: Comptes économiques de l’Ontario

Deuxième trimestre de 2018
(Avril, mai, juin)
MINISTÈRE DES FINANCES DE L’ONTARIO

Table des matières

COMPTES ÉCONOMIQUES

DÉVELOPPEMENTS ÉCONOMIQUES RÉCENTS

Points saillants

Croissance du PIB de l’Ontario

  • Le produit intérieur brut (PIB) réel de l’Ontario s’est accru de 0,8 % au deuxième trimestre (avril, mai, juin) de 2018, après avoir connu une hausse de 0,4 % au premier trimestre.
  • La croissance enregistrée au deuxième trimestre a été portée surtout par les exportations et les dépenses de consommation. Les investissements dans les ouvrages résidentiels et non résidentiels ont également augmenté au cours du trimestre.
  • Le PIB nominal s’est accru de 1,2 %, après avoir affiché un gain de 0,8 % au premier trimestre de 2018. La rémunération des salariés a augmenté de 0,9 %, tandis que l’excédent d’exploitation net des sociétés s’est accru de 1,1 %.
  • La production économique, mesurée par industrie, a progressé de 0,8 %. La production du secteur des services a connu une croissance de 0,7 %, tandis que dans les industries productrices de biens, elle a crû de 0,9 %.

Dépenses

Les exportations et les dépenses des ménages stimulent le PIB réel

Le PIB réel de l’Ontario s’est accru de 0,8 % au deuxième trimestre de 2018, après avoir connu une hausse de 0,4 % au trimestre précédent.

Les dépenses de consommation des ménages ont connu une hausse de 0,6 %, après un gain de 0,5 % au premier trimestre. Les dépenses de consommation ont augmenté pour les services (+0,8 %) et les biens semi-durables (+1,3 %), non durables (+0,2 %) et durables (+0,1 %).

Les investissements des entreprises ont progressé de 0,2 %, après avoir augmenté de 1,6 % au trimestre précédent. Les investissements dans la construction résidentielle (+1,4 %), les ouvrages non résidentiels (+1,0 %) et les produits de propriété intellectuelle (+0,5 %) se sont accrus. Ces gains ont été freinés par une baisse des investissements dans les machines et le matériel (−3,3 %).

Les dépenses du gouvernement ont connu une hausse de 0,3 %, après avoir augmenté de 1,0 % au premier trimestre.

Les exportations ont affiché une hausse de 2,2 %, portées par les exportations internationales (+2,8 %) et interprovinciales (+0,8 %). Les importations ont augmenté de 0,5 %, après une hausse de 1,3 % au premier trimestre.

Les entreprises ont accumulé des stocks de 5,7 milliards de dollars, après une hausse de 7,0 milliards de dollars au premier trimestre.

La demande intérieure finale, c’est-à-dire la somme des dépenses de consommation, des investissements et des dépenses du gouvernement, a affiché un gain de 0,5 % au deuxième trimestre, après une hausse de 0,8 % au premier trimestre.

Revenus

Croissance du PIB nominale de l’Ontario

Le PIB nominal a progressé de 1,2 %, après avoir affiché une hausse de 0,8 % au premier trimestre.

La rémunération des salariés, qui comprend les traitements et salaires ainsi que les revenus supplémentaires du travail, a augmenté de 0,9 %, après avoir enregistré un gain de 1,2 % au trimestre précédent.

Le bénéfice des entreprises, mesuré par l’excédent d’exploitation net des sociétés, a progressé de 1,1 %, après avoir augmenté de 0,2 % au premier trimestre.

Le revenu mixte net, qui comprend les revenus agricoles et non agricoles ainsi que les revenus de location, s’est accru de 0,7 %, après avoir affiché une hausse de 0,1 % au premier trimestre.

Le revenu disponible des ménages a augmenté de 0,8 %, comme au premier trimestre.

Le taux d’épargne des ménages a reculé, passant à 2,0 % au deuxième trimestre, par rapport à 2,4 % au trimestre précédent.

Prix

Les prix pour l’ensemble de l’économie sont en hausse

Les prix pour l’ensemble de l’économie, mesurés par l’indice implicite de prix du PIB, ont augmenté de 0,4 % au deuxième trimestre, après un gain semblable au premier trimestre.

