Introduction

Monsieur le Président, j’ai l’honneur de déposer le budget de l’Ontario de 2017.

Il y a quatre ans, le gouvernement a promis d’équilibrer le budget.

Et aujourd’hui, Monsieur le Président, je suis fier d’annoncer que…

Grâce au travail acharné des Ontariennes et des Ontariens…

Nous y sommes parvenus!

Le budget de 2017 est un budget équilibré.

Permettez-moi de remercier mes collègues...

Ainsi que mon personnel et les fonctionnaires dévoués du ministère des Finances et du Conseil du Trésor de l’Ontario…

Qui ont travaillé sans relâche pour préparer les documents que je présente aujourd’hui…

Et, surtout, j’aimerais remercier la première ministre, Madame Wynne, pour son leadership constant qui nous a permis de respecter notre engagement envers la population de l’Ontario.

La voie que nous avons choisie pour équilibrer le budget

Monsieur le Président, je voudrais prendre quelques minutes pour parler de ce que nous avons accompli.

Nous revenons de loin, et le chemin parcouru pour parvenir à l’équilibre n’a pas été facile.

Notre gouvernement a équilibré trois budgets consécutifs avant la récession mondiale…

Avant que les marchés financiers ne s’effondrent en 2008.

Après cette année fatidique, Monsieur le Président, nous avons eu des choix critiques à faire.

En vue d’éliminer le déficit, nous pouvions faire ce que certains suggéraient : soit réduire les dépenses, et sabrer les programmes et les services sur lesquels les gens comptaient…

Soit adopter une approche plus réfléchie et davantage fondée sur des principes :

Faire des investissements stratégiques et stimuler la croissance économique.

Nous avons donc choisi d’investir dans notre population.

D’investir dans notre économie.

D’investir dans la reprise économique de l’Ontario.

Pour que les familles de l’Ontario puissent traverser la récession et en sortir sans perdre leur maison…

Pour que les enfants de l’Ontario puissent continuer d’obtenir une excellente éducation et préparer leur avenir…

Et pour que nos parents et nos grands-parents puissent consulter un médecin et se rétablir rapidement.

Monsieur le Président, pour notre gouvernement, il ne faisait aucun doute…

Que les familles de l’Ontario étaient notre priorité.

Nous savions que faire des investissements cruciaux était la bonne chose à faire pour notre population.

Nous savions que faire des investissements cruciaux était la bonne chose à faire pour notre économie.

Nous avons choisi d’investir dans les hôpitaux, les écoles, les routes, les ponts et les transports en commun.

Nous nous sommes assurés que plus de jeunes que jamais auparavant termineraient leurs études secondaires.

Et nous avons adopté une approche fondée sur des principes pour protéger les travailleurs, et les emplois dans le secteur de l’automobile, de Windsor à Oshawa.

Nous avons aidé les entreprises à se développer en réduisant les taxes et les impôts des sociétés afin d’accroître leur compétitivité.

Grâce à ces choix, nous étions en bonne position lorsque la récession a pris fin.

Et nous avons connu une croissance.

Monsieur le Président, près de 700 000 nouveaux emplois nets ont été créés depuis le creux de la récession.

Et la majorité de ces emplois sont des emplois bien rémunérés… des emplois à temps plein… des emplois dans le secteur privé.

Notre taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale et il est à son plus bas niveau depuis 2007.

Notre économie est en croissance et mène le bal.

L’an dernier, notre PIB s’est accru de 2,7 p. 100.

C’est presque deux fois le taux de croissance de tout le Canada.

Cette croissance est supérieure à celle de l’Allemagne, qui est de 1,9 p. 100.

Elle est supérieure à celle des États-Unis, qui est de 1,6 p. 100.

Elle est supérieure à celle de tous les pays du G7.

Comment en sommes-nous arrivés là, Monsieur le Président?

