire afin d’élaborer une politique pour les établissements autochtones et de mieux définir leur place au sein du secteur.

L’année prochaine marquera le 50e anniversaire des collèges d’arts appliqués et de technologie de l’Ontario. Les collèges de l’Ontario sont reconnus mondialement comme des chefs de file de la formation technique et professionnelle et offrent plus de 3 000 programmes dans divers secteurs, notamment les soins de santé et le commerce, la biotechnologie, le génie, l’aviation, l’animation ainsi que la formation en apprentissage. Il importe que les collèges demeurent solides et continuent de répondre aux besoins de leurs étudiants et de leurs communautés. Au cours de l’année qui vient, la province tiendra des consultations sur les différentes options pour moderniser le modèle de financement de façon à assurer la viabilité financière des collèges à long terme tout en favorisant des résultats positifs pour les étudiantes et étudiants.

Pour fournir davantage de souplesse et de choix aux étudiants, le gouvernement continue d’élargir l’accès à l’apprentissage en ligne de grande qualité par l’entremise d’eCampusOntario. Durant sa première phase de mise en oeuvre, le site offre aux étudiants de toute la province un guichet unique leur donnant accès à plus de 13 000 cours en ligne et à plus de 600 programmes offerts par les collèges et universités de l’Ontario. Il y a également davantage de possibilités de transferts de crédits et de nouveaux outils pour faciliter la navigation dans le système d’éducation postsecondaire. Les étudiantes et étudiants ont maintenant accès à 120 000 équivalences de cours et à environ 1 300 parcours par l’intermédiaire de la base de données en ligne ONtransfer.ca, qui leur permet d’avoir une meilleure idée du nombre de crédits qu’ils peuvent s’attendre à recevoir avant de changer d’établissement.

Le gouvernement sollicite la participation du secteur de l’éducation postsecondaire et de l’ensemble de la communauté pour élaborer une stratégie d’éducation postsecondaire internationale globale qui proposera une approche équilibrée dans le but d’attirer des étudiants étrangers, de former de nouveaux partenariats et de promouvoir les occasions d’études à l’étranger pour les étudiantes et étudiants de l’Ontario.

Services d’emploi et de formation

Construire le système d’emploi et de formation intégré de l’Ontario

L’Ontario investit annuellement plus de 1 milliard de dollars dans les programmes et les services d’emploi, de formation et du marché du travail fournis par l’entremise d’Emploi Ontario, qui sert plus de un million d’Ontariennes et d’Ontariens. La province continue de moderniser et de transformer ses programmes et services d’emploi et de formation. Parmi les progrès réalisés, notons les suivants :

  • l’instauration d’un projet pilote de conseils locaux de planification en matière d’emplois dans huit collectivités (Durham, London-Middlesex-Oxford-Elgin, Ottawa, Peel-Halton, Peterborough, Thunder Bay, Timmins et Windsor) qui réunit notamment les employeurs, les gouvernements, les fournisseurs de services d’emploi et les formateurs dans le but d’améliorer la planification des services d’emploi et de formation et de répondre aux besoins locaux en matière de main‑d’oeuvre;
  • la mise en oeuvre de la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi qui, au 31 janvier 2016, avait permis d’offrir plus de 46 000 possibilités de formation à plus de 35 000 employés en Ontario;
  • le lancement du Centre ontarien Innovation-Emploi qui fournit une orientation et appuie la recherche et l’innovation dans le système d’emploi et de formation.

Le gouvernement procède également à la mise en oeuvre de la stratégie d’accès aux renseignements sur le marché du travail afin d’améliorer l’accès à une information crédible et de grande qualité dans ce secteur et sur laquelle les chercheurs d’emploi, les étudiantes et étudiants ainsi que leur famille pourront s’appuyer pour prendre des décisions éclairées concernant leurs études, leur formation ou leurs carrières. La province s’emploie également à améliorer la qualité et l’étendue des renseignements existants sur le marché du travail et à approfondir sa compréhension des conditions actuelles et émergentes du marché du travail.

Renouvellement de la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes

Aider les jeunes à trouver et à conserver un emploi est une priorité et un élément clé du plan du gouvernement visant à investir dans les talents et les compétences des gens. Dans le budget de 2015, la province s’était engagée à renouveler la Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes en investissant un montant additionnel de 250 millions de dollars sur deux ans afin de fournir du travail et des possibilités de perfectionnement professionnel à jusqu’à 150 000 jeunes.

Dans le cadre du renouvellement de sa Stratégie d’emploi pour les jeunes, le gouvernement a lancé le Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes en octobre 2015. La province investit plus de 160 millions de dollars sur deux ans afin d’offrir une formation et un soutien intensif à plus de 27 000 jeunes faisant face à de multiples obstacles à l’emploi. Le programme est fourni par l’entremise d’Emploi Ontario et comporte deux volets:

  • une formation préalable à l’emploi, des possibilités d’emploi ainsi que du mentorat à l’intention des jeunes de 15 à 29 ans qui n’occupent pas un emploi, ne sont pas aux études ou ne suivent pas de formation;
  • des occasions d’emploi pendant l’été, à temps partiel et après l’école à l’intention des élèves du secondaire de 15 à 18 ans, qui font face à des situations personnelles difficiles et peuvent avoir besoin de soutien entre l’école et le milieu du travail. Ce volet sera mis en oeuvre au printemps 2016.

