Introduction

De concert avec une éducation publique de calibre mondial, l’accès universel aux soins de santé publics fait partie intégrante du tissu social ontarien qui donne à chacun la chance de réussir. Les Ontariennes et les Ontariens veulent pouvoir compter sur des soins de santé de grande qualité et financés par les deniers publics au moment et à l’endroit où ils en ont besoin, aujourd’hui et à l’avenir.

À l’heure actuelle, 94 % de la population ontarienne a accès à un médecin de famille ou à un membre du personnel infirmier praticien. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, l’Ontario est un chef de file des provinces et territoires du pays en matière de temps d’attente pour les chirurgies de la hanche et du genou, ainsi que pour les examens par tomodensitométrie et d’imagerie par résonnance magnétique (IRM). Le système de soins oncologiques de l’Ontario est parmi les meilleurs au monde.

Le gouvernement fait un investissement supplémentaire de 7 milliards de dollars dans la santé au cours des trois prochaines années comparativement au plan budgétaire de 2016 afin de réduire les temps d’attente, d’accroître l’accès aux soins et d’améliorer l’expérience des patients. Tenant compte de ces nouveaux investissements, les dépenses consacrées à la santé augmenteront en moyenne de 3,3 % à moyen terme.

L’Ontario lancera un nouveau programme de médicaments, Assurance-santé Plus : Assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes, en 2018 afin d’élargir l’accès aux médicaments sur ordonnance pour tous les enfants et les jeunes, sans égard au revenu familial. Les enfants et les jeunes de l’Ontario nécessitent des médicaments pour traiter les maladies les plus aiguës, les maladies chroniques courantes, les cancers infantiles et d’autres maladies. Voir le chapitre II, De l’aide pour vous et votre famille, pour obtenir de plus amples détails.

Résumé des nouveaux investissements

Augmentation de l’accès

  • Construction de nouveaux hôpitaux — 9 milliards de dollars supplémentaires sur 10 ans afin d’appuyer la construction de projets hospitaliers d’envergure à l’échelle de la province. Ces investissements transformationnels fourniront aux Ontariennes et aux Ontariens un accès plus rapide aux soins et favoriseront la prestation de services de grande qualité.
  • Augmentation du financement de fonctionnement de tous les hôpitaux publics — investissement de 518 millions de dollars afin d’augmenter le budget du secteur hospitalier de 3 %. Cet investissement appuiera les services hospitaliers, maintiendra des temps d’attente courts et préservera l’accès aux interventions chirurgicales non urgentes.
  • Augmentation des équipes de soins primaires interprofessionnelles — investissement de 15 millions de dollars pour hausser l’accès des Ontariennes et des Ontariens aux soins primaires et à une gamme de services de santé spécialisés non prodigués par un médecin qui sont financés par l’Assurance-santé de l’Ontario.
  • Modernisation et amélioration du dépistage du cancer — mesures permettant le diagnostic et le traitement précoces selon les données probantes les plus récentes.

Réduction des temps d’attente

  • Réduction du délai pour obtenir une consultation avec un fournisseur de soins spécialisés grâce à un investissement supplémentaire de 245 millions de dollars sur trois ans pour améliorer les réseaux d’aiguillage des services de traitement des douleurs lombaires et d’autres affections touchant les os et les articulations, notamment en utilisant de nouveaux outils numériques comme l’aiguillage en ligne et l’élargissement d’un système d’admission centralisé pour chaque réseau local d’intégration des services de santé (RLISS).
  • Réduction des temps d’attente pour les services clés grâce à un investissement supplémentaire de 890 millions de dollars sur trois ans pour financer un plus grand nombre d’interventions comme les chirurgies du pied, du genou, de la hanche et de la cataracte, et d’autres interventions prioritaires.
  • Augmentation des soins à domicile et en milieu communautaire grâce à un investissement supplémentaire de 85 millions de dollars sur trois ans afin d’améliorer des programmes comme : les soins infirmiers à domicile, les services de soutien à la personne et la physiothérapie ainsi que les services de répit pour les aidants. Les programmes de soins à domicile et en milieu communautaire fournissent des programmes de grande valeur aux Ontariennes et aux Ontariens, notamment 23 000 visites de soins à domicile par jour.
  • Accélération de l’accès aux services de santé mentale grâce à un investissement supplémentaire de 74 millions de dollars sur trois ans pour fournir un accès plus rapide aux services de santé mentale, notamment de nouveaux logements avec services de soutien et la psychothérapie structurée.

Amélioration de l’expérience du patient

  • Lancement de la Stratégie ontarienne en matière de démence, dotée de plus de 100 millions de dollars sur trois ans, de façon à améliorer et à mieux coordonner les services pour les Ontariennes et Ontariens atteints de démence ainsi que leurs soignants.
  • Élargissement du Programme de subventions aux résidents du Nord pour frais de transport à des fins médicales, grâce à une bonification de 10 millions de dollars qui aidera les patients du Nord à assumer les coûts associés aux déplacements afin de recevoir des soins hors de leur collectivité.
  • Aider les gens à bien vivre dans leur domicile, grâce à un investissement de 18 millions de dollars supplémentaires pour les programmes communautaires comme le service de repas à domicile et le soutien au transport.
  • Amélioration des soins maternels, comme le financement de tire-lait pour les mères d’enfants prématurés, une amélioration du dépistage des nourrissons et davantage de services de sage-femme.
Renforcer les soins de santé

Nos réalisations depuis 2013

  • Ajout de près de 1 700 médecins et de plus de 8 400 membres du personnel infirmier afin de fournir des soins de qualité aux familles de l’Ontario
  • Amélioration de l’accès aux soins à domicile et en milieu communautaire et augmentation du salaire des préposés aux services de soutien à la personne
  • Admissibilité d’un plus grand nombre de personnes âgées à la réduction du coût des médicaments, et administration gratuite du vaccin contre le zona aux personnes de 65 à 70 ans
  • Subventions d’approximativement 4 milliards de dollars afin d’agrandir, de réaménager et de moderniser des hôpitaux
  • Approximativement 39 projets hospitaliers d’envergure sont déjà achevés ou sont actuellement en chantier
  • Admissibilité aux services de dentisterie gratuits pour plus de 365 000 enfants et jeunes issus de familles à faible revenu
  • Aide offerte à plus de 7 200 familles chaque année grâce au paiement du coût d’un cycle de fertilisation in vitro
  • Élargissement du soutien en santé mentale pour plus de 50 000 enfants et jeunes en embauchant davantage de personnel de première ligne dans les écoles, les collectivités et les tribunaux

Augmentation de l’accès

Développer l’infrastructure de santé

Les investissements dans l’infrastructure de santé favorisent la création d’un système de santé viable et de grande qualité qui satisfera aux besoins des générations futures. Au cours des 10 prochaines années, la province entend fournir aux hôpitaux des subventions d’immobilisations de plus de 20 milliards de dollars. Cela inclut un nouvel engagement d’approximativement 9 milliards de dollars afin d’appuyer la construction de projets hospitaliers d’envergure à l’échelle de la province. Ces investissements transformationnels appuieront un accès en temps opportun aux bons soins, au bon moment et au bon endroit.