En 2008… au même moment où nous investissions dans notre population…

Nous commencions aussi à éliminer le déficit, petit à petit, année après année.

En contrôlant les dépenses et en trouvant des économies à réaliser.

Donc, en 2009, quand nous étions au plus creux de la récession et que les Ontariennes et Ontariens avaient le plus besoin de leur gouvernement, le déficit était de 19 milliards de dollars…

Puis, en 2011, alors que les répercussions de la récession se faisaient encore sentir, il est descendu à 13 milliards de dollars…

En 2014, lorsque l’Ontario montrait des signes évidents de reprise et que des milliers de nouveaux emplois étaient créés, il était de 10 milliards de dollars…

Au dernier exercice, alors que l’Ontario devenait un chef de file économique au Canada, il était inférieur à 2 milliards de dollars…

Et maintenant, j’ai le plaisir d’annoncer que nous allons équilibrer le budget… cette année.

De plus, nous prévoyons que l’année prochaine, et dans deux ans, il sera encore équilibré.

La population de l’Ontario peut y compter.

Nous sommes arrivés à ce point parce que nous avions un plan pour faire croître l’économie.

Année après année… et budget après budget…

Nous nous en sommes tenus à ce plan… inlassablement…

En maintenant notre population et notre fragile reprise sur la bonne voie…

Jusqu’à ce que nous ayons atteint notre but.

Et, Monsieur le Président, sur le chemin du retour à l’équilibre…

Nous avons aussi consolidé les services et les programmes cruciaux sur lesquels les Ontariennes et Ontariens comptent.

Nous avons déployé le programme de la maternelle et du jardin d’enfants à temps plein à l’échelle de notre province…

En préparant mieux 260 000 enfants dès leur tendre enfance et en fournissant plus de soutien aux parents.

Nous avons instauré la gratuité scolaire pour les étudiantes et étudiants du palier postsecondaire admissibles…

Pour nous assurer que chacun réalise son potentiel, quel que soit son revenu familial.

Parce que les gens représentent notre avantage concurrentiel.

Nous avons amélioré les soins de santé aussi.

Nous avons ajouté du personnel infirmier et des médecins au système de santé de l’Ontario.

Nous avons fourni des services dentaires gratuits à plus de 365 000 enfants provenant de familles à faible revenu.

Et nous avons élargi les services de santé mentale pour plus de 50 000 jeunes.

Nous avons stimulé la croissance de l’emploi.

Et nous avons investi dans l’infrastructure, dont 50 milliards de dollars dans une nouvelle infrastructure de production et de distribution d’électricité pour accroître l’intégrité du réseau d’énergie et le rendre plus propre.

Monsieur le Président… je demande à mes concitoyens ontariens d’imaginer, en considérant ce que nous avons réussi à faire pour renforcer la province pendant la période de reprise…

Ce que nous pouvons faire maintenant que nous sommes dans une bien meilleure position.

Monsieur le Président, nous avons bâti ensemble un Ontario concurrentiel qui sera bien placé pour réussir dans l’économie mondiale…

Et maintenant, nous croyons qu’il est temps d’envisager la prochaine étape.

Parce qu’un budget équilibré n’est jamais une fin en soi.

Pour les Ontariennes et Ontariens, ce n’est qu’un début. Un budget équilibré nous donne les moyens de façonner notre avenir et de bâtir une société plus équitable.

Le but, pour chacun de nous, je crois, est une meilleure qualité de vie, une société plus inclusive, un Ontario plus humain.

Cela nous donne un avantage concurrentiel, parce que de plus en plus de pays aujourd’hui se referment sur eux-mêmes.

Cependant, en clamant, fièrement et sans équivoque…

Que nous bâtissons un Ontario plus fort… nous attirerons les meilleurs et les plus brillants, qui viendront vivre, travailler et élever leur famille… ici même.

Et nous bâtirons un Ontario qui est tout aussi compatissant qu’il est concurrentiel.

