: Comptes économiques de l’Ontario

Deuxième trimestre de 2019
(avril, mai, juin)
Ministère des Finances de l’Ontario

Table des matières

COMPTES ÉCONOMIQUES

DÉVELOPPEMENTS ÉCONOMIQUES RÉCENTS

Comptes économiques

Points saillants

Croissance de l’économie au 2e trimestre

  • Le produit intérieur brut (PIB) réel de l’Ontario s’est accru de 0,8 % au deuxième trimestre (avril, mai, juin) de 2019, un taux comparable à la moyenne nationale de 0,9 %.
  • La croissance enregistrée au deuxième trimestre a été portée par les exportations et les dépenses de consommation.
  • Le PIB nominal s’est accru de 2,0 % alors que la rémunération des salariés a augmenté de 1,9 % et que l’excédent d’exploitation net des sociétés a connu une hausse de 6,3 %.
  • La production économique, mesurée par industrie, a progressé de 0,7 %. La production du secteur des services a connu une croissance de 0,9 %, tandis que dans les industries productrices de biens, elle a fléchi de 0,1 %.

Dépenses

Forte hausse du PIB réel

Pendant le deuxième trimestre de 2019, le PIB réel de l’Ontario a augmenté de 0,8 %, après avoir enregistré une hausse de 0,1 % au premier trimestre.

Les dépenses de consommation des ménages ont connu une hausse de 0,5 %, après un gain de 0,4 % à chacun des deux trimestres précédents. Les dépenses pour les biens semi-durables ont porté cette hausse en augmentant de 1,4 %. Les dépenses pour les services (+0,5 %), les biens durables (+0,1 %) et les biens non durables (+0,1 %) ont aussi affiché des gains.

Les investissements des entreprises ont reculé de 2,0 % au deuxième trimestre. Les dépenses des entreprises dans les machines et le matériel ont chuté de 8,6 % après avoir connu des gains trimestriels moyens de 2,9 % depuis le premier trimestre de 2017. Les investissements dans la construction non résidentielle (+0,2 %), la construction résidentielle (+0,1 %) et les produits de propriété intellectuelle (+0,5 %) ont compensé une partie de cette baisse.

Globalement, les dépenses des trois ordres de gouvernement ont affiché une hausse de 0,3 %, après une augmentation de 0,5 % au premier trimestre.

Les exportations ont connu une hausse de 1,6 %, la plus forte en quatre trimestres, attribuable surtout à la croissance des exportations internationales de véhicules et de pièces automobiles et de minéraux métalliques et non métalliques. Les exportations internationales (+2,2 %) et interprovinciales (+0,4 %) ont augmenté. Les importations ont fléchi de 0,6 %, après une hausse de 1,6 % au premier trimestre.

Les entreprises ont accumulé des stocks non agricoles de 6,5 milliards de dollars, après une hausse de 8,8 milliards de dollars au premier trimestre.

La demande intérieure finale, c’est-à-dire la somme des dépenses de consommation, des investissements et des dépenses du gouvernement, est demeurée inchangée au deuxième trimestre, après une hausse de 0,2 % au premier trimestre.

Revenus

Hausse marquée du PIB nominal

Pendant le deuxième trimestre de 2019, le PIB nominal de l’Ontario a augmenté de 2,0 %, après avoir enregistré une hausse de 0,8 % au premier trimestre.

La rémunération des salariés, qui comprend les traitements et salaires ainsi que les revenus supplémentaires du travail, a augmenté de 1,9 %, après avoir affiché une hausse de 0,6 % au trimestre précédent, surtout à cause de la forte croissance de l’emploi et des revenus.

Le bénéfice des entreprises, mesuré par l’excédent d’exploitation net des sociétés, a progressé de 6,3 %, après avoir augmenté de 1,0 % au trimestre précédent.

Le revenu mixte net, qui comprend les revenus agricoles et non agricoles ainsi que les revenus de location, s’est accru de 1,0 %, après avoir affiché une hausse de 1,2 % au trimestre précédent.

Le revenu disponible des ménages, qui mesure toutes les sources de revenus et exclut l’impôt sur le revenu des particuliers payé et les autres transferts, a augmenté de 1,4 % après avoir progressé de 0,5 % au trimestre précédent.

Prix

Les prix à l’échelle de l’économie

Les prix à l’échelle de l’économie, mesurés par l’indice implicite de prix du PIB, ont augmenté de 1,2 % au deuxième trimestre de 2019, après un gain de 0,6 % au premier trimestre.

Les prix liés aux dépenses de consommation des ménages se sont accrus de 0,8 %. Les prix des véhicules et des pièces automobiles, de l’électricité, de l’essence et des autres carburants ont augmenté, alors que les prix des vêtements, des meubles et des appareils ménagers ont baissé.    

Les prix liés aux investissements des entreprises ont augmenté de 0,8 %, des hausses ayant été enregistrées dans la construction non résidentielle (+0,5 %), les machines et le matériel (+0,7 %) et la construction résidentielle (+0,9 %).