La province s’engage à réaliser plusieurs nouveaux projets hospitaliers prioritaires d’envergure pour répondre à l’augmentation de la demande de services de santé et remédier aux lacunes sur le plan de l’état des installations, en plus d’appuyer l’instauration de modèles de soins novateurs. Des investissements soutenus dans l’infrastructure de santé feront en sorte que le système de santé demeurera viable.

TABLEAU 4.1 Nouveaux projets hospitaliers d’envergure récemment approuvés

Sud-Ouest Système de santé de Niagara — Nouveau projet d’immobilisation à l’Hôpital de Niagara Sud Le projet comprendra la construction d’un nouvel hôpital afin d’appuyer la réorganisation des services dans la région de Niagara.
Sud-Ouest Centre de santé régional de Windsor — Nouveau projet hospitalier de Greenfield Le projet comprendra la construction d’un nouvel hôpital afin d’appuyer la transformation des services dans la région de Windsor.
Centre Hamilton Health Sciences —
Projet de réaménagement à Hamilton
Le projet répondra à la forte croissance enregistrée à l’association des sciences de la santé de Hamilton et modernisera son infrastructure vieillissante afin de satisfaire aux normes hospitalières actuelles.
Centre Trillium Health Partners —
Projet de réaménagement élargi
Le projet inclut un investissement dans l’Hôpital de Mississauga et le Centre de santé Queensway pour y ajouter des places en vue de régler le problème de capacité et pour rénover les installations existantes.
Nord Autorité sanitaire de la région de Weeneebayko — Projet de remplacement hospitalier L’Ontario s’engage à assumer la part provinciale des coûts du projet pour bâtir un nouvel hôpital qui répondra aux besoins en soins de santé de la population vivant sur les rives de la baie James. Il collaborera avec le gouvernement fédéral pour faire progresser la planification de ce projet.

La province a démontré son engagement à assurer l’avenir du système de santé de l’Ontario en donnant à plusieurs hôpitaux des subventions de planification depuis 2013. Grâce à des travaux de planification préalable détaillés, la province adopte une approche raisonnable pour satisfaire aux besoins émergents du système de santé. Les subventions de planification veillent à ce que les propositions satisfassent aux besoins des collectivités locales partout en Ontario.

Graphique 4.1 : Projets hospitaliers terminés et en cours

Projets hospitaliers terminés  et en cours
Version plus grande de l’image
Description accessible du graphique 4.1
Illustration montrant l'Hôpital Mackenzie de Vaughan
L’Hôpital Mackenzie de Vaughan sera le premier hôpital de Vaughan, lequel servira plus de 500 000 personnes.
Vue frontale de l’Hôpital Providence Care
Nouvelles installations ultramodernes de l’Hôpital Providence Care à Kingston.
Vue frontale du St. Joseph's Health Care à St. Thomas
Les installations du St. Joseph’s Health Care de London et de St. Thomas ont été terminées en 2014.
Vue frontale de l'Hôpital général d'Atiokan
Les locaux rénovés à l’Hôpital général d’Atikokan permettront d’offrir à la collectivité des soins intégrés de courte et de longue durée.
IIlustration montrant le Centre de toxicomanie et de santé mentale
Rendu du futur immeuble de soins complexes et de rétablissement de CAMH (s’inscrit dans la phase 1C).

L’Ontario s’engage également à verser une nouvelle subvention de planification de 2,5 millions de dollars au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), le plus grand hôpital d’enseignement sur la santé mentale et la toxicomanie au Canada. La subvention aidera l’hôpital à réaliser la phase 1D de son projet de réaménagement qui est axé sur les services de psychiatrie légale touchant les maladies mentales complexes, soit la phase finale du réaménagement de CAMH.

La province a élargi l’admissibilité et simplifié le processus d’approbation du financement infrastructurel communautaire afin que les milieux communautaires deviennent le lieu de prestation des soins au lieu des hôpitaux. L’Ontario finance le réaménagement et l’agrandissement des installations d’organismes comme les centres de santé communautaires, les bureaux de santé publique et les équipes de santé familiale. Les investissements dans l’infrastructure de santé communautaire favorisent le regroupement et l’intégration de nombreux services sociaux et de santé sous un même toit. Voir le chapitre II, De l’aide pour vous et votre famille, pour de plus amples détails sur les carrefours communautaires.

Le fait d’élargir l’admissibilité au financement des projets d’infrastructure communautaire permettra également de consentir les investissements nécessaires afin d’augmenter le nombre de lits de soins palliatifs partout dans la province. Le financement donnera aux installations les moyens nécessaires pour réaliser la Stratégie des soins palliatifs et des soins en fin de vie de la province et faire en sorte que les Ontariennes et Ontariens aient accès à des services de santé de grande qualité à la fin de leur vie.

Augmenter le financement de fonctionnement de tous les hôpitaux publics

Un patient âgé en fauteuil roulant et une médecin dans un hôpital
L’Ontario a réduit les temps d’attente, qui sont maintenant parmi les plus courts au pays.

Les hôpitaux de l’Ontario ont fait preuve de leadership dans leur contribution à la réorganisation du système de santé de la province. Face à la demande croissante de services complexes et très spécialisés ainsi qu’au besoin d’améliorer l’accès aux soins de santé dans les collectivités en croissance à l’échelle de la province, le gouvernement fournira au secteur 518 millions de dollars de plus en 2017‑2018, soit une augmentation de 3 %. Cet investissement fera en sorte que tous les hôpitaux recevront, au minimum, une augmentation de 2 % pour les services hospitaliers essentiels afin d’élargir l’accès aux services cliniques complexes, de limiter les temps d’attente, de préserver l’accès aux interventions chirurgicales non urgentes et de veiller à ce que les programmes de services de santé importants soient maintenus.

Investir dans les soins primaires

Une professionnelle de la santé examine l'oreille d'une enfant tenue par sa mère
Améliorer l’accès aux soins primaires en recrutant du personnel infirmier praticien, des travailleurs sociaux et des diététistes.