Les prix liés aux dépenses de consommation des ménages se sont accrus de 0,4 %, après un gain de 0,7 % au trimestre précédent. Les prix des véhicules et des pièces automobiles, des aliments et des boissons et de l’essence ont augmenté, tandis que les prix des meubles, des vêtements, de l’électricité et du gaz naturel ont fléchi.

Les prix liés aux investissements des entreprises ont augmenté de 0,4 % après une baisse de 0,1 % au premier trimestre. Les prix liés à la construction résidentielle (+0,1 %) et ceux des machines et du matériel (+1,7 %) se sont accrus, alors que les prix liés aux produits de propriété intellectuelle ont fléchi de 0,3 %. Les prix liés à la construction non résidentielle sont demeurés inchangés.

Les prix ont affiché une hausse tant pour les exportations (+1,6 %) que pour les importations (+1,9 %). Pendant cette période, le dollar canadien s’est déprécié de 1,8 % par rapport au dollar américain.

Renseignements par industrie

Croissance du PIB par industrie

Selon la production par industrie, le PIB réel de l’Ontario a progressé de 0,8 % au deuxième trimestre, après avoir connu une hausse de 0,4 % au trimestre précédent. La croissance a été généralisée, la production s’étant accrue tant dans les industries productrices de biens (+0,9 %) que dans les industries productrices de services (+0,7 %). 

Du côté des industries productrices de biens, la production dans le secteur de la fabrication a progressé de 0,8 %, portée par la première transformation des métaux et les produits métalliques (+3,3 %), les aliments, les boissons et les produits du tabac (+2,2 %), les produits en plastique et en caoutchouc (+5,3 %) et les machines (+2,4 %). Un fléchissement dans la production de matériel de transport (−2,5 %) a atténué la hausse globale.

La production dans le secteur de la construction a affiché une croissance de 1,1 % au deuxième trimestre, attribuable surtout à la construction résidentielle (+1,6 %) et au secteur des bâtiments non résidentiels et des ouvrages de génie (+0,7 %). Dans le secteur des industries primaires, elle a grimpé de 0,4 %, notamment grâce à une hausse de la production minière.

Dans le secteur des services publics, la production a également augmenté (+1,1 %), les secteurs de la distribution de gaz naturel (0,6 %) et de la production d’électricité (+1,2 %) ayant enregistré une hausse pour répondre à la demande de chauffage, attribuable essentiellement à des températures plus froides que la normale en avril. 

Presque toutes les industries productrices de services ont accru leur production au deuxième trimestre, surtout le secteur des services professionnels et administratifs (+1,3 %). Les secteurs de l’administration publique (+1,1 %), des soins de santé et de l’assistance sociale (+0,9 %), des services immobiliers et des services de location (+0,4 %) et du commerce de détail (+1,0 %) ont affiché des hausses notables.

Comparaisons entre territoires de compétence

La croissance de l’Ontario en contexte

Au Canada, le PIB réel a progressé de 0,7 % au deuxième trimestre, après avoir réalisé un gain de 0,4 % gain au premier trimestre, en raison surtout d’une hausse des exportations et de la consommation des ménages.

Le PIB réel du Québec s’est accru de 0,6 % au deuxième trimestre, le même taux qu’au premier trimestre. La croissance au deuxième trimestre a été portée par les investissements des entreprises et la consommation des ménages.

Aux États-Unis, le PIB réel a progressé de 1,0 % au deuxième trimestre, après une hausse de 0,5 % au premier trimestre. La consommation des ménages et la balance commerciale ont contribué à ce gain, les exportations ayant augmenté de 2,2 % et les importations ayant fléchi de 0,1 %.

Emploi

Aperçu du marché du travail

Au troisième trimestre de 2018, le nombre d’emplois en Ontario a augmenté de 42 800, après un gain de 33 900 emplois nets au deuxième trimestre.

Le taux de chômage de l’Ontario s’établissait à 5,9 % en septembre 2018.

En septembre 2018, le taux d’emploi était de 9,2 % (+610 900 emplois) supérieur au sommet atteint avant la récession et de 13,9 % (+883 400 emplois) supérieur à ce qu’il était au creux de la récession.