Au deuxième trimestre, les prix ont augmenté tant pour les exportations (+0,6 %) que pour les importations (+0,5 %). Pendant cette période, le dollar canadien s’est déprécié de 0,6 % par rapport au dollar américain.

Renseignements par industrie

Croissance du PIB par industrie

Selon la valeur ajoutée par industrie, le PIB réel de l’Ontario a progressé de 0,7 % au deuxième trimestre de 2019, après une hausse de 0,1 % au trimestre précédent. La croissance était attribuable surtout aux industries productrices de services (+0,9 %), tandis que la production des industries productrices de biens a fléchi (−0,1 %).

La production dans le secteur de la fabrication a affiché une baisse de 0,4 % au deuxième trimestre, attribuable surtout aux machines (−3,4 %) et aux produits électriques et électroniques (−4,2 %) et compensée en partie par une production accrue de produits chimiques et pétroliers (+1,8 %) et de métaux de première transformation et produits métalliques (+1,2 %). Dans le secteur de l’automobile, la production a progressé de 0,3 %, des usines d’assemblage ayant repris leurs activités après des fermetures temporaires plus tôt au cours de l’année.

La production dans le secteur de la construction a fléchi de 0,1 %, une baisse dans la construction résidentielle (−0,6 %) ayant été partiellement compensée par un gain dans le secteur des bâtiments non résidentiels et des ouvrages de génie (+0,3 %).

La production dans le secteur des industries primaires a connu une hausse de 2,3 %, en raison d’une augmentation dans l’industrie de l’extraction minière (+4,4 %) et celle de l’agriculture et de la foresterie (+0,5 %).

Dans le secteur des services publics, la production a fléchi de 0,1 % en raison d’une baisse de la production d’électricité (−0,1 %) et dans le secteur du gaz naturel, de l’eau et des autres services publics (−0,2 %). 

La production dans les industries productrices de services a augmenté, portée par des gains sur le plan des services immobiliers et de location (+0,9 %), de la finance et des assurances (+1,2 %), du commerce de détail (+1,5 %), du commerce de gros (+0,8 %) et des services professionnels et administratifs (+0,5 %).

Comparaisons entre territoires de compétence

La croissance de l'Ontario en contexte

Au Canada, le PIB réel a progressé de 0,9 % au deuxième trimestre de 2019, après un gain de 0,1 % au cours de chacun des deux trimestres précédents. Cette croissance au cours du trimestre a été portée par un raffermissement des échanges commerciaux, les exportations ayant augmenté et les importations ayant fléchi, et par une hausse au chapitre de l’investissement résidentiel.

Le PIB réel du Québec s’est accru de 0,7 % au deuxième trimestre de 2019, après avoir affiché un gain de 0,5 % au premier trimestre. Cette hausse a été portée par les investissements des entreprises.

Aux États-Unis, le PIB réel a progressé de 0,5 % au deuxième trimestre, après une hausse de 0,8 % au premier trimestre de 2019. La consommation des ménages et les dépenses publiques ont soutenu cette croissance au cours du trimestre.

Développements économiques récents

Emploi

Aperçu du marché du travail

En Ontario, l’emploi a fortement progressé pour le deuxième mois consécutif en septembre (+41 100), après avoir augmenté de 57 800 en août.

Pendant les neuf premiers mois de 2019, l’emploi a progressé de 202 900 en Ontario (+2,8 %) par rapport à la même période en 2018, le plus gros gain depuis 2003. La plupart de ces emplois étaient des postes à temps plein (+148 800) et dans le secteur privé (+126 900).

Les industries productrices de services ont affiché un gain d’emplois notable (+187 000) au cours des neuf premiers mois de 2019, alors que l’emploi dans les industries productrices de biens s’est accru de 15 800.

Le taux de chômage s’élevait à environ 5,3 % en septembre 2019, en baisse par rapport à 5,6 % en août.


Nota : Pour des précisions sur la performance du marché du travail de l’Ontario, consulter le Rapport sur l’emploi de l’Ontario, une publication trimestrielle, à :
https://www.ontario.ca/fr/document/rapports-sur-lemploi-de-lontario

Activité des consommateurs et des entreprises

Commerce de gros et de détail et ventes manufacturières

Pendant les sept premiers mois de 2019, les ventes de détail ont augmenté de 3,2 % en Ontario comparativement à la même période en 2018, portées par une hausse des ventes de véhicules et pièces automobiles et par les magasins de marchandises diverses.

Le commerce de gros a connu une hausse de 2,7 % pendant les sept premiers mois de 2019 comparativement à la même période en 2018. Cette hausse a été portée par une augmentation des ventes de machines et de matériel, ainsi que d’articles personnels et ménagers.

Les ventes manufacturières ont augmenté de 1,3 % pendant les sept premiers mois de 2019 comparativement à la même période en 2018. Ce gain était attribuable à une hausse des ventes de matériel de transport et de machines.

Logement

Aperçu du marché du logement

Les ventes de logements existants continuent de se rétablir après la chute affichée au début de l’année en raison de l’hiver rigoureux. Pendant les huit premiers mois de 2019, les reventes de logements en Ontario ont augmenté de 7,1 % comparativement à la même période en 2018.