Monsieur le Président, aujourd’hui, en déposant un budget équilibré, nous franchissons cette étape pour bâtir cet Ontario.

Demeurer forts

Tout commence, Monsieur le Président… par la protection des gains que nous avons faits jusqu’à maintenant.

Et l’impératif de demeurer forts.

Cela signifie continuer d’aider nos jeunes gens talentueux et hautement scolarisés à trouver d’excellents emplois et à poursuivre des carrières valorisantes.

Alors, Monsieur le Président, pour continuer d’aider les étudiantes et étudiants à trouver d’excellents emplois à la fin de leurs études, nous lançons la Stratégie de démarrage de carrière de l’Ontario.

Nous allons travailler de concert avec nos collèges et universités, les employeurs et nos autres partenaires pour aider plus d’étudiantes et d’étudiants à acquérir de l’expérience en milieu de travail pendant leurs études.

Nous allons investir près de 190 millions de dollars sur trois ans pour aider à créer 40 000 places dans des programmes travail-études.

Un nombre accru d’élèves du secondaire, d’étudiantes et d’étudiants du palier postsecondaire et de récents diplômés auront une longueur d’avance après l’obtention de leur diplôme.

Par conséquent, leur CV suscitera d’autant plus l’intérêt.

Et pour faciliter la transition de jeunes vers le marché du travail…

Les récents diplômés n’auront pas à commencer à rembourser la composante provinciale des prêts du RAFEO…

Avant de toucher un salaire de 35 000 $ par année.

Nous croyons que l’apprentissage continue toute la vie, Monsieur le Président.

Alors, pour les adultes qui sont à la recherche de nouvelles occasions d’apprentissage, d’un meilleur emploi ou d’une nouvelle carrière, nous lançons le Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle.

Ce plan aidera les adultes à acquérir les compétences en littératie, en numératie et en numérique dont ils ont besoin pour réussir dans une économie en mutation.

Nous allons aussi recalibrer notre programme Deuxième carrière…

Qui a été crucial pour les sans-emploi pendant la récession…

Et maintenant, pour mieux répondre aux besoins d’une économie et de lieux du travail en constante évolution, le programme doit aussi changer…

Pour améliorer les compétences des travailleurs afin de les aider à s’adapter ou à trouver un autre emploi.

Et afin que personne ne soit laissé pour compte, nous allons resserrer les systèmes de sécurité du revenu de l’Ontario et resserrer nos lois relatives au travail.

Monsieur le Président, nous sommes fiers aussi de lancer un projet pilote de revenu de base.

Pour déterminer si le revenu de base serait un moyen plus simple et plus efficace de faire en sorte que le marché du travail changeant offre plus de sécurité et d’occasions…

De soutenir les personnes à faible revenu…

Et de réduire la pauvreté.

Nous donnons la priorité à la création d’emplois, stimulée par des entreprises prospères.

Pour continuer de renforcer les activités commerciales, nous maintiendrons des taux concurrentiels de l’impôt sur le revenu des sociétés, et continuerons de moderniser les règlements et de réduire les coûts pour les entreprises.

Monsieur le Président, je suis fier d’affirmer que nous demeurerons à l’avant-garde du passage mondial à la nouvelle économie…

Nous allons continuer de nous attaquer au changement climatique d’une manière qui assainit l’environnement, édifie une économie sobre en carbone et crée des emplois.

Nous n’allons pas tourner le dos à la science, ni aux générations futures.

Notre Plan d’action contre le changement climatique, et le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre, produisent déjà des résultats, contribuant à améliorer la qualité de vie au quotidien tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Par exemple, Monsieur le Président, nous investissons 200 millions de dollars cette année pour améliorer l’efficacité énergétique de nos écoles.

Nous aidons aussi les ménages et les entreprises à adopter des technologies sobres en carbone éprouvées par l’entremise du Fonds pour un Ontario vert.