Les soins primaires sont le premier point de contact avec le système de santé pour la plupart des Ontariennes et des Ontariens. Par soins primaires, on entend généralement le premier niveau de soins vers lequel les gens se tournent, ce qui comprend notamment les services des médecins de famille, du personnel infirmier praticien, du personnel infirmier et des pharmaciens. Ces fournisseurs de soins jouent un rôle important dans l’amélioration de la santé et du bien-être des Ontariennes et des Ontariens, et les aident à accéder à d’autres services sociaux et de santé, comme les soins spécialisés et les soutiens dans la collectivité. L’expérience qu’ont les Ontariennes et Ontariens du système de santé est largement influencée par le type d’accès, de soins et de coordination offert par leur fournisseur ou équipe de soins de santé primaires.

L’Ontario a considérablement amélioré les soins primaires. À l’heure actuelle, 94 % de la population ontarienne déclare avoir accès à un fournisseur de soins primaires, soit 1,7 million de personnes de plus qu’en 2003. De nouveaux modèles de soins primaires ont été introduits ou élargis, notamment les centres d’accès aux services de santé pour les Autochtones, les centres de santé communautaire, les équipes de santé familiale et les cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien. Des avancées ont également été faites dans l’amélioration de la qualité, les programmes pour aider les gens à demeurer en santé et la coordination des soins pour les patients ayant des besoins complexes.

En assurant l’accès à des soins primaires de grande qualité, y compris la prévention et la prise en charge précoce des troubles de santé, en traitant les patients comme des personnes à part entière et en recourant de façon appropriée aux soins spécialisés, on peut s’attendre à une amélioration de la santé de la population, à l’équité en matière de santé et à une réduction du coût des soins.

Améliorer les équipes de soins primaires interprofessionnelles

Depuis 2003, le gouvernement a créé 184 équipes de santé familiale et mis sur pied 25 cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien, en plus d’avoir élargi et appuyé 75 centres de santé communautaire ainsi que 10 centres d’accès aux services de santé pour les Autochtones.

Ces organismes de soins primaires interprofessionnels offrent des services et programmes de soins primaires complets grâce à leurs équipes de professionnels de la santé qui comprennent des médecins, du personnel infirmier praticien, des infirmières autorisées, des aides au médecin, des diététistes, des pharmaciens, des travailleurs en santé mentale, des travailleurs sociaux, des psychologues, des physiothérapeutes, des chiropraticiens et d’autres professionnels. Les programmes sont conçus en fonction des besoins holistiques des patients et offrent un éventail de services, que ce soit pour aider les gens à prendre en charge leurs maladies chroniques ou à surmonter les épreuves de la vie ayant une incidence négative sur la santé.

Collectivement, ces 294 organismes de soins primaires offrent des soins complets, financés par l’OHIP et prodigués en équipe à plus de 4 millions d’Ontariennes et d’Ontariens.

Les investissements de la province dans ces modèles de soins dispensés en équipe ont contribué à améliorer l’accès aux soins primaires dans les collectivités qui en ont le plus besoin, ce qui a entraîné une amélioration des soins de santé à l’échelle de la province. En 2017, l’Ontario investira 15 millions de dollars supplémentaires dans les soins primaires pour créer de nouvelles équipes interprofessionnelles de soins, ou d’agrandir les équipes existantes, afin que chacune des 76 sous-régions de la province ait une équipe.

Afin d’appuyer et d’améliorer davantage ces importants services, le gouvernement maintient son engagement en investissant 145 millions de dollars supplémentaires au cours des trois prochaines années pour l’embauche et la rétention efficaces de personnel infirmier, de personnel infirmier praticien, de diététistes, de travailleurs sociaux, de pharmaciens ainsi que de réceptionnistes et d’autres fournisseurs de soins qui offrent des services précieux aux côtés des médecins de famille de ces équipes. Cette somme s’ajoute aux investissements de 85 millions de dollars dans les équipes interprofessionnelles annoncés dans le budget de 2016.

Élargir le champ d’exercice du personnel infirmier autorisé

Afin de réduire davantage les temps d’attente pour les services de santé clés, l’Ontario a également élargi les champs d’exercice de certains professionnels de la santé. Plus récemment, le gouvernement a pris des mesures afin d’élargir le champ d’exercice des infirmières et des infirmiers autorisés afin qu’ils puissent prescrire de manière indépendante certains médicaments aux patients. Cette initiative donnerait aux patients plus de choix en matière de soins primaires et améliorerait l’accès en temps opportun aux soins ainsi que l’expérience des patients, particulièrement dans les collectivités rurales et du Nord. À compter de 2017, l’Ontario améliorera davantage l’accès en élargissant le champ d’exercice d’un plus grand nombre de fournisseurs de soins de santé.

Améliorer l’accès équitable aux soins de santé par l’entremise du Plan d’action pour la santé des Premières Nations de l’Ontario

Une femme âgée autochtone assise au côté d'une professionnelle de la santé
Le Plan d’action pour la santé des Premières Nations est axé sur les soins primaires et hospitaliers, la santé publique et le soutien en situation de crise.

Investir dans la santé et le mieux-être des collectivités autochtones est l’un des nombreux jalons du cheminement de l’Ontario envers la guérison et la réconciliation. Voir également le chapitre V, Collaborer avec nos partenaires, pour obtenir plus de renseignements sur l’engagement de l’Ontario à l’égard de la réconciliation avec les peuples autochtones.

Comme annoncé dans le Plan d’action pour la santé des Premières Nations de l’Ontario (PASPNO), l’Ontario investit près de 222 millions de dollars sur trois ans. Cet investissement sera prolongé par un financement soutenu de 104,5 millions de dollars par an afin de répondre aux inégalités en matière de soins de santé et d’améliorer à long terme l’accès à des soins de santé adaptés sur le plan culturel. Bien qu’il soit axé sur les Premières Nations du Nord, où il y a d’importantes lacunes dans les services de santé, le PASPNO prévoit également des investissements dans les soins de santé autochtones à l’échelle de l’Ontario, ainsi que dans les soins à domicile et en milieu communautaire, les soins primaires, la prévention et la prise en charge du diabète, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des réserves.

Faire progresser les soins oncologiques et les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches peuvent s’avérer une composante essentielle du traitement du lymphome, de la leucémie, du myélome et d’autres troubles sanguins. Bien que la province offre un financement aux résidents de l’Ontario afin qu’ils reçoivent des traitements hors du Canada, le gouvernement se dote actuellement de la capacité de traiter dans la province des cancers complexes afin que davantage d’Ontariennes et d’Ontariens puissent recevoir les soins dont ils ont besoin plus près de chez eux.