Le prix moyen de revente des logements en Ontario est à la hausse jusqu’à maintenant en 2019. Il s’est accru de 4,9 % au cours des huit premiers mois de 2019.

Pendant les neuf premiers mois de 2019, les mises en chantier de logements en Ontario ont chuté de 7,8 % comparativement à la même période en 2018. Les mises en chantier de maisons individuelles (−18,9 %) et d’habitations à logements multiples (−3,1 %) ont connu une baisse pendant cette période.

Enjeux économiques mondiaux

Ralentissement de la croissance mondiale au 2e trimestre

Au deuxième trimestre de 2019, la croissance du PIB réel a connu un ralentissement dans de nombreux pays.

Le PIB réel dans la zone euro a connu une hausse de 0,2 % au deuxième trimestre, en baisse par rapport à la croissance de 0,4 % enregistrée au premier trimestre. Ce ralentissement est attribuable essentiellement à une contraction du PIB réel de 0,1 % en Allemagne et d’une croissance nulle en Italie. Le PIB réel a également fléchi de 0,2 % au Royaume-Uni au deuxième trimestre.

En Asie, la croissance du PIB réel au Japon a ralenti : 0,3 % au deuxième trimestre après un gain de 0,5 % au premier trimestre. L’économie chinoise a affiché une croissance de 1,6 % au deuxième trimestre, en hausse par rapport au taux de 1,4 % enregistré le trimestre précédent. Le PIB réel chinois a crû de 6,2 % sur 12 mois au deuxième trimestre par rapport au deuxième trimestre de 2018, le taux le plus faible depuis 1992.

Aux États-Unis, le rythme de croissance a fléchi aussi au deuxième trimestre, s’élevant à 0,5 % après un gain de 0,8 % au premier trimestre. Les dépenses des consommateurs ont augmenté de 1,1 %, mais ce gain a été compensé en partie par une diminution des stocks et une baisse des investissements et des échanges commerciaux nets. Une baisse des investissements en capital fixe a résulté d’un fléchissement dans la construction non résidentielle des entreprises (−2,9 %) et les investissements résidentiels (−0,7 %) pour le sixième trimestre consécutif. Les échanges commerciaux nets ont aussi fait baisser la croissance en raison d’un ralentissement des exportations (−1,4 %), les importations étant demeurées inchangées.

Aux États-Unis, 462 700 nouveaux emplois nets ont été créés au troisième trimestre de 2019, un peu plus qu’au deuxième trimestre. Le taux de chômage a fléchi en septembre pour s’établir à 3,5 %, fidèle à la tendance à la baisse que l’on constate en 2019.

Baisse du rendement des obligations à long terme

Depuis quelques trimestres, l’affaiblissement des perspectives économiques abaisse les taux d’intérêt à long terme au Canada et aux É.-U. Le rendement des obligations canadiennes de 10 ans est passé de 2,0 % en décembre 2018 à environ 1,4 % à la fin du troisième trimestre.

La Réserve fédérale américaine a abaissé sa fourchette cible du taux des fonds fédéraux (2,00 à 2,25 %) en juillet,  pour la première fois en plus de dix ans, puis à nouveau en septembre, la fixant à 1,75 à 2,00 %. La Réserve fédérale a motivé son geste en invoquant la conjoncture mondiale incertaine et la faible inflation.

En septembre, la Banque centrale européenne a également réduit de 10 points de base son taux d’intérêt créditeur pour le fixer à −0,50 % et a relancé son programme d’assouplissement quantitatif en raison d’une inflation et d’une économie faibles.

À sa réunion de septembre, la Banque du Canada a maintenu son taux directeur à 1,75 %, où il se situe depuis octobre 2018. Soulignant l’incertitude dans laquelle se trouve l’économie mondiale, elle considère toutefois que les mesures actuelles de stimulation monétaire sont appropriées. Le dollar canadien est demeuré à près de 75 cents américains pendant la plus grande partie de 2019.

Les prix du pétrole ont augmenté au début du deuxième trimestre de 2019 en raison des tensions géopolitiques croissantes. À la fin de juin, le prix du West Texas Intermediate (WTI), qui avait dépassé 64 $ US, est revenu toutefois sous les 60 $ US. Un pic temporaire est survenu à la mi-septembre après une perturbation de l’approvisionnement en Arabie saoudite, mais à la fin du mois, le prix du WTI était revenu sous le seuil de 60 $ US.

Les indices boursiers ont affiché des gains modérés pendant les deuxième et troisième trimestres de 2019. À la fin du deuxième trimestre, le S&P 500 était en hausse de 4,1 % et le S&P/TSX de 2,6 %. Au troisième trimestre, le S&P 500 a augmenté de 1,7 % et le S&P/TSX de 3,0 %.

Point de mire

Tension plus forte du marché du travail

Au cours des quatre dernières années, on constate un resserrement général de la tension sur le marché du travail en Ontario; la plupart des travailleurs ont déjà un emploi, le chômage est faible, la production connaît une forte croissance et les employeurs ont plus de postes à combler.