Nota : Pour des précisions sur la performance du marché du travail de l’Ontario, consulter le Rapport sur l’emploi de l’Ontario, une publication trimestrielle, à : https://www.fin.gov.on.ca/fr/economy/employment/

Ventes et commerce

Le commerce de gros et de détail et les ventes manufacturières progressent

Les ventes au détail ont progressé de 4,2 % pendant les sept premiers mois de 2018 comparativement à la même période en 2017. Les ventes ont augmenté, notamment en raison des ventes chez les marchands de véhicules et pièces automobiles et dans les stations-service, due surtout à la hausse des prix. Les ventes en juillet ont augmenté de 0,1 % par rapport à juin, notamment en raison d’une hausse des ventes dans les stations-service et les magasins de produits de santé et de soins personnels.

Le commerce de gros a connu une hausse de 3,9 % pendant les sept premiers mois de 2018 comparativement à la même période en 2017. Il a augmenté de 1,1 % en juillet (variation mensuelle) en raison de la hausse des ventes de véhicules et pièces automobiles et d’articles ménagers.

Les ventes manufacturières ont augmenté de 2,6 % pendant les sept premiers mois de 2018 comparativement à la même période en 2017. Elles ont connu une hausse de 2,1 % en juillet (variation mensuelle), portées par des gains sur le plan du matériel de transport.

Les exportations internationales de marchandises de l’Ontario ont accusé une baisse de 0,1 % pendant les huit premiers mois de 2018 comparativement à la même période en 2017. Les exportations vers le principal marché d’exportation de l’Ontario, les États‑Unis, ont diminué de 2,2 % pendant la même période.

Logement

Aperçu du marché du logement

Les ventes de logements existants ont continué de se stabiliser par rapport aux niveaux élevés observés au début de 2017. En août, la revente de logements a grimpé de 3,5 % comparativement à l’année précédente. Dans l’ensemble, pour les huit premiers mois de 2018, la revente de logements a été de 16,7 % inférieure à ce qu’elle était au cours de la même période en 2017, en raison surtout de baisses enregistrées dans la région du grand Toronto (RGT) et les régions limitrophes.

Les prix moyens de revente des logements en Ontario ont aussi fléchi. Le prix moyen de revente des logements en Ontario était de 3,9 % inférieur dans les huit premiers mois de 2018 à ce qu’il était pendant la même période un an auparavant.

Les mises en chantier ont chuté 2,9 % au cours des neuf premiers mois de 2018 par rapport à l’année précédente. Les mises en chantier de logements unifamiliaux ont connu une baisse de 19,1 %, tandis que les mises en chantier de logements multifamiliaux ont augmenté de 6,1 %.

Enjeux économiques mondiaux

Croissance solide de l’économie mondiale au deuxième trimestre

La croissance économique a été solide dans la plupart des économies avancées au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel dans la zone euro a connu une hausse de 0,4 % au deuxième trimestre, comme au premier trimestre. Au Japon, le taux de croissance du PIB réel a augmenté, passant à 0,7 %, après avoir fléchi de 0,2 % au premier trimestre. La croissance du PIB réel s’est aussi accélérée au Royaume-Uni, qui a enregistré une hausse de 0,4 % au deuxième trimestre après un gain de 0,1 % au premier trimestre. Elle a ralenti légèrement en Chine, s’établissant à 6,7 % sur 12 mois par rapport à 6,8 % au premier trimestre.

Le PIB réel des États-Unis s’est accru de 1,0 % au deuxième trimestre de 2018 par rapport à 0,5 % au premier trimestre, ce qui constitue la croissance la plus rapide depuis 2014. La balance commerciale a beaucoup contribué à la croissance au deuxième trimestre, affichant un gain temporaire attribuable à la hausse des exportations américaines de soya, les exportateurs cherchant à éviter les tarifs chinois qui sont entrés en vigueur en juillet. Les investissements des entreprises ont augmenté de 2,1 % au deuxième trimestre, après cinq trimestres de gains considérables. Les investissements résidentiels ont fléchi de 0,3 % au deuxième trimestre, après une baisse de 0,9 % au premier trimestre.

Le marché du travail aux États-Unis continue de profiter d’une économie solide, créant en moyenne 190 000 emplois nets par mois au troisième trimestre par rapport à une moyenne de 217 000 au deuxième trimestre de 2018. Le taux de chômage a chuté à 3,7 % en septembre, son plus bas niveau depuis 1969. La croissance moyenne des salaires a fléchi pour atteindre 2,8 % sur 12 mois en septembre par rapport à 2,9 % en août, ce qui était la croissance la plus rapide depuis 2009.