Monsieur le Président, nous allons aussi adhérer aux technologies transformatrices, et investir dans ces technologies, pour que, au lieu d’être à la remorque du changement, l’Ontario devienne un chef de file de ce changement et en récolte les avantages au chapitre des emplois et de la croissance économique.

Des domaines comme l’intelligence artificielle, la cinquième génération de télécommunications, l’informatique de pointe et les technologies quantiques.

Et nous continuerons à être les leaders dans le secteur de l’automobile, en investissant 80 millions de dollars pour créer le Réseau ontarien d’innovation pour les véhicules automatisés.

Ce réseau d’innovation inclura la nouvelle zone pilote à Stratford où sera mise à l’essai cette technologie de pointe.

La technologie change dans chaque secteur de l’économie, Monsieur le Président, et nous aidons l’Ontario à rester dans le peloton de tête.

En mars, nous avons annoncé l’octroi de 19 millions de dollars pour aider le secteur serricole à investir dans les technologies innovantes, à réduire les coûts de production et à accroître la productivité…

Pour redonner vie au slogan ontarien « À bonne terre, bons produits ».

Monsieur le Président, nous allons continuer d’accélérer le déplacement des gens et des biens.

Nous offrons plus de choix aux usagers en fournissant un Service ferroviaire express régional GO plus rapide et plus fréquent, et en introduisant le transport léger sur rail à Hamilton, à Ottawa et à Toronto.

Et, Monsieur le Président, nous encourageons plus de personnes à emprunter ces réseaux dans toutes les régions de la province en offrant aux aînés de 65 ans et plus le nouveau crédit d’impôt de l’Ontario aux personnes âgées pour le transport en commun.

Par ailleurs, nous élargissons des routes dans le Nord et nous réparons des ponts et des chaussées dans les collectivités rurales.

De Thunder Bay à Sault Ste. Marie, de Kapuskasing à North Bay.

C’est pourquoi j’ai le plaisir d’annoncer que l’enveloppe de notre plan pluriannuel d’investissement dans l’infrastructure, comme les routes et le transport en commun, ainsi que dans les hôpitaux et les écoles a augmenté pour atteindre plus de 190 milliards de dollars.

C’est le plus grand investissement dans l’infrastructure de l’histoire de notre province.

Monsieur le Président, nous reconnaissons qu’il est difficile pour les familles de faire face à la hausse du coût de la vie.

C’est pourquoi nous en faisons plus pour les aider à assumer les frais courants.

En vertu du Plan ontarien pour des frais d’électricité équitables, nous proposons de réduire la facture d’électricité des ménages de 25 p. 100 en moyenne pour chaque famille de l’Ontario.

Pour beaucoup, la hausse des prix du logement dans la province est un grand sujet de préoccupation.

Monsieur le Président… l’une des forces de l’économie de l’Ontario réside dans le fait que la plupart des particuliers ont toujours eu la possibilité de posséder une maison s’ils le souhaitaient.

La vigueur du marché de l’habitation témoigne de la vitalité de l’économie de l’Ontario.

Mais cela complique aussi les choses pour ceux qui veulent acheter un premier logement.

S’établir.

Se constituer un pécule.

La question de l’abordabilité du logement est complexe, mais à la source du problème se trouve un principe simple :

Il est injuste que certains spéculateurs fortunés fassent grimper le prix des demeures familiales…

Aux dépens des familles travailleuses qui tentent d’épargner suffisamment pour réaliser leur rêve d’avoir un endroit où élever leurs enfants…

D’avoir un foyer.

C’est pourquoi nous prenons des mesures réfléchies et rationnelles dans le cadre du plan de l’Ontario pour le logement équitable.

Ainsi, nous allons nous attaquer aux activités des spéculateurs immobiliers qui empêchent les particuliers de pouvoir acheter un logement dans les nouveaux ensembles immobiliers…

Et proposer un impôt de 15 % sur la spéculation pour les non-résidents, l’ISNR, dans la région élargie du Golden Horseshoe.