Au deuxième trimestre de 2019, le nombre de postes vacants en Ontario a augmenté de plus de 74 700 (+54,0 %) par rapport au creux enregistré au premier trimestre de 2016. Au cours de la même période, le taux de postes vacants a affiché une hausse de 1,0 point de pourcentage pour s’établir à 3,3 %. Un taux de postes vacants1 élevé est associé à une tension plus forte du marché du travail; le nombre de postes vacants augmente et les employeurs ont plus de difficulté à les combler car le nombre de travailleurs disponibles est moins élevé.

Le ratio chômeurs-postes vacants en Ontario était d’environ 8,0 de 2011 à 2013. Après avoir atteint un pic de 8,4 en 2013, il a chuté à son point le plus bas de 3,2 en 2018. Ce ratio permet de déterminer combien il y a de chômeurs pour chaque poste vacant, et sa baisse témoigne d’un resserrement de la tension sur le marché du travail. 

Le ratio chômeurs-postes vacants a connu une baisse dans toutes les industries entre 2011 et 2018. Dans le secteur manufacturier, il a atteint un sommet de 8,6 en 2011 et un creux de 2,2 en 2018. De même, dans le commerce de détail, ce ratio est passé d’environ 5,0 entre 2011 et 2015 à un creux de 2,4 en 2018. Le secteur des soins de santé et de l’aide sociale présente généralement un ratio chômeurs-postes vacants faible, qui a quand même baissé progressivement pour atteindre 0,7 en 2018.


[1] Le taux de postes vacants désigne le nombre de postes vacants exprimé en pourcentage de la demande de travail, c'est-à-dire tous les emplois occupés et vacants.

Annexe

Dates de publication des Comptes économiques

Aux termes de la Loi de 2019 sur la viabilité, la transparence et la responsabilité financières, les Comptes économiques trimestriels de l’Ontario doivent être publiés dans les 45 jours suivant la publication par Statistique Canada des Comptes nationaux des revenus et dépenses.

Conformément à cette loi, les CEO seront publiés selon le calendrier suivant :

Période de référence Date de publication prévue des Comptes nationaux des revenus et dépenses de Statistique Canada Date de publication des Comptes économiques de l’Ontario
Troisième trimestre
(Juillet-septembre 2019)
29 novembre 2019 Au plus tard le 13 janvier 2020
Quatrième trimestre
(Octobre-décembre 2019)
28 février 2020 Au plus tard le 14 avril 2020

Structure de l’économie ontarienne

Part du PIB nominal en pourcentage, 2018
Nota : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Statistique Canada.
Version plus grande de l’image

Version accessible de l’image

Comment le PIB est mesuré

Dans les Comptes économiques de l’Ontario, le PIB est présenté sous trois angles : selon les dépenses, selon les revenus et par industrie.

Le PIB selon les dépenses représente l’agrégat de toutes les dépenses de consommation finale, de la formation brute de capital et du commerce net par les consommateurs, les gouvernements et les entreprises qui se produisent dans l’économie de l’Ontario sur une certaine période. Cette mesure du PIB s’entend également de la somme des dépenses de consommation, des investissements bruts, des dépenses du gouvernement et des échanges commerciaux nets.

Le PIB selon les revenus représente le rapport entre le PIB et le revenu total généré par l’apport du travail et du capital à la production économique de l’Ontario pendant une certaine période. C’est donc dire que le PIB représente la somme de tous les salaires et traitements versés aux salariés, de l’excédent brut d’exploitation des entreprises, du revenu mixte brut et des taxes indirectes moins les subventions.

La méthode du PIB par industrie mesure le PIB en calculant la production totale des industries productrices de biens et de services dans l’économie de l’Ontario moins le coût des intrants intermédiaires utilisés dans la production des biens et services finaux. Cette approche chiffre la valeur supplémentaire générée par les industries grâce à la production de biens et de services finaux dans l’économie.

Pour une liste complète des termes utilisés dans les comptes économiques de l’Ontario, voir le glossaire du Système des comptes macroéconomiques à https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/13-605-x/gloss/gloss-a-fra.htm.

Liste des tableaux de données

Données sur les revenus et les dépenses

Données trimestrielles, du 1er trimestre de 2016 au 2e trimestre de 2019

Tableau 1 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de revenus
Tableau 2 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses
Tableau 3 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses (dollars enchaînés de 2012)
Tableau 4 : Provenance et emploi du revenu des ménages en Ontario
Tableau 5 : Commerce extérieur de l’Ontario
Tableau 6 : Commerce extérieur de l’Ontario (dollars enchaînés de 2012)
Tableau 7 : Indices implicites de prix de l’Ontario, PIB

Données annuelles, 2015 à 2018

Tableau 8 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de revenus
Tableau 9 : Produit intérieur brut de l’Ontario, en termes de dépenses
Tableau 10 : Produit intérieur brut de l’Ontario en termes de dépenses (dollars enchaînés de 2012)
Tableau 11 : Provenance et emploi du revenu des ménages en Ontario
Tableau 12 : Commerce extérieur de l’Ontario
Tableau 13 : Commerce extérieur de l’Ontario (dollars enchaînés de 2012)
Tableau 14 : Indices implicites de prix de l’Ontario, PIB

Production de l’Ontario par industrie aux prix de 2012

Tableau 15 : Données trimestrielles, du 1er trimestre de 2016 au 2e trimestre de 2019
Tableau 16 : Données annuelles de 2015 à 2018

Tableaux chronologiques, annuels et trimestriels, disponibles à partir de 1981. TÉLÉCHARGER EN FORMAT EXCEL

Faites-nous parvenir vos questions ou commentaires.