Hausse graduelle des taux d’intérêt

Les taux d’intérêt à court terme continuent d’augmenter au Canada et aux États-Unis, en parallèle à un raffermissement de l’inflation. Les banques centrales de ces deux pays ont relevé graduellement les taux d’intérêt cette année afin que l’inflation reste à un taux faible et stable. La Banque du Canada a laissé son taux directeur inchangé en septembre, à 1,50 %, après l’avoir augmenté de 25 points de base en juillet. Aux États-Unis, la Réserve fédérale a relevé la fourchette cible du taux des fonds fédéraux de 2,00 % à 2,25 % en septembre, après l’avoir laissée inchangée en août.

Les prix mondiaux du pétrole ont augmenté au cours des trois derniers mois, en raison d’une forte demande internationale et de préoccupations concernant l’approvisionnement international, notamment les sanctions imminentes contre l’Iran et la dégringolade de la production au Venezuela. Les prix du pétrole ont fléchi légèrement en Amérique du Nord, la production soutenue des États-Unis ayant permis un meilleur approvisionnement des marchés.

Depuis le début de juillet, le dollar canadien a relativement peu fluctué, affichant une hausse légère en passant de plus de 76 cents américains à plus de 77 cents américains à la fin de septembre, une croissance économique solide et des attentes semblables sur le plan de la politique monétaire au Canada et aux États-Unis ayant eu un effet neutre sur le taux de change.

Les marchés boursiers ont connu une performance mitigée pendant le troisième trimestre de 2018; les marchés américain et japonais ont enregistré des gains solides, et les marchés canadien et européen une légère baisse. Entre le début de juillet et la fin de septembre, le S&P 500 s’est apprécié de 6,5 % et le Nikkei 225 de 9,2 %. L’indice composé S&P/TSX a fléchi de 0,4 % et l’Euro Stoxx de 0,9 % au cours de la même période.

Annexe

Structure de l’économie de l’Ontario

Comment le PIB est mesuré

Dans les comptes économiques de l’Ontario, le PIB est présenté sous trois angles : selon les dépenses, selon les revenus et par industrie.

Le PIB selon les dépenses représente l’agrégat de toutes les dépenses de consommation finale, de la formation brute de capital et du commerce net par les consommateurs, les gouvernements et les entreprises qui se produisent dans l’économie de l’Ontario sur une certaine période. Cette mesure du PIB s’entend également de la somme des dépenses de consommation, des investissements bruts, des dépenses du gouvernement et des échanges commerciaux nets.

Le PIB selon les revenus représente le rapport entre le PIB et le revenu total généré par l’apport du travail et du capital à la production économique de l’Ontario pendant une certaine période. C’est donc dire que le PIB représente la somme de tous les salaires et traitements versés aux salariés, de l’excédent brut d’exploitation des entreprises, du revenu mixte brut et des taxes indirectes moins les subventions.

La méthode du PIB par industrie mesure le PIB en calculant la production totale des industries productrices de biens et de services dans l’économie de l’Ontario moins le coût des intrants intermédiaires utilisés dans la production des biens et services finaux. Cette approche chiffre la valeur supplémentaire générée par les industries grâce à la production de biens et de services finaux dans l’économie.

Pour une liste complète des termes utilisés dans les comptes économiques de l’Ontario, voir le glossaire du Système des comptes macroéconomiques à http://www.statcan.gc.ca/fra/cen/gloss/gloss_a.

Liste des tableaux de données

Données sur les revenus et les dépenses

Données trimestrielles, du 1er trimestre de 2015 au 2e trimestre de 2018

Tableau 1 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de revenus
Tableau 2 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses
Tableau 3 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses (dollars enchaînés de 2007)
Tableau 4 : Provenance et emploi du revenu des ménages en Ontario
Tableau 5 : Commerce extérieur de l’Ontario
Tableau 6 : Commerce extérieur de l’Ontario (dollars enchaînés de 2007)
Tableau 7 : Indices implicites de prix de l’Ontario, PIB

Données annuelles, 2014 à 2017

Tableau 8 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de revenus
Tableau 9 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses
Tableau 10 : Produit intérieur brut de l’Ontario en termes de dépenses (dollars enchaînés de 2007)
Tableau 11 : Provenance et emploi du revenu des ménages en Ontario
Tableau 12 : Commerce extérieur de l’Ontario
Tableau 13 : Commerce extérieur de l’Ontario (dollars enchaînés de 2007)
Tableau 14 : Indices implicites de prix de l’Ontario, PIB

Production de l’Ontario par industrie aux prix de 2007

Tableau 15 : Données trimestrielles, du 1er trimestre de 2015 au 2e trimestre de 2018
Tableau 16 : Données annuelles de 2014 à 2017

Tableaux chronologiques, annuels et trimestriels, disponibles à partir de 1981. TÉLÉCHARGER EN FORMAT EXCEL

Faites-nous parvenir vos questions ou commentaires.