Cette mesure n’a pas pour but de dissuader les investisseurs.

Au contraire, de nombreux investisseurs de l’extérieur de la province tirent déjà parti du taux de change favorable.

L’Ontario demeure un endroit des plus intéressants où investir et faire des affaires.

Les gens sont attirés par l’Ontario...

En raison de son économie en plein essor, de son secteur bancaire solide, de son système judiciaire stable ainsi que de son robuste réseau de soins de santé universels et de son système d’éducation publique vigoureux.

Et nous voulons que les investisseurs de partout dans le monde continuent de faire des placements dans notre province.

Cependant, nous sommes d’avis que faute de vivre ici et de contribuer à l’économie locale, les spéculateurs doivent payer leur juste part.

Monsieur le Président, nous proposons aussi d’étendre la portée du contrôle des loyers à tous les logements locatifs dans la province…

Afin de mieux protéger les locataires.

Nous allons accroître l’offre en réduisant les formalités administratives qui ralentissent l’approbation de la réalisation de nouveaux immeubles.

Ces mesures s’inscrivent dans notre vaste plan d’action visant à atténuer la hausse du prix des logements en Ontario…

Pour que les familles puissent trouver une habitation qui répond à leurs besoins.

Soutenir les aidants naturels

Monsieur le Président… nous avons tous pris soin d’une personne qui avait besoin de notre aide.

Un enfant peut-être... ou un parent.

Il nous arrive même de nous occuper à la fois de nos enfants et de nos parents vieillissants.

Même si nous disposons d’un excellent système de santé publique et de très bons services de santé communautaire...

Ce sont souvent les familles qui répondent à l’appel pour venir en aide à un être cher qui en a besoin.

Monsieur le Président, nous voulons honorer ce choix.

Par conséquent, l’une des premières mesures que nous prendrons pour rendre l’Ontario encore plus compatissant sera de fournir des soutiens additionnels aux aidants naturels.

Et cela, qu’il s’agisse de prendre soin d’un enfant, d’un parent vieillissant ou d’un proche qui a des besoins particuliers ou des problèmes de santé mentale...

Nous voulons aider à alléger le fardeau.

À cette fin, nous verserons 20 millions de dollars pour soutenir les services de répit pour les personnes prenant soin bénévolement d’un proche qui, par exemple, est âgé, souffre de démence ou reçoit des soins à domicile.

Ce financement vise à fournir des services de soutien à la personne ou de soutien infirmier à domicile qui permettent aux aidants naturels de prévoir des moments de repos dans le travail crucial qu’ils effectuent.

Conscients des pressions financières que peuvent éprouver les aidants naturels, nous proposons un nouveau crédit d’impôt à leur intention.

Nous savons que les aidants naturels peuvent se sentir isolés et dépassés par la situation.

C’est pourquoi, dès cet automne, nous fournirons des programmes d’éducation et de formation aux aidants naturels bénévoles.

Nous allons également de l’avant avec le projet de créer un nouvel organisme qui aura pour mandat de soutenir les aidants naturels et de les aider à réseauter.

Nous proposons ces mesures, Monsieur le Président, parce que nous soutenons ceux et celles qui ont choisi de prendre soin d’un être cher.

Veiller à l’avenir de nos enfants

Monsieur le Président, nous savons depuis longtemps que la réussite de nos enfants dans la vie…

Dépend pour beaucoup du coup de pouce qu’on leur donne au départ.

C’est pourquoi nous aiderons 100 000 enfants de plus à avoir accès à des services de garde agréés de qualité et abordables.

Cette année, nos investissements aideront 24 000 enfants de plus grâce à de nouvelles subventions pour les frais des services de garde et à des places supplémentaires dans les services de garde agréés dans les écoles.