Description des graphiques

Faits saillants : PIB de l’Ontario, deuxième trimestre de 2019

Ce graphique montre la variation en pourcentage du PIB réel et du PIB nominal au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel a augmenté de 0,8 %, tandis que le PIB nominal s’est accru de 2,0 % au cours du trimestre.

Retourner au graphique

Dépenses : Croissance du PIB réel

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel de l’Ontario a connu une croissance pendant toute la période en question. Il s’est accru de 0,8 % au deuxième trimestre de 2019, après une hausse de 0,1 % au premier trimestre. La hausse la plus forte, soit 1,2 %, a été enregistrée au premier trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Dépenses : Variation du PIB réel en termes de dépenses

Ce graphique à barres horizontales illustre la variation en pourcentage du PIB réel de l’Ontario et de ses composantes pour le deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel s’est accru de 0,8 % au cours du trimestre, des hausses ayant été enregistrées pour les composantes suivantes : consommation des ménages (+0,5 %), gouvernement (+0,3 %) et exportations (+1,6 %). Les investissements des entreprises (−2,0 %) et les importations (−0,6 %) ont reculé.

Retourner au graphique

Dépenses : Croissance des exportations et des importations réelles

Ce graphique à barres montre la variation en pourcentage des exportations et des importations réelles, par trimestre, du premier trimestre de 2016 au deuxième trimestre de 2019. Les exportations ont connu une hausse de 1,6 % au deuxième trimestre de 2019, tandis que les importations ont fléchi de 0,6 %.

Retourner au graphique

Revenus : Croissance du PIB nominal

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB nominal de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB nominal de l’Ontario a affiché une croissance pendant toute la période en question, sauf durant le troisième trimestre de 2017, où la croissance a été nulle. Au deuxième trimestre de 2019, le PIB nominal s’est accru de 2,0 %, la hausse la plus forte de toute la période.

Retourner au graphique

Revenus : Variation du PIB nominal en terme de revenus

Ce graphique à barres horizontales illustre la variation en pourcentage du PIB nominal de l’Ontario et de ses composantes pour le deuxième trimestre de 2019. Le PIB nominal s’est accru de 2,0 % au deuxième trimestre, des hausses ayant été enregistrées pour les composantes suivantes : revenu mixte net (+1,0 %), rémunération des salariés (+1,9 %) et excédent d’exploitation net (+6,3 %).

Retourner au graphique

Revenus : Croissance de la rémunération des salariés

Ce graphique à barres montre la croissance en pourcentage de la rémunération des salariés, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Pendant la période en question, la rémunération des salariés a augmenté chaque trimestre, sauf au premier trimestre de 2016, où elle a fléchi de 0,6 %. La rémunération des salariés a progressé de 1,9 % au deuxième trimestre de 2019, après avoir affiché une augmentation de 0,6 % au premier trimestre. La hausse la plus forte, soit 2,3 %, a été enregistrée au quatrième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Prix : Croissance des prix à l’échelle de l’économie

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage des prix à l’échelle de l’économie de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Les prix à l’échelle de l’économie ont affiché une hausse de 1,2 % au deuxième trimestre de 2019, la hausse la plus forte au cours de cette période. La baisse la plus importante (−0,4 %) a été affichée au troisième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Prix : Variation des prix en termes de dépenses

Ce graphique à barres horizontales montre la variation en pourcentage des prix en termes de dépenses pour le deuxième trimestre de 2019. Les prix se sont accrus relativement à la consommation des ménages (+0,8 %), aux investissements des entreprises (+0,8 %), au gouvernement (+0,5 %), aux exportations (+0,6 %) et aux importations (+0,5 %).

Retourner au graphique

Prix : Croissance des prix des exportations et des importations

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage des prix à l’échelle de l’économie de l’Ontario, par trimestre, du premier trimestre de 2016 au deuxième trimestre de 2019. Au deuxième trimestre de 2019, les prix des exportations se sont accrus de 0,6 %, tandis que les prix des importations ont augmenté de 0,5 %. Depuis 2016, la croissance la plus forte des prix des importations (+2,3 %) a été enregistrée au deuxième trimestre de 2017 et de 2018. La croissance la plus forte des prix des exportations (+1,7 %) a été enregistrée au deuxième trimestre de 2018. La baisse la plus marquée des prix des importations (−3,2 %) et des exportations (−3,0 %) a été enregistrée au troisième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Croissance du PIB réel par industrie