Tous les jeunes, y compris les étudiants, auront accès au Programme d’orientation en matière d’emploi pour les jeunes à compter du printemps 2016. Le programme aidera les jeunes à obtenir de l’information et des ressources pour faciliter leur recherche d’emploi, y compris un emploi d’été, et leur transition sur le marché du travail.

Appuyer les gens de métier de l’Ontario

Le gouvernement est déterminé à instaurer un système de formation en apprentissage de grande qualité qui assure la protection du public et la sécurité dans les lieux de travail et fait en sorte que les gens de métier spécialisés puissent répondre aux demandes du marché du travail. En 2015-2016, le gouvernement investit approximativement 176 millions de dollars afin d’offrir un éventail de programmes à l’intention des apprentis, des employeurs et des agents de formation.

Ordre des métiers de l’Ontario

Le gouvernement renforce l’Ordre des métiers de l’Ontario, l’organe dirigé par l’industrie qui est responsable de promouvoir et de moderniser les métiers spécialisés. La province et l’Ordre des métiers de l’Ontario ont reçu un rapport de l’ancien secrétaire du Conseil des ministres, Tony Dean. L’Ontario déposera les changements législatifs proposés dans ce rapport et travaillera étroitement avec l’Ordre pour mettre en oeuvre les recommandations de M. Dean.

Ces recommandations contribueront à améliorer les processus de l’Ordre et à clarifier son mandat, notamment en :

  • appuyant les conseils de métier actuels pour mettre à jour les champs d’exercice des métiers et les rendre plus cohérents;
  • examinant la façon dont les métiers sont classés en établissant un processus indépendant et fondé sur des données probantes qui tient compte du risque de préjudice comme critère principal;
  • établissant des critères plus clairs et plus concis concernant la détermination des ratios compagnon-apprenti;
  • en créant un comité d’application de la loi et de conformité et un processus d’appel pour résoudre les conflits potentiels plus tôt et pour veiller à ce que les initiatives d’application de la loi soient menées de manière cohérente en tenant compte de la sécurité de tous et de l’intérêt public.
Stratégie pour une main-d’oeuvre hautement qualifiée

Pour améliorer encore davantage le système d’éducation et de formation professionnelle de calibre mondial de l’Ontario, le gouvernement a formé, en décembre 2015, le Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée et l’a chargé d’élaborer une stratégie intégrée pour ce secteur.

Une main-d’oeuvre hautement qualifiée revêt une importance critique pour le climat des affaires de la province

« L’accès à une main-d’oeuvre qualifiée est le principal facteur influençant le choix d’un emplacement et a été cité comme étant un facteur important par 95,1 % des cadres interrogés lors d’un récent sondage mené par Area Development. »

KPMG, Choix concurrentiels, 2014.

Le Comité d’experts évaluera à quel point la main-d’oeuvre est en mesure de répondre aux besoins de l’économie de l’Ontario et recommandera au gouvernement une approche intégrée lui permettant d’établir une correspondance entre les programmes d’éducation, de formation et de développement des compétences et la demande au sein d’une économie en évolution. Un rapport final devrait être présenté au gouvernement à l’automne 2016.

La stratégie s’appuiera sur les observations de l’industrie, des employeurs, des étudiants, des jeunes, des membres du système d’éducation élémentaire, secondaire, postsecondaire et de formation professionnelle ainsi que d’autres intervenants et experts clés.

Sommet 2016 de l’Ontario sur le talent et les compétences dans la nouvelle économie

Pour appuyer l’élaboration de la stratégie, le gouvernement a réuni, le 20 janvier 2016, des chefs de file et décideurs des secteurs de l’éducation, de la formation et de l’emploi lors du deuxième Sommet annuel de l’Ontario sur le talent et les compétences.

On a demandé aux délégués de réfléchir aux façons de constituer une main-d’oeuvre hautement qualifiée, de partager leurs idées sur les moyens d’éliminer les barrières et de travailler ensemble afin de trouver des solutions créatives pour la province.

Les observations issues du sommet ainsi que les commentaires fournis par d’autres intervenants serviront à élaborer la stratégie.

1 Méta-analyse de l’évaluation du programme de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein pendant les deux premières années de sa mise en oeuvre (octobre 2013). Rapport éclairé par les sources suivantes : Final Report: Evaluation of the Implementation of the Ontario Full-Day Early Learning Kindergarten Program (automne 2012), The Social Program Evaluation Group – Université Queen’s; The Full Day Kindergarten Early Learning Program Final Report, The Offord Centre for Child Studies (octobre 2012) – Université McMaster; ministère de l’Éducation de l’Ontario.

