Faits saillants du recensement 2016 : Feuille de renseignements 11

Logement et coûts associés

Cette fiche d’information examine les données publiées par Statistique Canada dans le cadre du recensement de 2016.

Sept Ontariens sur dix possèdent leur logement

  • Selon le recensement de 2016, le taux d’accession à la propriété en Ontario s’établit à 69,7 %, soit moins que le taux de 71,4 % enregistré en 2011 et plus que le taux national, qui est de 67,8 %.
  • Au Canada, le taux d’accession à la propriété est le plus élevé dans le Canada atlantique et le plus faible dans les Territoires et au Québec.
  • La proportion de ménages ontariens locataires a augmenté, passant de 28,4 % en 2011 à 30,2 % en 2016.

La plupart des propriétaires vivent dans une maison individuelle non attenante

  • En 2016, plus de la moitié des ménages ontariens vivaient dans une maison individuelle non attenante (54,3 %), 28,2 % dans un appartement en immeuble de 5 étages et plus, 17,2 % dans une maison jumelée (p. ex., maison de ville, appartement de moins de 5 étages, duplex, maison en rangée) et 0,3 % dans une habitation mobile.
  • Toutefois, les types de logement diffèrent considérablement selon que les ménages possèdent ou louent leur logement.
  • Parmi les propriétaires, 72,0 % vivent dans une maison individuelle non attenante, 7,0 % en appartement d’au moins 5 étages, 20,6 % dans une maison jumelée et 0,4 % dans une habitation mobile.
  • Parmi les locataires, 40,6 % vivent en appartement de 5 étage ou plus, 46,0 % dans une maison jumelée, 13,2 % dans une maison individuelle non attenante et 0,1 % dans une habitation mobile.

La majorité des propriétaires ont une hypothèque

  • Près de 61,0 % des propriétaires ontariens avaient une hypothèque en 2016, tandis que 39,0 étaient sans hypothèque.
  • Parmi les propriétaires, 4,8 % ont indiqué que leur logement nécessitait d’importantes réparations.
  • 3,4 % des propriétaires considèrent que leur logement est inadéquat (nombre insuffisant de chambres).

Un locataire sur six est subventionné

  • En 2016, 15,0 % des locataires ontariens vivent dans un logement subventionné.
  • Parmi les locataires, 8,7 % ont déclaré que leur logement nécessite d’importantes réparations.
  • 11,9 % des locataires considèrent que leur logement est inadéquat.

La plupart des familles possèdent leur logement

  • En 2016, plus des trois quarts des familles qui ont participé au recensement possèdent leur logement (78,1 %).
  • Les couples qui ont des enfants sont plus nombreux à être propriétaires, soit 83,4 %, tandis que les familles monoparentales sont les moins nombreuses, soit 55,1 %.
  • Les familles monoparentales sont aussi plus nombreuses à avoir leur loyer subventionné, soit 11,4 %. En 2016, parmi les familles monoparentales qui louent un logement, plus d’un quart vivent dans un logement subventionné.
  • En 2016, moins de la moitié des ménages hors famille (personnes vivant seules ou avec des amis) sont propriétaires de leur logement (49,7 %).

Augmentation de la part des appartements parmi les logements nouvellement construits

  • Pour la première fois depuis les années 1970, moins de la moitié (42,7 %) de l’ensemble des logements nouvellement construits entre 2011 et 2016 en Ontario sont des maisons individuelles non attenantes. Ce chiffre est inférieur à la proportion constatée de 2006 à 2010 (51,6 %).
  • La proportion d’appartements d’au moins 5 étages construits entre 2011 et 2016 était de loin supérieure à celle de la période de cinq ans précédente, soit 29,8 % contre 20,6 % de 2006 à 2010.
  • La proportion de nouvelles maisons jumelées a baissé légèrement pour s’établir à 27,3 % de 2011 à 2016 par rapport à 27,6 % de 2006 à 2010.

Une proportion record de nouveaux logements en condominium

  • La proportion de nouveaux logements construits en condominium atteint un niveau record, soit 35,8 % entre 2011 et 2016, par rapport à 27,3 % au cours des cinq années précédentes, et presque le double de la proportion observée de 1971 à 2000.
  • En 2016, la proportion de ménages ontariens vivant dans un logement en condominium atteint également un record de 13,2 %, comparé à 12,0 % en 2011. Ce chiffre est légèrement inférieur à la moyenne nationale de 13,3 %, car les logements en condominium demeurent plus populaires en Colombie-Britannique (22,1 %) et en Alberta (16,8 %).
  • Les personnes qui vivent dans les provinces atlantiques sont les moins nombreuses à habiter dans un logement en condominium, avec Terre-Neuve-et-Labrador (2,1 %), ainsi que l’Île-du-Prince-Édouard (2,2 %) enregistrant les plus faibles proportions de ménages vivant dans ce type de logement.