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel de l’Ontario par industrie, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel de l’Ontario a progressé de 0,7 % au deuxième trimestre de 2019, après un gain de 0,1 % au premier trimestre. Le PIB réel par industrie a affiché une croissance pendant toute la période en question, sauf durant le deuxième trimestre de 2016, où la croissance a été nulle. La hausse la plus forte, soit 1,3 %, a été enregistrée au premier trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Variation du PIB réel par industrie

Ce graphique à barres horizontales illustre la variation en pourcentage du PIB réel par industrie pour le deuxième trimestre de 2019. La production s’est accrue de 0,7 % pour l’ensemble des industries pendant le trimestre. La production a fléchi dans les industries productrices de biens (−0,1 %). Les changements suivants ont été notés : fabrication (−0,4 %), services publics (−0,1 %), construction (−0,1 %) et industries primaires (+2,3 %). La production dans les industries productrices de services a augmenté de 0,9 %, notamment : commerce de détail (+1,5 %), finance et assurances (+1,2 %), autres services (+1,0 %), services immobiliers et de location (+0,9 %), commerce de gros (+0,8 %), santé, éducation et administration publique (+0,7 %), services professionnels et administratifs (+0,5 %).

Retourner au graphique

Renseignements par industrie : Variation du PIB réel par industrie de fabrication

Ce graphique à barres horizontales montre la variation en pourcentage du PIB réel par industrie de fabrication pour le deuxième trimestre de 2019. La production pour l’ensemble des industries de fabrication a baissé de 0,4 % pendant le trimestre. La variation de la production dans chaque industrie de fabrication est la suivante : papier et impression (+2,1%), produits chimiques et pétroliers (+1,8 %), première transformation des métaux et produits métalliques (+1,2 %), matériel de transport (+0,1 %), aliments, boissons et produits du tabac (−0,4 %), autres activités de fabrication (−0,4 %), produits du bois et meubles (−0,5 %), produits en caoutchouc et en plastique (−2,2 %), machines (−3,4 %), produits électriques et électroniques (−4,2 %), textile, vêtements et produits du cuir (−6,9 %).

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel du Canada

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel du Canada, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel du Canada a progressé de 0,9 % au deuxième trimestre de 2019, après avoir connu une augmentation de 0,1 % à chacun des deux trimestres précédents. Pendant la période en question, le gain le plus important, soit 1,1 %, a été enregistré au troisième trimestre de 2016 et au deuxième trimestre de 2017, et la baisse la plus marquée, soit 0,5 %, pendant le premier trimestre de 2015 et le deuxième trimestre de 2016.

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel du Québec

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel du Québec, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel du Québec a augmenté continuellement pendant la période en question, sauf au deuxième et au quatrième trimestre de 2015, où il est demeuré stable. Le PIB réel du Québec a progressé de 0,7 % au deuxième trimestre de 2019, après avoir affiché une hausse de 0,5 % au trimestre précédent. Pendant la période en question, le gain le plus important, soit 1,1 %, a été enregistré au deuxième trimestre de 2017.

Retourner au graphique

Comparaisons entre territoires de compétence : Croissance du PIB réel des États-Unis

Ce graphique à barres illustre la croissance en pourcentage du PIB réel des États-Unis, par trimestre, du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le PIB réel des États-Unis a progressé de 0,5 % au deuxième trimestre, après avoir connu une augmentation de 0,8 % au premier trimestre. Le PIB réel des États-Unis a augmenté continuellement pendant la période en question, sauf pendant le quatrième trimestre de 2015, où il est demeuré stable. Pendant la période en question, le gain le plus important a été enregistré au quatrième trimestre de 2017 et au deuxième trimestre de 2018 (1,0 % dans les deux cas).

Retourner au graphique

Emploi : Population active de l’Ontario

Ce graphique montre l’évolution de l’emploi et du taux de chômage de l’Ontario. Depuis le début de 2019, l’emploi s’est accru de 202 900 en Ontario. Le taux de chômage était de 5,3 % en septembre 2019.

Retourner au graphique

Emploi : Gains d’emplois depuis le début de l’année

Ce graphique à barres horizontales illustre les gains d’emplois depuis le début de 2019. Pendant les neuf premiers mois de 2019, l’emploi total a augmenté de 202 900 par rapport à la même période l’an dernier. Dans le secteur privé, l’emploi s’est accru de 126 800 et le travail autonome a affiché une croissance de 80 400 emplois. Le secteur public a perdu 4 500 postes. Au cours de la période en question, l’emploi à temps plein a connu une hausse de 148 800 et l’emploi à temps partiel de 54 100. Les industries productrices de biens ont connu une hausse de 15 800 employés, alors que les industries productrices de services ont enregistré une augmentation de 187 000 employés.

Retourner au graphique

Emploi : Emploi et taux de chômage en Ontario

Ce graphique illustre l’emploi mensuel en milliers par une zone ombrée et le taux de chômage par une ligne, en Ontario, de janvier 2017 à septembre 2019. Au cours de cette période, le taux de chômage a baissé, passant de 6,4 % en janvier 2017 à un creux de 5,2 % en mai 2019. Le taux de chômage était de 5,3 % en septembre 2019. L’emploi a augmenté de façon constante au cours de la période, passant d’environ 7,1 millions en janvier 2017 à environ 7,5 millions en septembre 2019.