Description des graphiques

Faits saillants : PIB de l’Ontario, deuxième trimestre de 2018

Ce graphique montre la variation en pourcentage du PIB réel et du PIB nominal au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel a augmenté de 0,8 %, tandis que le PIB nominal s’est accru de 1,2 %.

Retourner au graphique

Dépenses : Croissance du PIB réel

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel de l’Ontario a affiché une croissance pendant toute la période en question. Il s’est accru de 0,8 % au deuxième trimestre de 2018, après une hausse de 0,4 % au premier trimestre de 2018. La hausse la plus forte, soit 1,2 %, a été enregistrée au premier trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Dépenses : Variation du PIB réel en termes de dépenses

Ce graphique à barres horizontales dépeint la variation en pourcentage du PIB réel de l’Ontario et de ses composantes pour le deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel s’est accru de 0,8 % au cours du trimestre, des hausses ayant été enregistrées pour les composantes suivantes : consommation des ménages (+0,6 %), investissements des entreprises (+0,2 %), dépenses du gouvernement (+0,3 %),  exportations (+2,2 %) et importations (+0,5 %).

Retourner au graphique

Dépenses : Croissance des exportations et des importations réelles

Ce graphique à barres montre la variation en pourcentage des exportations et des importations réelles, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2018. Les exportations ont augmenté de 2,2 % au deuxième trimestre de 2018, tandis que les importations ont affiché une hausse de 0,5 %.

Retourner au graphique

Revenus : Croissance du PIB nominal

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB nominal de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB nominal de l’Ontario a affiché une croissance pendant toute la période en question. Il s’est accru de 1,2 % au deuxième trimestre de 2018, après une hausse de 0,8 % au premier trimestre de 2018. La hausse la plus forte, soit 2,0 %, a été enregistrée au premier trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Revenus : Variation du PIB nominal en termes de revenus

Ce graphique à barres horizontales dépeint la variation en pourcentage du PIB nominal de l’Ontario et de ses composantes pour le deuxième trimestre de 2018. Le PIB nominal s’est accru de 1,2 % au deuxième trimestre, des hausses ayant été enregistrées pour les composantes suivantes : rémunération des salariés (+0,9 %), excédent d’exploitation net (+1,1 %), revenu mixte net (+0,7 %), et taxes indirectes moins subventions (+0,7 %).

Retourner au graphique

Revenus : Croissance de la rémunération des salariés

Ce graphique à barres montre la croissance en pourcentage de la rémunération des salariés, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. La rémunération des salariés a progressé de 0,9 % au deuxième trimestre de 2018, après avoir affiché une augmentation de 1,2 % au premier trimestre de 2018. La hausse la plus forte (+1,7 %) a été enregistrée au premier trimestre de 2015 et au quatrième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Prix : Croissance des prix à l’échelle de l’économie

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage des prix à l’échelle de l’économie de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Les prix à l’échelle de l’économie ont affiché une hausse de 0,4 % au deuxième trimestre de 2018, ce qui correspond à la hausse enregistrée au premier trimestre. Depuis le premier trimestre de 2014, la croissance des prix la plus forte (+1,1 %) a été enregistrée au premier trimestre de 2014, et la baisse la plus importante (+0,3 %) a été affichée au quatrième trimestre de 2014.

Retourner au graphique

Prix : Variation des prix en termes de dépenses

Ce graphique à barres horizontales montre la variation en pourcentage des prix en termes de dépenses pour le deuxième trimestre de 2018. Le déflateur du PIB global a augmenté de 0,4 % au deuxième trimestre, les prix s’étant accrus pour la consommation des ménages (+0,4 %), les investissements des entreprises (+0,4 %), les dépenses du gouvernement (+0,7 %), les exportations (+1,6 %) et les importations (+1,9 %).