Un ménage sur cinq vit en condominium à Toronto

  • Parmi les régions métropolitaines de recensement (RMR), Toronto compte la plus forte proportion de ménages vivant dans un logement en condominium en Ontario, soit 20,9 %.
  • Ce chiffre est inférieur à ceux d’un grand nombre de RMR de l’Ouest canadien, où les ménages vivant dans un logement en condominium représentent 30,6 % du total à Vancouver, 21,8 % à Calgary, 21,5 % à Abbotsford-Mission, 21,3 % à Kelowna et 19,8% à Edmonton. À Montréal, 16,0 % des ménages vivent en condominium.
  • En Ontario, les autres RMR affichant des proportions relativement élevées de ménages en condominium incluent Ottawa-Gatineau (partie ontarienne) (14,9 %), Guelph (13,7%) et Hamilton (13,0 %). Thunder Bay (3,6 %) et le Grand Sudbury (1,6 %) avaient les plus faibles proportions.

Un ménage sur cinq vivant en condominium est locataire

  • En 2016, en Ontario, 29,0 % des personnes vivant en condominium étaient locataires, soit la plus faible proportion parmi les provinces, en hausse comparé à 23,3 % en 2011. La moyenne nationale était de 32,9 %.
  • Les RMR de l’Ontario affichent certains des taux les plus faibles de location de condominium au Canada. À Toronto, 29,4 % des condominiums sont occupés par des locataires, comparé à 29,0 % à Vancouver et à 33,1 % à Montréal.
  • Les logements en condominium construits récemment (2011-2016) comptent une proportion plus élevée de locataires. À Toronto, 50,3 % des nouveaux logements en condominium sont occupés par des locataires (plus que les 33 % en 2011), contre 36,8 % à Vancouver et 28,5 % à Montréal.

Coût moyen du logement

  • Les ménages ontariens paient en moyenne 1 355 $ par mois, soit plus que la moyenne nationale qui s’établit à 1 213 $.
  • Le coût mensuel moyen du logement pour les ménages locataires est de 1 109 $. Les locataires subventionnés paient en moyenne 595 $, tandis que les locataires non subventionnés paient 1 200 $.
  • Les ménages propriétaires paient en moyenne 1 463 $ en frais de logement. Ceux ayant un prêt hypothécaire dépensent en moyenne 1 954 $ tandis que les propriétaires sans prêt hypothécaire dépensent 694 $.
  • Les habitants des RMR de Toronto (1 590 $) et d’Oshawa (1 454 $) dépensent le plus en Ontario en moyenne en frais de logement. Les plus faibles frais de logement moyens sont enregistrés à Thunder Bay (994 $) et à Windsor (1 019 $).

Près de la moitié des locataires consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement

  • 27,6 % des ménages ontariens dépensent plus de 30 % de leur revenu total en frais de logement, soit un peu plus que la moyenne nationale de 24,1 %.
  • Cette proportion est beaucoup plus faible pour les ménages propriétaires (19,8 %) que pour les locataires (45,6 %).

Novembre 2017

Description accessible de l’image :

Taux d’accession à la propriété au Canada

Ce diagramme illustre le taux d’accession à la propriété au Canada en 2011 et 2016. Le taux a diminué partout, sauf au Québec et dans les Territoires du Nord-Ouest. Au Canada, le taux est passé de 69,0 % en 2011 à 67,8 % en 2016, alors qu’il est passé de 71,4 % à 69,7 % en Ontario. Parmi les provinces, le taux le plus élevé en 2016 était à Terre-Neuve et Labrador avec 76,7 % et le taux le plus bas était au Québec avec 61,3 %. Les taux les plus bas étaient de 53,7 % dans les Territoires du Nord-Ouest et de 20,0 % au Nunavut.

Retourner au graphique

Types de logements occupés en 2016, Ontario

Ce diagramme illustre les types de logement occupés en Ontario en 2016. La part du total était de 54,3 % pour les maisons individuelles non attenantes, de 28,2 % pour les appartements d’au moins 5 étages, de 17,2 % pour les maisons jumelées et de 0,3 % pour les habitations mobiles.

Retourner au graphique

Type de logement par occupant en 2016, Ontario

Ce diagramme illustre le type de logement par occupant en Ontario en 2016. Parmi les propriétaires, 72,0 % vivaient en maison individuelle non attenante, 20,5 % en maison jumelée, 7,0 % en appartement et 0,4 % en habitation mobile. Parmi les locataires, 13,2 % vivaient en maison individuelle non attenante, 46,0 % en maison jumelée, 40,6 % en appartement et 0,1 % en habitation mobile.