L’année dernière, l’Ontario a annoncé des investissements de 130 millions de dollars sur trois ans pour les services d’oncologie. Au cours de la dernière année, la province a également annoncé des investissements dans l’infrastructure afin d’améliorer l’accès à des programmes très spécialisés de greffe de cellules souches au Réseau universitaire de santé, au centre des sciences de la santé de Hamilton, à L’Hôpital d’Ottawa et au Centre Sunnybrook des sciences de la santé.

En 2017, le gouvernement investira 32 millions de dollars supplémentaires afin d’intensifier ses efforts pour continuer à augmenter la capacité d’offrir, dans la province, des traitements par cellules souches pour les cancers complexes du sang. Cela signifie que jusqu’à 150 Ontariennes et Ontariens de plus recevront des greffes de cellules souches qui pourront leur sauver la vie. Au fur et à mesure que la capacité augmentera, de moins en moins de patients nécessiteront des greffes prodiguées aux États‑Unis.

Moderniser et améliorer le dépistage du cancer

L’Ontario continue de moderniser et d’améliorer les programmes de dépistage du cancer qui permettent un diagnostic et un traitement précoces se fondant sur les données probantes les plus récentes. En collaboration avec Action Cancer Ontario, la province modernisera deux tests primaires de dépistage du cancer et mettra au point un nouveau programme de dépistage pour les personnes présentant un risque élevé de cancer du poumon. Ces tests, qui sont fondés sur les dernières technologies, moderniseront le dépistage du cancer colorectal, qui passera de la recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) au test immunochimique fécal (TIF), et le dépistage primaire du cancer du col de l’utérus, qui passera du test de Papanicolaou (test Pap) au test de dépistage du virus du papillome humain (VPH) pour les femmes de 30 à 69 ans. En outre, la province lancera un projet de dépistage des personnes à risque élevé de cancer du poumon dans trois sites pilotes : L’Hôpital d’Ottawa, Horizon Santé-Nord et Lakeridge Health.

Améliorer la prise en charge de la douleur

Un Canadien sur cinq éprouve des douleurs chroniques. Grâce aux nouveaux investissements, les Ontariennes et Ontariens auront un meilleur accès au soutien et au counselling pour prendre en charge la douleur chronique dans le cadre de cliniques et d’autres services interprofessionnels de prise en charge de la douleur. De plus, les professionnels de la santé auront un meilleur accès aux outils et aux ressources qui amélioreront le traitement de la douleur chronique.

En 2017, le gouvernement a engagé 17 millions de dollars dans le cadre de cette stratégie, notamment en finançant cinq hôpitaux pédiatriques, 11 hôpitaux d’enseignement et une clinique communautaire affiliée à un hôpital afin d’améliorer ou de développer des programmes contre la douleur chronique. En 2018, un programme supplémentaire est prévu pour Horizon Santé-Nord afin de servir Sudbury et les environs. Les programmes sont axés sur des principes de prescription et des traitements qui priorisent la sécurité du patient, qui diminuent le recours aux opioïdes dans la prise en charge de la douleur et qui augmentent la capacité du patient de gérer sa douleur et d’améliorer sa qualité de vie.

Agir par rapport à la stratégie relative aux opioïdes

Les particuliers, les familles et les collectivités de partout en Ontario ont été touchés par la dépendance et les surdoses aux opioïdes.

Pour s’assurer que les patients dépendants aux opioïdes reçoivent les soins qui leur permettent d’atteindre un équilibre entre le traitement de leur dépendance et un rétablissement dans les autres facettes de leur vie, depuis 2016 les Ontariennes et les Ontariens disposent d’un accès accru à l’association buprénorphine et naloxone (commercialisée sous la marque Suboxone) comme traitement de première ligne dans le cadre des thérapies de substitution des opioïdes.

Les services d’injection supervisée (SIS) sont un volet de notre stratégie élargie qui tient compte des inquiétudes grandissantes du secteur de la santé publique à l’égard de l’usage de drogues par injection. Les SIS soutenus et gérés par la collectivité permettent aux usagers d’aller dans un environnement contrôlé pour s’injecter les drogues qu’ils se seront procurées eux-mêmes. Dans le cadre d’une stratégie exhaustive élargie de réduction des méfaits qui prévoit des mécanismes de soutien pour les gens aux prises avec une dépendance, les SIS sauveront des vies.

Le gouvernement prévoit financer trois sites pour les SIS à Toronto et un à Ottawa, sous réserve de la dérogation appropriée aux règlements du gouvernement fédéral, et mettra sur pied un comité d’examen provincial pour étudier au cas par cas de futures demandes de SIS.

Prévenir le trouble du spectre de l’alcoolisation foetale (TSAF) et appuyer les personnes touchées

L’Ontario investit 26 millions de dollars sur quatre ans afin d’accroître son soutien aux enfants, aux jeunes et aux familles touchés par le TSAF. Afin d’augmenter la sensibilisation à l’égard de ce trouble et de la manière dont il peut être prévenu. L’Ontario appuie six initiatives qui :

  • créeront un guichet unique pour obtenir des renseignements et des ressources en matière de formation;
  • financeront 56 travailleurs spécialisés dans le TSAF qui appuieront approximativement 2 500 Ontariennes et Ontariens présentant ce trouble;
  • appuieront les réseaux de soutien parental;
  • augmenteront l’accès aux initiatives sur le TSAF qui ont été mises au point par des partenaires autochtones;
  • établiront un groupe consultatif pour offrir conseils et commentaires afin d’éclairer la planification de la mise en oeuvre et la priorisation des travaux;
  • créeront un fonds de recherche et investiront dans la mobilisation des connaissances.

Ces initiatives aideront à réduire la prévalence du TSAF, à augmenter la coordination des services, à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes et à améliorer le soutien des familles et des soignants.

Réduire les temps d’attente

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, l’Ontario est un chef de file des provinces et territoires du pays en matière de temps d’attente pour les chirurgies de la hanche et du genou, ainsi que les examens par tomodensitométrie et d’IRM1.

Au cours des trois prochaines années, la province investira 1,3 milliard de dollars supplémentaires pour réduire les temps d’attente, notamment 890 millions de dollars pour des interventions chirurgicales clés et d’autres interventions prioritaires; 245 millions de dollars pour améliorer l’accès aux spécialistes, notamment de nouvelles solutions numériques visant à rationaliser les consultations et les aiguillages électroniques; 85 millions de dollars pour de nouveaux services de soins à domicile et en milieu communautaire et 74 millions de dollars pour fournir davantage de services de santé mentale.