Retourner au graphique

Prix : Croissance des prix des exportations et des importations

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage des prix à l’échelle de l’économie de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2018. Au deuxième trimestre de 2018, les prix étaient plus élevés pour les importations (+1,9 %) et les exportations (+1,6 %). Depuis 2015, la croissance la plus forte des prix des importations (+2,1 %) a été enregistrée au deuxième trimestre de 2017. La croissance la plus forte des prix des exportations (+1,8 %) a été enregistrée au troisième trimestre de 2015. La baisse la plus forte des prix des importations (−3,5 %) et des exportations (−2,9 %) a été enregistrée au troisième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Croissance du PIB réel par industrie

Ce graphique à barres dépeint la croissance en pourcentage du PIB réel de l’Ontario par industrie, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel de l’Ontario a progressé de 0,8 % au deuxième trimestre de 2018, après avoir connu une augmentation de 0,4 % au premier trimestre. Le PIB réel par industrie a augmenté continuellement pendant toute la période en question, le gain le plus important, soit 1,2 %, ayant été enregistré au premier trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Variation du PIB réel par industrie

Ce graphique à barres horizontales illustre la variation en pourcentage du PIB réel par catégorie d’industrie pour le deuxième trimestre de 2018. La production s’est accrue de 0,8 % pour l’ensemble des industries pendant le trimestre. La production a augmenté de 0,9 % dans les industries productrices de biens. Il y a eu notamment les changements suivants : construction (+1,1 %), services publics (+1,1 %), fabrication (+0,8 %), et industries primaires (+0,4 %). La production dans les industries de services a augmenté de 0,7 %, notamment : services professionnels et administratifs (+1,3 %), commerce de détail (+1,0 %), santé, éducation et administration publique (+0,9 %), autres services (+0,5 %), services immobiliers et de location (+0,4 %), commerce de gros (+0,4 %), et finance et assurances (+0,4 %).

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Variation du PIB réel par industrie de fabrication

Ce graphique à barres horizontales montre la variation en pourcentage du PIB réel par industrie de fabrication pour le deuxième trimestre de 2018. La production pour l’ensemble des industries de fabrication a augmenté de 0,8 % pendant le trimestre. La variation de la production dans chaque industrie de fabrication est la suivante : produits en caoutchouc et en plastique (+5,3 %), première transformation des métaux et produits métalliques (+3,3 %), machines (+2,4 %), aliments, boissons et produits du tabac (+2,2 %), papier et impression (+1,4 %), produits chimiques et pétroliers (+0,4 %), produits électriques et électroniques (−0,7 %), autres activités de fabrication (−0,9 %), produits du bois et meubles (−1,3 %), textile, vêtements et produits du cuir (−1,8 %), et matériel de transport (−2,5 %).

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel du Canada

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel du Canada, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel du Canada a progressé de 0,7 % au deuxième trimestre, après avoir connu une augmentation de 0,4 % au premier trimestre. Pendant la période en question, le gain le plus important, soit 1,2 %, a été enregistré au deuxième trimestre de 2014, et la baisse la plus marquée, soit 0,3 %, pendant le deuxième trimestre de 2016.

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel du Québec

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel du Québec, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel du Québec a progressé de 0,6 % au deuxième trimestre, ce qui correspond à la hausse enregistrée au premier trimestre. Pendant la période en question, le gain le plus important, soit 1,2 %, a été enregistré au troisième trimestre de 2017, et la baisse la plus marquée, soit 0,1 %, pendant le deuxième et le quatrième trimestre de 2015.

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel des États-Unis

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel des États-Unis, par trimestre, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Le PIB réel des États-Unis a progressé de 1,0 % au deuxième trimestre, après avoir connu une augmentation de 0,5 % au premier trimestre. Le PIB réel des États-Unis a augmenté continuellement pendant la période en question, le gain le plus important ayant été enregistré au deuxième trimestre de 2014 (+1,3 %).

Retourner au graphique

Emploi : Population active de l’Ontario

Ce graphique montre l’évolution de l’emploi en Ontario au troisième trimestre de 2018 et le taux de chômage en septembre 2018. Le nombre de nouveaux emplois nets s’est accru de 42 800 au troisième trimestre de 2018. Le taux de chômage était de 5,9 % en septembre 2018.

