Faits saillants du recensement 2016 : Feuille de renseignements 6

Langues maternelles et langues

Cette fiche d’information examine les données sur les langues maternelles et les langues publiées par Statistique Canada dans le cadre du recensement de 2016.

La proportion de langues officielles comme langues maternelles diminue

  • En 2016, 9,1 millions d’Ontariens ont déclaré avoir l’anglais comme langue maternelle, soit 3 % de plus qu’en 2011. Le pourcentage a diminué légèrement par rapport à 2011, passant de 69,3 % à 68,2 %.
  • En 2016, 527 690 Ontariens ont déclaré avoir le français comme langue maternelle, presque inchangé depuis 2011. En 2011, ces personnes représentaient 4,1 % de la population, contre 4,0 % en 2016.
  • En 2016, 3,7 millions d’Ontariens étaient allophones (personnes dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français), contre 3,4 millions en 2011. Le pourcentage représenté par ce groupe a augmenté, passant de 26,6 % en 2011 à 27,9 % en 2016.
  • Selon les résultats du recensement de 2016, l’anglais est resté la langue le plus souvent parlée à la maison. En outre, le pourcentage d’Ontariens parlant l’anglais le plus souvent à la maison (80,5 %) était considérablement plus élevé que la proportion de la population dont l’anglais est la langue maternelle (68,2 %).

Certaines langues maternelles non officielles ont progressé considérablement

  • Lors du recensement de 2016, quelque 200 langues ont été déclarées comme langues maternelles en Ontario. Les 25 langues arrivant en tête de liste comptaient pour 98,3 % de l’ensemble de la population de l’Ontario.
  • En 2016, parmi les langues maternelles parlées par plus de 40,000 Ontariens (25), celles qui ont progressé le plus rapidement depuis 2011 étaient l’arabe (31,0 %), l’hindi (26,5 %), le persan (24,7 %), le bengali (23,7 %), l’ourdou (21,5 %), le chinois (18,0 %) et le tagalog (17,6 %).
  • En 2016, le chinois est resté la langue maternelle non officielle la plus parlée en Ontario. Presque 628 000 personnes ont déclaré avoir une langue chinoise comme langue maternelle, soit 4,7 % de la population, une augmentation comparé à 2011 (4,1 %). Le mandarin et le cantonais représentaient 46,6 % et 46,1% de ce groupe de langues, respectivement.
  • L’italien est resté la quatrième langue maternelle la plus parlée en Ontario, mais le nombre de personnes qui parlent cette langue a baissé de 7,2 % depuis 2011. Le punjabi est monté en cinquième place, alors que l’espagnol a glissé en sixième. L’arabe est monté au septième rang. Le tagalog, l’ourdou et le portugais étaient huitième, neuvième et dixième, respectivement.

RMR de Toronto : Plus forte proportion d’allophones

  • En 2016, plus de quatre personnes sur 10 vivant dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Toronto ont déclaré avoir une langue maternelle autre que l’anglais ou le français.
  • Le groupe parlant une langue chinoise est resté le principal groupe de la RMR de Toronto qui ne parle pas une langue officielle. Ce groupe comptait 531 575 personnes, soit 19,4 % des personnes ayant déclaré que leur langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français.
  • Le punjabi est monté en deuxième position avec 186 030 personnes, poussant l’italien en troisième place avec 164 510 personnes, suivi du tagalog (161 515 personnes) et de l’ourdou (148 625 personnes).

Autres régions métropolitaines de recensement de l’Ontario

  • Les RMR de Peterborough, Belleville et Brantford comptaient les plus fortes proportions d’anglophones au sein de leur population, soit 93,0 %, 92,1 % et 88,4 % respectivement.
  • Les RMR abritant les plus fortes proportions de francophones étaient le Grand Sudbury (26,6 %), Ottawa-Gatineau (côté Ontario) (16,3 %), Kingston (3,5 %), et Windsor et St. Catharines-Niagara (à égalité avec 3,3 %).
  • Toronto a enregistré la plus forte proportion de langues maternelles non officielles (44,7 %), suivi de Kitchener-Cambridge-Waterloo (24,0 %), Windsor (23,2 %) et Hamilton (22,3 %).