Améliorer les interventions essentielles et les temps d’attente

Depuis 2003, afin d’aider à réduire les temps d’attente pour les patients de l’Ontario, la province a fait des investissements considérables notamment pour effectuer plus de trois millions d’interventions prioritaires spécialisées supplémentaires comme l’arthroplastie de la hanche et du genou, les traitements de radiothérapie oncologique et les chirurgies de la cataracte. Ces investissements ont fait économiser plus de 322 millions de jours d’attente aux patients depuis 2005.

Au cours de l’année qui vient, afin d’aider davantage de patients à avoir accès aux soins dont ils ont besoin dans des délais conformes aux objectifs sur les temps d’attente, la province effectuera des investissements ciblés dans les interventions à priorité élevée pour lesquelles l’accès pose problème ou la demande augmente. Ces interventions comprendront plus de 28 000 examens d’IRM supplémentaires, environ 2 100 chirurgies de la cataracte supplémentaires, ainsi que plus de 2 800 arthroplasties de la hanche et du genou supplémentaires.

Cette année, dans le cadre de l’augmentation du financement des hôpitaux, l’Ontario fournira 114 millions de dollars afin d’augmenter le nombre de services critiques offerts dans les hôpitaux et d’aider à contenir les temps d’attente pour les traitements, y compris les nouvelles interventions cardiovasculaires, l’augmentation des soins aux personnes atteintes de maladies rares et les greffes d’organes.

Rationaliser l’accès et réduire les temps d’attente pour les soins spécialisés

Le gouvernement continuera de réduire les temps d’attente pour les services de santé afin que les patients qui nécessitent des soins spécialisés puissent les obtenir dès que possible. L’Ontario consent des investissements supplémentaires afin d’aider à améliorer l’accès aux fournisseurs de soins spécialisés, notamment 20 millions de dollars pour l’amélioration des réseaux d’aiguillage grâce à des outils électroniques améliorés reliant les fournisseurs de soins primaires aux fournisseurs de soins spécialisés ainsi qu’aux équipes interprofessionnelles afin de diriger les patients vers les services appropriés de façon transparente et en temps opportun. De plus, le gouvernement investit 15 millions de dollars afin d’augmenter la disponibilité des services assurés d’optométrie.

Innover pour prodiguer des soins spécialisés en temps opportun

Afin de rationaliser l’accès aux soins spécialisés pour les patients qui sont évalués pour une arthroplastie de la hanche ou du genou, certaines régions utilisent un guichet centralisé d’admission et d’évaluation. Les patients qui nécessitent une consultation chirurgicale sont aiguillés vers le chirurgien de leur choix ou celui qui a la liste d’attente la plus courte, tandis que les patients dont l’état ne nécessite pas de chirurgie reçoivent des recommandations de traitement non chirurgical. Ce programme sera élargi à l’échelle de la province.

L’Ontario élargira les programmes comme les cliniques interprofessionnelles d’évaluation et d’éducation en matière de lombalgie (CIEEL), qui évaluent les besoins de traitement des patients et collaborent avec les fournisseurs de soins primaires et les fournisseurs de soins spécialisés comme les chiropraticiens, les physiothérapeutes et les chirurgiens. Ces programmes mettent à profit l’expertise et la totalité du champ d’exercice de nos professionnels de la santé, en donnant aux patients un accès plus rapide aux soins dont ils ont besoin, tout en réduisant leurs risques, comme la dépendance aux opioïdes durant la prise en charge de la douleur pendant la période d’attente d’un traitement. En 2017, 10 millions de dollars en nouveau financement seront affectés à cette expansion.

Accroître les soins à domicile et en milieu communautaire

Depuis 2013, le gouvernement a augmenté son investissement dans les soins à domicile et en milieu communautaire d’environ 250 millions de dollars par année, en plus de son financement courant de plus de 5 milliards de dollars. Cet investissement a permis de fournir à davantage d’Ontariennes et d’Ontariens un plus grand accès aux soins infirmiers et aux services de soutien à la personne et pour les soignants, et s’est avéré une assise solide pour aider encore plus de personnes à vivre de manière autonome à domicile, là où elles veulent vivre. Ce financement a permis de fournir plus de services et plus d’heures de soins aux patients. En 2016, parmi les clients qui ont reçu des soins à domicile, 94 % ont reçu des services infirmiers chez eux dans les cinq jours suivant l’autorisation de leur fournisseur de soins de santé2. Une partie du financement des soins à domicile et en milieu communautaire a également servi à améliorer la stabilité de la main-d’oeuvre et à augmenter les salaires des préposés aux services de soutien à la personne.

Un investissement soutenu de 250 millions de dollars en 2017‑2018 dans les services en milieu communautaire et les services de soutien à la personne aidera à satisfaire à l’augmentation de la demande et à favoriser un accès plus rapide et plus équitable aux services à l’échelle de la province. Le financement permettra de continuer à fournir davantage d’heures pour les soins complexes, à offrir un répit bienvenu pour les aidants ainsi qu’à apporter des améliorations clés aux services de santé mentale et de traitement des dépendances. Il contribuera également à fournir des soins de santé aux peuples autochtones et à appuyer la mise en oeuvre d’une stratégie pour aider les personnes touchées par la démence, y compris leurs aidants. Voir le chapitre II, De l’aide pour vous et votre famille, pour de plus amples détails.

À compter de l’automne 2017, le gouvernement offrira aussi plus de programmes d’education et de formation afin de soutenir les aidants naturels. La province a pris l’engagement d’élaborer une boîte à outils qui sera offerte en ligne et en format papier à ces partenaires qui font un travail inestimable.

Dans le rapport Amener les soins au domicile, certaines recommandations clés ont été formulées, notamment une meilleure intégration du système, de l’aide pour naviguer à travers les services offerts, plus de répit pour les aidants naturels et plus de programmes d’education et de formation à leur intention. Le gouvernement donne suite à ces recommandations et répond aux besoins des aidants naturels en créant un organisme qui sera chargé de coordonner les soutiens et les ressources en information.

Une patiente âgée en fauteuil roulant au côté d'une professionnelle de la santé, dans un hôpital
Aider plus de patients à faire la transition vers leur domicile après leur congé de l’hôpital, en conservant la même équipe de soins de santé.

Accélérer l’accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances

Les maladies mentales entraînent davantage d’années-personnes perdues par décès que le cancer, et elles nécessitent la même détermination pour améliorer les traitements et l’accès aux soutiens et aux services. La santé mentale doit être perçue comme étant aussi importante et aussi prioritaire que la santé physique. Le gouvernement de l’Ontario croit que la santé mentale fait partie intégrante de la santé tout court.