Monsieur le Président, ces nouvelles mesures de soutien réduiront les listes d’attente...

Et fourniront à plus de parents un éventail élargi d’options pour concilier travail et famille.

Nous croyons aussi que tous les enfants doivent avoir la possibilité de réaliser leur plein potentiel.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous continuerons d’investir dans notre système d’éducation publique de renommée mondiale.

Nous imposerons de nouveaux plafonds sur l’effectif maximal des classes de maternelle et de jardin d’enfants à temps plein et offrirons des mesures de soutien améliorées pour les élèves qui ont des besoins particuliers.

Nous investirons également presque 16 milliards de dollars sur 10 ans pour bâtir de nouvelles écoles dans les zones à forte croissance et améliorer l’état des écoles existantes.

À l’heure actuelle, partout dans la province, 95 nouvelles écoles sont en chantier…

Et 54 écoles sont en voie de rénovation.

Et ce n’est pas tout…

Nous réorganisons le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario afin de restructurer les crédits et les soutiens actuels...

Cela exemptera des frais de scolarité plus de 210 000 personnes qui poursuivent des études universitaires ou collégiales dès cet automne...

Faisant en sorte que la décision de poursuivre des études postsecondaires soit basée sur leur désir d’apprendre et non sur leur capacité de payer.

Afin que plus d’élèves puissent poursuivre des études postsecondaires en français, nous avons demandé à des experts de la communauté francophone de nous conseiller sur la planification d’une nouvelle université de langue française.

Enfin, Monsieur le Président, nous investirons 200 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour aider un plus grand nombre d’apprenantes et d’apprenants inuits, métis et des Premières Nations à accéder à des programmes de formation et d’éducation postsecondaire de qualité.

Cet investissement permettra notamment de fournir une aide financière ciblée aux neuf instituts en Ontario appartenant aux Autochtones et gérés par eux. Il s’agit là d’un investissement historique.

Monsieur le Président, en nous assurant que tous les enfants ont ce dont ils ont besoin pour réussir...

De la prime enfance...

Jusqu’à l’achèvement des études et au premier emploi... les Ontariennes et Ontariens démontrent qu’ils veillent au bien-être de leurs enfants...

Et à leur réussite.

Et en investissant dans cette réussite, nous nous assurerons que l’Ontario dispose de la main-d’oeuvre dont il a besoin pour être concurrentiel et sortir en tête dans l’économie mondiale.

Investir dans les soins de santé

Monsieur le Président, à titre d’Ontariennes et d’Ontariens...

À titre de Canadiennes et de Canadiens...

L’une des preuves les plus tangibles que nous prenons soin les uns des autres réside dans notre système de santé universel.

En Ontario, si vous vous retrouvez à l’hôpital, vous n’aurez pas à hypothéquer votre maison pour payer la facture.

Vous êtes assuré.

Chacun de nous prend soin les uns des autres.

Et à une époque où ce degré de soin, de confort et de sécurité n’est pas donné à tout le monde, nous pouvons apprécier d’autant plus notre système de santé.

Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas faire encore mieux.

Dans les semaines qui ont précédé le dépôt du présent budget équilibré, je me suis rendu aux quatre coins de la province…

Pour parler aux gens…

Pour savoir ce qui compte le plus pour eux.

Et partout où je suis allé, les Ontariennes et Ontariens m’ont dit :

D’investir davantage dans les soins de santé.

D’investir davantage dans les hôpitaux.

Un budget équilibré nous permet de faire ces nouveaux investissements.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, afin de satisfaire aux besoins de nos patients aujourd’hui et à l’avenir, nous investissons 7 milliards de dollars supplémentaires sur trois ans.

Pour réduire les temps d’attente.

Pour augmenter l’accès aux soins.

Pour améliorer l’expérience des gens et hâter leur rétablissement.

La croissance et le vieillissement de la population imposent aussi des demandes accrues sur notre système de santé.