Retourner au graphique

Emploi : Marché du travail de l’Ontario

Ce graphique linéaire et graphique en aires combiné montre le taux de chômage de l’Ontario (graphique linéaire) et le niveau d’emploi (graphique en aires). Le nombre d’emplois a augmenté constamment, pour passer de 6,38 millions en juin 2009 à 7,26 millions en septembre 2018. Le taux de chômage a atteint un sommet de 9,6 % en juin 2009 et est en baisse constante depuis, ayant atteint 5,9 % en septembre 2018.

Retourner au graphique

Emploi : Emploi depuis la récession

Ce graphique à barres montre les différentes caractéristiques des gains en emploi en Ontario depuis juin 2009. Le nombre total d’emplois s’est accru de 883 000 depuis juin 2009, le nombre d’emplois à plein temps ayant augmenté de 832 000 et le nombre d’emplois à temps partiel ayant connu une hausse de 52 000. Dans le secteur privé, 578 000 emplois ont été créés comparativement à 176 000 dans le secteur public. Le nombre d’emplois autonomes a augmenté de 129 000. Le nombre d’emplois dans les industries où les salaires sont supérieurs à la moyenne s’est accru de 624 000 comparativement à 259 000 dans les industries où les salaires sont inférieurs à la moyenne.

Retourner au graphique

Ventes et commerce : Ventes au détail

Ce graphique linéaire montre les ventes au détail de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2014 à juillet 2018. Les ventes au détail de l’Ontario montrent une tendance à la hausse depuis janvier 2014. Elles ont progressé de 4,2 % pendant les sept premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Ventes et commerce : Commerce de gros

Ce graphique linéaire montre les résultats pour le commerce de gros de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2014 à juillet 2018. On remarque une tendance à la hausse du commerce de gros en Ontario depuis janvier 2014. Le commerce de gros en Ontario s’est accru de 3,9 % pendant les sept premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Ventes et commerce : Ventes manufacturières

Ce graphique linéaire montre les ventes manufacturières de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2014 à juillet 2018. Les ventes manufacturières de l’Ontario montrent une tendance à la hausse depuis janvier 2014. Elles se sont accrues de 2,6 % pendant les sept premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Logement : Revente de logements

Ce graphique linéaire montre les reventes de logements en Ontario de janvier 2014 à août 2018. Le nombre de logements existants vendus est passé d’environ 15 800 en janvier 2014 à plus de 21 700 en octobre 2016. Après une légère baisse, les reventes de logements ont augmenté pour atteindre près de 21 500 en mars 2017. Les reventes de logements ont diminué pour se chiffrer à environ 15 800 en juillet 2017. Elles ont rebondi pour atteindre quelque 19 500 en décembre 2017. En août 2018, les reventes de logements se sont chiffrées à environ 17 000 unités. Les reventes de logements en Ontario ont reculé de 16,7 % pendant les huit premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Logement : Prix de revente des logements

Ce graphique linéaire montre les prix moyens de revente des logements de l’Ontario, en dollars, de janvier 2014 à août 2018. Le prix des logements revendus en Ontario a augmenté pour passer de 421 000 $ en janvier 2014 à un sommet de 650 000 $ en mars 2017. Le prix moyen de revente a diminué pour passer à 536 000 $ en juin 2017 avant de reprendre du terrain pour atteindre près de 579 000 $ en décembre 2017. Par la suite, les prix ont affiché une tendance à la baisse, passant à 547 000 $ en mai 2018, avant d’augmenter pour atteindre 584 000 $ en août 2018. Le prix de revente des logements en Ontario a chuté de 3,9 % au cours des huit premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Logement : Mises en chantier

Ce graphique linéaire montre les mises en chantier en Ontario en milliers de logements (données désaisonnalisées aux taux annuels) de janvier 2014 à septembre 2018. Les mises en chantier en Ontario ont atteint un sommet de près de 106 000 logements en février 2018, mais ont fléchi pour s’établir à 77 000 logements en septembre 2018. Le nombre le plus faible de mises en chantier au cours de la période était juste au-dessous de 42 000 en février 2015. Les mises en chantier ont diminué de 2,9 % en Ontario au cours des neuf premiers mois de 2018.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Croissance du PIB réel