Retourner au graphique

Occupants par type de logement 2016, Ontario

Ce diagramme illustre le type d’occupation de logement par type de ménage en 2016 en Ontario. Parmi toutes les familles, 78,1 % étaient propriétaires, 19,1 % étaient locataires non subventionnés et 2,8 % étaient locataires subventionnés. Parmi les couples sans enfant, 80,4 % étaient propriétaires, 18,4 % étaient locataires non subventionnés et 1,3 % étaient locataires subventionnés. Parmi les couples avec enfants, 83,4 % étaient propriétaires, 15,0 % étaient locataires non subventionnés et 1,6 % étaient locataires subventionnés. Parmi les familles monoparentales, 55,1 % étaient propriétaires, 33,5 % étaient locataires non subventionnés et 11,4 % étaient locataires subventionnés. Parmi les ménages de plusieurs familles, 79,3 % étaient propriétaires, 19,0 % étaient locataires non subventionnés et 1,8 % étaient locataires subventionnés. Parmi les ménages hors famille, 49,7 % étaient propriétaires, 41,6 % étaient locataires non subventionnés et 8,7 % étaient locataires subventionnés.

Retourner au graphique

Construction par type de logement par période, Ontario

Ce diagramme illustre la construction par type de logement par période en Ontario. Entre les périodes 2006-2010 et 2011-2016, la part des nouveaux logements construits en maison individuelles non attenantes a diminué de 51,6 % à 42,7 %, la part des appartements d’au moins 5 étages a augmenté de 20,6 % à 29,8 %, celle des maisons jumelées est passée de 27,6 % à 27,3 % et celle des habitations mobiles est demeurée à 0,2 %.

Retourner au graphique

Part des condominiums parmi les nouvelles constructions de logements en Ontario

Ce diagramme illustre la part des condominiums parmi les nouvelles constructions de logement en Ontario. Avant 1970, moins de 10 % des nouvelles constructions étaient des condominiums. Entre 1971 and 2005 la part était entre 10 % et 20 %. Durant 2006-2010 la part était de 27,3 %. Finalement, la part des condominiums parmi les nouvelles constructions de logement a atteint un sommet de 35,8 % entre 2011 et 2016.

Retourner au graphique

Proportion de logements en condominium en 2016, RMR de l’Ontario

Ce diagramme illustre la proportion de logements in condominiums en 2016 parmi les RMR de l’Ontario. La proportion de condominiums est passée de 18,7 % en 2011 à 20,9 % en 2016 dans la RMR de Toronto, de 14,4 % à 14,9 % dans la partie ontarienne de la RMR d’Ottawa-Gatineau et de 12,8 % à 13,7 % dans la RMR de Guelph. Parmi les RMR ayant les plus faibles proportions de condominiums, la part est passée de 1,4 % en 2011 à 1,8 % en 2016 dans la RMR du Grand Sudbury et de 3,4 % à 3,6 % dans la RMR de Thunder Bay.

Retourner au graphique

Coût moyen du logement en 2016, RMR de l’Ontario

Ce diagramme illustre le coût moyen du logement en 2016 dans les RMR de l’Ontario. Les coûts les plus bas étaient dans les RMR de Thunder Bay avec 994 $, Windsor avec 1 019 $ et Belleville avec 1 067 $. Les coûts les plus élevés étaient à Toronto avec 1 590 $, Oshawa avec 1 454 $ et Barrie avec 1 451 $.

Retourner au graphique

Part du revenu consacré au logement selon le mode d’occupation, Ontario

Ce diagramme illustre la part du revenu consacré au logement selon le mode d’occupation en Ontario. Parmi tous les ménages, 72,3 % consacraient moins de 30% de leur revenu au logement, 23,6 % entre 30 % et 100 %, et 4,0 % y consacraient plus de 100 %. Parmi les propriétaires avec prêt hypothécaire, 72,7 % consacraient moins de 30% de leur revenu au logement, 23,7 % entre 30 % et 100 %, et 3,5 % y consacraient plus de 100 %. Parmi les propriétaires sans prêt hypothécaire, 91,7 % consacraient moins de 30% de leur revenu au logement, 7,0 % entre 30 % et 100 %, et 1,2 % y consacraient plus de 100 %. Parmi les locataires subventionnés, 58,4 % consacraient moins de 30% de leur revenu au logement, 37,9 % entre 30 % et 100 %, et 3,7 % y consacraient plus de 100 %. Parmi les locataires non subventionnés, 53,5 % consacraient moins de 30% de leur revenu au logement, 38,5 % entre 30 % et 100 %, et 7,8 % y consacraient plus de 100 %.

Retourner au graphique

Contacter Alex Munger au 416 325-0102

Bureau des politiques économiques
Direction de l’économie du travail