Municipalités de l’Ontario (population de 5 000+)

  • En 2016, parmi les municipalités comptant au moins 5 000 habitants, Markham avait la plus forte proportion de langues maternelles non officielles (62,3 %), suivi de Richmond Hill (61,0 %), Vaughan (52,0 %), Mississauga (50,2 %), Brampton (48,4 %) et Toronto (45,7 %).
  • Comparé à 2011, les proportions de langues non officielles dans ces municipalités ont augmenté, exception faite de Toronto qui a vu sa proportion diminuer légèrement.
  • Les plus fortes proportions d’anglophones ont été constatées dans les municipalités de Stone Mills (96,4 %), St. Clair (95,8 %), Georgian Bluffs et Brockton (toutes deux à 95,6 %) et le Grand Napanee (95,5 %).
  • Les plus fortes proportions de francophones se trouvaient dans les municipalités de Hearst (87,6 %), Hawkesbury (79,1 %), Alfred et Plantagenet (76,6 %), La Nation (67,5 %) et Kapuskasing (66,7 %).

15 septembre 2017

Description accessible de l’image :

Répartition de la population par langue maternelle, Ontario

Ce diagramme illustre la répartition de la population ontarienne selon la langue maternelle en 2011 et en 2016. En 2011, 69,3 % de la population avait l’anglais comme langue maternelle, 4,1 % le français et 26,6 % une autre langue. En 2016, 68,2 % de la population avait l’anglais comme langue maternelle, 4,0 % le français et 27,9 % une autre langue.

Retourner au graphique

Répartition de la population selon la langue parlée à la maison

Ce diagramme illustre la répartition de la population ontarienne selon la langue parlée à la maison en 2011 et en 2016. En 2011, 81,1 % de la population parlait l’anglais à la maison, 2,4 % le français et 16,4 % une autre langue. En 2016, 80,5 % de la population parlait l’anglais à la maison, 2,3 % le français et 17,2 % une autre langue.

Retourner au graphique

Langues maternelles non officielles, Ontario

Ce diagramme illustre la répartition de la population ayant une langue maternelle non officielle en Ontario en 2011 et en 2016. En 2011, 15,2 % de la population de langue maternelle non officielle avait une des langues chinoises comme langue maternelle, 7,7 % l’italien, 5,4 % l’espagnol, 5,3 % le punjabi, 4,7 % le tagalog et 61,6 % une autre langue. En 2016, 16,2 % de la population de langue maternelle non officielle avait une des langues chinoises comme langue maternelle, 6,5 % l’italien, 5,5 % le punjabi, 5,3 % l’espagnol, 5,0% l’arabe et 61,4 % une autre langue.

Retourner au graphique

Répartition de la population par langue maternelle, RMR de Toronto

Ce diagramme illustre la répartition de la population de la RMR de Toronto selon la langue maternelle en 2011 et en 2016. En 2011, 57,0 % de la population avait l’anglais comme langue maternelle, 8,2 % avait une des langues chinoises, 3,2 % l’italien, 3,0 % le punjabi, 2,5 % le tagalog, 2,3 % l’espagnol, 1,6 % le français et 22,2 % une autre langue. En 2016, 56,0 % de la population avait l’anglais comme langue maternelle, 9,0 % une des langues chinoises, 3,2 % le punjabi, 2,8 % l’italien, 2,7 % le tagalog, 2,5 % l’ourdou, 1,6 % le français et 22,2 % une autre langue.

Retourner au graphique

Répartition de la population par langue maternelle, RMR de l’Ontario, 2016

Ce diagramme montre la répartition de la population des RMR de l’Ontario selon la langue maternelle en 2016. Les RMR ayant les plus fortes proportions d’anglais comme langue maternelle étaient Belleville et Peterborough. Les RMR ayant les plus fortes proportions de français comme langue maternelle étaient le Grand Sudbury et la partie ontarienne d’Ottawa-Gatineau. Les RMR ayant les plus fortes proportions de langues maternelles non officielles étaient Toronto et Kitchener-Cambridge-Waterloo.

Retourner au graphique

Municipalités de l’Ontario (5 000+) ayant de fortes proportions de langues non officielles comme langues maternelles, 2016

Ce diagramme illustre les municipalités ontariennes de 5 000 résidants et plus ayant de fortes proportions de langues non officielles comme langues maternelles en 2016. Les plus fortes proportions étaient à Markham (62,3 %), Richmond Hill (61,0 %), Vaughan (52,0 %), Mississauga (50,2 %) et Brampton (48,4 %).

Retourner au graphique

Contacter Alex Munger au 416 325-0102

Bureau des politiques économiques
Direction de l’économie du travail