Nous augmentons donc notre capacité à traiter les cancers complexes.

Et nous améliorons les traitements pour ceux et celles qui souffrent de douleur chronique en donnant de meilleurs outils et ressources aux professionnels de la santé.

Nous tenons à nous assurer que les gens obtiennent les soins de santé quand et où ils en ont besoin.

Ces nouveaux investissements incluent 1,3 milliard de dollars supplémentaires sur trois ans pour réduire les temps d’attente...

Pour accélérer l’obtention des interventions chirurgicales...

Pour améliorer l’accès aux médecins spécialistes…

Pour élargir les services à domicile et en milieu communautaire…

Pour aider plus de gens à obtenir des services cruciaux de santé mentale et de traitement des dépendances.

Nous ferons des investissements ciblés dans l’imagerie par résonnance magnétique et l’équipement de diagnostic, les chirurgies cardiovasculaires et de la cataracte ainsi que les arthroplasties de la hanche ou du genou.

Et pour nous assurer que nos collectivités ont les services hospitaliers dont elles ont besoin…

Nous construirons de nouveaux hôpitaux à l’échelle de l’Ontario pour satisfaire à l’éventail des besoins de nos collectivités grandissantes.

Permettez-moi de vous donner quelques exemples.

Nous réaménageons l’hôpital Hamilton Health Sciences pour aider un plus grand nombre de gens à Hamilton et aux alentours à obtenir les soins dont ils ont besoin, plus près de chez eux.

Nous agrandissons et rénovons l’Hôpital de Mississauga et le Queensway Health Centre du réseau Trillium afin de servir davantage de patients dans la région de Peel.

Et nous nous engageons à construire un nouvel hôpital pour répondre aux besoins de santé de la population vivant sur la côte de la baie James.

En outre, pour réduire les temps d’attente et soutenir les services cruciaux partout dans la province, nous augmentons le financement de fonctionnement des hôpitaux de 3 p. 100 cette année, ce qui représente une injection de 518 millions de dollars.

Cependant, Monsieur le Président, nous savons également que, dans certains cas, les meilleurs soins sont ceux prodigués en milieu communautaire.

Voilà pourquoi nous élargissons les services communautaires et de soutien à la personne pour aider à satisfaire à la demande croissante dans ce secteur…

Et pour assurer un accès plus rapide et plus équitable partout dans la province.

Notre plan inclut 85 millions de dollars supplémentaires sur trois ans pour accroître les services infirmiers à domicile, les services de soutien à la personne, les services de physiothérapie et les soins de répit.

De plus, afin d’améliorer les soins et la qualité de vie dans les foyers de soins de longue durée, nous encourageons les exploitants de ces foyers à réaménager plus de 30 000 lits.

Et pour les gens qui vivent déjà dans un établissement de soins de longue durée, nous augmenterons le confort et le respect de la vie privée en embauchant davantage de personnel et en éliminant les chambres à quatre lits.

Assurance-santé Plus : Assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes

Enfin, Monsieur le Président...

Une société peut être à la fois ouverte à la concurrence et animée de compassion, notamment en s’assurant que les gens qui ont besoin de médicaments les obtiennent.

La nature changeante du milieu du travail fait en sorte que bon nombre d’Ontariennes et d’Ontariens ne bénéficient pas d’un régime d’avantages sociaux d’employeur.

Faire remplir une ordonnance peut donc être un défi...

Pour les familles dont les enfants ont besoin de médicaments…

Pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail… parfois comme contractuels…

Cela peut entraîner d’importantes difficultés financières.

Monsieur le Président, nous sommes capables de faire mieux.

Nous devons faire mieux.

Et dans le présent budget, nous le faisons.

C’est pourquoi j’ai le plaisir d’annoncer...

Au nom de la première ministre...

Que dès janvier prochain...

Nous élargirons l’assurance-santé universelle...