Dans le document Esprit ouvert, esprit sain : Stratégie ontarienne globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances, la première phase de la stratégie (de 2011 à 2014) se concentrait sur les services et le soutien pour les enfants et les jeunes. En se fondant sur ces réalisations, la deuxième phase de la stratégie s’adresse également aux adultes, aux jeunes en transition et aux personnes aux prises avec des dépendances, et a pour but de faire en sorte que tous les Ontariens et Ontariennes puissent accéder à des services uniformes et appropriés, peu importe où ils vivent, afin que ceux qui vivent avec une maladie mentale ou une dépendance puissent se rétablir et participer plus pleinement à la vie de leur collectivité.

L’Ontario alloue déjà plus de 3,7 milliards de dollars en financement continu aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances, y compris des services pour les enfants et les jeunes. En février 2017, la province a annoncé un investissement supplémentaire de 140 millions de dollars sur trois ans afin de faire progresser l’élargissement d’importantes initiatives fondées sur des données probantes en matière de maladie mentale et de traitement des dépendances.

Comme souligné dans le document Esprit ouvert, esprit sain, la province créera des services en se fondant sur les recommandations du Conseil consultatif pour le leadership en santé mentale et en lutte contre les dépendances de l’Ontario. Le Conseil est constitué de représentants de divers secteurs, notamment des experts et des gens qui ont une expérience vécue des maladies mentales et des dépendances.

De plus, en reconnaissance de la nécessité d’aborder la santé mentale et les dépendances dans tous les secteurs, le gouvernement constituera un comité spécial du conseil des ministres afin d’encourager le changement à l’échelle du système.

L’élargissement des services efficaces de santé mentale et de lutte contre les dépendances permettra aux personnes touchées par les maladies mentales ou les dépendances d’avoir accès plus rapidement aux services dans leur collectivité. Cela contribuera à améliorer l’accès au diagnostic précoce, avant la survenue d’une crise. On prévoit que l’investissement supplémentaire dans les services communautaires permettra de réduire la fréquence et la durée des séjours dans les établissements et hôpitaux psychiatriques, et d’appuyer les membres de la collectivité.

Augmenter l’accès à la psychothérapie structurée

Le gouvernement investit près de 73 millions de dollars sur trois ans pour offrir à des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens vivant avec des troubles comme l’anxiété et la dépression un accès accru à la psychothérapie structurée financée par les deniers publics. L’Ontario est la première province au Canada qui s’est engagée à l’égard d’un programme de psychothérapie subventionné par l’État. La psychothérapie structurée aide les patients à apprendre des stratégies leur permettant d’améliorer leur santé mentale et leur qualité de vie. Davantage d’Ontariennes et d’Ontariens auront dorénavant accès à cette thérapie fondée sur des données probantes, en ligne ou en personne, en séances individuelles ou de groupe. Pendant ce temps, le gouvernement collaborera avec le Conseil ontarien de la qualité des services de santé et d’autres intervenants afin de mettre au point des normes de qualité pour un programme provincial de psychothérapie structurée.

L’Ontario explore également des possibilités de mieux intégrer les soins pour le trouble dépressif majeur en améliorant l’aiguillage vers les fournisseurs de soins de santé les plus appropriés et en élargissant la portée des outils de communication entre les fournisseurs de soins primaires et les psychiatres. Cela permettra à davantage de patients de profiter de soins bien coordonnés et prodigués en équipe.

Fournir plus de logements avec services de soutien

L’Ontario investit plus de 45 millions de dollars sur trois ans pour fournir jusqu’à 1 150 logements supplémentaires avec services de soutien pour les personnes atteintes de graves problèmes de santé mentale et de toxicomanie, et qui sont sans abri ou à risque de le devenir. Ces logements seraient un endroit stable, sûr et abordable où habiter, qui donnerait également accès à des services de soutien. Grâce à ces nouveaux investissements, le gouvernement aura financé d’ici 2019 près de 17 000 logements avec services de soutien pour des personnes atteintes de maladie mentale ou de toxicomanie, et d’autres personnes vulnérables.

Réunir les services à la jeunesse au sein de points d’accès uniques

Les centres de services intégrés pour les jeunes offrent une approche novatrice pour le dépistage et l’intervention précoces dans les cas de trouble de santé mentale et de dépendance, chez les jeunes ainsi que chez les jeunes adultes, afin d’aider à prévenir l’émergence de problèmes plus graves plus tard. En établissant de nouvelles manières de collaborer avec des partenaires communautaires, le gouvernement met sur pied et évalue un réseau qui comprendra jusqu’à neuf centres. Ces centres offriront aux personnes de 12 à 25 ans des services sans rendez-vous de santé mentale et de lutte contre les dépendances, ainsi que d’autres services sociaux et de soutien à la santé et à l’emploi regroupés dans un guichet unique axé sur les jeunes.

Améliorer l’expérience du patient

Appuyer les personnes âgées dans leur communauté

L’Ontario met en oeuvre de nombreuses initiatives importantes en 2017 afin d’appuyer la santé des personnes âgées et de leur famille. Ces initiatives sont décrites plus en détail dans le chapitre II, De l’aide pour vous et votre famille.

Le gouvernement lance une nouvelle Stratégie en matière de démence qui fournira plus de 100 millions de dollars sur trois ans afin d’élargir l’accès aux soins les plus appropriés et aux soutiens à l’échelle de la province pour les patients et leurs soignants.

La province affecte également 8 millions de dollars au cours des trois prochaines années afin d’appuyer 40 nouveaux centres communautaires. Ces centres, 263 au total, fournissent des services de transport, des programmes sociaux et de loisirs ainsi que d’autres soutiens afin d’aider les personnes âgées à demeurer actives et autonomes dans leur collectivité.

Améliorer les soins de longue durée

Les foyers de soins de longue durée fournissent des soins et du soutien en établissement à certains des citoyens les plus vulnérables de l’Ontario. L’Ontario fait des investissements dans les soins de longue durée afin d’améliorer les services, par exemple en allouant 58 millions de dollars pour les soins aux résidents. Pour obtenir de plus amples détails sur les foyers de soins de longue durée, voir le chapitre II, De l’aide pour vous et votre famille.

Veiller à offrir la meilleure qualité de soins aux patients

La Loi de 2010 sur l’excellence des soins pour tous souligne l’importance de la qualité au sein du système de soins de santé en définissant la qualité pour le secteur de la santé, en renforçant la responsabilité partagée à l’égard de la qualité des soins et en s’assurant que les organismes de soins de santé divulguent les renseignements sur la qualité des soins qu’ils prodiguent. Qualité des services de santé Ontario (QSSO), un organisme constitué aux termes de cette loi, aide à améliorer les soins prodigués en Ontario en faisant la promotion des soins de santé fondés sur les meilleures données scientifiques. En 2017‑2018, QSSO publiera des normes de qualité dans de nombreux domaines cliniques, ce qui établira d’importants volets de soins de grande qualité pour les patients du système de santé.