Retourner au graphique

Activité des consommateurs et des entreprises : Ventes au détail

Ce graphique linéaire montre les ventes au détail de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2015 à juillet 2019. Les ventes au détail de l’Ontario montrent une tendance à la hausse, passant de 14,6 milliards de dollars en janvier 2015 à 19,6 milliards de dollars en juillet 2019. Les ventes ont fléchi pendant trois mois consécutifs, de novembre 2018 à janvier 2019, mais elles se sont rétablies depuis. Pendant les sept premiers mois de 2019, les ventes au détail ont progressé de 3,2 % en Ontario.

Retourner au graphique

Activité des consommateurs et des entreprises : Commerce de gros

Ce graphique linéaire montre les résultats pour le commerce de gros de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2015 à juillet 2019. Le commerce de gros en Ontario montre une tendance à la hausse, passant de 25,9 milliards de dollars en janvier 2015 à 33,9 milliards de dollars en juillet 2019. Pendant les sept premiers mois de 2019, le commerce de gros s’est accru de 2,7 % en Ontario.

Retourner au graphique

Activité des consommateurs et des entreprises : Ventes manufacturières

Ce graphique linéaire montre les ventes manufacturières de l’Ontario en milliards de dollars de janvier 2015 à juillet 2019. Les ventes manufacturières de l’Ontario montrent une tendance à la hausse, passant de 23,2 milliards de dollars en janvier 2015 à 26,5 milliards de dollars en juillet 2019. Pendant les sept premiers mois de 2019, les ventes manufacturières de l’Ontario ont progressé de 1,3 %.

Retourner au graphique

Logement : Reventes de logements

Ce graphique linéaire montre les reventes de logements en Ontario de janvier 2015 à août 2019. Le nombre de logements existants vendus est passé d’environ 17 500 en janvier 2015 à plus de 21 500 en mai 2017. Elles ont fléchi à environ 15 100 en juillet 2017, avant de rebondir pour atteindre quelque 19 400 en décembre 2017, puis de baisser à nouveau pour s’établir à environ 14 500 en février 2018. Depuis, les reventes de logements ont augmenté, passant à environ 18 200 en août 2019.

Retourner au graphique

Logement : Prix de revente des logements

Ce graphique linéaire montre les prix moyens de revente des logements de l’Ontario, en dollars, de janvier 2015 à août 2019. Le prix des logements revendus en Ontario a augmenté pour passer de 435 000 $ en janvier 2015 à un sommet de 650 000 $ en mars 2017. Le prix moyen de revente a diminué pour passer à 532 000 $ en juillet 2017 avant de reprendre du terrain pour atteindre 612 000 $ en août 2019.

Retourner au graphique

Logement : Mises en chantier

Ce graphique linéaire montre le nombre de mises en chantier en Ontario (données désaisonnalisées aux taux annuels) de janvier 2015 à septembre 2019. Les mises en chantiers de logements ont fluctué en Ontario au cours de la période en question; elles ont connu un sommet de 106 000 logements en février 2018 et un creux de 42 000 en février 2015. On a dénombré 86 000 mises en chantier en septembre 2019.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Croissance du PIB réel

Ce graphique à barres montre les variations trimestrielles en pourcentage du PIB réel pour les États-Unis, la zone euro, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon et la Chine pour le premier et le deuxième trimestre de 2019. Au premier et au deuxième trimestre, la croissance aux États-Unis était de 0,8 % et de 0,5 %; dans la zone euro, la croissance était de 0,4 % et 0,2 %; au Royaume-Uni, elle s’établissait à 0,5 % et à −0,2 %; en Allemagne, elle a atteint 0,4 % et −0,1 %; au Japon, elle était de 0,5 % et 0,3 %; en Chine, la croissance s’est établie à 1,4 % et 1,6 %.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Contribution des échanges commerciaux nets à la croissance du PIB réels des États-Unis

Ce graphique à barres montre la contribution trimestrielle, en points de pourcentage, des échanges commerciaux nets à la croissance du PIB réel des États-Unis du premier trimestre de 2016 au deuxième trimestre de 2019. Cette contribution s’élevait à −0,7 point de pourcentage au deuxième trimestre de 2019, faisant suite à une contribution de +0,7 point de pourcentage au trimestre précédent. Pendant la période en question, la contribution négative la plus importante a été de −2,1 points de pourcentage au troisième trimestre de 2018, et la contribution positive la plus importante a été de +0,7 point de pourcentage au deuxième trimestre de 2018 et au premier trimestre de 2019. 