Ce graphique à barres montre les variations trimestrielles en pourcentage du PIB réel pour les États-Unis, la zone euro, le Japon et le Royaume-Uni, pour le premier et le deuxième trimestre de 2018. Au premier et au deuxième trimestre de 2018, la croissance aux États-Unis était de 0,5 % et de 1,0 %; dans la zone euro, la croissance était de 0,4 % et 0,4 %; au Japon, elle était de -0,2 % et 0,7 %; au Royaume-Uni, elle s’établissait à 0,1 % et 0,4 %.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Croissance du PIB réel et des investissements des résidentiels des États-Unis

Ce graphique illustre la variation en pourcentage du PIB réel des États-Unis sous forme de barres et la variation en pourcentage d’une année sur l’autre des investissements résidentiels d’une année sur l’autre, par une ligne, du premier trimestre de 2014 au deuxième trimestre de 2018. Aux États-Unis, la croissance du PIB réel a été de 2,9 % au deuxième trimestre de 2018 comparativement à la même période l’année précédente. Les investissements résidentiels ont affiché une croissance de 1,3 % au deuxième trimestre de 2018 comparativement à la même période l’année précédente.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Marché du travail des États-Unis

Ce graphique illustre le taux de chômage par une ligne et l’emploi sous forme de barres en milliers de travailleurs, aux États-Unis, de janvier 2014 à septembre 2018. Au cours de cette période, l’emploi a augmenté chaque mois, et le taux de chômage a affiché une tendance à la baisse. En septembre 2018, le taux de chômage aux États-Unis était de 3,7 % et 134 000 emplois avaient été créés.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Taux d’intérêt du gouvernement du Canada

Ce graphique linéaire montre les taux d’intérêt quotidiens pour les bons du Trésor de trois mois et les obligations sur dix ans du gouvernement du Canada. Les taux d’intérêt augmentent depuis le milieu de l’année 2017. Le 24 septembre 2018, le taux d’intérêt des bons du Trésor était de 1,57 % et celui des obligations de dix ans s’établissait à 2,44 %.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Prix du pétrole et dollar canadien

Ce graphique linéaire montre les prix quotidiens du pétrole ($ US le baril) et la valeur du dollar canadien (cents américains) entre janvier 2014 et septembre 2018. Les deux séries ont accusé une baisse du début de 2014 au début de 2016, et augmentent modérément depuis. Le 24 septembre 2018, le dollar canadien valait 77,3 cents américains et le prix du pétrole WTI était de 72,5 $ US le baril.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Indices boursiers

Ce graphique linéaire montre la valeur quotidienne des indices S&P 500, Nikkei 225, S&P/TSX et Euro Stoxx 50, de janvier 2014 à septembre 2018. Entre le début de juillet et la fin de septembre 2018, l’indice S&P 500 a gagné 6,5 % et l’indice Nikkei 225 s’est apprécié de 9,2 %. L’indice composé S&P/TSX a fléchi de 0,4 % et l’Euro Stoxx 50 de 0,9 % au cours de la même période.

Retourner au graphique

Part du PIB nominal détenue par chaque industrie, exprimée en pourcentage, 2017

Ce diagramme à secteurs illustre la part du PIB nominal de l’Ontario détenue par les industries en 2017. Les industries productrices de biens représentaient 22,1 % du PIB nominal, dont la fabrication (11,7 %), la construction (6,8 %), les services publics (1,9 %) et les industries primaires (1,8 %). Les industries productrices de services représentaient 77,9 % du PIB nominal, dont les autres services (15,6 %), les services immobiliers et de location (13,0 %), la santé et l’éducation (12,7 %), le commerce de gros et de détail (12,0 %), la finance et les assurances (9,6 %), l’administration publique (7,2 %), le transport et l’entreposage (4,1 %), et l’information et la culture (3,7 %).

Source : Statistique Canada.

Retourner au graphique

Comment le PIB est mesuré

  • Selon les dépenses
    • Somme des dépenses de tous les secteurs de l’économie
    • Dépenses de consommation + Investissements + Dépenses des gouvernements + Exportations − Importations
  • Selon les revenus
    • Somme de tous les revenus
    • Traitements et salaires + Bénéfices + Revenus mixtes
  • Selon la production (PIB par industrie)
    • Sommes des valeurs ajoutées dans tous les secteurs d’activité
    • Production des industries productrices de biens + Production des industries productrices de services − Intrants intermédiaires

Retourner au graphique

Page : 285  |