Pour offrir gratuitement des médicaments à toute personne de 24 ans ou moins.

Ce programme s’appellera Assurance-santé Plus : Assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes.

Monsieur le Président, je tiens à préciser que nos enfants obtiendront désormais des médicaments gratuitement.

L’Assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes couvrira entièrement le coût de tous les médicaments pris en charge par le Programme de médicaments de l’Ontario, sans égard au revenu familial.

Il n’y aura ni franchise ni quote-part.

Ce programme ontarien sera le premier en son genre au Canada.

Monsieur le Président, cet investissement historique dans la santé de nos enfants, de même que tous nos autres investissements, montre ce que l’Ontario peut réaliser lorsque nous sommes forts...

Lorsque nous sommes déterminés...

Lorsque nous trouvons l’équilibre entre concurrence et compassion...

Et que nous équilibrons nos budgets.

Conclusion

Monsieur le Président, cette année la province de l’Ontario célébrera ses 150 ans...

Au sein de notre grande nation du Canada.

Du pont Ambassador au quartier des ambassades...

De la rue Bay à la baie d’Hudson...

Et partout ailleurs dans la province...

Il est temps de faire le point sur ce que nous avons accompli... ensemble.

Nous pouvons être fiers de bien des choses.

Notamment du fait que notre société est fondée sur la tolérance, le respect, la diversité et l’inclusion.

Tandis que nous nous enorgueillissons de notre passé…

Nous pouvons aujourd’hui également envisager l’avenir avec confiance.

Ce budget équilibré ouvre un nouveau chapitre pour les gens de l’Ontario.

Ce budget équilibré trace une nouvelle voie pour notre province.

Faisant fond sur notre approche équilibrée…

Nous investirons dans ce qui nous distingue. Nous ferons de nouveaux investissements dans notre système d’éducation...

Pour nous assurer que nos écoles demeurent des lieux où nos enfants veulent apprendre et peuvent réaliser leur plein potentiel.

Pour offrir la gratuité scolaire aux étudiantes et aux étudiants collégiaux et universitaires admissibles, afin que l’admission aux études soit déterminée par le désir d’apprendre, et non la capacité de payer.

Nous ferons de nouveaux investissements dans notre système de santé…

Pour faire en sorte que nos hôpitaux soient propres, modernes et équipés des dernières technologies...

Pour qu’on puisse consulter plus rapidement un médecin ou une infirmière, et prendre soin d’un membre de la famille.

Grâce à notre budget équilibré, nous offrirons sans frais des médicaments à ceux et celles qui ont 24 ans ou moins.

Nous investirons dans notre infrastructure…

Pour que les routes, les autoroutes et les transports en commun amènent les gens au travail plus rapidement et les ramènent en toute sécurité le soir dans leur foyer.

Nous soutiendrons les partenariats qui favorisent le développement des entreprises et créent des emplois au sein d’une économie solide et diversifiée.

Nous établirons également des partenariats, accroîtrons les possibilités et améliorerons la qualité de vie dans les collectivités autochtones...

Dans un esprit de collaboration et de respect mutuel.

Ce nouveau budget aidera davantage de familles à acheter un logement.

Il prévoit un allégement des factures d’électricité des ménages.

Ce budget équilibré est le dividende réalisé par chacun des Ontariens et Ontariennes...

Pour s’être entraidés durant la récession…

Pour être demeurés fidèles à leurs principes.

Monsieur le Président, faisons en sorte qu’il soit toujours dit qu’en Ontario...

La compassion côtoie la concurrence…

L’équité va de pair avec la prospérité…

Et que l’équilibre… celui qui est au coeur de notre société civile…

Est tout aussi important que l’équilibre budgétaire annoncé aujourd’hui.

Ensemble, nous créerons un avenir meilleur pour nos enfants.

Ensemble, nous créerons un Ontario encore plus fort et en santé.

Merci, Monsieur le Président.