Chaque année, Qualité des services de santé Ontario publie À la hauteur, un rapport complet décrivant l’expérience du système de santé vécue par les patients de l’Ontario afin que ces derniers puissent mieux comprendre le rendement du système.

Par l’entremise de son Comité consultatif ontarien des technologies de la santé (CCOTS), QSSO fait des recommandations au gouvernement concernant le financement fondé sur les meilleures données probantes disponibles pour les services de soins de santé et les appareils médicaux. Les conseils du comité éclairent d’importantes décisions pour déterminer quels technologies et services nouveaux et novateurs devraient faire l’objet d’investissements. Par exemple, QSSO a conseillé d’investir en 2017‑2018 dans les technologies innovantes en soins cardiovasculaires comme le traitement endovasculaire des AVC. Depuis 2011, le CCOTS a présenté plus de 70 recommandations au gouvernement.

Rendre plus abordable le transport à des fins médicales dans le Nord

Le gouvernement augmente les soutiens disponibles afin d’aider les patients du Nord de l’Ontario qui doivent parcourir de longues distances pour avoir accès à des services médicaux spécialisés.

Le Programme de subventions accordées aux résidents du Nord de l’Ontario pour frais de transport à des fins médicales aide les résidents à assumer les dépenses de déplacement pour avoir accès à des services de santé assurés par l’OHIP prodigués par un spécialiste ou un établissement de santé désigné, et qui ne sont pas offerts dans un rayon de 100 kilomètres du domicile.

Au cours des trois dernières années, le programme a aidé plus de 600 000 Ontariens et Ontariennes du Nord à avoir accès à des services médicaux spécialisés ou à des interventions effectuées dans des établissements de santé.

L’investissement de 10 millions de dollars fournira un financement additionnel pour les Ontariennes et Ontariens du Nord grâce à une amélioration de l’allocation d’hébergement. Elle remboursera plus d’une nuit d’hébergement aux personnes qui doivent demeurer hors du domicile plus d’une nuit lorsqu’elles partent du Nord pour recevoir un service assuré par l’OHIP. Grâce à cet investissement, le coût du transport permettra aux résidents du Nord de recevoir les soins dont ils ont besoin et n’entravera pas leur capacité d’accéder aux services de santé qui ne sont pas disponibles à proximité de leur domicile.

Améliorer les soins pour les mères, les bébés et les enfants

En 2017, l’Ontario investira dans des programmes nouveaux et existants afin d’améliorer la santé des enfants et des mères. Cet investissement inclut un nouveau dépistage de l’ouïe chez les nourrissons dans le cadre du programme Dépistage néonatal Ontario. Ce nouveau dépistage permettra de repérer approximativement 100 bébés par année qui sont touchés par une perte d’audition et permettra une intervention plus précoce et une amélioration des résultats cliniques. L’Ontario investit également dans la création d’un programme de dépistage prénatal provincial qui améliorera l’accès à des tests de dépistage prénatal normalisés et de grande qualité dans toute la province.

Un nouveau réseau de santé intégré pour les enfants, Kids Health Alliance à l’hôpital Sick Kids, sera mis sur pied en Ontario. Il améliorera les soins que les enfants reçoivent dans les services des urgences des hôpitaux de la province. Ce réseau permettra de créer un système de santé plus coordonné, uniforme et de grande qualité pour les enfants et leur famille.

De plus, on met sur pied des soutiens améliorés pour les bébés prématurés et leur famille grâce à un investissement dans une banque de lait maternel de l’Ontario, de même qu’un nouveau programme afin d’améliorer l’accès aux tire-lait pour les mères de bébés prématurés.

La province continue d’investir et d’appuyer les familles touchées par une fausse-couche ou la perte d’un nouveau-né en élargissant les services de soutien et en améliorant la collecte de données afin d’honorer les engagements pris dans le cadre de la Loi de 2015 sur la sensibilisation au deuil périnatal, la recherche sur ce genre de deuil et l’aide aux personnes vivant un tel deuil.

Les services de sages-femmes fournissent des options d’accouchement à faible risque afin d’améliorer la qualité des soins et d’en augmenter la valeur pour les Ontariennes et Ontariens. En 2017, le gouvernement continuera d’élargir les choix et les soins de grande qualité pour les familles qui attendent un enfant en favorisant la croissance du secteur des sages-femmes et en pourvoyant jusqu’à 90 postes. Cette croissance soutenue augmentera l’accès à des soins sûrs et axés sur la famille prodigués aux femmes enceintes et aux nouveau-nés dans toute la province.

On prévoit qu’environ 250 nouvelles sages-femmes entreront dans la profession au cours des trois prochaines années. Les familles des femmes présentant une grossesse à faible risque disposeront de plus de choix de soins de qualité, ce qui réduira le recours aux soins hospitaliers ou spécialisés, qui sont plus coûteux.

Dans le cadre du programme de services de sages-femmes amélioré de l’Ontario, deux nouvelles sages-femmes autochtones seront embauchées au sein de la Dilico Family Health Team Clinic de la Première Nation de Fort William. Elles offriront des soins culturellement adaptés à jusqu’à 30 femmes et à leurs enfants autochtones au cours des trois prochaines années dans la région assujettie au Traité Robinson-Supérieur (districts de Thunder Bay et d’Algoma).

Le gouvernement investit afin de mettre en place cinq programmes de services de sages-femmes autochtones supplémentaires dans la province : K’Tigaaning Midwives, Powassan; Kenhte:ke Midwives, Tyendinaga Mohawk Territory; Onkwehon:we Midwives, Akwesasne; Shkagamik-Kwe Health Centre, Sudbury; Southwest Ontario Aboriginal Health Access Centre, London. L’Ontario offre également des subventions de planification aux organismes autochtones de toute la province pour étudier comment des services de sages-femmes pourraient être créés dans leurs collectivités.

Intégrer les services de santé à l’échelle locale

Depuis 2006, les réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) ont guidé le financement et la planification pour les hôpitaux, les soins à domicile et en milieu communautaire, les services de santé mentale et les soins de longue durée. Dans le budget de 2016, à la suite de consultations exhaustives du public dans le cadre de Priorité aux patients : Plan d’action en matière de soins de santé, la province a proposé de mieux intégrer les soins de santé, particulièrement les soins primaires, à domicile et en milieu communautaire, et d’encourager une collaboration plus étroite avec les organismes de santé publique afin que les patients de l’Ontario reçoivent des soins harmonisés, uniformes et de grande qualité.