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Marché du travail des États-Unis

Ce graphique illustre le taux de chômage en pourcentage par une ligne et l’emploi sous forme de barres en milliers de travailleurs, aux États-Unis, de janvier 2015 à septembre 2019. Au cours de cette période, l’emploi a augmenté chaque mois, et le taux de chômage a affiché une tendance à la baisse. En septembre 2019, le taux de chômage aux États-Unis était de 3,5 % et 136 000 emplois avaient été créés.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Taux des obligations de 10 ans du gouvernement du Canada

Ce graphique linéaire montre le taux des obligations de 10 ans du gouvernement du Canada, de janvier 2016 à septembre 2019. Ce taux a connu une hausse relativement constante, passant de 1,3 % au début de 2016 à 2,6 % en octobre 2018. Depuis, le taux est à la baisse, et à la fin de septembre, il s’établissait à environ 1,4 %.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Cours du pétrole et dollar canadien

Ce graphique linéaire montre les cours quotidiens du pétrole ($ US le baril) et le taux de change du dollar canadien (cents américains) entre janvier 2015 et septembre 2019. Les deux séries ont été en baisse du début de 2015 au début de 2016. Par la suite, la valeur du dollar canadien s’est accrue, atteignant un sommet d’environ 82 cents en septembre 2017, mais elle diminue depuis et s’établissait à environ 75 cents américains en septembre 2019. Les cours du pétrole WTI ont augmenté continuellement à partir de 2016 et ont atteint environ 75 $ US le baril au début d’octobre 2018 avant de chuter à environ 45 $ US le baril à la fin de 2018. Pendant la période allant de la fin de décembre à la fin d’avril, les prix du pétrole ont connu une hausse, passant d’environ 45 $ US le baril à environ 65 $ US le baril. Les prix du pétrole s’établissaient à environ 58 $ US le baril à la fin de septembre.

Retourner au graphique

Enjeux économiques mondiaux : Indices boursiers

Ce graphique linéaire montre la valeur quotidienne des indices S&P 500, Nikkei, TSX et Euro Stoxx 50, de janvier 2015 à septembre 2019. Entre la fin de décembre 2018 et septembre 2019, ces indices ont tous augmenté.

Retourner au graphique

Point de mire : Postes vacants et taux de postes vacants

Ce graphique linéaire montre les postes vacants et le taux de postes vacants en Ontario, du deuxième trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2019. Le nombre de postes vacants a chuté, passant d’environ 178 000 au deuxième trimestre de 2015 à 138 000 au premier trimestre de 2016. Depuis, le nombre de postes vacants est généralement à la hausse; il s’établissait à 213 000 au deuxième trimestre de 2019. Le taux de postes vacants a baissé, passant de 3,0 % au deuxième trimestre de 2015 à 2,3 % au premier trimestre de 2016. Depuis, ce taux présente généralement une tendance à la hausse, passant à 3,3 % au deuxième trimestre de 2019.

Retourner au graphique

Point de mire : Ratio chômeurs-postes vacants

Ce graphique linéaire montre le ratio chômeurs-postes vacants en Ontario de 2011 à 2018. En 2011, ce ratio s’établissait à 7,7. Il a augmenté pour atteindre un sommet de 8,4 en 2013 avant de diminuer pour s’établir à 3,2 en 2018.

Retourner au graphique

Point de mire : Ratio chômeurs-postes vacants dans certaines industries

Ce graphique linéaire montre le ratio chômeurs-postes vacants dans les secteurs de la fabrication, des services administratifs et de soutien, du commerce de détail et des soins de santé et de l’aide sociale de 2011 à 2018. Dans le secteur de la fabrication, ce ratio a connu une baisse, passant de 8,6 en 2011 à 2,2 en 2018. Dans le commerce de détail, il a également diminué, passant de 5,3 en 2011 à 2,4 en 2018. Le ratio dans les services administratifs et de soutien est passé de 4,0 en 2011 à un sommet de 7,6 en 2014, avant de redescendre pour atteindre 1,5 en 2018. Du côté des soins de santé et de l’aide sociale, le ratio est passé de 1,4 à 0,7.

Retourner au graphique

Annexe : Part du PIB nominal en pourcentage, 2018

Ce diagramme à secteurs illustre la part du PIB nominal de l’Ontario par industrie en 2018. Les industries productrices de biens représentaient 22,7 % du PIB nominal de l’Ontario, la part de chaque industrie étant la suivante : fabrication (12,2 %), construction (6,7 %), services publics (2,0 %), industries primaires (1,9 %). Les industries productrices de services représentaient 77,3 % du PIB nominal de l’Ontario, la part de chaque industrie étant la suivante : santé et éducation (12,9 %), services immobiliers et de location (12,7 %), commerce de gros et de détail (11,4 %), finance et assurances (9,6 %), administration publique (7,1 %), transport et entreposage (4,4 %), information et culture (3,5 %), autres services (15,8 %).

Source : Statistique Canada.

Retourner au graphique

Annexe : Comment le PIB est mesuré

  • Selon les dépenses
    • Somme des dépenses de tous les secteurs de l’économie
    • Dépenses de consommation + Investissements + Dépenses des gouvernements + Exportations – Importations
  • Selon les revenus
    • Somme de tous les revenus
    • Traitements et salaires + Bénéfices + Revenus mixtes + Taxes indirectes – Subventions
  • Selon la production (PIB par industrie)
    • Sommes des valeurs ajoutées dans tous les secteurs d’activité
    • Production des industries productrices de biens + Production des industries productrices de services – Intrants intermédiaires

Retourner au graphique

Page : 285  |