2 Avon Maitland District School Board, Innovation, Creativity and Entrepreneurship Training in High Gear (mars 2015). http://yourschools.ca/beyond-the-classroom/innovation-creativity-and-entrepreneurship-training-in-high-gear/.

3 Système de projection des professions au Canada, La demande de main-d’oeuvre 2013‑2022, Emploi et Développement social Canada. http://occupations.esdc.gc.ca/sppc-cops/l.3bd.2t.1.3lshtml@-fra.jsp?fid=1&lid=22.

4 Statistique Canada, Enquête canadienne sur le revenu, 2013. Ce chiffre représente le revenu médian total des familles économiques de l’Ontario avant impôts et incluant les transferts gouvernementaux.

Description des graphiques

Graphique 1.13 : Plus haut taux de scolarité selon l’âge – Ontario, 2015

Le graphique montre les plus hauts taux de scolarité atteints pour divers groupes d’âge. Les catégories de scolarité atteinte sont les suivantes : études secondaires non atteintes; diplôme d’études secondaires; diplôme ou certificat postsecondaire; grade universitaire. La proportion de personnes ayant une quelconque formation postsecondaire est plus faible dans les groupes plus âgés. Pour le groupe d’âge de 25 à 34 ans, le diplôme universitaire est le niveau d’instruction le plus commun.

Retourner au graphique 1.13

Graphique 1.14 : Buts communs en vue de renforcer la main-d’oeuvre

Le graphique illustre les différentes initiatives entreprises par l’Ontario pour garantir un accès équitable aux possibilités, pour donner un soutien à tous les apprenants afin de favoriser leur réussite personnelle et professionnelle et pour créer de bons emplois et une économie concurrentielle solide. Voici des exemples d’initiatives :

  • Accroître l’accès et l’abordabilité grâce à la modernisation de l’aide financière aux étudiants;
  • L’établissement du Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée;
  • La mise en oeuvre d’une nouvelle formule de financement pour soutenir les universités et collèges axés sur les étudiantes et étudiants.

Retourner au graphique 1.14

Graphique 1.15 : Taux de participation aux études postsecondaires chez les jeunes de 18 à 21 ans vivant à la maison, selon le revenu parental, 2013

Le graphique montre le pourcentage de familles ayant au moins un enfant qui fait des études postsecondaires à temps plein, les familles ayant au moins un enfant de 18 à 21 ans qui vit à la maison, et la comparaison entre l’Ontario et le reste du Canada. Pour toutes les tranches de revenu familial, l’Ontario affiche un taux de participation plus élevé que dans le reste du Canada. Les taux de participation augmentent avec les revenus tant en Ontario que dans le reste du Canada, variant entre 20 % pour les Ontariens parmi les ménages touchant plus de 10 000 $ par an jusqu’à plus de 70 % pour les Ontariens parmi les ménages touchant plus de 180 000 $ par an.

Retourner au graphique 1.15

Graphique 1.16 : Scénario illustratif : Subventions du RAFEO pour des étudiants collégiaux à charge et vivant à l’extérieur de la maison

Le graphique illustre le montant des subventions que le RAFEO accordera aux étudiants après le remaniement du RAFEO et après la mise en oeuvre des engagements du parti libéral du Canada, en fonction du revenu des familles. Pour les familles ayant un revenu inférieur à 90 000 $, le montant des subventions est supérieur aux frais de scolarité moyens, et pour les familles ayant un revenu inférieur à 50 000 $, le montant des subventions dépasse encore plus les frais de scolarité.

Retourner au graphique 1.16

Graphique 1.17 : Scénario illustratif : Subventions du RAFEO pour des étudiants universitaires en arts et sciences qui sont à charge et vivent à l’extérieur de la maison

Le graphique illustre le montant des subventions que le RAFEO accordera aux étudiants après le remaniement du RAFEO et après la mise en oeuvre des engagements du parti libéral du Canada, en fonction du revenu des familles. Pour les familles ayant un revenu inférieur à 80 000 $, le montant des subventions est supérieur aux frais de scolarité moyens, et pour les familles ayant un revenu inférieur à 50 000 $, le montant des subventions dépasse encore plus les frais de scolarité.

Retourner au graphique 1.17

Graphique 1.18 : Scénario illustratif : Contributions parentales présumées moins élevées

Le graphique montre les montants que les parents doivent contribuer aux frais de scolarité de leurs enfants selon les catégories de revenu familial, qui vont de 70 000 $ à  110 000 $. Le graphique compare la contribution parentale présumée pour le Canada, l’Ontario actuellement et l’Ontario après le remaniement proposé du RAFEO. Pour l’heure, la contribution parentale présumée en Ontario dépasse de loin celle du Canada pour les familles touchant des revenus de 80 000 $ et plus, mais après la mise en place des réformes proposées, la contribution parentale présumée en Ontario sera beaucoup plus proche du seuil fédéral.

Retourner au graphique 1.18