En 2017, l’Ontario passera aux prochaines étapes pour perfectionner le modèle en élargissant l’autorité des RLISS afin qu’ils assument la responsabilité de la planification des soins primaires ainsi que de la prestation des soins à domicile et en milieu communautaire.

À compter de 2017, les RLISS commenceront également à travailler à l’échelle de petites sous-régions, pour s’assurer que les besoins particuliers en santé des collectivités sont mieux déterminés et satisfaits. Ces sous-régions assurent une meilleure approche, plus locale, en matière de planification et d’amélioration du rendement pour les collectivités diversifiées de l’Ontario.

Conformément à la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients, l’Ontario appuie la participation des patients. Le ministre de la Santé et des Soins de longue durée constituera un Conseil consultatif provincial des patients et des familles qui le conseillera sur le renforcement de la participation des patients et les principales priorités quant aux politiques de la santé qui ont une incidence sur les soins et l’expérience des patients. Ainsi, les besoins et les préoccupations des patients et des soignants seront entendus et compris. Chacun des 14 RLISS de l’Ontario établira un tel comité à l’échelon régional afin d’améliorer les communications entre les patients, les familles et les RLISS, de favoriser une amélioration de l’expérience des soins vécue par les patients et d’encourager la participation des patients à la prestation des soins.

Faciliter l’accès aux services de santé

Tout comme les entreprises, les organismes internationaux et d’autres gouvernements, l’Ontario reconnaît l’importance et la valeur des technologies de l’information et des communications pour éclairer et faire progresser les soins aux patients. Les investissements consentis jusqu’à maintenant ont jeté les bases du système de cybersanté d’aujourd’hui et ont été, de manière appropriée, concentrés sur les organismes de santé et les cliniciens. Il est temps d’en faire plus. Tandis que les Ontariennes et Ontariens découvrent de nouvelles manières d’utiliser la technologie pour simplifier et faciliter leur quotidien, l’Ontario doit faire de même pour les patients, qu’il s’agisse d’accéder à des dossiers de santé en ligne, d’accéder à des soins à domicile pour un proche sans sortir de chez soi ou d’utiliser des technologies de télémédecine.

En 2017, la province publiera un plan d’action en 10 points sur la cybersanté en Ontario et investira 15 millions de dollars afin de créer de nouvelles manières pour les patients et leur famille d’accéder par des moyens numériques à des renseignements et des services de santé. Ces mesures renforceront la qualité, l’efficacité et la responsabilisation des soins prodigués et stimuleront l’innovation et la croissance de l’économie grâce aux investissements dans la cybersanté, ce qui réduira les temps d’attente, améliorera l’accès aux soins et rehaussera l’expérience des patients.

Protéger l’avenir des soins de santé

Un plus grand nombre d’Ontariennes et d’Ontariens veulent jouer un rôle actif dans la protection et l’amélioration de leur santé et leur mieux-être, et le gouvernement peut les aider en leur fournissant plus de renseignements sur le tabagisme, les habilitant ainsi à faire des choix plus sains.

Favoriser un Ontario sans fumée

Un signe d'interdiction de fumer
Aider plus de fumeurs à cesser de fumer fait partie de la stratégie Un Ontario sans fumée.

La prévalence du tabagisme a diminué en Ontario, passant de 19,4 % en 2011 à 17,4 % en 2014; cependant, deux millions de personnes fument encore. Afin d’aider plus d’Ontariennes et d’Ontariens à cesser de fumer et à réagir à la situation actuelle caractérisée par l’arrivée de nouveaux produits, en 2017, le gouvernement modernisera sa stratégie Un Ontario sans fumée.

Le gouvernement poursuivra son engagement prioritaire à l’égard d’un Ontario sans fumée. En fournissant gratuitement des produits de remplacement de la nicotine ainsi qu’en investissant dans de nouveaux programmes d’abandon du tabagisme à l’échelle de la province, les Ontariennes et Ontariens auront le soutien dont ils ont besoin pour cesser de fumer et demeurer en santé.

Le gouvernement continuera également de s’appuyer sur les progrès de la stratégie en augmentant les taux de taxation du tabac de 10 $ la cartouche de cigarettes au cours des trois prochaines années, à commencer par une hausse immédiate de 2 $ la cartouche, laquelle entrera en vigueur à 0 h 01, le vendredi 28 avril 2017. Les taxes sur le tabac constituent un moyen éprouvé d’appuyer les efforts de cessation et de prévention du tabagisme, et ces hausses aideront à abaisser le taux de tabagisme en Ontario afin qu’il devienne l’un des plus bas au Canada.

Une famille qui prépare un repas dans une cuisine
Le Programme d’action communautaire Enfants en santé aide à créer des collectivités où il est facile pour les enfants de mener une vie saine.

Innovation dans le domaine de la santé

Grâce à la création du Bureau du stratège en chef de l’innovation en santé, le gouvernement favorise l’adoption et la diffusion de nouvelles technologies et processus en santé afin d’améliorer les résultats des patients, d’ajouter de la valeur au système de santé de l’Ontario et de créer des emplois. Cela s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement pour faire croître les petites et moyennes entreprises en Ontario, tout en transformant le système de santé.

Grâce au Fonds pour les technologies de la santé doté de 20 millions de dollars, l’Ontario améliore les soins aux patients avec des technologies de pointe en versant des subventions à 15 nouveaux projets qui amélioreront les soins aux personnes vivant dans leur domicile et leur collectivité. L’année prochaine, le gouvernement de l’Ontario fournira des subventions à des projets additionnels. Le fonds appuie la mise au point de technologies de la santé ontariennes qui améliorent les soins et créent de la valeur ainsi que des emplois pour le système de santé.

Fonds de recherche sur le système de santé

Les preuves scientifiques sont plus nécessaires que jamais afin de résoudre les enjeux complexes du secteur de la santé. L’Ontario continuera d’investir dans le Fonds de recherche sur le système de santé (FRSS) en créant notamment deux nouveaux prix en 2017 : le prix du programme et l’appel ciblé pour la recherche en sciences infirmières. En favorisant la collaboration entre les chercheurs et les utilisateurs des connaissances, ce Fonds contribue aux priorités stratégiques du système de santé et à la réalisation du plan d’action Priorité aux patients.

Notes

1 Institut canadien d’information sur la santé, Les temps d’attente pour les interventions prioritaires au Canada, 2017.

2 Site Web de Qualité des services de santé Ontario, http://www.hqontario.ca/Rendement-du-système/Rendement-des-soins-à-domicile.

Description des graphiques

Graphique 4.1 : Projets hospitaliers terminés et en cours

Cette carte indique les projets d’infrastructures de santé qui sont terminés, en construction ou en planification, partout en Ontario.

Retourner au graphique 4.1